Toulouse Poker Tour 18e Manche Saison 2008-2009 (19 juin 2009)

LIEU : CHEZ EMILIEN

CONTEXTE : 18e round du Toulouse Poker Tour Saison 2008/2009

PARTICIPANTS : 5

–          Vincent A.

–          Emilien B.

–          Sébastian D.

–          Guilhem D.

–          Nicolas D.

JETONS :

–          Blancs (Valeur 10) 17 unités/joueur

–          Rouges (Valeur 20) 14 unités/joueur

–          Verts (Valeur 50) 11 unités/joueur

–          Bleus (Valeur 100) 8 unités/joueur

–          Noirs (Valeur 200) 3 unités/joueur

–          Valeur globale du tapis : 2400

AVANT-MATCH : Rien de vraiment grandiose, tout juste quelques réajustements de dernière minute sur le logiciel et quelques précisions techniques d’Emilien sur la méthode d’évacuation de la cendre à l’attention des fumeurs.

DEROULEMENT :

  • 21H35 Une fois n’est pas coutume, le premier coup se distingue par sa passivité. Tout le monde se couche et offre le pot à Sebastian, placé en big blind. Ironie de l’histoire, il retourne ses cartes et dévoile un 2 et un 7 dépareillés, la pire main statistique.
  • 21H38 Emilien relance à 100 pré-flop (blinds 10/20), tout le monde suit le coup à l’exception de Seb (qui attend sûrement le head’s up). Au flop sort trois petites cartes à priori anodines. Nicolas check, Emilien second de parole, place une relance colossale à 300 qui fait grincer des dents (et ça rime avec ça). Tout le monde finit par se coucher tout en rechignant. Vincent utilise sa showcard pour obliger Emilien à montrer son jeu : paire servie de 8, devenue brelan au flop. Et non ce n’était pas un bluff, à la stupéfaction de presque tous. Guilhem tance déjà en affirmant « Eh ben ça va pour toi, deuxième main et tu touches un brelan ».

Jetons de Poker

  • 21h45 En pré-flop Guilhem réalise une relance minimum (40 en valeur totale, les blinds étant toujours à 10/20). Emilien et Vincent, tous deux de blinds, collent sans hésiter. Premier de parole post-flop, Emilien relance à 200, Vince se couche, Guilhem masque péniblement son exaspération devant le jeu ultra-agressif de son nouvel ennemi public numéro 1. Il finit par tripler la relance soit une valeur de 600 (précision pour ceux qui n’ont pas eu un bac S). Emilien réagit du tac au tac et double pour atteindre 1200, somme plus qu’énorme à ce stade du jeu (la moitié du tapis initial !). Guilhem, affligé, jette son jeu et utilise à son tour la showcard. Brelan max chez Emilien qui touche gros pour la deuxième fois en dix minutes, une occasion donnée à Guilhem de poursuivre sur le registre « Une partie qui se déroule très bien ».
    • Guilhem : ? ?
    • Emilien : Q 4
    • Board : Q Q 3 (coup avorté au flop)

Jetons de Poker

  • 22h10 Vincent est le premier éliminé de la soirée et n’envisage pas à priori de se racheter, bien qu’on puisse le faire pendant encore une demi-heure. La main se décante cette fois-ci au moment du turn. Vince a touché mais le board est malicieux, offrant aussi par cette carte le tirage quinte ventral que son adversaire, Nicolas, attendait. Vince envoie tapis (il est short-stack à la table) et Nicolas paye aussitôt.
    • Vincent : 6 5
    • Nicolas : 7 7
    • Board : 8 6 4 5 Q (double paire vs quinte)
  • 22h15 Après un petit moment de flottement, Vince déclare sa flamme au jeu et décide de se racheter, l’occasion de jongler avec le logiciel que l’on met sur pause avant de se prendre la tête pour savoir comment annuler une élimination et valider un rebuy.

