Ces questions auxquelles le kayfabe ne répondra jamais (Les Cahiers du Catch, 4 février 2014)

Trop de kayfabe tue le kayfabe.

Vince Russo, un soir de clairvoyance, après avoir vu germer dans son esprit l’idée d’un 60-men war games battle royal ambulance match.

La cohérence, une valeur fluctuante et difficilement définissable quand on la rapporte au domaine du catch. Mais bien que nous soyons tous équipés d’une jauge d’admissibilité ou d’une ligne rouge placées à des niveaux différents, nous restons hantés par des interrogations que nous emporterons vraisemblablement dans la tombe avec le Taker.

Moi et mon urne tellement magique que je m’en suis passé du jour au lendemain.

Bizarreries et incongruités:

quelques réflexions sur la magie du kayfabe.

Note préliminaire : Le but de cette réflexion n’est pas de démystifier la magie du catch en tombant dans une rationalité abrupte, mais de se réjouir de ces bizarreries et incongruités, qu’en tant que fan on intègre dans un logiciel de pensées comme acceptables.

J’ai cette chronique en tête depuis qu’un ami du monde « normal » (comprendre par là un non-initié aux codes du catch) m’a fait remarquer qu’il lui arrive de regarder une émission lorsqu’il tombe dessus, mais sans pouvoir aller jusqu’au bout à cause du manque de crédibilité. Dans les grandes lignes, ses griefs pouvaient être résumés en deux formules : « Le mec, il fait un speech, on n’y croit pas une seconde. », « On regarde pour l’action, non ? Pourquoi tous ces blablas ? »

Aussi éloigné soit-il du mien, ce point de vue est recevable et largement partagé par une frange du public occasionnel. Comme toute bonne série télé, le catch (la WWE en l’occurrence) ne peut être pris en cours sans un minimum d’informations préalables ou le parrainage de quelqu’un vous fournissant des clés de compréhension. Je n’ai aucun mépris pour certains réflexes réfractaires, d’autant qu’ils sont souvent biaisés, le jugement ne portant pas sur le produit réel, mais ce qu’ils croient être le produit. Un peu comme si l’on rendait un verdict en ayant en mains le mauvais dossier d’instruction. La principale erreur de lecture étant d’évaluer le catch avec des attentes purement sportives, d’où l’usage de l’inapproprié « c’est truqué » au sujet de combats chorégraphiés.

Les mêmes seront nettement plus tolérants à l’égard d’un soap opera multipliant les rebondissements plus rocambolesques les uns que les autres. D’où la preuve que nous ne sommes pas confrontés à des esprits obtus, mais simplement des individus en manque d’éléments pour apprécier (au sens d’évaluation) un objet.

Pour ma part, je suis par exemple en manque de repères lorsqu’il s’agit d’évaluer des œuvres artistiques dans le domaine de la peinture ou de la sculpture. Et pourtant je finis bien par exprimer un avis sur la question lorsque l’on me traîne à une exposition.

Or, j’en viens à notre sujet, comment leur reprocher de ne pas accrocher à notre discipline sans être munis des codes, quand nous-mêmes, malgré notre imprégnation, avons tendance à être tannés des incohérences et bullshits dépassant l’entendement ?

Est-ce qu’on parle encore de moi ?

Dans sa récente nalyse de Hell in a Cell, Henri Death rappelait le principe de « suspension consentie de l’incrédulité », je cite, car je ne saurai l’expliquer mieux : « Ce principe qui fait que l’on accepte de mettre entre parenthèses son sens de la logique et du réalisme. C’est par exemple lui qui fait que l’on ne s’offusque pas de voir l’Undertaker tirer ses pouvoirs d’une urne magique, ni du fait qu’aucun catcheur ne porte plainte contre ceux qui les attaquent par surprise à coups de chaise alors qu’ils se promènent en coulisse. On accepte tout ça, parce que, à l’intérieur de l’histoire qui nous est racontée, dans l’univers fictionnel que constituent les storylines, ça a du sens, même si ça n’en aurait pas dans la réalité. »

Nous adhérons donc tous à ce que je paraphraserai de « cohérence dans l’irréalité ». Nous sommes prêts à parfois relâcher la garde, mais sans accepter le basculement dans le non-sens complet. Pour reprendre l’exemple du spectateur de soap opera peuplé de personnages aux vies tumultueuses dépassant la réalité (huit mariages, six tentatives de meurtre, quatre kidnappings subis, deux cancers avortés… pour un seul protagoniste bien sûr !), le contrat passé de manière tacite est le même. Mais parfois la ficelle scénaristique est tellement grosse que le lien rompt. Exemple célèbre : le rebondissement scandaleux fin de saison 9/début de saison 10 de Dallas consistant à réduire l’ensemble des évènements de l’année écoulée à un rêve du personnage de Pamela. Un angle prétexte à ressusciter le personnage de Bobby. Rejet massif des téléspectateurs à l’époque, auquel la série a péniblement survécu.

