J’ai testé pour vous…la soirée des abonnés du TFC (Fou de Foot)

Mercredi 27 août 2014. Il n’y a pas à dire la direction du TFC sait y faire pour flatter l’ego de ses inconditionnels. Ce pot de début de saison, prétexte à une chasse aux autographes de l’effectif, aura conforté la dimension familiale du club. Une expérience heureuse, même si on peut trouver à redire sur la qualité de l’apéritif…

L’alerte reçue par mail à six jours de l’évènement fut une surprise totale : à peine converti et déjà convié à profiter de ces fameux « avantages » dont m’avait parlé la vendeuse. En l’occurrence une petite sauterie au sein du Stadium même, répartie entre la boutique officielle et l’espace Bodega Du Tef/Club Affaires. Bien belle initiative (dont ce fut seulement la 2e édition) qui en plus d’offrir boissons et empiffrages aux pauvres ouailles désœuvrées que nous sommes promettait d’être un espace de rencontre avec l’ensemble des joueurs (le mail insistait bien sur la présence de TOUS les joueurs).

Soirée Abonnés TFC19

On n’a pas pu éviter le côté très scolaire de la communication Sadranique.

Une assistance ponctuelle
Le début des festivités était annoncé pour 18h. Sorte d’horaire théorique, pensais-je, persuadé que ce qui s’appelait une « soirée » aurait lieu…dans la soirée. Pas loin d’un vernissage sur le fond (en plus populo sur la forme) puisqu’il s’agissait en quelque sorte de présenter les éléments, pas tous artistiques dans l’âme, qui seront exposés à nos critiques, encouragements, prosternations (si si) et railleries toute la saison 2014-2015.
J’arrivais un quart d’heure seulement après le coup d’envoi, et pourtant l’assistance était déjà massive. Étonnamment le filtrage ne débutait pas aux grilles du parvis comme pour un soir de match, mais à l’entrée de la boutique et au sommet de l’escalier métallique de la Bodega, ce qui permit à quelques non-abonnés de végéter entre les deux espaces pour aborder des membres de l’équipe en chemin ou seulement nous faire ressentir notre statut de privilégiés. Étalage de coupes de mousseux sur un comptoir accolé à la boutique, public avide de profiter de la réduction exceptionnelle de 30% sur la totalité des articles (visite écourtée pour ma part), et trois joueurs déjà dans les parages. Je saisis la plaquette destinée aux autographes, distribuée par les hôtesses d’accueil, où figurent les photos de profils des joueurs et principaux cadres du secteur sportif (Alain Casanova, Thierry Uvenard, Denis Valour et Christophe Gardie) et un espace réservé pour les signatures.

Soirée Abonnés TFC20

Bon j’ai pas poussé le zèle jusqu’à le compléter, et contrairement aux albums Panini on ne peut pas commander les derniers manquants.

Impossible de ne pas reconnaitre en premier lieu la sympathique bouille d’Oscar Trejo. Je lui tends mon livret en pointant la zone où émerge son numéro 18. Croyez-le ou non, mais même là il se permet de déborder au-dessus. Seconde nature ou manière de forcer le trait avec entrain ? Étienne Didot est fidèle à son image de gendre idéal, posé autour d’une table et respirant le naturel. Je m’approche de lui au moment où il évoque justement le sujet m’intéressant, sa blessure de dernière minute pendant l’échauffement à Bastia. Un petit « coup de rien du tout », remettant cependant en suspens sa présence contre l’Evian TG trois jours plus tard. Le temps de se retourner et voilà le physique imposant d’Ali Ahamada face à moi. Le « banni » des cages violettes est un sujet brûlant sur les lèvres de nombreux supporteurs, tant beaucoup le considèrent, moi le premier, comme le numéro un injustement mis au placard à l’arrivée de Zacharie Boucher en janvier dernier. Plutôt que de l’aborder sur un angle frontal vis-à-vis de son successeur, je préfère lui demander s’il sera encore à nos côtés au-delà de cette semaine, il assure que oui sans cacher sa gêne. Pas vraiment de bon augure quand on se souvient qu’il n’était même pas sur la feuille de match contre Bastia et que les possibilités de transferts sont étendus jusqu’au lundi 1er septembre aux douze coups de minuit.

Soirée Abonnés TFC02

Et dieu sait qu’il inspire la confiance.

