Review UFC 125 (Top Fight n°4, Février 2011)

 UNE BIEN BELLE RÉSOLUTION À VEGAS

Organiser un événement d’une aussi grande ampleur dès le premier jour de l’année est à double tranchant : il permet de frapper tout de suite un grand coup dans l’esprit des fans, mais présente le risque (en cas de show décevant) de déclencher la vindicte d’un public exigeant, encore saturé du foie gras et des autres mignardises de la veille. D’autant plus dans une ville abreuvée de jeux et de spectacles. En l’occurrence, personne ne s’aventurera à jeter des toasts à la face de l’UFC puisque cette première édition de 2011 a donné satisfaction à plus d’un titre. À commencer par celui des poids légers qui demeure en la possession de Frankie Edgar, sans qu’il n’ait clairement pu démontrer sa supériorité face à Gray Maynard. Un main event nerveux et ultra dynamique, marqué par le stupéfiant retour de flamme du tenant du titre, pourtant atomisé au cours du premier round. Un come-back d’ores et déjà d’anthologie. Le verdict du match nul rajoute une dimension mythique à cette incroyable bataille. Ce type de scénarios, même Hollywood n’en produit pas !

Cet évènement promet de s’inscrire dans l’histoire avec le déclin annoncé de deux grands combattants : Chris Leben et Takanori Gomi. Ces derniers, pourtant favoris de leur rencontre, n’ont plus de réelles perspectives. Pour eux, 2011 sera l’occasion d’une remise en cause. On en espère autant de Thiago Silva, dont la suffisance face à un Brandon Vera fantomatique n’était pas du meilleur goût. Des provocations qui rappellent étrangement celles de son glorieux homonyme. Anderson Silva, Thiago Silva : même combat ? On en saura plus le mois prochain, lorsque The Spider remettra en jeu sa couronne Middleweight pour la huitième fois. À lui de ramener les débats sur le seul terrain qui en vaille la peine : celui du fight.

 

Catégorie Lightweight (70 kg max) : Takanori Gomi (Japon) vs Clay Guida (USA)

Vainqueur : Clay Guida (Guillotine Choke, 2e round, 4’27 »)

Un des enjeux de ce combat consiste à savoir si le grand Takanori Gomi (celui du Pride), est bel et bien de retour, lui qui reste sur un impitoyable K-O, infligé à Tyson Griffin en août dernier. Pour le spectaculaire Clay Guida, c’est l’occasion d’accrocher un « nom » à son tableau de chasse. Aussi, l’ancien Champion Lightweight du StrikeForce entame idéalement la rencontre. Après avoir gratifié le public de ses déhanchements uniques et presque comiques (sa chevelure n’y étant pas étrangère), l’Américain assène un redoutable head kick du droit avant de laisser parler sa boxe. Le Japonais semble hébété, comme anesthésié, et ne tente rien ou si peu. Fort contraste avec les gesticulations incessantes de Guida. Le premier round s’achève au sol où Gomi est toujours aussi inexistant. L’Américain réduit considérablement la distance au cours d’une 2e reprise en mode sangsue. Le Nippon désamorce un Arm Triangle Choke puis tente une Kimura. Il suffit d’un petit relâchement de sa part pour que Guida passe un superbe étranglement en guillotine qui scelle le sort de la rencontre.

Temps fort : Dans la dernière minute du premier round, Guida touche avec un head kick, entraîne son adversaire au sol avec un double leg qui n’a rien à envier au football américain et réitère ceci dans la foulée avec un slam.

 

Catégorie Welterweight (77 kg max) : Nate Diaz (USA) vs Dong Hyun Kim (Corée du Sud)

Vainqueur : Dong Hyun Kim (décision unanime, 29-28)

Encore invaincu en MMA, Dong Hyun Kim est la fierté d’un pays d’où peu de combattants émergent au haut niveau. Avec un succès sur Nate Diaz, fameux vainqueur de la saison 5 du TUF, mais toujours quelque peu dans l’ombre de son grand frère (Nick Diaz, Champion des poids welters du StrikeForce), le Coréen pourrait voir plus loin. D’entrée, Kim réussit un takedown et manœuvre habilement pour s’assurer une position avantageuse. Diaz démontre une garde irréprochable, mais son opposant semble avoir réponse à tout. Kim place le combat dans le domaine de la lutte et du grappling et imprime le rythme. Malgré de bien meilleures initiatives dans les rounds suivants, le Nord-Américain doit accepter les notes des juges en faveur du Coréen.