Pour ceux qui veulent en savoir plus l’histoire est assez édifiante en la matière.

De même la passion du catch ne survit pas toujours à de profondes déceptions, ou des séquences où nous percevons les pas éléphantesques d’un booker se foutant quelque peu de notre gueule.

En espérant que ça ne donne pas des idées à la TNA…

Plutôt que les angles et storylines ayant débouché sur des énormités (ce qui mériterait un sujet à part entière, peut-être a-t-il déjà été fait ici), ce sont les mystères et incohérences apparaissant couramment que je voudrais mettre en exergue. Sans ordre hiérarchique précis, ni exhaustivité. Je vous invite à rajouter les vôtres.

1/Pourquoi les arbitres font-ils mine d’encadrer l’utilisation des armes dans des matchs sans disqualification ?

Impossible de ne pas clouer au pilori ce manège, véritable aberration si l’on s’en tient au strict kayfabe. En effet, nous savons que le rôle des arbitres en « off » va au-delà de celui qu’il joue à l’écran, mais leur participation visible devrait se limiter à taper les trois coups dans le cadre d’un no holds barred, cage match ou autre. Et pourtant, nous les voyons gesticuler, émettre des grimaces ou pire, chercher à retenir « pour de faux » les protagonistes. Vous ne l’avez pas remarqué ? Illustration par un exemple phare. Vengeance 2005, lors du Hell in a Cell entre Batista et Triple H. À 16’ l’arbitre invective l’Animal, apparemment sur son utilisation continuelle de la grille, comme s’il s’agissait d’un match classique où il devait exécuter un compte de dix et inciter les concurrents à revenir sur le ring. À 17’40’’ ses remontrances se font encore plus véhémentes quand Triple H se sert d’une chaise entourée de barbelés. Consternation lors de l’irruption du sledgehammer à 25’, c’est tout juste s’il ne lui arracherait pas des mains, il continuera d’ailleurs à s’arracher les cheveux à chaque démonstration de violence (26’).

En somme, un gros what the fuck qui n’a dans l’absolu pas gâché l’un des meilleurs matchs de l’année 2005 à la WWE.

2/Comment fait un homme énervé pour attendre sagement le show télévisé suivant pour se venger d’une attaque ? Question subsidiaire : Pourquoi aucune mention des house shows dans les storylines, alors qu’ils sont par ailleurs promus et que leurs cartes sont fixées conformément aux feuds du moment ?

Show après show nous y avons droit. Un catcheur prend un micro et mentionne un évènement dont il a été victime ou acteur principal la semaine précédente, au mieux le lundi précédent dans le cas d’une connexion SmackDown-Raw. Entre temps ? Ben on n’en sait rien. Sans doute a-t-il voyagé sur la route dans une recherche désespérée de son ennemi numéro un. D’où une obligation, malgré le fait que les catcheurs soient constitués de chair et d’os, de les considérer comme des personnages de fiction n’existant qu’au moment où ils sont à l’écran… alors qu’on ira les voir de près à l’occasion.

Où on en revient à la nécessaire appréhension du catch comme une série télévisée, exigence bien difficile lorsqu’elle nous oblige à l’abstraction d’évènements dont nous avons trace par ailleurs. Exercice encore plus complexe depuis l’émergence d’Internet.

C’est bon les gars, partez sans vous retournez, on a une semaine tranquille devant nous.

3/Comment se fait-il que les voix des intervenants ressortent toujours avec la même vigueur ?

Question subsidiaire : Pourquoi certains (Shawn Michaels, Vince McMahon) s’expriment avec des voix « n’existant pas » dans la vraie vie ?