Vin bas de gamme pour bouches pleines
J’entends les convives réclamer un plus ample choix de boissons ou demander s’il n’était pas prévu un apéritif cocktail. Comme on pouvait s’en douter le plus gros du dispositif a été mis en place à la Bodega du Tef, bien plus spacieuse, d’autant que pour l’occasion l’ouverture s’étend au Club Affaires, une partie réservée en configuration standard aux différents partenaires du club et VIP divers. Sont cette fois entreposées sur toutes les tables des assiettes avec chips, olives et petits gâteaux salés. Pas vraiment un apéritif de fin gourmet on en conviendra. Des parts de pizza sauveront finalement la mise à mi-parcours. Passe encore cette formule peu appétissante, mais cela se gâte au registre des vins. Aucun Blanc n’est proposé, soit. Je me rabats sur le rouge, et là je remarque à mille lieux l’étiquette estampillée de la marque la plus low-cost en la matière. Nous ne la nommerons pas en vertu du nombre de sorties qu’elle a pu sauver, pour qui n’a plus que trois euros en poche elle est messianique.
Mais même avec un Bac -5 en œnologie, on peut constater cette acidité caractéristique de la piquette. Ne pas être trop exigeant sur la qualité de la bière non plus. Pas de notables ni de mondains dans les parages, il s’agit de rassasier la majorité besogneuse, à quoi bon sortir l’artillerie lourde ?

Soirée Abonnés TFC06

On est un club familial ou on ne l’est pas…

Passée cette faute de goût, on peut admettre que le déroulé correspond à la présentation qui en a été faite : les joueurs sont bien présents et circulent sur tout le site, quand on pouvait craindre de seulement les voir assis derrière une table et signer à la chaine, le baby-foot est aussi de la partie, de même que la scène où se succèdent les mini interviews et les tirages au sort offrant maillots et bons d’achats. Dans le souci d’aller poser ma petite question (im)pertinente à chacun, j’en oublie longtemps de remplir le bulletin de participation, d’où une maigre chance d’être bénéficiaire des prix.
Rayon popularité, c’est Adrien Regattin qui rafle les suffrages. L’enfant du pays suffoque longtemps sous la masse de fans, sa petite taille renforçant la sensation d’étouffement. Il se montre en tout cas très blagueur et jovial, dépassant largement le cadre de ses obligations. Lorsque je lui tends mon carnet, il chambre gentiment Yago, auteur d’une signature débordant dans son espace :
– Ho là là Yago il faut toujours qu’il en fasse trop.
– Il déborde plus que sur le terrain, saisissais-je la perche.
Plus tard, je recroise le milieu de terrain amateur de dribbles chaloupés, lui fait remarquer que sa signature en trois temps (gribouillis + le numéro 17 + un smiley bien à lui) va le condamner aux heures supp’ et lui souhaite de pouvoir percer sans avoir à quitter son club formateur. Il me confie croire fermement que cette saison sera la bonne.

Soirée Abonnés TFC13

Un Yoan Gourcuff aurait souffert d’une crise d’angoisse dans pareil cas.

Les taiseux et les cachés
Tous ne seront pas aussi loquaces, notamment, c’est bien compréhensible, ceux venus de contrées lointaines, mais aussi ceux n’ayant pas encore trouvé leurs marques dans le club. Perçu comme un grand espoir du foot français (même nommé « le nouveau Abidal » par une certaine presse bien intentionnée), Marcel Tisserand ne respire pas la joie pour l’heure. Victime d’une élongation à la cuisse droite dès les matchs de préparation, il n’est pas prêt de pouvoir assumer ses ambitions. Ce défenseur prêté par Monaco a un deal clair : s’aguerrir dans un club moyen de Ligue 1 avant de retourner sur le rocher. Sa notoriété publique encore faible me laisse tout loisir de l’approcher, mais il est aussi posé et peu causeur que j’ai pu le lire. Tout juste concède-t-il que sa blessure est loin d’être résorbée. Je le sens presque désabusé lorsque j’évoque la possibilité d’un passage par l’équipe réserve d’ici sa première titularisation, donc je n’insiste pas. Je me rapproche des baies vitrées donnant sur la pelouse du Stadium, toute une flopée de joueurs s’est alignée le long des tables. À commencer par William Matheus, plus gravement blessé encore au cours de la rencontre face à Lyon. Il a l’air surpris que je m’adresse à lui directement en anglais, seul moyen trouvé pour être sûr d’être compris néanmoins. Je cherche à savoir à combien la durée de son indisponibilité a été évaluée, il ne peut se montrer précis dans un premier temps. Suite à mon pronostic de deux mois, il lâche que cela pourrait même être plus.
Pas vraiment enthousiasmé à l’idée de rencontrer Zacharie Boucher, je sais cependant raison garder et ne pas reprocher au portier ce qui est du ressort de Casanova. Je lui lance donc une simple boutade sur le nombre important de pénaltys sifflés contre nous depuis son arrivée. Il affirme n’avoir jamais connu une période équivalente. Je le sens très hautain, limite arrogant, en décalage certain avec la bonhommie ambiante. Un groupe de gamins sera moins magnanime que moi, scandant des « On veut Ahamada ! On veut Ahamada ! » à quelques centimètres de l’actuel titulaire des caisses.

