Toulouse Poker Tour 16e Manche Saison 2008-2009 (9 juin 2009)

By

LIEU : CHEZ FLORIAN

CONTEXTE : 16e round du Toulouse Poker Tour Saison 2008/2009

PARTICIPANTS : 7

–          Emilien B.

–          Florian B.

–          Sébastian D.

–          Guilhem D.

–          Taïs ?

–          Sébastien ?

–          Denis P.

JETONS :

–          Blancs (Valeur 5) ? unités/joueur

–          Rouges (Valeur 10) ? unités/joueur

–          Verts (Valeur 25) ? unités/joueur

–          Bleus (Valeur 50) ? unités/joueur

–          Noirs (Valeur 100) 3 unités/joueur

–          Valeur globale du tapis : 1500

AVANT-MATCH :

DEROULEMENT :

Jetons de Poker

  • 21H15 Première main de la soirée, le ton est donné, il se veut impitoyable. En effet, Emilien relance pré et post-flop ce qui provoque certains sarcasmes de joueurs habitués à son agressivité chronique. Toujours est-il que presque tous fuient le coup à l’exception notable de Florian, influencé ou non par la réaction populaire. Il suit dans l’espoir d’un hypothétique tirage, Emilien vit le coup sereinement d’autant que résonne en fond « idioteque » de Radiohead, titre culte s’il en est, et qu’il ne peut imaginer perdre un coup dans ce cadre. Bien vu puisque Florian se retrouve avec un tiers de son tapis en moins.
    • Florian : K 10
    • Emilien : J 9
    • Board : J Q ? ? ? (hauteur K vs paire)

Jetons de Poker

  • 21H25 On prend les mêmes et on recommence. Les ricanements continuent de plus belle quand Emilien se permet d’attaquer férocement ce deuxième pot. Denis sur-relance et Florian colle dans un premier temps. Il se montre plus vicieux ensuite en sur-relançant de son tapis post-flop. Un ange passe (mais il décide de ne pas rester) puis Emilien paye, sûr de sa foi et avec la voix de Thom Yorke résonnant encore malgré la chanson terminée. Denis laisse s’exécuter le face à face. Cette fois-ci Florian est costaud mais encore insuffisant. Une des éliminations les plus rapides du TPT… puis un rachat malgré la convention fixée au départ. Bien que l’on soit en semaine et que tout le monde se satisferait d’une partie brève, la compassion vis-à-vis de l’hôte est réelle. Au diable le serment, vive la convivialité. Même Sebastian n’y trouve pas à poser un amendement ce qui n’est pas peu dire.
    • Florian : J J
    • Emilien : K 5
    • Board : K 4 9 6 8
  • 22h18 Un Florian bien plus serein depuis son rachat nous gratifie d’un deux minutes culturel sur l’origine du nom de sa copine (Nguyen). Celui-ci est très courant chez les Vietnamiens sans que des racines familliales réelles n’existent entre ceux qui le portent d’où la fin du mythe quant à sa parenté avec Scotty « baby » Nguyen. Pour un peu on aurait cru entendre Bertrand Renard nous dévoiler, dictionnaire à l’appui, une définition d’un mot improbable en neuf lettres et demi TTC.
  • 22h20 Emilien se risque à revenir sur l’origine du nom en interrogeant la pertinence d’une comparaison avec Cassius Clay (Mohammed Ali) hérité de l’esclavage. C’est un four sans précédent.

Jetons de Poker

  • 22h30 Les blinds telles que programmées sur le logiciel sont certes gentillettes mais rien n’explique le lymphatisme du jeu actuel. Alors pour relancer le rêve c’est encore une fois Emilien et Florian qui s’y collent. Ce dernier se retrouve contraint à un nouveau tapis pré-flop et envisage une « réelle » élimination avec crainte. Emilien survivrait avec un total digne de faire rêver n’importe quel tiers-mondiste en développement durable. Pourtant des deux c’est encore lui qui a la meilleure main de base tandis que Florian joue une hauteur AS et un tirage couleur au flop. C’est alors que le board va s’exprimer dans toute son éloquence, dévoilant deux paires supérieures à celle qu’à Emilien en main… d’où un pot remporté par Florian grâce à son kicker en cinquième carte. Un coup dur à expliquer, dur à subir aussi.
  • Emilien : 5 5
  • Florian : AS 6
  • Board : 10 7 J 10 7 (double paire vs double paire kicker supérieur)

