Review UFC 124 (Top Fight n°3, Janvier 2011)

SAINT-PIERRE PROPHÈTE EN SON PAYS

 Une grande question dominait à l’heure du dernier grand pay-per-view UFC de l’année 2010 : allait-il le faire ? Josh Koscheck allait-il créer la sensation en venant à bout de l’inoxydable Georges Saint-Pierre ? Qui plus est devant le public de Montréal ? La réponse du Champion canadien a été implacable, cinglante, tonitruante. Nul ne croyait l’Américain capable de tenir la dragée haute à GSP sur 25 minutes, mais, vu ses récents progrès dans l’art de conclure une rencontre avant la limite et ses déclarations optimistes, Koscheck a insinué un vrai doute. Après cinq rounds, subis plus que disputés, en mode boxe anglaise, la supériorité du héros local s’avère totale. Stupéfiante adaptabilité du Champion des poids welters puisque lors de leur première opposition (UFC 74, le 25 août 2007), ce sont ses compétences en lutte qui avaient fait la différence. Ce show a aussi été marqué par le retour en force de Thiago Alves dans cette même catégorie Welterweight et par une flopée de victoires éclair au premier round. Un bien bel épilogue, dynamité par une foule massive (23 152 personnes, nouveau record d’affluence pour un UFC) et déchaînée.

 

 

Catégorie Welterweight (77 kg max) : Thiago Alves (Brésil) vs John Howard (USA)

Vainqueur : Thiago Alves (décision unanime, 30-27)

Ancien challenger de GSP – à l’UFC 100 –, Thiago « Pitbull » Alves a conservé, malgré son échec, son statut de ténor dans cette catégorie. Hélas, son match soporifique (et perdu) contre Jon Fitch en août dernier a quelque peu souillé son blason. Cet affrontement avec John Howard sonne donc comme le match de la relance. Bien que les deux hommes soient des adeptes de jiu-jitsu, ce sont leurs qualités en pieds/poings qui sont mises en valeur ce soir. Pitbull a nettement dominé les débats et offert un florilège d’enchaînements et de coups spectaculaires : un retentissant leg kick qui manque de briser les appuis d’Howard en milieu de premier round suivi d’un clinch muay thaï avorté ; un slam de haut vol après avoir soulevé son adversaire jusqu’au-dessus de la structure ; et enfin un knockdown à son actif lors de la dernière reprise. Cependant, il faut être deux pour réaliser un grand combat alors mentionnons la performance très vaillante de l’Américain, toujours à l’initiative et courageux malgré son indéniable infériorité technique.

Temps fort : Tout le combat !

 

Catégorie Lightweight (70 kg max) : Joe Stevenson (USA) vs Mac Danzig (USA)

Vainqueur : Mac Danzig (K-O, 1er round, 1’54 »)

Au sein d’une catégorie des légers en plein essor, Danzig et Stevenson font déjà figure de combattants chevronnés ayant laissé passer leur chance d’accéder aux sommets. Leur opposition demeure néanmoins prometteuse… et se révèle étrange. Un ballet de presque deux minutes durant lesquelles les deux hommes démontrent un jeu de jambes à faire pâlir de nombreux boxeurs professionnels. Aucun ne s’engage véritablement dans l’échange jusqu’à la charge sans retenue de Stevenson, contré par un crochet gauche « sorti de nulle part » qui vient lui percuter la mâchoire.

Temps fort : Le parfait timing dans l’exécution du contre par Mac Danzig. Stevenson s’effondre sans demander son reste.

 

Catégorie Lightweight : Jim Miller (USA) vs Charles Oliveira (Brésil)

Vainqueur : Jim Miller (Kneebar, 1er round, 1’59 »)

Hormis de vieilles défaites contre les leaders de la catégorie (Frankie Edgar et Gray Maynard), Jim Miller possède un parcours remarquable et s’affirme comme l’un des combattants les plus prolifiques de l’Octogone (4e combat cette année). Oliveira, récent transfuge, est toujours invaincu en MMA et s’est imposé treize fois avant la limite en quatorze rencontres. Le match démarre de manière très dynamique avec une succession de head kicks de la part du Brésilien. Plutôt que répondre à ces assauts, Miller entraîne le duel au sol. Oliveira tente de placer une clé de bras puis un Triangle Choke mais l’Américain s’en dégage aisément, rappelant par là même qu’il est ceinture noire de jiu-jitsu. L’échange, très technique, s’achève finalement sur une Kneebar, mouvement proche de l’Ankle Lock. Oliveira s’évertue à faire lâcher prise à son adversaire, mais doit rapidement abdiquer.

Temps fort : La facilité avec laquelle Jim Miller renverse la position sur la première amenée au sol. Alors qu’il courait le risque d’une guillotine, il ne s’affole pas, se dégage et se place en position montée. Du grand art !

 

 

 

Catégorie Heavyweight (+ 93 kg) : Stefan Struve (Pays-Bas) vs Sean McCorkle (USA)

Vainqueur : Stefan Struve (TKO, 1er round, 3’55 ») 

Premier constat : voir ce combat en co main event de ce show alors que les deux protagonistes n’ont guère convaincu jusque-là est assez étonnant. Struve est surtout connu pour être le plus grand combattant de la compagnie (2,11 m) tandis que McCorkle, encore invaincu, n’a obtenu aucune victoire de prestige. L’aspect mythique de la catégorie des poids lourds n’est sans doute pas innocent dans ce choix. Scénario bizarre que celui de ce combat. McCorkle alterne les initiatives au sol de manière infructueuse puis semble renoncer dès lors que Struve prend la position ascendante. Le Néerlandais décline son ground & pound au ralenti et obtient un TKO sans saveur.

