Dernière respiration avant enfermement – Review TNA Impact du 6 mars 2014 (Les Cahiers du Catch, 9 mars 2014)

L’incohérence d’un discours dépend de celui qui l’écoute. L’esprit me paraît ainsi fait qu’il ne peut être incohérent pour soi-même. Paul Valéry

Pour son dernier épisode avant un PPV se présentant comme son missile exocet de relance, bien que Dixie n’ait pas promis qu’il allait changer la compagnie à tout jamais, la TNA a délivré une édition toute timide et proprette, presque honteuse de ses excès d’antan. Quelques indices sur les résultats de LockDown surnagent néanmoins.

Et quelques loupés aussi, comme la dernière opération du nez de Dixie.

Nalyse TNA Impact du 6 mars 2014

En pas direct de Londres, Angleterre (enfin il me semble qu’ils y sont toujours)

Note préliminaire : Compte tenu de l’urgence du planning floridien, la description des segments sera moins exhaustive qu’à l’accoutumée. En revanche beaucoup de commentaires « off » à exprimer sur la construction du build up de LockDown, un poil boiteux.

Après l’habituel résumé des faits saillants précédents, nous assistons à l’arrivée conjointe des membres de la team Dixie pour le Lethal LockDown. Seul Austin Aries se fera attendre pour mieux marquer sa singularité. Dans les grandes lignes, ce segment suggère la désunion dans l’équipe de heel, mais je n’ai pu l’apprécier à sa juste valeur, car il contient à mon sens deux couacs tout simplement inadmissibles. Tandis que les associés de Roode contestaient la fameuse clause des 10 % lui étant réservée, une seule image sautait aux yeux : Austin Aries dotée de la ceinture X-Division autour des hanches ! La théorie du show W-1/TNA (datant du dimanche précédent) booké en roue libre trouve un premier argument. Le couronnement de Seiya Sanada a donc été décidé en dernière minute, et malgré le don des éditeurs vidéo, ils n’ont pu gommer la ceinture autour de la taille de Double A. Mais si cela s’arrêtait là… Non, nous apprenons en catimini (via Impact365) qu’un 6-men tag team match incluant trois catcheurs emblématiques de la W-1, dont Sanada, se rajoute à la carte de LockDown. A posteriori je m’interroge aussi sur le double changement des titres par équipe. Après tout, le montage du dernier Impact ne nous montrait jamais les Wolves avec les ceintures. La reprise des titres des BroMans a-t-elle correspondu à une réaction catastrophe, pour coller aux shows préenregistrés ? Bref, une première grosse anomalie.

La deuxième partie du segment marquait une confrontation avec l’équipe face, représentée par MVP et les Wolves. Il était l’heure pour l’investisseur d’annoncer l’identité du 4e membre. Moment que choisit Dixie Carter pour l’interrompre (elle n’aura donc été absente qu’une petite édition, et n’en déplaise aux rageurs, elle est particulièrement sexy ce soir), elle promet s’être assurée que les plans tournent en sa faveur pour le dimanche soir à venir. Elle retarde en vain l’échéance, puis MVP parvient finalement à nommer son joker… Jeff Hardy ! Et c’est tout, il l’a nommé. Pas de Charismatic Enigma sur place pour argumenter ou donner de l’épaisseur à son retour. Pas de clip annonciateur, sinon celui de Willow The Whisp un peu plus tard dans le show. À quoi bon créer cette confusion des gimmicks si on annonce par ailleurs son retour sous son vrai nom ? Quitte à jouer sur les réclamations de Dixie, assurant que Jeff n’a plus de contrat à la fédération, pourquoi ne pas jouer sur la duperie avec un MVP qui aurait prétendu signer Willow The Whisp, et non mentionner clairement l’ennemi public numéro un de la patronne ?

Lors de la dernière édition d’avant PPV, ce sont donc des équipes incomplètes qui se sont fait face dans un prévisible brawl. En guise d’apéritif, un trois contre trois à élimination est décrété right here right now. En jeu, l’avantage numérique dans l’ordre d’entrée au Lethal LockDown.

