Mirko Cro Cop en 10 Dates (Top Fight n°2, Décembre 2010)

TF02 Page 46 Dix Dates Mirko Cro CopTF02 Page 47 Dix Dates Mirko Cro Cop

« Pied droit, hôpital ; pied gauche, cimetière. » C’est par cette belle formule que Mirko Filipovic dit « Cro Cop » (en raison de son passé de policier croate) résume ce qui constitue sa principale force. Ce n’est pas pour rien que l’homme a pu mener de front des parcours en kickboxing et en MMA. À l’heure où des rumeurs de retraite circulent sur son compte, nous avons souhaité revenir sur ses plus grands moments.

 

  • 5 décembre 1999 Ernesto Hoost, l’éternel obstacle

En sport comme dans la vie, on a tous nos bêtes noires. Le parcours de Mirko Cro Cop au K-1 a été contrarié par un seul homme : Ernesto Hoost. Quatre fois vainqueur du tournoi japonais K-1 World Grand Prix, le Néerlandais est une fierté nationale. Pour son deuxième combat en kick, Mirko bute sur Hoost en quarts de finale du K-1 GP 1996. Trois ans plus tard, le Croate retrouve son tombeur en finale. Il livre une bataille endiablée, envoie même son opposant au tapis au 1er round, mais Hoost s’accroche et un enchaînement de coups au corps plus tard, obtient le K-O.

  • 28 avril 2002 Bizarrerie Pridesque

Lors de son arrivée au Pride en novembre 2001, Mirko combat selon des règles modifiées. Principal aménagement : le timing des rounds. Trois minutes au lieu des durées standards de l’organisation japonaise (un round de dix minutes et deux de cinq). Ce qui l’avantage considérablement, puisque les éventuelles phases au sol sont réduites à peau de chagrin. De plus, le nombre de rounds est porté à cinq et le match ne peut être statué à la décision. L’expérience est réitérée face à Wanderlei Silva lors du Pride 20. À l’issue du temps réglementaire, le nul est inévitablement déclaré.

  • 30 avril 2003 Dernière virée victorieuse

Pour son ultime apparition au K-1, Mirko rencontre un sacré client : le gargantuesque Bob Sapp. Comme à son habitude, le géant de 2,12 m avance sur son adversaire sans faire dans la dentelle, une absence de stratégie manifeste qui le conduit à porter un coup bas. Sapp est déstabilisé par la courte interruption qui s’ensuit et repart dans le combat beaucoup moins vigoureux. Cro Cop place une gauche à la précision chirurgicale au menton de l’Américain. Sorti par la grande porte, Mirko décide de se consacrer au MMA.

  • 10 août 2003 Vovchanchyn, victime de choix

Déjà tombeur de grands représentants du Pride tels que Kazushi Sakuraba et Heath Herring, Cro Cop dispute un combat décisif pour la suite de sa carrière. En cas de victoire face à Igor Vovchanchyn, il sera promu comme un des potentiels challengers du Champion, Emelianenko Fedor. Son adversaire du soir est reconnu pour la puissance de ses poings. Niveau réputation, Mirko a encore beaucoup à acquérir. Lorsqu’il obtient, en l’espace de 89 secondes, un K-O par head kick sur le grand Igor, son destin prend forme.

  • 9 novembre 2003 Minotauro retarde l’accès au titre

Jour déterminant pour l’avenir du Croate au sein de la division poids lourds du Pride. En effet, son affrontement avec Rodrigo « Minotauro » Nogueira doit déterminer le prochain prétendant au titre. Le premier round, durant lequel le Brésilien subit un véritable déluge, est tout à l’honneur de Cro Cop. Mais Nogueira possède une capacité à encaisser unique au monde… et un art du sol tout aussi remarquable. Même si Mirko repart sur les mêmes bases à la reprise, sa détermination est vaine puisque Minotauro parvient à lui placer une clé de bras fatale. Il s’agit là de la première défaite de Cro Cop en MMA.

  • 31 décembre 2004 Randleman remis à sa place

Mirko figure logiquement parmi les favoris du Pride Grand Prix Heavyweight qui débute en avril. Pourtant, il s’effondre à la surprise générale, sous les coups de Kevin Randleman dès le premier tour. La suite de l’année est brillante, mais Cro Cop se doit d’effacer cet affront par une revanche digne de ce nom. Pour ce faire, l’ultime show de 2004 tombe à point nommé. Mirko étrangle Randleman en seulement 41 secondes et réduit son échec initial au rang d’anecdote. Première et unique fois que Cro Cop s’impose sur une prise de soumission.

  • 28 août 2005 Enfin la chance au titre

Maintes fois reporté, le choc entre Fedor et Cro Cop a finalement lieu au soir de la finale du Pride Grand Prix Middleweight. Après un 1er round vaillant, Mirko semble accepter la domination du tsar. Le Russe a mis au point une stratégie impitoyable, consistant à jouer le rôle de sangsue. Son objectif numéro un : réduire la distance pour éviter les high kicks du challenger. Le Croate se montre néanmoins très dangereux, mais faiblit sur la durée, notamment au cours d’un troisième round qui s’apparente à un châtiment. Le Champion garde son bien par décision unanime.

  • 10 septembre 2006 Pride Grand Prix 2006 : plus qu’un lot de consolation

Ceux qui ont enterré Filipovic après son échec au Championnat poids lourds en sont pour leurs frais au soir du Pride Grand Prix 2006. Mirko a terminé l’année 2005 sur une défaite aux points contre Mark Hunt et rien ne laisse présager son regain de forme. Arrivé dans le dernier carré, le Croate surprend tous les sceptiques en dominant successivement Wanderlei Silva (K-O après un splendide high kick) et Josh Barnett, qui abdique en milieu de premier round. Un véritable couronnement. Apogée de sa carrière ou dernier sursaut d’orgueil ?

  • 21 avril 2007 Sortie de route en première classe

Encore dans la dynamique du succès depuis la fin de l’année précédente, Mirko est perçu comme le principal danger pour le Champion en titre de l’UFC, Randy Couture. La place de challenger lui est promise, mais il doit remplir une formalité avant cela : venir à bout de Gabriel Gonzaga, un relatif inconnu. Cette marche vers la gloire va se transformer en match de la chute pour le combattant croate. Tout un symbole, Gonzaga s’impose sur un head kick. Une sévère passation de pouvoir que Cro Cop ne digérera jamais complètement.

  • 25 septembre 2010 Remplaçant de luxe

Au terme d’un combat soporifique, mais bien contrôlé niveau défensif par Cro Cop, Frank Mir saisit une des rares opportunités pour s’imposer par K-O. Mirko peut nourrir de la frustration sur ce résultat, puisqu’il a remplacé sur le tard Rodrigo Nogueira, initialement prévu en main event de cet UFC 119. Opportuniste, le Croate a de nouveau proposé ses services pour pallier le forfait de Shane Carwin lors de l’UFC 125, initialement programmé pour affronter Roy Nelson le 1er janvier 2011. Ce dernier ayant dû également déclarer forfait, l’avenir de Mirko reste un gros point d’interrogation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s