Destination Risques – Review TNA Impact Juillet 2014 (Les Cahiers du Catch)

Je ne sais pas, je ne sais pas…où l’on va mais on ira. Nicola Sirkis (Indochine), Black City Parade.

Pour une fois les enregistrements d’émissions à long terme n’auront pas trop miné l’intérêt d’Impact Wrestling. Entre les nombreux retours, le foisonnement autour du titre mondial et les changements d’orientation « politique » de la compagnie (y compris hors-antenne), le mois de juillet a été riche en promesses, avant de se clore sur une ultime édition digne d’un PPV.

Nalyse TNA 07-2014 01

Paraitrait-il que six côtés c’est mieux quand on cherche à rebondir.

Nalyse-Synthèse TNA Impact Juillet 2014

En premier lieu les résultats rapides des combats disputés à l’antenne ces cinq dernières semaines :

3 juillet à Bethlehem, Pennsylvanie (Sands Casino Resort)

1-The Wolves © battent Knux & The Freak et Jessie Godderz & DJ Z par tombé suite à une Alarm Clock porté sur Godderz (TNA Tag Team Championship).
2-Bobby Roode bat Kenny King par tombé dans un Street Fight. Le finish intervient via une Roode Bomb sur une chaise.
3-Ethan Carter III bat Bully Ray dans un Tables Match. Une intervention de Rhino favorise EC3, auteur ensuite d’un Chokeslam pour faire passer Ray à travers une table.
4-Gail Kim bat Angelina Love © par tombé avec son Eat Defeat (TNA Knockouts Championship).
5-Bobby Lashley © bat Eric Young par tombé, grace à un enchainment Dominator/Spear (TNA World Heavyweight Championship).

10 juillet : Champions Showcase à Bethlehem, Pennsylvanie (Sands Casino Resort)

1-The Wolves © battent Magnus & Bram par tombé, suite à un Jacknife Rollup d’Eddie Edwards sur Bram (TNA Tag Team Championship).
2-Austin Aries bat Sanada © par tombé avec un 450 Splash (TNA X-Division Championship).
3-Gail Kim © bat Angelina Love ; Madison Rayne ; Brittany avec un Eat Defeat sur Love (TNA Knockouts Championship).
4-Jeff Hardy s’impose dans une bataille royale de vingt catcheurs, éliminant en dernier lieu Eric Young. Il devient ainsi challenger au titre mondial pour le show suivant.

17 juillet à New York, New York (Hammerstein Ballroom)

1-Ethan Carter III & Rhino battent Bully Ray & Tommy Dreamer suite à un Rollup d’EC3 sur Dreamer.
2-Austin Aries © remporte un 8-man Gauntlet, bataille royale dans un premier temps puis finish en match simple classique entre les deux derniers. Aries achève Sanada d’un Brainbuster (TNA X-Division Championship).
3-Bobby Roode & Eric Young battent Kenny King & MVP par DQ, lorsque ce dernier utilise une de ses béquilles pour attaquer.
4-Madison Rayne bat Brittany par tombé dans un No Holds Barred & No Count Out Match. Elle s’impose grace à un DDT.
5-Bobby Lashley © bat Jeff Hardy par tombé suite à un Spear (TNA World Heavyweight Championship).

24 juillet à New York, New York (Hammerstein Ballroom)

1-Bobby Roode bat MVP dans un Falls Count Anywhere, provoquant l’abandon à l’appui d’un Sharpshooter.
2-Low Ki bat DJ Z par tombé grâce à son Cradle Driver.
3-Magnus & Bram battent Mr Anderson & Gunner par tombé suite à un Spineshank de Magnus sur Anderson.
4-Gail Kim © vs Taryn Terrell débouche sur un no contest lorsque les Beautiful People viennent s’en prendre aux deux concurrentes (TNA Knockouts Championship).
5-The Great Muta bat Robbie E par tombé avec son Shining Wizard.
6-Ethan Carter III, Rhino & Rockstar Spud battent Bully Ray, Tommy Dreamer & Devon lorsqu’EC3 porte son One Percenter sur Dreamer dans la confusion générale.

