L’heure de choisir son camp – Review TNA Impact du 27 février 2014 (Les Cahiers du Catch, 6 mars 2014)

Si jamais on a vu quelqu’un dont la présence ait été un trouble-fête
Edme Boursault

Une intronisation attendue, un psychopathe pas prêt de se repentir, une cible très convoitée et quelques éléments extérieurs prompts à brouiller le chemin vers LockDown. La semaine écoulée a été très (trop ?) chargée du côté de la Ligue 2 du catch US.

Avec tout plein de gens qui précisent qu’ils vont s’affronter dans un match en cage comme si c’était leur choix, alors que c’est simplement le thème du PPV.

Nalyse TNA Impact du 27 février 2014

Londres, Angleterre

Puisque la Road to LockDown prend de l’épaisseur, la Nalyse nécessite de redevenir exclusive à un seul show. Il sera bien entendu fait par-ci par-là mention d’un certain house show et d’une collaboration fructueuse entre la TNA et la Wrestle-1.

Clip introductif résumant dans les grandes lignes les faits saillants actuels : le challenge du Lethal LockDown entre Team MVP et Team Dixie (dans les deux cas, nous ne connaissons pas tous les membres), la défense de titre à venir de Magnus face à Samoa Joe, la volte-face de Bobby Roode concernant sa retraite… S’ensuit un focus sur le programme du soir : affrontement MVP/Roode, probable explication entre Gunner et Storm après la trahison de ce dernier… Et entrée de Kurt Angle au TNA Hall of Fame.

Gunner parcourt les coulisses à la recherche de son félon de Cow-Boy. Naturellement, il parle dans le vide sans savoir qu’il est filmé. Cependant, l’interviewer hors champ s’y reprend à deux fois pour demander ce qu’il réserve à Storm. L’ancien soldat finit par lâcher qu’il ne laissera aucune chance à son ancien coéquipier.

MVP débarque, un paperboard entre les mains, dans une arène toujours aussi pleine à craquer. Il énonce quantité de ses surnoms auto désignés et se délecte d’une cheap pop en précisant sa joie de revenir à Londres. Introduction pleine de facilité, à en faire pâlir The Rock.

Puis il donne sa perception des événements récents : Storm a démontré à son goût une jalousie immature et le moment de la punition viendra ; pour ce qui concerne Gunner, il sous-entend qu’une fois la compagnie sous son total contrôle, il saura lui redonner une chance pour le titre. MVP évoque ensuite le main event de LockDown et appelle les deux protagonistes. Lors de l’arrivée de Samoa Joe sont projetées les images du match tag team à Glasgow, où il avait obtenu l’abandon du Champion. Chercherait-on à nous persuader des chances du challenger ?

Le chef des opérations a clairement choisi son camp, ironise auprès de Magnus sur le fait que pour une fois, il ne soit pas venu accompagné. L’Anglais, déjà peu acclamé par son peuple, se rajoute de la heat en expliquant l’absence de Dixie Carter par une volonté personnelle. Il a souhaité lui épargner la vision de ce que son ancienne ville de résidence était devenue : crimes, pauvreté et décadence. Pire, un véritable enfer. Il assure ensuite en face to face à MVP qu’il est son propre gérant lorsqu’il s’agit de sa carrière.

L’homme aux commandes recentre le débat sur le contrat qui n’attend plus que les signatures, demande aux deux opposants s’ils ont quelque chose à dire. Joe oscille négativement de la tête tandis qu’il n’est pas laissé à Magnus l’opportunité de répondre. Le Champion est à nouveau titillé par le GM, soucieux de rappeler que chacune de ses défenses de titre depuis trois mois a donné lieu à un contexte avantageux, des petits tours de magie, des interventions extérieures… Autant de circonstances qui n’auront pas la possibilité de se reproduire à l’intérieur d’une cage. En revanche, cette stipulation sied selon MVP davantage à Joe, car on ne pourra gagner que par soumission ou tapout… « ou knockout » se reprend-il. Aussi ne croit-il aucunement aux chances de Magnus de battre Joe dans ces conditions. Le Champion affirme se ficher de la nature du combat, se place face au prétendant et le compare à un animal dangereux qu’il doit dompter. Un tel animal ne peut remplir le rôle de représentation exigée par la compagnie, ainsi ne sera-t-il jamais Champion. À un Magnus poursuivant les provocations, Joe répond par le brawl, le mitraille dans un coin avec des droites en mode Météores de Pégase. C’est l’heure de l’intervention d’officiels pour contenir cette rage. Le clash se poursuit néanmoins jusqu’à la rampe d’entrée.