Jetons de Poker

  • 23h06 Florian est requinqué, le voilà qui dézingue purement et simplement Denis. Un coup bizarroïde qui rappelle le danger des non-relances pré-flop. Resté par défaut sur le coup car en position de big blind, Denis a le malheur de toucher une petite paire sur le flop et envoie un tapis d’intimidation. Celui-ci ne risquait pas de payer puisque Florian a encore touché plus gros. Denis finit 7e pour la deuxième fois consécutive malgré la main fétiche de Doyle Brunson.
    • Denis : 2 10
    • Florian : Q 5
    • Board : 5 5 2 AS 8 (double paire vs brelan)

Jetons de Poker

  • 23h32 Sebastian, peu en vue comme jamais, se signale par une relance pré-flop à 300 alors qu’il lui reste moins de 500, ce qui n’est pas gage de sérénité. Taïs s’engouffre dans le coup en payant simplement. Après le flop elle demande le tapis de Seb sans sourciller. Ce dernier paye en se sachant perdant et ne pouvant compter que sur un as pour le sauver ! Nicolas V sors de ce corps ! Sebastian finit 6e, il avait fait partie du tiercé final durant les quatre rounds précédents.
    • Sebastian : AS 7 (assortis cœur)
    • Taïs : K Q
    • Board : K 5 5 10 10 (double paire vs double paire supérieure)

Jetons de Poker

  • 23h38 Guilhem, qui déclarait un peu plus tôt n’avoir joué qu’une fois de la soirée (et encore de la guitare !) se décide à coller une relance d’Emilien pré-flop quasi équivalente à son tapis. Les deux n’attaquent plus suite à un tableau fleurant le piège. Le kicker seul fait la différence. Décidément beaucoup de coups qui se jouent à peu de choses ce soir. Sur direct 8 Patrice Laffont serait encore empêtré dans les calculs.
    • Emilien : K 2
    • Guilhem : K Q
    • Board : 4 K 3 AS 10 (paire vs paire kicker supérieur)

Jetons de Poker

  • 23h51 Guilhem revoit du jeu mais la route est encore longue pour revenir à hauteur des autres. Il rentre sur un coup contre Florian et les deux se relancent jusqu’à la river. Le pot est énorme et l’hésitation de Guilhem tout autant, récapitulant tout le scénario du film à haute voix avant de finalement payer et de risquer l’élimination. Stupeur quand il dévoile ses cartes : il a à la fois une couleur et un brelan. Florian se contente de déclarer qu’il n’a pas mieux et jette ses cartes sans montrer. Hitchcock se retourne dans sa tombe.
    • Florian : ? ?
    • Guilhem : 6 8 (assortis cœur)
    • Board : 6 6 AScoeur 5coeur Qcoeur (? vs couleur brelantée)
  • 00h07 Micro-événement, enfin un affrontement entre le couple Guilhem/Taïs. Le tout demeure gentillet avec une relance minimum suivi pré-flop puis du check jusqu’à la fin.

Jetons de Poker

  • 00h20 Emilien n’a plus beaucoup de tours de blinds devant lui et il passe à l’assaut avec une main potable mais dans une configuration difficile face à Taïs, possédant notamment une carte commune qui refroidit les illusions. Et pourtant le tableau est original et sort encore deux paires (à noté l’omniprésence du 5 ce soir). Mieux il fait toucher une troisième paire aux deux participants à la river. Hélas la combinaison trois paires reste exclue des règlements du poker et le kicker reprend donc toute son importance. Paradoxalement, avec une carte neutre à la river ça se serait terminé en partage. Emilien revit son cauchemar de 22h30… à l’envers mais toujours bien profond dans la fente réservée à cet usage. Spielgberg se serait mis sur la grille de départ pour un remake. On parle de Tom Hanks dans le rôle du board machiavélique.
    • Emilien : AS 9 (assortis coeur)
    • Taïs : AS K
    • Board : 8 8 5 5 AS (double paire vs double paire kicker supérieur)