31 juillet : Destination X à New York, New York (Hammerstein Ballroom)

1-The Wolves © battent The Hardys par tombé, suite à l’enchainement Powerbomb/Bacstabber sur Matt (TNA Tag Team Championship).
2-Low Ki bat DJ Z et Manik dans un Triple Threat qualificatif pour un match de championnat X-Division. Low Ki en termine avec un Ki Crusher sur Manik.
3-Sanada bat Crazy Steve et Brian Cage dans un Triple Threat qualificatif pour un match de championnat X-Division. Le Japonais pore un Double Underhook sur Crazy Steve.
4-Samoa Joe bat Tigre Uno et Homicide dans un Triple Threat qualificatif pour un match de championnat X-Division. Le match s’achève avec un Musclebuster sur Homicide.
5-Bobby Lashley © bat Austin Aries par tombé après l’exécution d’un Spear (TNA World Heavyweight Championship).

Nalyse TNA 07-2014 02

Celui qui ne fait que passer du mois : -Ne fermez pas je ressors de suite.

Thème par thème, les faits saillants et perspectives apparues en ce mois de juillet :

En bref
-Impossible de suivre les derniers évènements télévisuels de la compagnie de Dixie Carter sans songer à ce qui se joue dans la coulisse. La Ligue 2 du catch ne pourra bientôt plus être mentionnée comme floridienne puisqu’en cours de tractations pour faire migrer son show hebdomadaire à New York. Pour ce que l’on a pu constater lors des trois derniers épisodes de juillet, il y aurait plutôt à gagner au change. Parallèlement, les négociations pour le maintien d’Impact Wrestling sur les ondes de Spike TV battent leur plein. La tendance serait à l’interruption de cette collaboration vieille de neuf ans. Dans ce cas-ci, la TNA aura une autre priorité que celle de trouver un lieu d’enregistrement permanent.

-Suite à un sondage sur le net auprès de sa communauté de fans, la TNA a réintroduit le ring à six côtés depuis l’édition du 17 juillet. Pas une révolution en soi, mais un beau coup de communication allant dans l’idée que l’on revienne aux sources du programme, après plus de quatre ans à forger une identité perçue à juste titre comme de la sous-WWE.

-Gunner a comme prévu ramener Samuel Shaw à l’écran…pour absolument rien accomplir pour le moment. Sinon de courtes séquences où on a pu l’apercevoir auprès de son mentor allé présenter ses excuses à Mr Anderson et Christy Hemme. Son objectif principal est de gagner un peu de confiance. Quant à celui de l’ancien soldat, il est comme je le craignais motivé par le fait que Shaw lui rappelle un de ses anciens collègues de terrain. Gageons que cette storyline ne va pas y aller mollo dans le genre capilotractage. Pour l’heure elle ne bénéficie pas assez de temps d’antenne pour se développer.

-Abyss s’est momentanément souvenu que sa storyline avec Magnus ne s’était jamais conclue. Aussi, malgré la raréfaction de sa présence à l’écran, il a profité d’une promo au détour d’un couloir pour défier Bram, le fidèle associé du détestable anglais, dans un Monster’s Ball.
Le défi devrait se concrétiser la première semaine d’août. Toutefois la feud doit logiquement se poursuivre jusqu’à Hardcore Justice, prévu le 21 du même mois, un show spécial à l’image de Destination X plutôt qu’un véritable PPV.

Nalyse TNA 07-2014 03

Pas sûr que la réputation de violeurs des GI américains s’atténue avec cette alliance.