Jetons de Poker

  • 22h24 Affrontement triangulaire entre trois des figures emblématiques de la saison : Emilien, Guilhem et Sebastian. C’est ce dernier, placé initialement en BB, qui est à l’initiative de relances à chaque tour d’enchères, ce qui comme on le sait ne signifie pas forcément chez lui qu’il a un jeu fait. En réalité, il a un tirage couleur ou plus vraisemblablement un tirage quinte des deux bouts. Après la river, il stoppe ses continuations bet et check, Emilien ne demandait pas mieux et place une relance scandaleuse de 500, suffisante pour faire partir Seb mais pas Guilhem, qui garde dans un coin de la tête la possibilité d’un rachat. Il lance donc son tapis. Emilien craint une suite supérieure chez son adversaire mais prend le risque de coller. Bien lui en prend. Deuxième élimination de la soirée et deuxième rachat.
    • Guilhem : 10 8
    • Emilien : Q 6
    • Board : 5 8 7 K 9 (paire vs quinte)

Jetons de Poker

  • 22h48 Guilhem reste très actif depuis son rachat. Il fait face à Seb dans une configuration aux allures de grand classique du poker. Il attaque post-flop à 200 (blinds 20/40), Seb parlant juste après lui y va d’un triplement sans sourciller. Guilhem se couche, montre qu’il a osé jeter gros et brandit sa nouvelle showcard que le rachat lui a permis de récupérer (réforme improvisée de la soirée, à débattre en assemblée). Seb dévoile du lourd, pas de regrets côté Guilhem mais toujours ce sentiment diffus d’une malédiction pesant sur lui.
    • Guilhem : Q K
    • Sebastian : AS AS
    • Board : ? Q ? (coup avorté au flop)
  • 23h09 Vince se veut plus ambitieux depuis son rachat. Sur un affrontement triangulaire, il profite de parler en dernier pour envoyer un tapis pour le moins illisible, Guilhem, qui avait précédemment relancé à 200 et Nicolas, qui avait collé,  choisissent de se coucher. Dans la foulée il remet ça post-flop vs Emilien, ce dernier lâche aussi le coup malgré deux figures en mains et utilise sa showcard. Vince révèle un jeu aucunement fait, un simple tirage couleur à trèfle avec deux petites cartes. Toujours est-il que ses initiatives payent et qu’il redevient un candidat sérieux.

Jetons de Poker

  • 23h32 Vince vs Emilien acte II dans une configuration très proche. Encore une fois le premier nommé envoie tapis suite à un flop d’apparence bancal puisque sortant trois cartes assez éloignées, son adversaire, toujours chipleader, hésite vraiment pour suivre ce coup qui pourrait lui faire très mal mais la perspective qu’un joueur soit enfin éliminé définitivement l’emporte sur le reste. Les deux autres révèlent leurs cartes et là surprise : ils n’ont rien d’autre qu’un tirage quinte ventrale chacun. Avec ses deux cartes hautes Emilien reste statistiquement très favori sur le coup mais le bad beat intervient à la river, une carte qu’on n’attendait plus qui donne une paire suffisante au bonheur de Vince. Ce dernier devient chipleader et a au mieux optimisé sa dernière demi-heure délirante.
    • Emilien : AS K (assortis pique)
    • Vincent : 7 8
    • Board : Q 6 10 10 7 (paire vs double paire)

Jetons de Poker

  • 23h48 Clash entre Emilien et Sebastian, les deux plus petits tapis de la table pour l’heure. A la base, une relance moyenne pré-flop qui est suivi à tout hasard. Après le tirage, un léger moment de flottement est observable. Emilien apprécie modérément la petite paire présente sur le board et prend l’air de rien des infos auprès de Seb concernant le type de jeu avec lequel il a pu rentrer sur le coup. Finalement il envoie 400 et Seb ne prend que quelques secondes pour envoyer son tapis. Emilien flaire malgré tout quelque chose de louche et colle. Seb est allé chercher son tirage quinte des deux bouts tandis qu’Emilien a fait confiance à sa grosse paire servie. Le turn et la river ne font guère évolué et la donne et Sebastian doit se résoudre à une élimination prématurée, loin d’être une coutume chez lui. Guilhem fait la moue devant la tactique des deux acteurs du coup, en vérité il aurait été dégoûté quelque soit celui qui prenait le pot puisqu’il pourra ensuite s’appuyer sur la force du tapis, ce qui est encore loin d’être le cas du docteur es stats.
    • Sebastian : 10 9
    • Emilien : K K
    • Board : 7 8 7 AS Q (paire vs double paire)