Segment d’ouverture un peu longuet. MVP remplit à merveille le rôle de porte-parole d’officieux d’un Samoa Joe aphone.

Et le mec ne cache même pas ses pompes, faut pas se gêner.

Diffusion d’images du house show ayant eu lieu le dimanche précédant cette édition d’Impact. Out of nowhere, les Wolves ont conquis les titres par équipe des BroMans. L’irruption de ce sacre des stars de l’indy, moins de deux mois après leur arrivée à Orlando, en dit long sur l’état de la division Tag Team. En off, il s’est murmuré que cela découlait des souhaits de la Wrestle-1, fédération japonaise coorganisatrice d’un événement spécial avec la TNA, le dimanche 2 mars. Or Edwards/Richards correspondent mieux aux standards appréciés par le public nippon.

Supposément le même soir, les BroMans réfléchissent à un plan de vengeance. Puis ils se souviennent que Bobby Roode est toujours à la recherche de partenaires pour le Lethal LockDown où figurent notamment les Wolves. Ils vont le trouver dans le vestiaire et demandent à intégrer la team Dixie. Leurs ardeurs sont aussitôt calmées par le It Factor. Il déclare constater qu’aussi bien Bad Influence qu’eux ont perdu contre les Wolves. Il a donc décidé d’un nouveau match test comprenant les trois équipes. En cas de victoire d’un de ses deux duos d’amis, les membres intégreront son camp, sinon il continuera à chercher des candidats.

Maintenant, Bobby booke même les matchs des autres. Et on nous vend cette décision comme prise dans les vestiaires d’un house show ! De mieux en mieux. Suspension consentie de l’incrédulité es-tu là ? Ouf, heureusement.

MATCH 1 : The Wolves vs BroMans vs Bad Influence

La programmation de ce match au sein du show hebdomadaire va à contresens de l’idée d’une décision soudaine de changements de titres, cet épisode londonien étant enregistré depuis belle lurette. En fait de three-way corner, nous avons assisté à un tag team match classique puisque les BroMans ont seulement joué les trublions. Assez plaisante sur la forme, grâce à de nombreuses manœuvres collectives, l’opposition s’achève abruptement avec un tombé en mode flibustier des anciens Champions. Encore une démonstration de la stupidité inhérente au Triple Threat, mais bon, beaucoup adorent et adhérent. Dont acte.

Petit point sur la composition du Lethal LockDown. Il ne manque désormais qu’un participant dans chaque équipe.

– Et si on s’incrustait dans ce show au Japon tellement important qu’on ne le mentionne jamais à l’antenne ?
– Ah oui, c’est pas bête.

Sans transition, un combat féminin tag team nous est annoncé pour le soir même. Le duo Rayne/Sky sera opposé à Lei’D Tapa… et The Alpha Female. WTF ? « Je suis méchante, tu es méchante, donc nous nous entendons forcément pour nous associer » ? Genre de raccourci horripilant qui aurait au moins mérité un segment où nous aurions vu une connivence s’installer entre le duo Gail Kim/Tapa et la nouvelle arrivée.

EC3 traîne dans les couloirs, lorsque Mr hors-champ quémande le programme du neveu Carter pour la soirée. Le toujours invaincu évoque une opposition de choix face à un des meilleurs catcheurs que l’Angleterre ait produits. Il ajoute une mention sur l’intronisation de Kurt Angle au Hall of Fame. Apparemment, il se chargera de dire quelques vérités au Divin Chauve.