Kurt Angle, GM peu encombrant
Que le personnel backstage craignant de se voir voler le spotlight se rassure, le médaillé olympique se limite pour l’heure à jouer les dirigeants sobres, auteur des annonces importantes sur le booking des shows sans s’impliquer dans les feuds. Sans sombrer dans une TeddyLongisation, il faut avouer que la plus-value du Divin Chauve en tant que directeur des opérations est plus que modeste. Seul running gag à son actif, son acharnement à faire lutter MVP show après show au mépris de sa supposée blessure. Lors de son discours inaugural du 3 juillet, Angle eut aussi une brève confrontation avec Samoa Joe. L’occasion de remettre un peu d’huile sur le feu d’un passif long comme un bras entre les deux. La suspicion règne entre les anciens associés de la Main Event Mafia, notamment lorsque le second suggère que le premier a accepté un rôle de direction dans le seul but de pouvoir lui aussi (à l’instar de MVP) s’accorder un match pour le titre mondial quand bon lui semblera. Interaction sans suite donc. Idem avec le début de clash concernant Dixie Carter, toujours aussi présente à l’antenne malgré la mise en retrait décidé par le board (en kayfabe). Kurt s’étonne une fois de sa présence dans la salle, mais écoutera sagement ses promos anti Bully Ray les semaines suivantes.
Acte majeur que l’on pourrait éventuellement lui accorder, la recrudescence des combats pour les défenses de titre, et même l’augmentation du temps d’action tout court. Deux mises en jeu de la ceinture X-Division, trois pour les titres World Heavyweight, Knockouts et Tag Team. Et à chaque fois ou presque un gros niveau « in ring », grâce à des temps de matchs oscillant souvent autour de dix minutes.

Nalyse TNA 07-2014 04

Ai-je organisé tant de matchs par équipe que ça pour me voir comparer à Theodore ?

Sanada sous l’emprise de Storm
Plusieurs séquences sous forme « détours de couloirs » avaient déjà germé le mois dernier entre le Cow-Boy James Storm et celui qui était alors Champion de la X-Division. Le roi de la division tag team (12 titres accumulés au sein de la TNA) s’est soudain soucié du parcours du Japonais, l’incitant par exemple à utiliser l’option C pour viser le titre mondial. Pourquoi deux catcheurs aussi antinomiques auraient d’un seul coup un intérêt commun ? Si l’on en croit les premiers éléments de réponse, Storm vise à travers Sanada à contester le statut de légende de catcheurs comme The Great Muta. Sous-entendu qu’il y a injustice au fait que lui-même ne soit pas reconnu comme tel. Dans sa quête, il a été vaguement rejoint par Robbie E, auteur d’une promo rageuse en amont de son duel avec Muta. Suite à la perte du titre X-Division par Sanada le 10 juillet, la véhémence de Storm s’est accéléré et cela a aboutit au heel-turn du disciple sur son ancien mentor. Après sa victoire sur Robbie E, Muta est sévèrement agressé par son élève qui s’en va ensuite s’agenouiller dans les jupes de son nouveau maitre à penser.
Assez paradoxal que le Cow-Boy, restant sur deux feuds largement perdues contre Gunner puis Mr Anderson, soit désormais en position de force pour apprendre le sens du mot « winner » à Sanada.

Écoute bien garçon, c’est un gars qui a été Champion poids lourds une semaine qui te parle.

Écoute bien garçon, c’est un gars qui a été Champion poids lourds une semaine qui te parle.

Injection de neuf avec du vieux, et si ça marchait ?
La shoot promo de Tommy Dreamer dans la foulée de SlammiVersary amorçait bien plus qu’un énième revival de la ECW. La liste des retours et arrivées des dernières semaines touche à toutes les divisions : Taryn Terrell chez les Knockouts, Ezekiel Jackson (nommé ici Rycklon), King Mo et Snitsky (oui Snitsky !) côté poids lourds, Low Ki, Homicide et Brian Cage dans la X-Division, Rhino et Devon pour la petite dose hardcore, et même Matt Hardy pour une reformation de la team familiale qui a de grandes chances d’être plus qu’une One Night Only. Et comment cela se traduit-il dans les faits ? Et bien par d’excellents matchs quelquefois, par des interventions sauvages pour former ou agrandir des clans dans d’autres cas. Certaines apparitions seront vraisemblablement éphémères telle celle de King Mo, devenu du jour au lendemain bodyguard de Dixie Carter et surtout là pour booster le prochain évènement du Bellator FC sur Spike. Dans le même esprit les présences de Quinton Jackson et Tito Ortiz sont pressentis. Rajoutons que Bobby Lashley est également destiné à combattre dans ce gala d’Arts Martiaux Mixtes début septembre. En cas de scission entre la chaine TV et la TNA, ce beau programme de promotion pourrait voler en éclats.
Peut-on craindre le même sort pour la X-Division, plus que jamais relancé depuis que Austin Aries a laissé le titre vacant au bénéfice de l’option C ? D’anciens leaders de cette section sont revenus pour participer aux matchs de qualification, sans nécessairement signer un contrat avec la compagnie.