Temps fort : L’utilisation de la cage par Struve peu après le premier takedown. Avec ses jambes interminables, le géant néerlandais a pu astucieusement se projeter et réaliser une figure proche du salto.

 

Championnat du monde Welterweight : Georges Saint-Pierre © (Canada) vs Josh Koscheck (USA)

Vainqueur : Georges Saint-Pierre (décision unanime, 50-45)

Georges et Kos avaient promis qu’on ne les y reprendrait plus et que leur clash n’irait pas à la limite. Pourtant, c’est encore une fois des juges qui ont entériné le nouveau triomphe du tenant du titre. Cela dit, on ne peut pas incriminer ce combat des mêmes travers que les précédents matchs de Championnat de GSP. Mention spéciale au Champion qui a construit son succès… comme un challenger : agressivité de tous les instants, persistance dans le stand up et dans l’usage de la boxe anglaise alors que des doutes étaient émis sur ses capacités de striker, impression du rythme face à un adversaire sur le reculoir. Rapidement touché à l’œil droit, Kos perd espoir de gagner autrement que par un punch foudroyant. Celui-ci ne viendra jamais, ainsi Georges a-t-il tout loisir d’enchaîner les directs sur la partie blessée de son concurrent. Sur ses rares initiatives, l’Américain donne des coups dans le vide. Un match parfaitement maîtrisé de la part du Québécois, même si on peut regretter qu’il ne se soit pas conclu par un K-O.

Temps fort : Qui sème le vent récolte la tempête. Josh Koscheck a dû s’en souvenir tant le public de Montréal l’a sifflé et entonné des chants à son encontre. Un retour de flamme pour un homme qui est allé jusqu’à traiter GSP de « Français », insulte suprême au pays de l’oncle Sam.

 

Réactions…

 

 

n    THIAGO ALVES

« Ce soir, j’étais vraiment en pleine forme. C’est grâce à mon nouveau programme diététique que j’ai pu faire la différence. »

 

n    JIM MILLER

« Charles (Oliveira, ndlr) a laissé une petite ouverture et j’en ai profité. »

 

« Je me considère comme le numéro 3 de la catégorie derrière Frankie Edgar et Gray Maynard. »

 

n    STEFAN STRUVE

« Honnêtement, je m’attendais à un combat plus difficile. »

 

n     DANA WHITE

« J’ai vraiment été surpris par l’impact du direct de Georges (Saint-Pierre, ndlr). En MMA, je n’ai jamais vu quelqu’un faire autant de dommages avec son direct. »

 

« Josh (Koscheck, ndlr) mérite le respect. Il a démontré qu’il avait beaucoup de cœur ce soir. »

 

« Pff, cette discussion sur qui est le meilleur toutes catégories confondues… J’adore Georges St-Pierre. Il est génial, c’est une grande star et tout ça, mais il a perdu par K-O contre Matt Serra il n’y a pas si longtemps que ça. Anderson Silva n’a par contre jamais perdu à l’UFC et il est monté de catégorie pour battre deux gars coriaces. Il a mis les meilleurs K-O. Il n’a pas perdu un combat depuis 2006 et on arrive en 2011. »

 

n    GEORGES SAINT-PIERRE

« Je sais que Koscheck aime lancer ses punches de manière latérale alors j’ai choisi de privilégier les directs. La stratégie était de le maintenir à distance et de le mettre au sol seulement s’il se montrait agressif. »

 

« À la fin, je voyais que son œil était fermé, j’ai essayé de toucher avec des crochets pour le finir. Je n’ai pas atteint mon objectif ce soir. Je voulais le finir, mais il est très coriace. »

 

n    JOSH KOSCHECK

« Je n’ai aucune excuse. Georges St-Pierre est un vrai Champion. J’ai fait le maximum pour promouvoir ce combat, et au final ça a été un show incroyable, même si le résultat n’est pas en ma faveur. J’espère qu’un jour je serai de retour ici et que je vous offrirai un meilleur spectacle. »

 

« Je voulais maintenir le combat debout, et aussi le mettre sur le dos. Il avait un très bon plan de combat, il l’a bien exécuté. Cela montre pourquoi il est le meilleur combattant toutes catégories confondues. »

 

 

Les Résultats complets

Carte préliminaire

–                   John Makdessi bat Pat Audinwood par décision unanime

–                   Ricardo Almeida bat TJ Grant par décision unanime

–                   Sean Pierson bat Matthew Riddle par décision unanime

–                   Jesse Bongfeld et Rafael Natal, match nul

–                   Mark Bocek bat Dustin Hazelett par soumission au 1er round

–                   Dan Miller bat Joe Doerksen par décision unanime

 

Carte principale

–                   Thiago Alves bat John Howard par décision unanime

–                   Mac Danzig bat Joe Stevenson par K-O au 1er round

–                   Jim Miller bat Charles Oliveira par soumission au 1er round

–                   Stefan Struve bat Sean McCorkle par TKO au 1er round

–                   Georges Saint-Pierre bat Josh Koscheck par décision unanime

 

Bonus de la soirée*

–                   Mac Danzig (K-O de la soirée)

–                   Jim Miller et Mark Bocek ex æquo (soumission de la soirée)

–                   Georges Saint-Pierre vs Josh Koscheck (match de la soirée)

* Dana White a précisé que selon lui, Sean Pierson vs Matthew Riddle était le « vrai » match de la soirée et que l’UFC attribuera donc un bonus aux deux combattants.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s