Toujours backstage, avec cette fois Bobby Roode et Austin Aries. Les deux hommes font allusion à une vieille querelle, sans doute tirée de leur feud de 2012. Mais il ne s’agit que d’un prétexte, car le It Factor tient avant tout à le convaincre d’une alliance pour le Lethal LockDown. Selon lui, conserver Dixie aux commandes présente une meilleure garantie d’évolution pour leur carrière : ils ne savent rien de MVP et ne peuvent lui accorder leur confiance. Double A se déclare conscient des vrais enjeux, à savoir que Roode ne porte pas plus la patronne dans son cœur que lui, seule la possibilité d’acquérir 10 % de la compagnie le motive. Bobby confirme l’intérêt pour ce deal, raison de plus pour faire le bon choix.

En une minute montre en main, toutes les suggestions sont énoncées et le doute maintenu, il n’en faut pas plus. Je regrettais tantôt que la TNA ne possède plus beaucoup de purs babyfaces (à la rigueur Kurt Angle), mais il faut avouer que ça s’avère bien pratique dans le cas d’Aries, tweener devant l’éternel en attente de relance. Plus efficace en tout cas que le doute instillé envers les intentions de Jeff Hardy au moment de la finale du tournoi.

MATCH 2 : Ethan Carter III vs… Doug Williams

Pour une fois, le discours vendeur de EC3 était justifié. L’ancien équipier de Magnus a presque tout gagné à la TNA, entre 2008 et 2012, titre suprême excepté. Hélas, la compagnie ne lui accorde plus grande considération aujourd’hui, puisqu’il est défait en moins d’une minute trente. Être squashé plus vite que Norv Fernum et Dewey Barnes ce n’est pas rien.

Légende : La streak d’EC3 vire gras.

♪♪ Sorry if you’re not… ♪♪♪ James Storm déboule directement au ring. Bref rappel vidéo du finish controversé du match Magnus/Gunner la semaine dernière. Le Cow-Boy, davantage pirate ce soir, avec son large bandeau noir, assure à son ancien ami qu’il ne s’enfuit et ne se cache de personne. S’il veut une explication, il l’aura en face à face. Gunner s’amène donc et Storm poursuit. S’agissant de la chance au titre qu’il a gâchée, c’était une arnaque qu’il avait en tête depuis le soir où Gunner lui est littéralement passé sur le corps pour décrocher la dernière mallette du Feast or Fired match. Il voulait lui faire ressentir la frustration du rêve brisé, de l’espoir déçu. Alors qu’il hésitait à exécuter son projet, une chose l’a décidé : voir Gunner lui attribuer la valise pour le title-shot par équipe comme on donnerait un os à un chien. Un illustre catcheur comme lui méritait plus de respect, tout comme il méritait d’entendre un « merci » de la part d’un homme qu’il a aidé à construire la carrière. En guise de réponse, Gunner digresse allégrement sur le monde militaire d’où il vient, un domaine où l’on obtient ses galons sur le terrain, où le mot « merci » ne se prononce pas, mais se démontre par les actes. Si Storm peut boire tranquillement des bières à longueur de journée, c’est grâce à des hommes et ses amis morts sur le front. Il conclut en affirmant avoir tracé sa route par ses propres moyens. Storm suggère que sa façon de tracer s’apparente à celle d’un robot, ses actes, ses batailles entre la vie et la mort, laissent tout le monde indifférent. L’ancien soldat reprend la main pour assurer de l’intérêt de sa famille, ses amis et des fans envers son sort. Ultime provocation de Storm consistant à dire que Gunner n’a jamais rien apporté à quiconque dans sa vie, puis démarrage d’un violent brawl. Storm opte rapidement pour une fuite par le public.

Après la coupure pub, nous retrouvons Gunner, seul au milieu du parking. Il s’adresse à son rival, lui garantissant que sa lâcheté n’y changera rien, car il ne pourra quitter l’arène sans passer par là. Sans passer par lui.

Hmm oui, ça me semble assez étroit pour être sûr de ne pas le louper.

Petit speech de Magnus au centre du ring pour présenter l’homme qu’il a choisi d’opposer à Joe ce soir, Bad Bones. Il égratigne au passage l’Angleterre, dénuée de talents à part lui, et justifie la présence du catcheur venu d’Allemagne.