Petit spoiler d’août sur la TNA et sa conception de « sang nouveau ». Alors sceptiques ?

Petit spoiler d’août sur la TNA et sa conception de « sang nouveau ». Alors, sceptiques ?

Bobby Roode dans le sas d’attente, EY s’éclipse en douceur
L’alliance du It Factor et d’Eric Young s’est avéré ce mois-ci comme réelle et à long terme. Ainsi les deux anciens de Team Canada ont joint leur force pour vaincre MVP & Kenny King lors de l’édition du 17 et on a également pu constater des entraides mutuelles à d’autres moments. L’emphase glisse tout doucement vers la montée en puissance de Roode, aujourd’hui concentré sur MVP, voué tôt ou tard à disputer le graal à Lashley. Il a d’ailleurs vaincu ses deux ennemis de manière nette et sans bavure dans deux combats solos, avant de signaler à un Austin Aries cashant son option C son arrivée imminente dans le title picture. Un nouvel affrontement entre deux des meilleurs techniciens de la compagnie en raviraient plus d’un, mais cela ne concernera sans doute pas la ceinture mondiale, hautement vissée sur les hanches de l’autre Bobby (voir par ailleurs). Quant au barbu préféré des smarts, on ne peut pas encore parler de dépush. En première semaine, il s’incline pour la quatrième fois de rang (et clean) devant le champion de la fédération, laissant échapper en apparence son ultime chance de reconquête. Cependant il est intégré à la bataille royale visant à désigner un challenger au show suivant, ne s’incline qu’en toute dernière minute face à Jeff Hardy, et laisse à nouveau une grande impression. Reste que EY n’échappera pas au sort habituel de midcarders n’étant pas destinés à grimper au sommet, un trou d’air avant la prochaine éclaircie scénaristique pouvant le remettre d’aplomb.

Aucune allusion à un retour du Knockouts Tag Team Title j’espère.

Aucune allusion à un retour du Knockouts Tag Team Title j’espère.

La division Knockouts et son changement dans la continuité
La qualité du catch féminin à la TNA est inversement proportionnelle à la profondeur de son roster. Les feuds se répètent entre les mêmes protagonistes, rebondissent, offrent toute une palette de matchs et résultats contradictoires. Pourtant, la lassitude ne pointe pas car la compagnie nous ressort un lapin du chapeau à intervalle régulier. Le mois débute par le couronnement de Gail Kim, à la faveur de la fin de l’association des Beautiful People et de l’arbitre Stiffler. Enfin dirigé par un officiel impartial, Angelina Love n’a pas pu recourir à ses habituelles fourberies. Quant à la nouvelle championne, elle remettait le couvert dés la semaine suivante dans un fatal 4-way comprenant, en plus de sa principale rivale, Madison Rayne et Brittany. Concernant cette dernière, le heel-turn classique de la fanatique n’aide pas spécialement son booking puisque Rayne l’atomise dans un street fight au show suivant.
Il fallait donc une autre candidate pour éviter le risque de stagnation. Ce sera Taryn Terrell, revenue fin juin de près d’un an d’absence. Pour l’heure son opposition avec Kim se limite au côté sportif, chacune étant soucieuse de déterminer qui est la meilleure puisque le bilan de leurs antécédents tend à l’égalité. Comme de coutume leur règlement de comptes « amical » n’a pu trouver gagnante. Au lieu d’un finish nous avons eu droit à l’irruption du duo heel féminin, soucieux de décimer deux faces en position de faiblesse autant que de rappeler sa prétention à reconquérir le titre.
Dans la mesure où Angelina Love a fait le tour de la question avec Gail Kim, pourquoi ne pas repositionner Velvet Sky sur le devant de la scène ? Un scénario qui aurait la vertu de ne pas prolonger davantage la reformation des Beautiful People, idée sympa à court terme. Ne doutons pas qu’avec les catcheuses de renom actuellement sur la touche (Mickie James, Tara, ODB) la TNA saura répéter son processus de recyclage permanent.