Temps fort : Au 3e round, à l’issue d’une phase de corps à corps, les deux opposants se retrouvent au sol et rivalisent d’ingéniosité pour placer une clé de jambe.

 

Catégorie Light Heavyweight (93 kg max) : Thiago Silva (Brésil) vs Brandon Vera (USA)

Vainqueur : Thiago Silva (décision unanime, 30-26, 30-27, 30-27)

Brandon Vera sait avant même le combat qu’il s’expose à la sanction de la fameuse « règle de trois ». Un précepte officieux selon lequel trois revers consécutifs entraînent le licenciement. Autant dire que sa motivation est sans faille. Hélas, c’est un sacré client qui se dresse devant lui : Thiago Silva, ancien membre de la Chute Boxe et un des leaders de l’American Top Team. Le Brésilien démontre une virulence de tous les instants et conserve facilement un contrôle latéral, au cours d’un 1er round conclu sur une provocation envers Vera après le gong. L’Américain réengage le combat avec une série de coups de genou mais subit quasiment le même scénario. Puis cela tourne à la punition à la dernière reprise. Placé en full mount, Silva déchaîne sa fureur et s’adjuge une large décision.

Temps fort : Si elle est irritante, l’arrogance dévoilée par Thiago Silva est indéniablement un des faits majeurs du combat. La série de gifles qu’il distribue de manière narquoise au cours de la dernière reprise reflète ce trait de caractère.

 

Catégorie Middleweight (84 kg max) : Chris Leben (USA) vs Brian Stann (USA)

Vainqueur : Brian Stann (TKO, 1er round, 3’37 ») 

En net regain de forme, Chris Leben, l’un des plus célèbres participants du premier The Ultimate Fighter, recherchait un affrontement solide afin de se hisser dans le top 10 de la catégorie poids moyens. Hélas, plusieurs indisponibilités ont conduit l’UFC à choisir Brian Stann, éphémère Champion Light Heavyweight du WEC, pour lui faire face. Une affiche déséquilibrée sur le papier, mais rendue importante par sa position en co main event, conséquence du forfait du Champion Featherweight José Aldo. Force est de constater que l’on a bien eu du mal à reconnaître le Chris Leben enthousiasmant de juillet dernier face à Akiyama. Tenu en respect lors d’un clinch coriace, le combattant aux cheveux peroxydés est vite acculé contre la cage. Seule l’adrénaline lui permet de résister aux assauts de son adversaire. Stann concrétise sa domination en ground & pound après avoir obtenu deux knockdowns.

Temps fort : Lorsqu’au milieu du round, le duel reprend en phase de boxe, on pense que Leben va tirer son épingle du jeu… C’est le contraire qui se produit : Stann enchaîne les crochets droits et l’envoie une première fois au tapis.

 

Championnat du monde Lightweight : Frankie Edgar © (USA) vs Gray Maynard (USA)

Vainqueur : Aucun (égalité, 48-46, 46-48, 47-47) Edgar conserve la ceinture.

Paradoxalement, cette rencontre très attendue était crainte par une bonne partie des amateurs de fight. La faute à un Maynard qui a donné l’habitude de s’octroyer des succès à la décision grâce à des techniques de lutte très rigides, mais aussi au Champion à qui on reproche d’utiliser sa boxe pour piquer plus que sonner. Les deux hommes n’avaient sans doute pas ces préoccupations en tête au moment d’élaborer leur stratégie, mais ils ont savamment bouleversé l’ordre établi. Maynard en premier lieu : incisif dès le premier round, le challenger a obtenu cinq knockdowns en l’espace de quelques secondes et manque de peu de sonner irrémédiablement Edgar. Revenu de l’enfer, le Champion impose progressivement sa patte dans les rounds suivants, notamment par des slams tonitruants et des tentatives de soumission. Cependant, sa boxe à la précision chirurgicale demeure sa meilleure arme. Certes, Edgar domine de manière moins nette que Maynard à la première reprise (ce qui lui a valu un 10-8), mais il réduit son retard. Au final, seuls les 3e et 5e rounds ultraserrés font débat. Chaque juge les pointe différemment, mais cela aboutit à un résultat nul. Un finish au goût d’inachevé contre lequel il est bien dur de s’élever. Reste à savoir ce que décidera l’UFC concernant Anthony Pettis, initialement destiné à rencontrer le vainqueur de la rencontre.

