Nate Marquardt, nul n’est prophète en son pays (Top Fight n°1, Décembre 2010)

Nate Marquardt (fiche HS)

Catégorie : Middleweight 

 

Taille : 1,83 m  

 

 Poids : 85 kg  

 

 Date de naissance : 20 avril 1979

 

 Lieu de naissance : Lander, États-Unis   

 

 Période de carrière : 1999-…   

 

 Technique préférée : Tout type d’étranglements  

 

 Surnom : The Great

 

 Statistiques en MMA : 30 victoires, 10 défaites, 2 nuls

 3 fois Middleweight King of Pancrase

 Vainqueur du tournoi Pancrase 2000 (catégorie Middleweight)

 Vainqueur du tournoi Bas Rutten Invitational 4

 

 Disciplines d’origine : Jiu-Jitsu, Kickboxing  

 

 3 dates à retenir :

               24 septembre 2000 : Nate devient le premier King of Pancrase catégorie poids moyens, à l’issue d’un tournoi. Ce soir-là, il bat Shonie Carter puis triomphe de Kiuma Kunioku.

               7 juillet 2007 : Pour sa première chance à un titre mondial de l’UFC, il est rapidement submergé par le Champion Middleweight, Anderson Silva.

               29 août 2009 : Il assène un K-O expéditif à Demian Maia, une des têtes d’affiche de sa catégorie. Marquardt rappelle ainsi qu’il ne faut pas l’exclure de la liste des challengers potentiels.  

 

 Académie : Jackson’s Submission Fighting ou autrement appelée l’école des Champions puisqu’elle regroupe beaucoup de combattants hautement titrés comme Georges Saint-Pierre, Rashad Evans, Shane Carwin ou Andrei Arlovski.  

 

 L’adversaire emblématique : Kiuma Kunioku, un homme qu’il a rencontré à pas moins de quatre reprises, du temps de sa splendeur au Pancrase. Marquardt a notamment conquis deux de ses trois titres de King of Pancrase poids moyens face à lui.  

 

 Le saviez-vous ? : Le 30 novembre 2003, la fin de match Marquardt/Almeida a manqué de provoquer une bagarre générale sur le ring. À l’origine du conflit, une erreur d’appréciation de l’arbitre qui a interprété un geste de repositionnement de l’Américain comme un abandon à l’étranglement en guillotine porté par le Brésilien. Renzo Gracie, alors coach d’Almeida, a été lui aussi impliqué dans l’échange.    

 

 

BIOGRAPHIE

 

 Nathan Marquardt réalise une carrière atypique : là où la plupart de ses confrères américains ont connu une notoriété mondiale grâce à leur passage à l’UFC, lui rejoint la grande compagnie déjà auréolé d’un statut de héros au Japon. Une anomalie qui s’explique par une fausse promesse dont il a été victime au début de sa carrière. Motivé par le contrat UFC destiné au vainqueur du Bas Rutten Invitational 4 (une sorte de The Ultimate Fighter avant l’heure), Marquardt se jette à corps perdu dans ce tournoi. Il remporte ses trois combats par soumission, dont un choc de quinze minutes en finale face à David Harris. Pourtant, point de signature à l’horizon. Étrange dédain pour un homme de vingt ans qui possède déjà de solides habiletés en jiu-jitsu et kickboxing.

 

Le roi du Soleil levant

En guise d’alternative, l’Américain rejoint le Pancrase, compagnie japonaise rendue célèbre par les performances de Ken Shamrock. Malgré une défaite initiale contre Genki Sudo, le pays du Soleil Levant s’avère bel et bien le refuge idéal pour Nate. Il s’entraîne au Grabaka Dojo sous la houlette de Sanae Kikuta et les résultats ne sont font pas attendre : trois victoires de rang lors de son retour au Pancrase à la mi-2000. Outsider du tournoi organisé pour désigner le premier Champion poids moyens de l’organisation, il s’empare de l’or avec brio, à l’issue d’une finale de dix minutes contre Kiuma Kunioku. The Great demeure aujourd’hui le plus jeune Champion (21 ans) de l’histoire du Pancrase. Son premier règne dure plus d’un an, et est marqué par un nouvel affrontement épique avec Kunioku. La limite de temps est fixée cette fois-ci à vingt minutes. Un challenge d’autant plus intense que le match ne se décompose pas en plusieurs rounds… Cela reste insuffisant pour les juges qui concluent à une égalité. Très actif, Marquardt livre cinq combats durant l’année 2001 et confirme son attrait pour la prise de soumission. Trois nouveaux combattants japonais en font les frais. Mais le tenace Kunioku revient à la charge pour une troisième fois à la fin de l’année. Disputé selon les règles unifiées du MMA (trois rounds de cinq minutes), le combat débouche sur une décision houleuse en faveur du Japonais. Ce qui rappelle la tendance involontaire des juges à favoriser les stars locales. Les deux hommes se retrouvent pour une quatrième fois (fait rarissime en MMA) l’année suivante. À quelques secondes du terme, The Great place une accélération décisive. Son coup de genou aérien met son adversaire hors course et le consacre Champion à nouveau. Malgré ce statut très prenant, Nathan garde un pied-à-terre sur le sol américain via ses quelques participations à l’International Fighting Championship (IFC).

 

Un itinéraire américain au goût d’inachevé

Bien que Champion Pancrase, le mal du pays se fait de plus en plus vif et il délaisse son titre en mai 2005. Initialement prévu pour concourir lors de la 2e édition de The Ultimate Fighter, Marquardt est finalement épargné de cette forme d’affront, compte tenu de sa déjà très riche carrière. Le premier Ultimate Fight Night le met aux prises avec Ivan Salaverry en main event du gala. Il s’impose à la décision et convainc la compagnie de le considérer autrement que comme un rookie. D’autant que cette période coïncide avec son impressionnante progression, acquise au sein de la célèbre académie de Greg Jackson. La ceinture noire de jiu-jitsu vient également orner ses hanches à la même époque. Trois nouvelles victoires plus tard, le voilà propulsé mi-2007 dans un match pour le titre UFC des poids moyens. Face à lui, Anderson Silva, encore jeune Champion de la catégorie. Dans les premiers instants du match, les manœuvres certifiées jiu-jitsu de Marquardt mettent en difficulté le Brésilien. Toutefois, cette domination reste trop stérile. Une fois le combat revenu debout, la boxe de Silva fait merveille et aboutit à un TKO à quelques secondes de la fin du premier round. Nate vient de manquer l’occasion de rentrer définitivement dans la légende… Il n’en revient que plus fort ! Après un succès par Guillotine Choke sur l’expérimenté Jeremy Horn, The Great dévoile au grand jour ses nouvelles qualités de striker. Ainsi sont envoyés au tapis des adversaires de renommée tels Martin Kampmann, Wilson Gouveia et surtout Demian Maia, déstabilisé et finalement sonné en 21 petites secondes. Malheureusement, le natif de Lander échoue de peu face à Chael Sonnen début 2010, lors d’un combat pour désigner le prochain challenger d’Anderson Silva. Marquardt revient dans la course en fin d’année, mais Yushin Okami lui ravit le strapontin.

 

 Après avoir mis le Japon à genoux, Nate « The Great » Marquardt n’a pu conquérir l’Amérique, mais son nom reste associé au mot légende.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s