Qu’une voix puisse être projetée au loin lorsqu’un homme s’exprime avec un micro au cœur d’un ring, lui-même équipé pour renforcer les sonorités, soit. Mais qu’il en soit de même alors qu’il se trouve en backstage de l’arène, dans un parking, au milieu de la rue voire chez lui… Quantité de segments, vendus en kayfabe comme des moments « volés », témoignent d’une diction, une élocution, un discours tout aussi audible et appuyé qu’en condition de promo classique. Des codes tellement intégrés que les protagonistes les emportent partout ?

Cette récente séquence d’un Damien Sandow à la pêche à la mallette est particulièrement too much en la matière. Et j’avoue adorer ça.

À noter aussi les résonnances spatiales de certaines voix et les raclements de gorge surnaturels de certains spécimens. Vince McMahon en tête. Je n’ose imaginer les engueulades en dolby/surround que devaient subir Shane et Stéphanie dans leur enfance.

Hommage au patron avec ce speech sur le thème « that’s not fair », pendant l’ère McMahon-Helmsley originelle, qui démontre toute sa panoplie sonore. Son intonation finale en fait un véritable méchant d’univers de fiction. Chacune de ses vannes est d’ailleurs appuyée de la voix suraiguë tout aussi abusive de Jerry Lawler aux commentaires. On imagine aisément les deux très performants dans le doublage de dessins animés.

4/Pourquoi dans un ladder match un individu semblant bien en jambes peine soudainement dans le dernier geste ?

Comme j’imagine beaucoup d’entre vous j’ai vu le main event de TLC 2013, et si j’ai trouvé le combat bon dans son ensemble, je n’ai pu m’empêcher de tiquer sur les habituelles séquences d’escalade pour aller décrocher le sésame. On pourrait donc se relever d’une grosse prise, grimper une à une les marches sans tituber et ne pas réussir à décrocher une ceinture ou une mallette d’un coup sec ? Certes, Jack Swagger a réellement peiné à cette tâche, au point que la WWE a dû faire éditer le segment, mais de là à ce que tout le monde l’imite sciemment !

Pour trouver une équivalence footballistique, c’est un peu comme si à chaque rencontre de coupe, un attaquant prenait de vitesse un défenseur, en dribblait un autre et arrêtait de courir au moment du face à face avec le gardien. Les initiés pourront toujours citer Cheick Diabaté ou un autre tâcheron offensif. Ce qui ne constitue pas une majorité aussi épaisse que celle de Stamford.

Ne cherchez pas, personne ne peut avoir l’air aussi benêt.

5/Pourquoi des agissements identiques ne déclenchent pas les mêmes conséquences ? Le cas des disqualifications et autres décisions arbitrales, mais surtout arbitraires.

Aussi actées soient les règles mentionnées à l’écran, le catch jongle avec des conventions tacites que le moindre habitué des programmes assimile assez vite. Même tout gamin j’avais compris que les disqualifications et les count out étaient beaucoup moins courants en PPV, surtout quand il y a des titres en jeu. Des postulats destructeurs de kayfabe. D’autant que selon les circonstances, les avancées des feuds ou la volonté de rendre « over » untel ou untel, on adapte les interprétations des règlements sans que le kayfabe ne le justifie.

Le cas le plus contradictoire et flagrant que je connaisse a eu lieu le soir de SummerSlam 2006. Booker T défend alors le titre World Heavyweight contre Batista, de retour d’une longue blessure l’ayant obligé à laisser la ceinture vacante en début d’année. Le build up prévoit une longue marche vers la reconquête, donc le face en chef de SmackDown ne peut remporter aussi vite le titre, tout en devant garder la main sur la rivalité. Une victoire par disqualification est la solution idéale. Aucun problème sur le fond. Quant à la forme, une simple intervention faiblarde de Sharmell et l’arbitre sonne la cloche. Dans la même soirée, Edge défend le titre WWE contre Cena. Lita réalise une intervention en tout point identique, mais l’action se poursuit. Un poing américain permettra à Edge de s’imposer par tombé. On pourra rétorquer avec raison que ce ne sont pas les mêmes hommes qui officiaient lors de ces matchs de championnat. Quitte à créer un angle autour de ces décisions opposées le lendemain à Raw, ce qui ne fut pas booké de la sorte.

Ceci est passible de disqualification.

Ceci est parfaitement toléré (une heure plus tard)

J’en oublie beaucoup en chemin, alors peut-être qu’une deuxième salve de questions viendra compléter ces prémisses. Et n’oublions jamais, le catch est un art.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s