Nos héros sont morts ce soir (Allociné, 24 Octobre 2013)

Allociné Nos héros sont morts ce soir

 –Nos héros sont morts ce soir Paris de David Perrault avec Denis Ménochet, Jean-Pierre Martins, Philippe Nahon, Constance Dollé … (France ; 2013) **1/2

France, début des années 60. Simon, catcheur, porte le masque blanc, sur le ring il est « Le Spectre ». Il propose à son ami Victor, de retour de la guerre, d’être son adversaire au masque noir : « L’Équarrisseur de Belleville ».
Mais pour Victor, encore fragile, le rôle paraît bientôt trop lourd à porter : pour une fois dans sa vie, il aimerait être dans la peau de celui qu’on applaudit. Simon suggère alors à son ami d’échanger les masques. Mais on ne trompe pas ce milieu là impunément…

Depuis que Darren Aronofsky a traité du sujet dans The Wrestler, on a appris que l’on pouvait évoquer le catch avec finesse. Le premier long-métrage de David Perrault (après un court remarqué à Clermont en 2012) se situe dans sa droite lignée. Les cinq premières minutes posent parfaitement les bases avec un rappel historique du contexte des guerres d’Indochine et d’Algérie. Car c’est aussi, et peut-être même avant tout, à la description d’une époque dans laquelle nous entraine le récit : les années 1960 et toute la magie qui va avec. Une belle photographie, des mouvements d’une fluidité virtuose, des interprétations irréprochables, voilà une œuvre techniquement superbe. Hélas on peut pointer ce qu’il convient d’appeler les défauts de ses qualités. Le réalisateur semble avoir appliqué à la lettre le bon petit guide du film indépendant américain : choix du noir et blanc épuré, musique lancinante, utilisation abondante des ralentis, profusion des références culturelles. Un peu trop propret pour être personnelle, d’autant que le scénario n’est hélas pas à la hauteur. Une fois passée la scène du combat incluant le fameux échange de masques, la tension dramatique retombe à plat. Tous les ingrédients étaient là pour nous offrir un Million Dollar Baby à la française, mais la recette a été sabordée en chemin. À titre personnel je déplore également que le catch soit à nouveau une simple toile de fond pour un autre sujet. À quand un scénario qui exploiterait de A à Z tous les tenants et aboutissants d’une discipline et un milieu bien plus complexes qu’on ne l’imagine ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s