Atelier d’Écriture #11 (22 septembre 2014)

Exercice 1 : Texte impliquant un rapport de causalité entre deux noms communs tirés au sort.
1er mot tiré au sort : CITRONS
2e mot tiré au sort : CHANDELIERS
Contrainte : Histoire devant aboutir à une disparition des chandeliers à cause de citrons.

 

C’était l’illustration parfaite de l’expression « L’enfer est pavé de bonnes intentions ». Le citron était devenu en quelques années la denrée la plus répandue chez les classes populaires. Sa forte diffusion avait vu son prix décroître subitement. La principale conséquence fut la déclinaison de son usage au-delà de sa fonction première. En plus d’être une boisson de secours pour qui voulait étancher sa soif, il faisait office de dentifrice, de produit vaisselle ou encore de savon de fortune. Certains esprits vicieux conçurent même des créations des plus incongrues ayant pour base le fameux fruit. Parmi celles-ci les lampes frontales citronnées connurent un succès retentissant, ce qui tua progressivement le commerce des chandeliers.

 

Exercice 2 : Texte utilisant les mêmes mots, mais avec le rapport de causalité inversé.
Contrainte : Histoire devant aboutir à une disparition des citrons à cause de chandeliers.

 

Parfum de chaos. L’homme avait si fortement détourné la nature qu’il avait fini par la détruire. Plus aucun fruit ni légume à l’horizon, la seule possibilité de se nourrir passait par des capsules coupe-faim industriels. Toute la faune et la flore exterminées ? Non, un aliment avait miraculeusement survécu au courage : le citron, gardé précieusement dans les coffres-forts de la haute bourgeoisie. Le marché noir battait son plein, certains étaient prêts à se délester d’un billet de dix euros, ne serait-ce que pour obtenir une portion de pulpe. Puis un soir une équipée de Robin des Bois modernes décida de dévaliser les caves d’un de ces nantis. Ils s’armèrent de pieds de biche et prirent la route encombrés de chandeliers. Discrétion assurée. Hélas, une violente dispute éclata entre les meneurs de la mission, les chandeliers chutèrent aux portes du sésame. Les couloirs s’enflammèrent et l’équipe de pieds nickelés n’eurent plus qu’à rebrousser chemin et regarder au loin partir en fumée leur butin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s