Frank Mir, la gloire fuyante (Top Fight HS n°1, Décembre 2010)

Frank Mir  (fiche HS)

Catégorie : Heavyweight 

 

Taille : 1,91  m

 

 Poids : 115  kg

 

 Date de naissance : 24 mai 1979

 

 Lieu de naissance : Las Vegas, États-Unis  

 

 Période de carrière : 2001-…

 

 Technique préférée : Prises de soumission

 

 Statistiques en MMA : 14 victoires, 5 défaites

 UFC Heavyweight Champion

 

 Disciplines d’origine : Lutte, Jiu-Jitsu

 

 3 dates à retenir :

     19 juin 2004 : Mir devient Champion poids lourds de l’UFC après avoir appliqué une implacable clé de bras à Tim Sylvia. Un accident de moto l’empêche par la suite de défendre ce titre.

     27 décembre 2008 : Redevenu tête d’affiche de la catégorie des lourds, Frank atomise Rodrigo Nogueira et gagne ainsi le droit à un match pour le titre.

     27 mars 2010 : De nouveau placé dans un combat mettant en jeu le statut de challenger au titre des lourds, il est submergé par la nouvelle force du circuit, Shane Carwin.   

 

 Académie : Las Vegas Combat Club, un centre d’entraînement relativement modeste qui comprend comme autre star notable Heath Herring.

 

 L’adversaire emblématique : Brock Lesnar, véritable ennemi depuis son arrivée à l’UFC. D’une clé de genou éclair, Frank a coupé court aux échos médiatiques causés par l’arrivée de l’ancien Champion du monde de catch. Pourtant, Lesnar s’empare du titre poids lourds quelques mois plus tard. Une offense que Mir est bien décidé à venger lors de l’UFC 100 mais il subit cette fois-ci un K-O retentissant. Depuis la perte du titre de Lesnar, une troisième manche est sur les rails.   

 

 Le saviez-vous ? : Mir a lancé avec succès sa marque de vêtements appelée Suffer, avec des slogans aussi joviaux que « Celui qui souffre se connaît mieux » ou « Il faut plus de courage pour souffrir que pour mourir ». Pas étonnant de la part de ce professionnel du trash-talking…  

 

 

 

 

 

 

 

 

BIOGRAPHIE

 

 Frank Mir déclare « être né dans les arts martiaux » grâce à son père qui possédait plusieurs écoles d’entraînement. Un bon présage, mais en aucun cas une garantie. Adolescent, Mir assiste aux victoires de Royce Gracie contre de redoutables strikers mais n’est pas pour autant convaincu par les vertus du jiu-jitsu. En bon Américain, sa voie passe d’abord par la lutte. Lors de sa dernière année de lycée en 1998, il atteint un premier sommet : le Championnat de l’état du Nevada. Bien que Frank choisisse de ne pas poursuivre d’études universitaires, il ne sombre jamais dans la tentation de l’argent facile. D’autant plus méritoire, qu’il gagne alors sa vie en tant qu’agent de sécurité de casinos et autres night-clubs de Las Vegas. Mais le jiu-jitsu revient au galop et devient un de ses principaux centres d’intérêt à l’âge de vingt ans.