Jetons de Poker

  • 00h49 Seb, le deuxième du nom, se distingue par un comportement héroïque depuis quelques tours, parvenant à se renflouer à trois reprises (quasi consécutives) alors qu’il était tombé à un tapis de moins de 250. On comprend moins sa précipitation à envoyer tapis pré-flop alors qu’il n’était plus en sursis. Florian se révèle encore bon payeur en y allant avec une main aussi mitigée que celle de son adversaire. Mais juste ce qu’il faut meilleure. Seb (-en à la fin) termine 4e.
    • Sebastien : Q 5
    • Florian : Q 6
    • Board : ? ? ? ? ? (hauteur dame vs hauteur dame kicker supérieur)

Jetons de Poker

  • 01h08 Guilhem prend une voie de non-retour. Il affronte Taïs, chipleader depuis bien longtemps dans une configuration classique de la grosse carte commune et du kicker devant faire la différence. Emilien tire le board et prédit le bad beat, qui attend la river pour arriver. Guilhem s’en prend encore une fois aux statistiques et se rue sur l’ordi pour trouver un site comparatif. Il consent néanmoins à attendre la fin de la partie et à laisser le logiciel accomplir sa besogne.
    • Guilhem : K 7
    • Taïs : K 6
    • Board : Q 9 2 8 6 (hauteur roi vs paire)
  • 01h15 La finale voit le face à face de deux joueurs bien silencieux (Florian et Taïs) tandis que Sebastian et Guilhem s’égosillent au sujet d’un coup au mépris de la concentration des finalistes. Inutile de préciser qu’ils n’évoquent pas le coup ayant entrainé l’élimination de Guilhem mais un coup remontant à une heure où le même Guilhem se serait montré trop passif, permettant à Florian de toucher une couleur alors qu’il était patron au flop avec deux paires hautes.

Jetons de Poker

  • 01h19 Un dernier coup d’une violence rare. Le board sort des figures en pagaille. Taïs est toujours aussi illisible car empreinte de l’habitude féminine de seulement coller les relances qu’elle soit à tirage ou bien servi. En l’occurrence, Florian attaque post-flop, est suivi, remet ça au turn et se voit répondre un all-in radical. Il paye plutôt que sacrifier ce qu’il a déjà mis en jeu. Taïs dévoile sa couleur et sa quinte cumulé face à une simple paire haute chez Florian. C’est la fin des haricots. Sebastian, réticent à voir un joueur « recavé » s’imposer (ce qu’il a pourtant lui-même fait au 2e round hum), laisse échapper un « ouf » de soulagement et évitera une nuit blanche. Guilhem souffle aussi mais pour d’autres raisons, le pognon ira quand même à la maison.
    • Florian : K 5
    • Taïs : J 2 (assortis cœur)
    • Board : Q coeur K coeur AS coeur 10 ? (paire vs couleur quintée)

BILAN (récompenses) :

  • Le Gontran Bonheur d’or ou Rocco Siffredi d’or (attribué au joueur le plus ouvertement chanceux de la soirée) : Personne. Certains diraient Taïs mais l’accusation de misogynie pokeristique ne serait pas loin.
  • Le Rolland Courbis d’or ou Raimu d’or (attribué au joueur ayant manifesté le plus de mauvaise foi durant la soirée) : attribué exceptionnellement au BOARD,      véritable acteur de la soirée qui n’a pas manqué de sortir des tirages hypocrites, favorisant en apparence un jeu quand il le condamnait en même temps. A croire qu’il fallait compenser avec le round précédent où le board avait été atone.
  • Le Petit Gibus d’or (attribué au joueur qui aurait pu prendre à son compte l’expression « si j’aurais su j’aurais pas venu ») : DENIS ou SEBASTIAN
  • Le Truman Show d’or (attribué au joueur qui n’a jamais pu rentabiliser ses belles mains et a eu le plus de boards défavorables) : EMILIEN (à débattre)

NOTES D’ENSEMBLE :

  • PONCTUALITE 7/10
  • AMBIANCE 9/10
  • ACCUEIL/SERVICE 8/10