My own private Festival Episode 15 (Arte Creative, 3 décembre 2012)

Episode 15 : Une sélection dure et tendre à la fois

vendredi 30 novembre : Compétition Internationale Programme 1 (Cinémathèque)

 

Einspruch VI

Einspruch VI

Les films présentés

Dans cette compétition internationale, c’est l’Europe qui se taille la plus grosse part avec cinq des sept films d’une sélection complétée par des courts-métrages iranien et néo-zélandais. En premier lieu, l’anglais Jam today nous plonge dans les tourments d’un petit garçon pas spécialement ravi des vacances passées avec ses parents. Son obssession de la croissance, de la quête d’un corps musclé, lui font presque oublier que le modèle de référence devant répondre à ses doutes se trouve près de lui. Belly est également porté par un être entre deux âges, un animal mixant à lui seul le phoque et le dauphin. Confronté à un dilemme, il va choisir à contrecoeur son autonomie au détriment de son besoin affectif. L’abandon de son fidèle écuyer peut faire penser au moment où un gamin doit laisser de côté sa peluche-doudou.

 

À travers l’anecdote d’une jupe féminine venue égayer la routine d’une caserne militaire, Under the colours pointe les tabous de la société iranienne. En quête de sa propriétaire, un soldat est regardé comme un dépravé lorsqu’il sonde l’immeuble voisin.

 

La violence et la pauvreté de l’environnement social comme conditionnement de l’avenir est au coeur de Lambs. Débutant par le pétage de plombs d’un élève en cours de maths, le sujet se ressert autour de son giron familial déséquilibré. Le jeune homme est conscient de devoir le quitter pour avancer, mais le peut-il ?

 

Le départ est aussi, à des titres distincts, à l’ordre du jour de Flamingo pride et Einspruch VI. La légereté d’abord avec l’histoire de ce flamand rose obligé de quitter ses semblables pour trouver l’amour. Tout y passe pour lui : des moqueries des cygnes et oiseaux blancs, classe sociale supérieure, qu’il entreprend de séduire, à la vision d’accouplements de grenouilles et de tigres renforçant sa frustration. Empreint d’idées pas forcément originales mais efficaces (la boite de nuit en plein air des flamands roses est irrésistible), ce numéro d’humour dégage une fraîcheur indéniable. Volet plus dramatique et cruel en ce qui concerne le film suisse Einspruch VI, récit en « caméra embarqué » de la fin de vie d’un réfugié politique poussé au départ puis maltraité par une administration un peu trop zélée. Inspiré de faits réels, cette histoire glace d’autant plus par son caractère irréversible et impitoyable (voir par ailleurs).

 

Tout aussi habité, le rôle de la petite fille de Dad, Lenin and Freddy a vocation à évoquer un tournant majeur de l’histoire occidentale. Elle croise les figures thuriféraires de l’ancien président russe et du monstre de films d’horreurs Freddy Krueger pour mieux vaincre ses peurs vis-à-vis d’un père otage consentant de la propagande communiste. Signalons la superbe idée des diapositives familiales en générique de début, procédé mettant en relief les inégalités de traitement entre les deux soeurs.

 

La séance vue de l’intérieur

Cela se confirme : 19h n’est décidément pas un horaire idéal pour les amateurs du grand écran. Aussi, l’affluence s’est avérée plutôt modeste pour un programme d’envergure pourtant. La finesse de Jam today n’atteint pas vraiment son objectif en termes de réaction tandis que Belly et ses animaux passe-murailles intriguent. L’ambiance ne décolle véritablement qu’à partir d‘Under the colours, suivi d’un Lambs tout aussi apprécié (les votes du soir confirmeront la popularité de ces deux films). Les flamands roses de Flamingo pride drainent les rires, le très sombre Einspruch VI choque et émeut, avant que Dad, Lenin and Freddy rééquilibre la balance avec son cri de liberté mâtinée de deuxième et troisième degrés.

 

Le film coup de coeur

Cela commence par un ultimatum : cinq jours pour quitter la Suisse, pays d’accueil mais pas trop. S’en suit le récit d’une opération survie tournant au calvaire. Comme son titre l’indique, Einspruch VI est le sixième volet d’une série de courts-métrages consacrés au sort des sans-papiers et réalisés par l’Italo-Suisse Colla Rolando. Ce film se penche précisément sur le destin d’Alex Khamma, immigré Nigerian sommé de repartir dans son pays d’origine malgré un statut de réfugié politique. Le choix d’une narration en caméra subjective, en l’occurrence à partir du point de vue du personnage principal, invisible à nos yeux, renforce le caractère anxiogène de ses actions désespérées. Quand bien même il est soutenu par un de ses compatriotes ou flirte avec une cougar locale, on ne le sent jamais apaisé et pour cause. Toujours cette respiration tendue, cette voix grave qui résonne aussi fort que les troubles qui l’habitent. Axé sur sa volonté de survivre et les conséquences en découlant, ce film constitue un réquisitoire contre les méthodes administratives et policières de la Suisse. Illustration avec cette séquence où on ne prend même pas soin de lui détacher une main pour le laisser uriner avec dignité, ou encore le manque de prise en charge médicale suite à sa grêve de la faim. À voir le coeur bien accroché, mais à voir.

 

La décla’ de l’organisation

« Donc vous votez pour vos deux films préférés sur le bulletin, et après il doit y avoir une urne improvisée quelque part où vous pouvez le déposer. » Theodora N.

 

Le petit « on s’en fout » du jour

Un petit malin du public avait mis au point un jeu qui a semblé beaucoup l’amuser. Après les salves d’applaudissements collectifs, il se remettait à taper dans ses mains tout seul sur le genre de rythme qu’affectionnent les kops de supporteurs pendant leurs chants. À partir de Under the colours, on y a quasiment eu droit pour chaque film.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s