MATCH 3 : Samoa Joe vs Bad Bones

Nouveau squash sans consistance. Joe apparaît à nouveau comme la machine de guerre qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être. Une nouvelle soumission à la clé grâce au Coquina Clutch. Intense échange de regards entre les deux main eventers de LockDown dans la foulée.

Austin Aries en conversation téléphonique. Il parle d’une décision difficile à prendre, tandis que MVP vient justement à sa rencontre pour réitérer sa proposition. Le Champion X-Division ne cache pas avoir parlé à Bobby Roode plus tôt dans la soirée et avoir été sensible à ses arguments. Le GM ne s’offusque pas de la nouvelle, affirme que certains sont prêts à promettre n’importe quoi pour avoir un catcheur de son statut dans leur équipe. Postulat que lui retourne Aries, puisque dans le fond, MVP et Roode l’ont démarché avec le même genre de promesses. Or dans ce business, on ne peut faire confiance à personne. Il ne s’agit que d’efforts, de sacrifices, d’orientations de carrière au bon moment. Chacun remet en question les intentions de l’autre. Pour clarifier la situation, Double A propose d’incarner l’arbitre spécial du duel MVP/Roode ce soir, on verra alors qui peut faire confiance à qui. Après une molle réticence, la proposition est acceptée.
Voici le moment de jouer à « qui va se faire buter dans cette putain de série? ». Dommage que ce segment trop explicite atténue l’effet de sobriété du précédent.

Arnaque-moi et je donne ton titre à un no name japonais.

Au centre du ring, Jeremy Borash accueille le nouveau intronisé au Hall of Fame : Kurt Angle. L’annonceur salue l’histoire en marche grâce à l’homme qui a inspiré de nombreuses personnes depuis sa médaille d’or obtenue dans la douleur en 1996. Un homme réel, si réel. Un clip-hommage précède l’arrivée de l’American Hero. Une ovation appropriée lui est réservée (la garantie de salle comble semble être la motivation première de placer cette cérémonie au milieu de cet Impact) et il tend fièrement la Rolex remise par Borash. Angle dédie sa récompense au public, sans qui rien ne serait possible, selon la formule consacrée, puis rappelle qu’il a refusé ce prix en octobre dernier, car à un mauvais moment personnel et professionnel de sa vie. Aujourd’hui, il a réorienté les choses dans le droit chemin, évoque notamment sa récente victoire sur Bobby Roode, enchaîne les remerciements classiques à l’américaine (dieu, femme, enfants, autres catcheurs de la compagnie, fans).

Alors qu’une nouvelle acclamation démarre, EC3 réalise son entrée. Le jeune loup déclare être touché par toute cette célébration et avoir lui-même conçu un clip en l’honneur d’Angle. L’écran géant dévoile alors un montage de l’attaque subie par l’Olympic Gold Medalist (qui se remet décidément bien vite) il y a trois semaines. Les images sont agrémentées de petites bulles de bandes dessinées à la gloire de Carter The Third et d’une musique de chevalerie. Au retour à l’antenne, EC3 se trouve toujours sur la rampe d’accès. Il annonce ne pas vouloir offenser Angle, mais devoir aux fans la vérité, en l’occurrence une grande nouvelle. Son interlocuteur le prie de venir nous en informer sur le ring où le présentoir est à sa disposition. Ravi, le neveu s’amène et sort une feuille de son veston. Il place le verso devant la caméra, donnant à voir une courte inscription sur deux lignes « I beat Sting and Kurt Angle » (et à nouveau une évocation « gratuite » d’un limogé en kayfabe). Il lit ensuite ce qui est censé se trouver au recto : la confirmation par des sources médicales qu’Angle souffre d’une rupture du tendon d’Achille, attribuée à sa sauvage attaque vue précédemment, et doit subir une intervention médicale. De plus, il ne pourra plus jamais lutter entre les cordes. EC3 simule des remords quant à la situation, invite son ennemi à se retirer des rings pour le bien de tous.