– Papy Muta tu ne m’avais pas dit que j’avais signé dans une fédération sérieuse où y’avait eu Hulk Hogan, Ric Flair et tout ?

– Ne t’inquiète pas Seiya, tu as vu leurs shows ? Que des salles énormes !

– Va y avoir le même public pour mes débuts la semaine prochaine ?

– Hmm… Oui oui, compte là-dessus petit.

MATCH 1 : MVP & Wolves vs Bobby Roode, Austin Aries & Robbie E (élimination match)

Sur quel critère Jessie a-t-il été exempté plutôt qu’un autre heel ? Aucune idée. Courte paille façon Koh-Lanta, peut-être. L’opposition est rythmée, plutôt bonne, les éliminations suffisamment controversées et/ou bien amenées pour garder « over » tous les participants. Et là, surgit une grande idée du booking : Davey Richards finit de manière héroïque en dernier survivant de sa team, face au duo Roode-Aries. Il est alors victime de l’acharnement de l’ex (oui l’ex !) Champion X-Division, muni d’une chaise pour lui détruire l’épaule gauche. Disqualification logique, mais au lieu d’en terminer, Richards est évacué en coulisse. L’équipe médicale lui déconseille fortement de retourner au ring, tandis qu’Earl Hebner consent à lui laisser une heure pour prendre sa décision. Le vieil arbitre affirme, sans sarcasme, que compte tenu de l’importance de la stipulation cela ne peut se terminer en no contest.

Nous voilà assurés de retrouver le face à face final en fin d’émission. Or, personne ne nous ramène à la réalité, à savoir que l’avantage numérique dans le Lethal LockDown est négligeable, puisque le combat ne peut se terminer qu’au moment où tous les participants sont réunis, phase où descendent d’ailleurs les armes. Autrement dit, kayfabestiquement parlant Richards et sa team sont prêts à le laisser aggraver sa blessure pour un gain dérisoire. J’achète moyennement.

Un mec ressemblant à Joseph Park fan de Bad Influence ? Jusqu’où iront les bookers pour perpétuer cet angle ?

MATCH 2 : Eric Young vs Samuel Shaw

À noter un petit résumé de l’historique entre l’American Psycho et Christy Hemme en préambule, ainsi qu’une promo où Shaw affirme avoir ressenti une certaine sensation chaleureuse quand sa rousse préférée l’a giflé la semaine dernière. Selon lui, une preuve qu’elle est beaucoup plus passionnée qu’elle ne le prétend. En tout cas, la ring annoncer a fui son poste habituel, d’où un Mr Anderson en grande forme dans le rôle de son remplaçant. Il annonce son « creepy bastard » d’ennemi sous les acclamations du public et survend Eric Young. Le combat en lui-même n’a aucun intérêt et finit en double décompte, Shaw préférant porter à nouveau son Arm Triangle Choke ravageur sur Anderson.

Ajout d’un combat entre les deux sur la carte de LockDown, ce qui est particulièrement réjouissant. D’ailleurs, entre EC3/Angle, Gunner/Storm et celui-ci, la midcard apparaît presque plus prometteuse que les deux matchs principaux. Des feuds plus limpides, tout simplement.

Petit clash verbal sans intérêt dans les vestiaires, MVP s’en va dire à Austin Aries qu’il n’a pas d’âme. Al Snow et son pote de la sécurité empêchent que cela aille plus loin.

Dame Carter et son neveu discutent des différents enjeux du PPV de dimanche. Ils se motivent l’un l’autre pour atteindre leurs objectifs. EC3 laisse entendre qu’il va se concentrer sur la jambe blessée de Kurt Angle.

Shaw déambule en coulisse à la recherche de Christy Hemme. Il s’incruste dans le vestiaire des femmes et y trouve une Velvet Sky terrorisée. Elle finit par lui lâcher que la personne recherchée se trouve dans l’espace maquillage.

Voilà une scène familière pour qui s’endormait devant Raw sur NT1.