-Laisser s’affronter à la loyale deux gentilles nous jamais ! -Mais pourquoi ? -Parce qu’on est des méchantes tu as vu.

-Laisser s’affronter à la loyale deux gentilles nous jamais !
-Mais pourquoi ?
-Parce qu’on est des méchantes tu as vu.

Bully Ray reforme un gang, la nostalgie en point de mire
Toute ressemblance avec une fédération défunte dont le nom commence par un E et finit par un W serait totalement…voulue. Comme si les prémisses de la saison estivale devaient nécessairement se conjuguer avec le côté extrême de la force. La confirmation de la tenue du show Hardcore Justice le 21 août prochain (d’ores et déjà enregistré dans les faits) donne un aspect un peu trop « passage obligé » à l’ensemble. Le fond de l’affaire demeure une construction de longue date puisque Bully Ray rivalise d’ingéniosité pour pourrir la vie de Dixie Carter – et vice versa – depuis le finish de LockDown, il y a donc quatre mois. Tommy Dreamer a rejoint l’appel de l’ancien Dudley au nom de sa volonté d’améliorer le produit (mouais), tandis que Devon a naturellement repris son rôle d’équipier, définitivement ce qu’il sait faire de mieux si l’on se remémore ses diverses tentatives solos. En face la riposte s’organise. Le mot est faible en l’occurrence puisque Dixie s’est adjoint les services de King Mo en protecteur, d’un ancien Champion ECW (et oui) nommé pour l’occasion Ryklon, d’une brute perverse légalement nommé Snitsky (et même possesseur de ses catchphrases du temps de la WWE). Par ailleurs Rhino, EC3 et Rockstar Spud demeurent ses fidèles serviteurs. L’avantage numérique des heels s’est traduit par la statistique sidérante de 100% de victoires dans les divers affrontements par équipe, tout en renforçant les bruyantes acclamations envers le clan Ray.
Alors que l’attente du public gonfle considérablement concernant la séquence où Bully parviendra enfin à passer Dixie à travers une table, la compagnie a opté pour le parti pris d’autospoiler son premier show d’août. Un clip conclut ainsi l’édition du 31 en nous garantissant que « c’est arrivé », la patronne a dû rendre les armes. Les images vont même jusqu’à laisser apparaitre la séquence préfigurant le Powerbomb sur la table.
Quitte à être condamné à figer ses programmes à long terme (à l’heure où ces lignes sont écrites la prochaine vague d’enregistrements rend accessible des spoilers jusqu’à fin septembre), la TNA tente de rameuter le public télévisuel avec des promesses sûres d’être tenues. La stratégie est de l’ordre du reniement en matière de kayfabe purement catch (une date de diffusion faisant foi sur le déroulé des évènements), mais elle est un procédé usité de longue date par les séries télé, une façon d’assumer pleinement sa construction épisodique. Reste l’incompréhension sur le choix de caler cette séquence dans un show hebdomadaire plutôt qu’à un PPV important.

-Hé hé hé, mon arrivée personne ne l’a spoilé en tout cas. -Normal, on n’a pas le droit de prononcer ton nom idiot !

-Hé hé hé, mon arrivée personne ne l’a spoilé en tout cas.
-Normal, on n’a pas le droit de prononcer ton nom idiot !