Le Divin Chauve vient lui faire face et se demande quel est donc l’intérêt pour Carter d’être venu, sachant qu’il va se faire détruire. Plein d’arrogance, le jeune homme se déclare plus rapide que lui, prompt à esquiver ses coups. Les deux débattent ensuite de la difficulté à faire confiance à certaines sources. EC3 argue qu’Internet a toujours raison… enfin dans 50 % des cas, tandis qu’Angle déclare disposer de la meilleure source qui soit : lui-même. Or il n’a plus aucun problème physique et peut le prouver dans un duel, immédiatement. L’offre est piteusement rejetée. Après une observation d’un silence très intense, le maître du Ankle Lock affirme comprendre la recherche de notoriété d’un nouvel arrivant, mais l’erreur a été de choisir de se faire un nom sur son dos. Il le matraque alors et l’expulse du ring. L’allocution s’achève avec la nouvelle que l’investisseur lui a accordé un cadeau de Hall of Fame, un match face à EC3 à LockDown (« in a steel cage » précise-t-il inutilement puisque c’est le concept propre au PPV).

Segment très maîtrisé, notamment de la part du jeune Carter, auteur de mimiques de plus en plus probantes. Les tenants et aboutissants du duel sont bien exposés, au point que l’issue paraît beaucoup moins prévisible que celle du duel pour le championnat mondial. Mention toute particulière à la dizaine de secondes de silence pendant le face à face. Contrairement à ce que j’avais estimé, nous aurons donc droit à notre annuel Moonsault suicidaire du haut de la cage, merci Kurt.

Ouf il était temps, je vais bientôt avoir cinquante ans.

Bof, elle commence à dater tes références Kurt.

MATCH 4 : Madison Rayne & Velvet Sky vs Lei’D Tapa & The Alpha Female

Les deux géantes sont présentées comme bien faiblardes dans cette opposition. La victoire n’est obtenue qu’à l’aide de Gail Kim et Chris Sabin. À la fin du combat, un brawl éclate et les deux faces sont logiquement dominées, avant qu’ODB n’arrive en renfort. Le huit fois Champion X-Division Sabin est apparu particulièrement chochotte. Cette situation aboutira sans doute à un deux contre deux bouche-trous entre les knockouts délaissées à LockDown, puisque Rayne et Kim ont de leur côté déjà un affrontement pour le titre prévu.

Vidéo assez ringarde pour annoncer l’arrivée de Tiger Uno, catcheur a priori au profil classique du Mexicain masqué. La TNA tient-elle son Sin Cara ?
L’interviewer anonyme demande à Samuel Shaw si son comportement vis-à-vis de Christy Hemme n’est pas une erreur. Le maniaco rétorque que personne ne comprend ce qu’il se passe, ses agissements sont seulement guidés par un souci de protection de Christy, il ferait tout pour elle. Aussi va-t-il s’expliquer sur le ring.

Shaw débute sa déclaration en citant une assertion selon laquelle on ne peut être grand que si on est incompris. Il invite Christy à le rejoindre, promet de ne pas empiéter sur son espace. Il avoue adorer passer du temps avec elle et savoir au fond de lui que la réciproque est vraie. Selon lui, il s’est contraint à respecter son espace intime, mais d’autres hommes ne la respectent pas et n’ont qu’une idée derrière la tête, quand lui la considère et la veut dans tout ce qu’elle est.

Mr Anderson déboule alors (avec un hématome bien maquillé sous l’œil gauche). Shaw repart de plus belle, dit que justement il est le genre d’hommes contre lesquels il doit protéger sa chère rousse. Contredit aussitôt par le Roi des Assholes qui joue avec la foule pour entonner un chant contre le psychopathe. Ken affirme que la pseudo-relation entre son agresseur et Christy n’a rien de réel, lui fait la promesse de lui montrer ce qu’il est, découvrant ses gros bras. Shaw recentre le discours sur Christy, se prétend gentleman à son égard et capable de percevoir les signaux réceptifs qu’elle lui envoie. Il affirme qu’elle appartient à cette catégorie de femmes « toujours disponibles ». En guise de réponse, il reçoit une gifle. Il se saisit alors de son adorée pour contrecarrer l’intervention d’Anderson. La ring annoncer finit projetée au sol tandis que son défenseur est progressivement immobilisé par l’étranglement de Shaw, sorte d’Arm Triangle Choke debout. Les chants « Crippy bastard » retentissent de nouveau à l’attention du psycho.