Promo enflammée d’Ethan Carter III au centre du ring. Il dit que Kurt a été un de ces héros, un de ceux qui l’ont inspiré dans sa voie vers le catch, mais visiblement, ce n’était pas une bonne idée de rencontrer ses héros puisqu’ils vous frappent au visage en fourbe (référence à la semaine dernière). Il se déclare spécialiste de la soumission, promet de ne pas se laisser intimider par la cage, garantit que son Leg Lock sera plus efficace qu’un Ankle Lock. Après un rappel de son invincibilité pseudo-prestigieuse, Angle débarque et se gausse des arguments entendus. Face à l’appellation d’American Icon utilisée, il substitue celle d’American Asshole. Puis nous sert le classique « Pourquoi attendre trois jours ? Je suis là, tu es là, allons-y ! » EC3 rebrousse chemin aux vestiaires. Angle repart en boitillant… et reçoit une volée de bois vert de la part du jeunot revenant à l’abordage. La jambe gauche blessée en prend pour son grade.

La construction de ce duel me plaît décidément beaucoup. Le speech initial a dévoilé de nouvelles qualités chez l’ancien Derrick Bateman, une certaine virtuosité des mots. Son attaque a paru très réelle. Si bien que la compagnie nous a vendu depuis une blessure réelle de Kurt suite à cette attaque. EC3 devrait donc officiellement venir à LockDown pour rencontrer quelqu’un d’autre ce dimanche. Hmm… ça sent le coup fourré quand même. Ce serait un beau coup s’il s’agissait de réunir les conditions d’une défaite héroïque du médaillé olympique.

Ou alors il a vraiment trop forcé le trait, le jeunot.

Nouveau passage aux vestiaires avec MVP motivant les Wolves. Richards promet qu’il continuera à se tenir debout, conformément à une promesse faite au Japon. Référence au dimanche du gala co-promu avec la W-1 ou plus ancienne ? Bref, inutile.

Clip surprise nous présentant Kenny King sous les traits d’un King of the night, un flambeur de Las Vegas. Signe que les rumeurs d’un retour dans un match-surprise à LockDown sont fondées ?

MATCH 3 : Madison Rayne, Velvet Sky & ODB vs Gail Kim, Lei’D Tapa & The Alpha Female

Bon petit match de transition pour renforcer les positions entre les deux clans knockouts. Quant à Chris Sabin, il en est réduit à jouer les pom pom boy, pas fameux. Il est d’ailleurs ridiculisé quand Sky se joue de son intervention. Les faces empochent la mise pour ce soir.

Nouveau clip pour l’arrivée de Willow The Whisp.

Shaw continue sa déambulation menaçante. Il entre dans la Make-Up room, aperçoit une chevelure rousse et fonce dessus. Mauvaise idée, il s’agit de Mr Anderson, toujours aussi gamin espiègle. Le psychopathe est balancé dans le décor et laissé semi-KO.

Séquence largement téléphonée, mais l’interprétation d’Anderson est un régal.

Et maintenant tu vas te faire rousser sévère.

Rappel de la storyline entre les deux potes devenus haineux, Gunner et James Storm. L’ex-soldat réalise une promo où il file encore la métaphore entre l’entrée dans la cage et les champs de bataille connus par le passé. Le Cow-Boy vient présenter des contre-arguments, n’en peut plus d’entendre ces évocations comme l’excuse de tout ce qu’il est devenu aujourd’hui. Pour corser un peu leur rencontre, les deux s’accordent pour y ajouter une clause de Last Man Standing.

Face à face très intense. Aucune raison que le match ne soit pas à la hauteur dimanche.

Dans les couloirs, Bobby Roode met la pression à Brian Hebner pour qu’il pousse son père à le déclarer vainqueur par forfait, le délai d’une heure pour le redémarrage du combat étant selon lui passé.

Dans le camp d’en face, MVP bande l’épaule de Richards et l’encourage une dernière fois.

MATCH 4 : Davey Richards vs Bobby Roode (fin du match à élimination du début)

En peu de temps les deux athlètes nous ont régalé en manœuvres et contre-manœuvres, le tout de manière très stiff. Le It Factor place finalement sa soumission. Le statut d’un Richards handicapé par sa blessure est naturellement le fil rouge du duel.

Nouvelle diffusion du clip pour les débuts de Tigre Uno, clairement prévus à LockDown. On apprendra face à qui grâce à Internet, mais jamais à l’antenne.

