Lyoto Machida, le karaté au pouvoir (Top Fight HS n°1, Décembre 2010)

By

Lyoto Machida (fiche HS)

Catégorie : Light Heavyweight 

 

Taille : 1,86 m  

 

 Poids : 93 kg  

 

 Date de naissance : 30 mai 1978

 

 Lieu de naissance : Belém, Brésil  

 

 Période de carrière : 2003-…   

 

 Technique préférée : High Kick  

 

 Surnoms : The Dragon, The Karaté Kid

 

 Statistiques en MMA : 16 victoires, 2 défaites  

 UFC Light Heavyweight Champion

 

 Discipline d’origine : Karaté  

 

 3 dates à retenir:

     26 mars 2005 : Dans le cadre du K-1 Hero’s 1, il signe son premier succès de grande envergure face à l’ex-Champion welter de l’UFC, BJ Penn.

     24 mai 2008 : Dans un match très fermé, il s’impose à la décision contre Tito Ortiz, figure historique de l’UFC.

     23 mai 2009 : Son parcours sans faute se poursuit lors de l’UFC 98, il s’empare du titre Light Heavyweight des mains de Rashad Evans.   

 

Académie : Black House, formation menée par le Champion Middleweight de l’UFC Anderson Silva. Les membres de ce club s’entraînent régulièrement avec la Team Nogueira du célèbre « Minotauro », à tel point que leurs deux groupes sont désormais confondus.   

 

 L’adversaire emblématique : Mauricio Rua, seul homme à avoir pu rivaliser face à sa technique. Machida remporte leur premier duel à la décision. Mais, sous la forte contestation du public, une deuxième rencontre est rapidement programmée. Rua obtient un fulgurant K-O.         

 

 Le saviez-vous ? : Une des phases de l’entraînement du Dragon consiste à frapper pendant une heure une solide planche en bois, en utilisant seulement ses doigts.   

 

 

 

 

 

 

 

 

BIOGRAPHIE

 

À la sempiternelle question : « quelle est la meilleure discipline de base pour le MMA ? », le débat s’est longtemps restreint à l’avis des partisans de la lutte et ceux du jiu-jitsu. Depuis l’avènement de Lyoto Machida, on sait qu’il existe une autre voie : le karaté. Plus précisément, le Machida karaté.

 

Mixed Martial Artist sur le tard

 La force de l’ancien Champion Light Heavyweight de l’UFC réside dans le mélange culturel dont il est le résultat. Son père, grand maître japonais de karaté, expatrie son art au Brésil dans les années 1970. Avec une telle parenté, il n’est pas étonnant que Ryoto (devenu Lyoto) débute rapidement, au berceau pour ainsi dire, son apprentissage au combat. Il devient ceinture noire de karaté à 13 ans. Et ça ne lui suffit pas ! The Dragon s’entraîne aussi au sumo et ne néglige pas le sport de combat qui est presque une religion au Brésil : le jiu-jitsu. Devenu adulte, Machida enchaîne les tournois amateurs et en sort le plus souvent victorieux. Quant au MMA à proprement parler, il fait irruption dans sa vie en 2003. Après un succès inaugural sans grand relief contre Kengo Watanabe, Lyoto participe à la première édition du Jungle Fight où il s’oppose à Stephan Bonnar, futur finaliste de The Ultimate Fighter. La rencontre est âpre et tendue entre ces deux grands strikers. Bonnar est finalement arrêté sur décision médicale, en raison de saignements importants au nez et aux joues. Lyoto poursuit sa carrière en fanfare lors du spécial Inoki Bom-Ba-Ye 2003. Ce soir-là, il foudroie Rich Franklin, futur Champion poids moyens de l’UFC. Pourtant, trois années supplémentaires sont nécessaires pour que la grande compagnie américaine repère cet artiste au style sans égal. Machida ronge son frein au sein de la filiale MMA du K-1, où il réussit une nouvelle grande performance face à BJ Penn, qu’il bat par décision unanime. Quand il pénètre enfin dans l’Octogone début 2007, le Brésilo-Japonais possède une fiche parfaite de huit victoires pour aucune défaite. Il connaît une nouvelle année d’exception, ponctuée par quatre nouvelles victoires.

 

Sens de l’analyse et précision

 Cependant, des voix s’élèvent contre son style jugé ennuyeux et peu spectaculaire. En effet, plus de la moitié de ses matchs se sont soldés par une décision des juges. La stratégie de Lyoto consiste à maintenir ses adversaires à distance, à opérer en contre et à percuter de façon très rationnelle. Confiant en ce redoutable principe d’efficience, Machida prétend ne pas être affecté par les critiques. Toujours est-il qu’il développe par la suite une forme de karaté beaucoup plus agressive. À l’UFC 84, il passe l’épreuve du feu devant Tito Ortiz, qui ne le met jamais en difficulté. Un match charnière au cours duquel The Karaté Kid prouve ses compétences en lutte et laisse Ortiz au bord du K-O en fin de match. Avant même la proclamation des juges, son succès est total. Cet exploit indiscutable laisse alors augurer un avenir radieux pour le karatéka. Un bel euphémisme tant la suite de son parcours est tonitruante. Ainsi, Thiago Silva se souviendra longtemps du K-O « plongeant » qu’il subit à l’UFC 94. Une projection au sol et un saut, poing en avant plus tard, le débat est clôt avec classe par Machida. Une victoire qui ouvre la porte d’un match de Championnat contre Rashad Evans. Une opposition entre deux hommes encore invaincus, deux guerriers de la génération montante, deux combattants au style insaisissable. The Dragon se montre particulièrement tranchant et envoie le Champion au sol dès le premier round avec un enchaînement high kick/poings. Evans revient à la charge, mais n’est plus que l’ombre de lui-même durant une 2e reprise entièrement dominée par le challenger. Une nouvelle accélération scelle le sort de l’affrontement. C’est avec un K-O sans appel que débute le règne de Champion d’un homme accusé d’être trop attentiste. Joli pied de nez à ses détracteurs. Hélas, le répit est de courte durée.

 

Une stratégie qui déjoue

Cinq mois plus tard, Machida met sa couronne en jeu contre Mauricio Rua, star issue de la célèbre Chute Boxe Academy. Ce combat s’avère passionnant et très serré. La puissance du tenant du titre s’étiole au fil des minutes, notamment durant les 4e et 5e rounds, particulièrement à l’avantage de Rua. Les juges accordent néanmoins la victoire au Karaté Kid par la plus petite marge, bien qu’à l’unanimité. Une large partie de l’assistance exprime son désaccord. L’atmosphère est si électrique qu’une revanche immédiate est programmée pour mai 2010. Machida débute bien les hostilités avant de subir un contre fatidique en fin de premier round. Dépossédé de sa ceinture, Lyoto doit en plus essuyer les critiques qui profitent de ce faux pas pour remettre en cause sa légitimité. Les remarques affluent de plus belle après son récent échec par décision partagée contre Quinton Jackson. Pourtant, le verdict des juges en sa défaveur est très contestable. Solide mentalement, et compétiteur dans l’âme, le guerrier nisei n’a toutefois pas dit son dernier mot et poursuit sa route pour reconquérir son titre. Peu importe l’avis des observateurs, qu’on fasse de lui le symbole du karaté triomphant ou qu’on le prétende surestimé, Lyoto Machida suivra toujours sa propre voie, celle d’un combattant sans crainte… celle d’un dragon.

Publicités