Ma vie s’arrête un peu plus bas (Pozza Challenge #2)

Éléments d’histoire : Histoire d’un loser qui échappe (ou pas) par la grâce à une mort annoncée.

 

Drôle d’endroit pour en finir. Le toit de la plus grande discothèque de la ville, vous avouerez qu’il fallait y penser. Quelle hérésie ! En-dessous de moi, le traditionnel rendez-vous de la célébration (de quoi au juste ?) suit son cours et chacun y trouve de quoi croquer la vie. Oh bien sûr, il y a bien quelques aigris, soucieux ou frustrés qui exécutent les cent pas, se demandant pourquoi ils se sont laissés entraîner dans cette antre surcotée où le business des cœurs et la courbe des réputations se font et se défont d’un week-end à l’autre. Mais même ceux-là auront de quoi raconter lundi matin. Tous témoins qu’ils seront de « l’anecdote qui tue », de la « dernière fille à avoir été emballé par Max » ou de la « folle furieuse qui a dansé sur les tables ». En prime, ils auront le choix des mots pour évoquer mon spectaculaire plongeon, diversement appréciable selon l’angle de vue.

Lundi matin je ne serai pas là pour valider/démentir sarcasmes et supputations.

L’idée m’est venue d’un coup, tout à l’heure, tandis que nous passions le sas d’entrée. Un des videurs, Arnaud, est un vieux camarade de collège. Chaque fois que c’est à mon tour de passer les contrôles, il me signale d’avancer sans même prendre soin d’utiliser son détecteur de métaux. Il suppose que je n’ai pas mal tourné. Au collège le trublion c’était lui, sa parole ne valait pas grand-chose aux yeux des enseignants. Alors qu’on m’aurait donné le bon dieu sans confession… à tort d’ailleurs. Ce soir, lui aussi a commis une erreur. J’ai beau ne pas être un spécialiste de l’artillerie lourde, j’ai « ce qu’il faut dans la voiture » comme on dit ici. Au cas où…

Alors je délaisse un court instant mes accompagnants et retourne au parking chercher l’objet du délit. Lors de ma deuxième entrée, je n’ai pu contenir une certaine anxiété mais Arnaud n’y a vu que du feu et a renouvelé son protocole de bienvenue.

Le calme du début de soirée aidant, j’engage la conversation avec lui et me renseigne l’air de ne pas y toucher sur la légende du « toit céleste ».

Plus qu’un moyen d’observer les étoiles, le sommet du club serait l’endroit idéal pour une coucherie à la va-vite. L’architecture du bâtiment contribue pleinement à entretenir le mythe. Particulièrement prolifique en recoins, le club attire d’autant plus les gens de la nuit, adeptes du camouflage par excellence.

Posément, Arnaud me confirme que ce genre de passades est monnaie courante. Contre un léger pot-de-vin, il ouvre l’accès au toit à des jeunes en mal de logement ou voiture mais aussi aux autres, les plus pressés ou les candidats à la réalisation de fantasmes. Ça aurait pu devenir très vite un bordel mais la tolérance demeurait restreinte et sélective.

Conscient de mon souhait de ne pas mourir con, Arnaud me lâche « Je peux te faire passer maintenant si tu veux. Par contre pas plus tard, il y aura trop de monde. »

Je me suis contenté d’un « Pourquoi pas ? » en guise de réponse. Persuadé de connaître mes intentions, Arnaud surenchérit « Hum toi tu dois avoir quelqu’un à impressionner. »

Sans nier, je conclus d’un « J’ai bien envie d’aller voir. »

Seulement quelques mots, prononcés sans entrain excessif, me suffirent donc à franchir la deuxième étape de mon plan. Il m’amène rapidement vers ce que j’aurais juré être un simple cagibi. Ni d’une ni deux, il me pousse derrière la porte et m’abandonne au milieu de ce fatras.

Seul dans le noir, je cherche une issue salvatrice. Finalement, ma main heurte une poignée et je me retrouve face à une déstabilisante série d’escaliers. Je jette un œil pour savoir si quelques VIP sont déjà de la partie mais rien à l’horizon. La voie est libre. J’y suis arrivé. Je me suis hissé à la croisée des chemins. Le vide est ma destination. Personne ne va contrarier mon itinéraire. Et puis j’ai toujours mon arme. Au cas où…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s