Temps fort : Malgré le résultat final, la domination de Maynard dans le premier round risque de marquer les esprits pour longtemps. Un motif d’espoir pour la longue liste de challengers d’Edgar. Mais attention, ils sont aussi prévenus du fait que le Champion a un mental de fer… et un menton d’acier.

 

Réactions…

 

n    CLAY GUIDA

« Ma stratégie était de conserver la distance pour éviter les punches de Gomi […] Je me suis inspiré du style de Kenny Florian et Frankie Edgar, bien que je ne me compare pas à eux. »

 

n    DONG HYUN KIM

« Je me sens prêt à affronter Georges Saint-Pierre. Jusque-là, tous ses challengers ont essayé de boxer avec lui tandis que moi je tenterais de le mettre au sol et de m’imposer en ground & pound. »

 

 

n    THIAGO SILVA

« Je n’avais pas combattu pendant un an à cause de ma blessure au dos, mais maintenant je suis de retour, et à 100 %. »

 

« Mes gestes en fin de match, c’était pour le distraire, lui faire perdre son calme pour mieux le mettre K-O. »

 

n    BRIAN STANN

« Mon prochain objectif est d’être classé dans le top 10 des poids moyens et obtenir un match de Championnat dans l’année. »

 

n    DANA WHITE

« Qui pensait que Leben allait se prendre un K-O par Stann ? Personne, tout le monde pensait que ça allait être un combat à sens unique. Faux ! Tous les experts prédisaient que Gomi allait mettre Guida K-O. Faux ! Tout le monde pensait que Edgar vs Maynard allait être ennuyeux. Encore faux, bande d’abrutis ! »

 

« En entrant dans l’Octogone à la fin du show, je n’avais pas idée du vainqueur entre Frankie et Gray. Je suis le premier à balancer sur les juges, et ils n’étaient pas tous d’accord entre eux ce soir, mais si un nul devait arriver pour un combat, c’était bien pour celui-là. »

 

« Gray Maynard obtiendra un rematch immédiat. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il le mérite. »

 

n    FRANKIE EDGAR

« Je crois avoir remporté le combat vu que j’ai dominé quatre rounds sur cinq. »

 

« Je ne me préoccupe pas d’Anthony Pettis pour l’instant, c’est à l’UFC de décider qui je dois rencontrer en premier. »

 

n    GRAY MAYNARD

« Je pense avoir gagné le 3e round et même le 5e. Même si cette dernière reprise a été très disputée, je me suis montré plus agressif. »

 

« Le premier round aurait pu être un 10-7 en ma faveur, l’arbitre aurait même pu arrêter le combat. »

 

 Résultats complets

Carte préliminaire

–                   Jacob Volkmann bat Antonio McKee par décision partagée

–                   Daniel Roberts bat Greg Soto par soumission au 1er round

–                   Diego Nunes bat Mike Brown par décision partagée

–                   Brad Tavares bat Phil Baroni par K-O au 1er round

–                   Dustin Poirier bat Josh Grispi par décision unanime

–                   Jeremy Stephens bat Marcus Davis par K-O au 3e round

 

Carte principale

–                   Clay Guida bat Takanori Gomi par soumission au 2e round

–                   Dong Hyun Kim bat Nate Diaz par décision unanime

–                   Thiago Silva bat Brandon Vera par décision unanime

–                   Brian Stann bat Chris Leben par TKO au 1er round

–                   Frankie Edgar et Gray Maynard font match nul

 

Bonus de la soirée

–                   Jeremy Stephens (K-O de la soirée)

–                   Clay Guida (soumission de la soirée)

–                   Frankie Edgar vs Gray Maynard (match de la soirée)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s