LockDown, le véritable Super Bowl de la TNA ? (Planète Catch n°43, Avril 2012)

Planète Catch n°43 Zoom LockDown Page 1 001Planète Catch n°43 Zoom LockDown Page 2 001

Le mois d’octobre a Bound For Glory et ses affiches souvent alléchantes, mais la fédération d’Orlando  dispose d’une autre bombe à son arsenal : LockDown, le rendez-vous des combats entre des barreaux d’acier et agrémentés de stipulations toutes plus folles les unes que les autres. Placée deux semaines après WrestleMania, l’édition 2012 pourrait bien être la bonne surprise de l’année. Retour sur les heures de gloire de cet événement incomparable.

 

 

Les pionniers et les réguliers du show

Parmi les catcheurs actuellement dans l’effectif de la TNA, ils ne sont que neuf à avoir participé à la première du PPV en 2005 : AJ Styles, Abyss, Jeff Jarrett, Christopher Daniels, James Storm, Bobby Roode, Jeff Hardy, Chris Sabin et Eric Young. Dans cette liste, seuls Chris Sabin et AJ Styles ont été impliqués dans toutes les éditions suivantes. Le premier nommé, pour l’heure en retrait à cause d’une blessure, pourrait d’ailleurs être absent le 15 avril prochain et perdre ce « record ».

 

La stipulation la plus attendue : le Lethal LockDown

Petit frère des War Games de la WCW (opposition par équipes dans une cage recouverte d’un toit), ce type de combats donne lieu à des règlements de comptes sans équivalence. Le principe consiste à opposer deux équipes de trois à cinq membres dans une lutte sans disqualification. Armes conseillées… et même fournies. En effet, lorsque tous les opposants sont entrés dans le ring, la structure revêt une sorte de couvercle sur lequel sont accrochées kendo sticks, chaises et autres poubelles. Alors seulement le match peut se terminer par tombé ou par soumission.

 

La stipulation/fusion : Xscape match

La TNA est souvent montrée du doigt pour ses idées alambiquées et ses concepts nécessitant un tome entier d’explications tel le King of the Mountain, mais parfois elle parvient à modeler plusieurs éléments avec succès. Ainsi le Xscape match, rarement utilisé hors LockDown, consiste au départ en un match à élimination de 4 à 8 catcheurs, puis lorsqu’il ne reste que deux concurrents, les moyens de s’imposer se réduisent à sortir de la cage. Un challenge qui nécessite une endurance à toute épreuve. Seul Chris Sabin s’est imposé à deux reprises dans cet exercice, en 2006 et 2007.

 

La stipulation oubliée : Queen of the Cage

En deux occasions, 2008 et 2009, les Knockouts ont pu concourir à un combat royalement nommé Queen of the Cage. Pourtant, le concept n’avait rien en commun d’une année sur l’autre. À l’origine il concerne pas moins de huit compétitrices et se distingue du fait que l’action se déroule… à l’extérieur. En effet, à l’inverse d’une bataille royale, la mission allouée aux participantes est de se hisser dans le ring (évidemment entouré par des portes grillagées). Les deux premières élues livrent ensuite un combat classique. Roxxi Laveaux prend alors le dessus sur Angelina Love. Un an plus tard, il s’agit seulement d’un 4-Way classique à un seul tombé gagnant. Comme quoi tout concept n’est pas bon à conserver.

 

Le match essentiel : Kurt Angle vs Samoa Joe (2008)

De tous les affrontements auxquels le show a donné lieu, l’opposition de 2008 entre Kurt Angle, alors tenant du titre de la fédération, et Samoa Joe est à notre sens la plus emblématique. L’enjeu va au-delà de la ceinture puisque Joe, longtemps malheureux dans ses tentatives de décrocher l’or suprême, met en balance sa carrière. D’autant plus dangereux que ce pari est réalisé face à l’homme qui avait interrompu la série d’invincibilité de la Samoan Machine au soir de Genesis 2006. L’intensité est palpable à travers chaque regard que se lancent les adversaires, la qualité est aussi au rendez-vous avec beaucoup de saisies et mouvements rappelant les velléités d’Angle à l’endroit des arts martiaux mixtes. Finalement, Joe impose sa stratégie et met fin à sa série noire. Cette passation de pouvoirs possède une symbolique forte : enfin un membre de la Frontline était au sommet après des années de domination des anciennes stars de la WWE et WCW.

 

Le geste fou : Plongeon d’AJ Styles lors d’un Lethal LockDown (2009)

Dans le registre des cascadeurs et individus prêts à tout, la fédération d’Orlando est bien fournie. Les hommes en question ont tout de suite vu dans la structure de LockDown l’occasion de réaliser diverses figures de style. Des Swanton Bombs de Jeff Hardy aux Moonsaults de Kurt Angle, toute la puissance des prises aériennes est décuplée. Mais un saut en particulier reste dans nos mémoires, il s’agit de celui d’AJ Styles, aussi risqué que peu rentable, faute à un toit encombré. Au cœur de l’affrontement Frontline contre Main Event Mafia, AJ monte sur le toit, s’élance… et redirige son plongeon en chemin en s’appuyant sur une des barres surplombant la structure. Une manœuvre qui aurait pu lui coûter cher et qui n’a que faiblement touché les catcheurs visés (Scott Steiner, Booker T et Kurt Angle).

 

Les bizarreries de 2007

L’édition 2007 se distingue pour avoir abrité plusieurs épisodes cocasses. En premier lieu, la présence de Bob Backlund en tant qu’arbitre spécial d’un match opposant deux stars du circuit indépendant : Senshi (Kaval) et Austin Starr (Austin Aries). La vieille gloire de la WWE paraissait déjà dépassée en 1995, alors douze ans plus tard c’est de la folie douce. Lors du même évènement, un curieux Blindfold match voit (façon de parler) James Storm et Chris Harris régler leurs comptes malgré une vue embuée par des cagoules. Problème pratique : elles sont mal ficelées et chacun s’accommode de la règle comme bon lui semble. Plus tard dans la soirée et sans lien, le Championnat par équipe se déroule dans une arène en grande partie dans le noir, alors que le grillage de la cage était censé être particulièrement électrifié pour ce match.

 

L’homme de la situation : Kurt Angle, Mr. LockDown

À l’instar de Shawn Michaels à la WWE, reconnu comme Mr. WrestleMania alors que son bilan arithmétique est négatif dans ce show, la figure de proue de LockDown n’est pas le catcheur ayant le plus triomphé sportivement parlant. Ainsi, le médaillé olympique Kurt Angle compte trois défaites pour cinq participations, mais quelles défaites ! Ses matchs ont toujours été ceux dont les fans parlent à l’issue du show. Du 5 contre 5 qu’il porte sur ses épaules lors du main event de 2007 à sa guerre insensée avec Jeff Jarrett l’an dernier, chaque présence d’Angle illumine la cage et atténue les performances de ceux passés avant lui (et après le cas échéant).

 

Un show qui s’exporte

Preuve de l’importance de LockDown dans le calendrier de la TNA : sa délocalisation de l’IMPACT Zone floridien est devenue une habitude. Dès 2007, le show bifurque du côté de Saint Charles dans le Missouri puis dans le Massachusetts l’année suivante, avant d’investir le Liacouras Center de Philadelphie en 2009. L’auditorium public de Nashville est le prochain édifice qui recevra les festivités. Seul Bound For Glory a plus souvent voyagé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s