Jetons de Poker

  • 23h54 Encore un affrontement triangulaire dont sort vainqueur Vincent, qui les apprécie visiblement beaucoup à moins que ce soit les cartes qui l’apprécient, lui. Tout se décante en pré-flop. Emilien, à l’initiative avec une relance de 400, va vite se résigner à abandonner le coup devant la sur-agressivité de ses concurrents, d’abord Vince qui sur-relance du double puis Guilhem qui fait all-in. Vince a peu à rajouter et paye sans hésiter. Déballage des cartes et cris enthousiastes de la foule (si on peut appeler ça comme ça) face à un affrontement de riches. Guilhem est devant avant le tirage des cartes mais pressent qu’il va se passer quelque chose contre lui. Il le dit tellement fort que le dieu du poker exauce… son cauchemar et offre la seule carte qui plaçait Vince devant. Guilhem et la confiance accordée (non accordée en l’occurrence) au board c’est un peu comme ces gens qui consultent des voyants sans y croire une seconde et s’étonnent qu’ils ne trouvent rien à leur prédire. Le voilà classé 4e tandis que Vince devient un véritable ogre à abattre et va être surnommé mister bad beat à ce train-là.
    • Guilhem : K K
    • Vincent : AS K
    • Board : 8 8 AS 3 Q (double paire vs double paire supérieure)

Jetons de Poker

  • 00h29 Derrière Vince, les deux joueurs restants ont une force de frappe très relative. Et voilà qu’ils s’affrontent tandis que le chipleader se frotte les mains en se demandant qui il va rencontrer en head’s up. Relance, sur-relance, tapis envoyé par Nicolas post-flop. Emilien a touché la top pair et ne croie pas qu’il en soit de même chez son adversaire, en vertu d’un coup précédent où il s’était laissé bluffer. Il colle donc et reçoit de plein fouet le jeu de son concurrent. La différence se fait au kicker et voilà Emilien plus qu’en péril, tout au plus une dizaine de jetons atteignant une valeur de 1400. C’est l’heure de ré-invoquer Saint Patrick (Bruel) et son leitmotiv « Tant qu’il te reste un jeton t’es pas mort ».
    • Emilien : 9 4
    • Nicolas : 9 J
    • Board : 7 2 9 8 8 (double paire vs double paire kicker supérieur)

Jetons de Poker

  • 00h49 Emilien, toujours au bord du gouffre, survit un moment supplémentaire grâce à un coup gagné face à un Vince bon payeur, qui est bien redescendu de son chipleading durant la dernière demi-heure.
    • Vincent : 6 7
    • Emilien : J 7
    • Board : Q J 4 4 5 (paire vs double paire)

Jetons de Poker

  • 00h52 C’est à présent Nicolas qui fait tourner le jeu avec la force des jetons comme meilleure alliée. Sur un coup où il se couche, les deux autres joueurs profitent pour s’engouffrer et tenter de s’entretuer. Fait notable ils ont exactement la même hauteur de jetons aux trois couleurs restantes. Vincent envoie son tapis, ce qu’il a fait plus que tout le monde réuni ce soir. Emilien colle car muni de deux figures en mains. La carte commune ne laisse planer guère d’illusions pour Vince mais la méfiance est de mise vu les tableaux favorables qu’il a eu jusque là. Celui-ci sera anodin et un duel des plus déséquilibrés peut commencer entre Nicolas et Emilien.
    • Vincent : AS 4
    • Emilien : AS J
    • Board : Q K 5 8 7 (hauteur as vs hauteur as kicker supérieur)