Mir sur orbite

 Une poignée d’années plus tard, Mir est sur le ring pour démontrer ses récentes habiletés. Le fait d’être repéré par Joe Silva, une des éminences grises de l’UFC, ne l’exonère pas d’un passage dans des organisations mineures. Son style est encore assez brouillon, mais suffit à surclasser Jerome Smith et Dan Quinn. Pour sa première dans l’Octogone, Mir n’y va pas par quatre chemins : il accule Roberto Traven contre la grille, provoque sa chute et exécute une clé de bras ultra rapide pour la victoire. Tout ceci en l’espace de 65 secondes ! Frank est bel et bien à sa place et ne combat à nul autre endroit qu’à l’UFC durant la suite de sa carrière. Opposé à Pete Williams à l’UFC 36, l’homme de Vegas accélère encore la cadence. Il amène son adversaire au sol en prenant soin d’agripper son bras droit. Placé sous Williams, il verrouille une variante de Shoulder Lock qui provoque une douleur intenable. Seul un grand spécialiste peut maîtriser ce type de torsion… Frank Mir se révèle être l’un d’eux ! Malgré un premier accroc contre Ian Freeman, Frank est plus déterminé que jamais. Comme il le prouve lors de l’UFC 41, qui marque le grand retour de Tank Abbott au MMA. Mir se découvre dans un rôle qu’il va souvent jouer : celui du parfait trouble-fête. 46 secondes et une nouvelle prise de soumission plus tard, Abbott regrette amèrement son choix. La course au titre Heavyweight, détenu par le massif Tim Sylvia, est enclenchée. Après s’y être pris à deux reprises pour écarter Wes Sims, Mir obtient l’opportunité tant attendue. L’ogre Sylvia débute idéalement avec un puissant takedown. À peine le Champion a-t-il le temps de se positionner en garde montée, que Mir s’empare de son bras droit et étire sa torsion jusqu’à lui briser l’avant-bras. Du moins, c’est ce que les images semblent prouver. Car pour sa part, Sylvia refuse d’abdiquer et crie au scandale lorsque l’arbitre interrompt l’opposition. Malgré l’évidence des ralentis, les huées envahissent les gradins. Comme début de règne, on peut rêver mieux… d’autant qu’à la fin de l’été 2004, le nouveau Champion poids lourds subit un grave accident de moto. Touché à plusieurs endroits, Mir n’a d’autre choix que le repos forcé. Insuffisamment rétabli pour le match d’unification face à Andrei Arlovski, Champion intérimaire, Mir doit se résoudre à être dépouillé de son bien sans l’avoir perdu.

Lesnar, ennemi public numéro 1

 S’il repart à l’assaut de l’Octogone début 2006, ce n’est que l’année suivante que l’on retrouve le Frank Mir docteur ès soumission. Antoni Hardonk est le premier homme, depuis Tim Sylvia, à devoir abdiquer sur une manœuvre de l’Américain. Un palier supplémentaire est franchi lorsque Frank est désigné comme adversaire de Brock Lesnar, débutant à l’UFC. L’arrivée de la star du catch imprime une forte pression médiatique sur la rencontre. Mir le discret vole la vedette en parvenant à saisir la jambe de Lesnar et à sceller une clé de genou imparable. Suite à ce succès, il doit pourtant se satisfaire de disputer la ceinture intérim de Rodrigo Nogueira, le coach avec qui il s’oppose lors de la 8e édition de The Ultimate Fighter. De son côté, Lesnar obtient une chance au « vrai » titre. Des décisions politiques peu à son goût. Mais Frank utilise sa hargne en combat et rivalise de technique face au redoutable grappler brésilien. Dominé dans tous les compartiments, y compris en pur jiu-jitsu, Nogueira est arrêté sur TKO en début de 2e reprise. Place alors à un nouvel affrontement contre Lesnar, devenu Champion. Mais les données sont différentes, Mir rencontre cette fois un homme à l’endurance renforcé et prêt à contrer ses initiatives. Si l’on ajoute à cela que Lesnar frappe plus fort, l’opération passe du stade de compliquée à celui d’insurmontable. Après cet échec par TKO au 2e round, la lueur d’une « belle » transparaît au loin quand Mir s’impose en l’espace de 72 secondes face à Cheick Kongo. Mais cet éventuel retour au sommet de l’Octogone est contrarié par le redoutable striker Shane Carwin.

Le temps serait-il venu de laisser la place à la nouvelle génération, incarnée par Cain Velasquez ou Junior Dos Santos ? Mir se refuse à cette conclusion et repart en quête de gloire. Son récent K-O par coup de genou sur Mirko « Cro Cop » n’a pas convaincu ceux qui attendent beaucoup de ce spécialiste des prises de soumission. Toujours est-il qu’à seulement 31 ans, l’horizon de l’ancien Champion du monde s’annonce jalonné de défis plus attractifs les uns que les autres.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s