Voilà, là, je pense que c’est bon, il saura où taper.

Magnus vient quémander à Dixie Carter le plan conçu pour dimanche. Elle laisse entendre qu’il doit tout simplement battre Samoa Joe. Sous-entendu tout seul ? La patronne laisse planer le doute sur la question.

Dernier face à face verbal entre les deux protagonistes du match pour le titre dimanche. Ils refont l’histoire de leur règne en tant que Champions par équipe, leur collaboration au sein de la Main Event Mafia. Mais surtout des évènements intervenus depuis. Du point de vue de Magnus, le clan le freinait, ce n’est pas pour rien qu’il s’est emparé du titre mondial une fois la séparation effective. Il considère que Joe ne peut contenir sa rage de l’avoir vu lui passer devant dans la hiérarchie. Or cette rage incontrôlée explique selon lui le fait que le Samoan n’ait pas réussi à remonter au sommet, malgré de multiples occasions depuis des années. Pour cette raison, le Champion assure d’être convaincu de garder son bien.

Samoa Joe ne nie pas le fond du discours, conteste seulement l’interprétation exagérée qu’en fait Magnus. Il reconnaît être parfois devenu fou devant la haine ressentie envers un adversaire, estime que dans le fond les règles du catch ne correspondent pas à son style guerrier. Sauf ce dimanche où le contexte lui sera favorable, puisque seuls le KO ou la soumission concluront leur affrontement. Or il est déjà parvenu à une de ces deux issues face à lui. Aussi promet-il qu’au-delà de la victoire pour le titre, il boira le sang de Magnus, le laissera inerte. Le brawl éclate. Joe prend l’avantage et place un Coquina Clutch au centre du ring.

Beau finish qui tente de crédibiliser au maximum Joe, vu par beaucoup (moi le premier) comme un simple challenger de transition. Hélas, le schéma du futur perdant prenant l’avantage lors du dernier show hebdo semble avoir été appliqué à merveille.

L’art de provoquer des abandons dans des non-matchs.

Un épisode qui ne m’a guère passionné dans son ensemble, juste traversé par quelques instants de grâce. Mr Anderson, EC3 ou James Storm ont été bien plus divertissants que le fil rouge autour du Lethal LockDown. Dimanche sera crucial pour l’avenir de la compagnie.

Les récompenses du soir :

« Le moment dont on se souviendra encore dans un mois » : Éventuellement… Euh non, rien en fait.

« La séquence drôle de la soirée » : Les deux incarnations de Mr Anderson, qui a eu l’air de se faire bien plaisir sur le coup.

« Le Match de la soirée » : Bobby Roode vs Davey Richards, duel qui sauve la mise d’une soirée pauvre en action.

« La Phrase de la soirée » : « Tu n’es pas l’American Icon, tu es l’American Asshole » Kurt Angle à EC3

« La Pop de la soirée » : Samoa Joe (décidément adoré chez les britanniques)

« Le Heel Heat de la soirée » : Ethan Carter III

 « Le “On comprend pas tout” de la soirée » : Le retour de Jeff Hardy seulement sous forme de promesse ? Aries encore auréolé de la ceinture X-Division dans un show censé se dérouler quatre jours après le PPV au Japon ? MVP sans autorité sur deux membres de la sécurité ? Faites votre choix.

« La mention spéciale » : La promo d’EC3, belle démonstration de ses différents registres et complémentaire à celle de la semaine précédente.

Bon ben j’aurais le temps de me la jouer bling-bling dimanche.

Carte finale de LockDown (9 mars 2014)

Championnat mondial de la TNA : Magnus © vs Samoa Joe

Lethal LockDown: Team MVP (MVP, Wolves & Jeff Hardy) vs Team Dixie (Bobby Roode, BroMans & Austin Aries)

Championnat knockouts : Madison Rayne vs Gail Kim

Gunner vs James Storm (last man standing)

Kurt Angle vs Ethan Carter III ?

Mr Anderson vs Samuel Shaw

Manik vs Tigre Uno

The Great Muta, Seiya Sanada & Yasufumi Nakanoue vs Bad Influence & Chris Sabin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s