Jetons de Poker

  • 00h56 Le head’s up est complètement relancé suite à un coup machiavélique qui a inversé les rires et les larmes à plusieurs reprises, y compris du côté de Vince, plus en jeu, qui souhaite rentrer et aurait bien envie que ça se finisse. Sebastian est lui bel et bien là et il est passé dealer. Pour ce qui constitue le premier coup du duel allant jusqu’à la river, il ne fait pas dans la dentelle. A la base affrontement classique entre une petite paire servie et deux cartes hautes (semi-haute pour la seconde). Pré-flop, Emilien relance à 2000 ce qui équivaut à la moitié de ce qu’il a environ, Nicolas part à tapis puisqu’il le couvre largement. Emilien colle et croit en sa bonne étoile. Post-flop, Nicolas entrevoit la voiture avec une paire supérieure touchée. Au turn, l’espoir est revenu dans le cas d’Emilien qui a vu sa paire être transformée en brelan. A la river, cerise sur le gâteau, le brelan devient full. Arf ! Que de sueurs chez les deux adversaires. S’il y avait une troisième fenêtre dans l’appart il faudrait penser à l’ouvrir.
    • Nicolas : AS 9
    • Emilien : 5 5
    • Board : 9 Q 2 5 2 (double paire vs full)
  • 01h00 Les mouches semblent véritablement avoir changées d’âne. Comme la semaine précédente où il s’en était remis au Pixies, Emilien ressent cette fois le passage chanson de Jean-Jacques Goldman (« vivre cent vies ») parmi la sélection aléatoire de l’ordi, comme un signe avant-coureur de son succès. Dans la foulée il touche AS Q et une paire de 7 servies, fait deux grosses relances non suivies par Nicolas, qui lâche cependant de fortes blinds (200/400) et abandonne l’ascendant (en jetons et psychologique).
  • 01h10 It’s over. Le final intervient sur deux mains presque anodines. Lassé de subir des grosses relances depuis un quart d’heure, Nicolas envoie tapis pré-flop sur une relance à 1000 d’Emilien, ce qui à ce stade du jeu ne signifie pas forcément grand-chose. Toujours est-il que ce dernier a la carte supérieure qui suffit à le mettre devant et dés le flop il rentabilise avec une paire. Au turn Nicolas touche aussi une paire et ses chances restent intactes, mais pas de retournement de situation à la river. Victoire d’Emilien pour la deuxième fois consécutive (performances de Marc et de Sebastian égalées, dans une certaine mesure puisque ce dernier a enchainé deux succès à deux reprises.). Partie qui en revanche n’a ressemblé en rien au long fleuve tranquille de la semaine précédente.

BILAN (récompenses) :

  • Le Gontran Bonheur d’or ou Rocco Siffredi d’or (attribué au joueur le plus ouvertement chanceux de la soirée) : VINCENT, rentrant dans des coups et envoyant      des tapis avec des mains somme toutes moyennes et aidé par deux bad beats monstrueux vs Emilien et vs Guilhem.
  • Le Rolland Courbis d’or ou Raimu d’or (attribué au joueur ayant manifesté le plus de mauvaise foi durant la soirée) : Personne
  • Le Petit Gibus d’or (attribué au joueur qui aurait pu prendre à son compte l’expression « si j’aurais su j’aurais pas venu ») : SEBASTIAN, mais il aime trop le jeu pour boycotter une partie d’un tel standing.
  • Le Truman Show d’or (attribué au joueur qui n’a jamais pu rentabiliser ses belles mains et a eu le plus de boards défavorables) : GUILHEM, décidément de plus en proche du vilain petit canard que du chat botté.

NOTES D’ENSEMBLE :

  • PONCTUALITE 8/10 : A l’exception notable de Vincent qui continue à faire confiance à son GPS malgré le caractère impétueux de cette invention, tous les invités sont arrivés dans les temps.
  • AMBIANCE 7/10
  • ACCUEIL/SERVICE ?/10 : À débattre mais du propre aveu de l’intéressé c’était le service minimum
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s