On a retrouvé celui qui a aidé Christophe Galtier à déplacer les cages.

De plus en plus ras du gazon, les références.

Nouveau clip bien barré de Willow « Jeff Hardy » The Whisp. Au milieu d’une maison abandonnée, il déblatère ses cris de douleurs, manipule des squelettes et détériore encore un peu plus les lieux.

Storm retrouve Gunner au milieu des camions de la production et ils se détruisent copieusement…avant qu’Al Snow et un autre membre de la sécurité assurent la séparation. Une grille/rideau est même tirée entre les deux. L’ancien soldat promet la mort à son ancien équipier lors de LockDown. Et vice versa.

Pas franchement indispensable, mais on a su éviter le ridicule de certains brawls backstage.

Rappel de la carte de LockDown:

*Magnus vs Samoa Joe pour le titre de Champion poids lourds
*Team MVP (MVP, The Wolves & ?) vs Team Dixie (Bobby Roode, BroMans & ?) pour le contrôle total de la compagnie
*Gunner vs James Storm
*Kurt Angle vs Ethan Carter III
*Madison Rayne vs Gail Kim pour le titre des knockouts

Petit rappel des derniers incidents autour d’Abyss. Eric Young est ensuite interrogé entre deux couloirs. Il informe avoir eu son ami au téléphone récemment, avoir eu affaire à une bête blessée et qu’il est dans l’intérêt général qu’il ne revienne pas pour l’instant.

Abyss jouera-t-il un rôle quelconque à LockDown ? Son retour en heel laisse peu de doutes, mais comment apprécier cette « disparition » quand il participe en parallèle au show commun avec la Wrestle-1 (voir par ailleurs) ? Auto sabordage quand tu nous tiens…

MATCH 5 : MVP vs Bobby Roode (Guest referee : Austin Aries)

Enfin une opposition dépassant le stade d’anecdote après une succession de combats/vignettes de une à quatre minutes. L’implication d’Aries avait beau être évidente, le voir exécuter son coup de poing retourné à la face de MVP était assez jouissif. The Greatest Man Than Ever Lived rejoint donc le camp des ambitieux aux côtés de Roode. Espérons qu’il ne basculera pas dans une caricature de heel pour autant. Difficile par ailleurs de juger du niveau actuel de MVP avec ce genre de duel, construit sur le schéma classique du face dominé par des manœuvres de sape, avant un second souffle Hoganien.

Opération build up réussie par la TNA concernant sa feud principale. Alors qu’il n’est présent que depuis quatre semaines, MVP semble déjà faire partie des meubles. Reste à savoir si sa pige se poursuivra en tant que simple catcheur dans le cas où son équipe s’incline à LockDown.

– Tu es sûr qu’on a bien fait ?
– Qu’est-ce qui peut t’arriver au pire ? Perdre contre un japonais from nowhere toi aussi ?

Un show un peu plus faiblard que les semaines précédentes niveau action, mais bien rempli question intensité et avancée de storylines. Plus de brawls que de véritables combats. Peu importe, la route vers LockDown ne connaîtra plus qu’une étape et il était temps de passer la vitesse supérieure pour les feuds Angle/EC3 et Gunner/Storm. Enfin, certains rageurs seront ravis d’une édition ne comportant ni Dixie ni Rockstar Spud.

Les récompenses du soir :

« Le moment dont on se souviendra encore dans un mois » : L’intronisation d’Angle, notamment pour la deuxième moitié avec Ethan Carter III.

« La séquence drôle de la soirée » : Le clip kitschissime de Tiger Uno. Pas sûr que l’effet comique soit volontaire.

« Le Match de la soirée » : MVP vs Bobby Roode, surtout pour le choix d’Aries.