Et Willow redevint Jeff Hardy…
Finalement Kurt Angle aura servi à quelque chose. Par le biais d’une promo raisonnée au sujet de l’inutilité d’apparaitre masqué face au pouvoir, sous-entendu à présent qu’il est en sa possession, le Divin Chauve a convaincu la Charismatic Enigma de délaisser sa gimmick de pestiféré pour reprendre son identité civile. Situé en ouverture de l’édition du 10 juillet, ce speech aura hélas fortement indiqué l’issue de la bataille royale avec les vingt prétendants au titre le soir même. Hardy est présenté comme de nouveau focalisé sur son catch, libéré de la méfiance que lui inspirait le management de Dixie Carter puis de MVP. Il triomphe logiquement d’un combat largement centré sur sa résistance à l’élimination. Une semaine plus tard il pousse Lashley dans ses retranchements mais perd clean comme tout le monde. Son retour aux sources le pousse néanmoins à ramener son frère Matt à la fédération, pour constater si la magie opère toujours dans leur association. Pari réussi, malgré la défaite, lors du dernier épisode mensuel où ils tiennent tête aux Wolves.
Cette opposition tag team figure selon plusieurs sites spécialisés parmi les candidats au titre de match de l’année. Je ne partage que modérément cet enthousiasme car j’ai toujours autant de difficultés à adhérer au style des Loups, bien souvent résumé en des manœuvres solos déclinées abusivement en mouvements par équipe (à l’image de leurs leg kicks). La bonne nouvelle reste d’avoir revu Matt à un niveau si élevé. La reformation des Hardy Boys n’était pas un one shot et vient gonfler un roster par équipe qui reprend des couleurs (Wolves, BroMans, Ménagerie, Bram & Magnus, Anderson & Gunner, Storm & Sanada, Roode & Young, Team 3D).

Même si je continue dans le genre subversif avec mon t-shirt, je suis un dingue !

Même si je continue dans le genre subversif avec mon t-shirt, je suis un dingue !

Lashley, le Champion qu’il faut là où il faut
Sitôt revenu le nouveau roi du Spear a eu droit à un traitement princier : streak victorieuse, heel-turn en chemin et finalement mainmise sur le titre mondial. Le tout en l’espace de trois mois. Dans quelle mesure la blessure contractée par MVP à l’aube de SlammiVersary aura joué sur cette ascension express ? Nul ne le sait. En revanche on peut signer des deux mains pour affirmer que l’on ne perd rien au change. Par son physique et ses manœuvres puissantes, Lashley apparait comme un Champion bien plus crédible qu’aurait pu l’être Mr 305. Son règne aura de surcroit été bien amorcé par son statut à part au sein du trio formé avec MVP et Kenny King. À l’inverse de ses associés, le géant chauve s’impose quasiment toujours à la régulière depuis son retour, n’accompagne pas non plus ses démonstrations de force par de longs monologues au micro, ne s’éparpille pas dans des feuds secondaires etc. Autrement dit la compagnie a construit un vrai personnage de destructeur froid et appliqué, impitoyable sur la forme mais réglo et courageux sur le fond. Enfin a été esquivé le syndrome du Champion heel devant forcément tricher à tous ses matchs, le dernier exemple de Magnus ayant été criant d’illogisme et de faiblesse de booking. Pour qui se remémore le premier passage de Lashley du côté de la Ligue 2 US, la différence est notable. Meilleure technique, fluidité des enchainements ostensible, gain important en vitesse, sans compter une adaptation significative au style de ses opposants. Il est loin le temps où un choc entre Samoa Joe et Lashley provoquait l’endormissement des salles.
Le Champion est venu à bout de trois têtes d’affiche le même mois (Eric Young, Jeff Hardy, Austin Aries), sans pour autant brûler les prochaines cartes. Sans paradoxalement s’attirer beaucoup de heat non plus, faute sans doute au manque de suspense sur l’issue de ses matchs. Le temps de retrouver des individus possédant un physique plus apte à le concurrencer viendra : Bobby Roode, Samoa Joe, Bully Ray voire Gunner courent après le prochain ticket.

Pour l’instant un règne qui se déroule sans accros, euh sans accrocs pardon.

Pour l’instant un règne qui se déroule sans accros, euh sans accrocs pardon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s