Soirée Abonnés TFC08

Il vaut encore mieux en rigoler.

Problème de communication plus net encore (là aussi en anglais) avec un Dominik Furman très froid, sans doute frustré par le peu d’opportunités qu’on lui accorde depuis huit mois. Moi qui avais vu en son arrivée un bon présage, suite à un montage vidéo flatteur, insiste lourdement pour savoir si sa décision de rester au club cette saison est définitive. Il répond mâchoire serrée que oui, je lui dis espérer le voir bientôt sur le terrain sans pouvoir le sortir de son mutisme.

Extinction des feux en pleine lumière
Quitte à vouloir recueillir quelques mots des joueurs, je me rapproche de la scène où l’animateur accueille Abel Aguilar puis Martin Braithwaite, les deux nous servent un français très correct, belle performance pour à peine leur 2e saison en Haute-Garonne. Je recroise Étienne « Mr Tout Le Monde » Didot et en profite pour m’enquérir de son ressenti face à l’absence d’un récupérateur au profil de Chantôme à ses côtés :
– Franchement Chantôme ça doit te manquer cette saison ? Cela te donne du boulot en plus !
– Ben c’est sûr que c’est un bon joueur, bon on va arriver à trouver un équilibre avec les autres aussi cette saison.
– Mais l’entrejeu ce sera la plus grosse difficulté cette année, non ? Aurier et Chantôme en moins ça fait beaucoup. Et si en plus y’a des pelouses comme à Bastia qui aident pas à fluidifier le jeu…
– Oui, et quand y’a un arbitre qui n’aide pas non plus, rajoute Didot à mon grand étonnement.
Il s’éclipse ensuite pour rejoindre des proches. J’abandonne l’idée de chercher les Ben Yedder et autres Akpa-Akpro, particulièrement bien cachés mais bien là puisque certains ont eu leur carnet entièrement griffonné, pour mieux communier avec d’autres abonnés. Ainsi ce délire avec un malotru accoutré d’un polo du Stade Toulousain et son collègue chambreur :
– C’est incroyable on est allé voir Braithwaite, il parle vraiment bien français.
– Faudrait qu’il claque un peu plus cette année, il en a les moyens, affirmais-je.
– D’ailleurs je me suis fais la même réflexion tout à l’heure. S’il claquait au même rythme qu’il s’améliore en français, il serait facile à 15/20 buts.

Soirée Abonnés TFC11

Un mec inspiré lâchera un « Là c’est plus facile que contre Bastia. »

On embraye sur une indignation commune au moment de l’ultime tirage au sort, notamment lorsqu’il s’avère que le bénéficiaire du bon d’achat de 150 euros à la boutique a déjà garni son sachet à celle-ci le soir même :
– Eh ben voilà un supporteur qui a déjà fait des emplettes, il y retournera avec plaisir, clame le présentateur.
– Bouuuh il est dégoûté le mec au contraire, il a claqué ses sous alors qu’il aurait pu avoir ce qu’il veut à l’œil, lançais-je à la cantonade.
Mon nouvel coéquipier de chambrage complète :
– Lui demain il va y repasser et tout rendre : « Non non finalement il est trop grand le tee-shirt, et puis les couleurs collent pas avec le reste de ma garde-robe ».
Alors qu’on approche seulement les 20h, le présentateur annonce la fin imminente de la soirée. Soirée vraiment ? Certes une grande partie de l’assemblée titube déjà par excès de houblon, mais pas de quoi clore les festivités. Vingt minutes plus tard il faudra une pression continue de la sécurité pour mettre fin à mes palabres auprès de fanatiques de la tribune Honneur Sud. Je m’aperçois que je suis un des seuls nouveaux abonnés, pas suffisamment possédé encore pour crier à la théorie du complot au sujet des erreurs d’arbitrages au détriment du Téf depuis le début de la saison. Le cas Luzenac y passe aussi, on reparle même du très résistible Boucher : « Je crois que si on faisait un sondage parmi tous les abonnés y’aurait une grosse majorité favorable à la titularisation de Ahamada » synthétise un gentil sexagénaire, plus mesuré et argumenté dans son discours d’ensemble que le reste de la troupe. Au final un sentiment commun surnage : la crainte que la réception prochaine d’Evian TG ne soit pas une sinécure.

Pour conclure, voici un petit condensé de la soirée concocté par l’équipe du site officiel tfc.info
http://www.dailymotion.com/video/x24u1uu_la-soiree-abonnes-du-tfc_sport?start=2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s