« La Phrase de la soirée » : « Internet a toujours raison…enfin disons dans 50 % des cas. » EC3

« La Pop de la soirée » : Kurt Angle

« Le Heel Heat de la soirée » : Magnus

« Le “On comprend pas tout” de la soirée » : Qui dirige la compagnie ? Ben apparemment un peu tout le monde en l’absence de Dixie. De Roode à Angle en passant par Aries, tout le monde a géré son steak comme bon lui semblait.

« La mention spéciale » : À l’acting de EC3, de plus en plus convaincant au fil des semaines.

Même moi je m’en lèche les babines.

Supplément de nalyse :

Alors que les événements se déroulant dans les PPV One Night Only de la compagnie, enregistrés longtemps en avance, ne sont jamais mentionnés à l’antenne, car sans incidence sur le fil rouge des storylines, la réunion spéciale Wrestle-1/TNA du samedi suivant cet Impact a donné lieu à des rebondissements importants. Peu fan de ce genre de rendez-vous dénué de tout build up (ni promo dans les épisodes hebdos d’ailleurs), je me contenterai de rappeler les résultats des matchs inter promotions et de les commenter brièvement.

Wrestle-1/TNA Outbreak (2 mars 2014)

*Bad Influence (Christopher Daniels & Kazarian) battent Juniors Stars (Koji Kanemoto & Minoru Tanaka)
Enfin une victoire pour le duo détonnant. Dommage qu’elle passera inaperçue et ne modifiera en rien leur sous-utilisation.

*Gail Kim bat Madison Rayne
Match dont la présence sur la carte est étonnante. Kim assure sa deuxième victoire de rang contre la Championne, indice du résultat à LockDown ?

*Abyss vs Yoshihiro Takayama se termine en double disqualification
C’est bien la peine de réunir deux bourrins sur le même ring pour ne pas leur donner un No Holds Barred. Pour info, ils ont été disqualifiés pour être restés à l’extérieur. Je croyais que le puroresu pratiquait aussi le décompte du temps passé hors du ring, mais pas ce soir visiblement.

*Masakatsu Funaki bat Bobby Roode
Un seul mot : pourquoi ? Le capitaine de la team Dixie au Lethal LockDown n’a pas besoin d’être écorné en chemin. Tous les résultats laissent jusqu’ici croire à un One Night Only dénué d’incidences sur le quotidien de la TNA.

*Keiji Mutoh, Rob Terry & Taiyo Kea battent Samoa Joe & Desperado (Masayuki Kono & René Duprée)
Il me semble qu’il s’agit de la première défaite « officielle » du Samoan en 2014. L’emphase était surtout placée sur le participant surprise Taiyo Kea, transfuge de l’AJPW.

*BroMans battent The Wolves et Team 246 (Kaz Hayashi & Shuji Kondo)
Le premier WTF de la soirée. À quoi avoir dépouillé les deux clubbers une semaine avant si c’est pour les inclure au final à la carte ? Et les couronner devant le public japonais ?

*Seiya Sanada bat Austin Aries et devient Champion de la X-Division
Voilà une nouvelle issue bien surprenante. Quelle durée de vie pour le règne de Sanada ? Quelle est la proportion de chance pour que le fan moyen (celui qui ne va pas chercher à tout télécharger) ait vu ce combat d’ici l’Impact suivant ? Même si Sanada devenait un membre régulier du roster d’Orlando, le choix d’en faire un Outbreak Champion (c’est le cas de le dire) risque de perdre le public.

*Magnus bat Kai et conserve le titre poids lourds de la TNA
Encore heureux ! À noter que ce partenariat devrait donner lieu à d’autres copromotions. Concernant la première, on peut regretter son positionnement dans le calendrier. Alors que la compagnie sort de quatre mois sans PPV majeur, elle participe à un show bouleversant deux de ses trois ceintures à une semaine de son deuxième plus gros gala de l’année !

Le mot de la fin pour Seiya Sanada, qui n’est sans doute pas conscient de l’endroit où il a atterri.

Euh… cette ceinture ça veut bien dire que c’est moi le nouveau catcheur classé X ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s