ASSE-TFC, l’art de ne pas se perdre dans le Forez (Fou de Foot)

Après le triomphe à Rennes et la belle bousculade d’un PSG boiteux, le Toulouse Football Club poursuit sa série vertueuse avec un succès plein d’opportunisme à Geoffroy-Guichard. Pesic a continué de faire du Pesic, mais Ben Yedder a su porté l’estocade. La parenthèse internationale cassera-t-elle la dynamique ?

TFC ASSE-TFC 05-10-2014 02

Pour un peu qu’il suive encore ce qu’il se passe en L1, Francis Gillot a dû émettre un petit rictus de satisfaction à la révélation des résultats dominicaux de la 9e journée : les trois clubs engagés en Ligue Europa le jeudi précédent ont baissé pavillon. Alors comme ça il faudrait jouer cette compétition à fond ? En attente de voir un banc de touche se libérer, celui à qui la ligue devrait infliger une amende tant il a miné à lui seul le classement UEFA des clubs français se réjouit comme il peut. Son heure (re)viendra.

L’ombre bienveillante de la saison dernière

Sûrement pas du côté de la ville rose en tout cas. Alain Casanova aura dû attendre sa sixième saison comme coach principal du club pour être salué par le milieu du foot en tant qu’entraîneur « pas si défensif ». L’avènement du 3-5-2 comme système de jeu crédible a boosté l’édition 2013/2014, cette année pourrait être sa consécration. Il faudra donc accepter que le TFC ne soit plus cette équipe avec une grosse base arrière, vouée seulement à marquer sur des malentendus. L’emprise retrouvée dans l’entrejeu depuis la signature de Doumbia, les combinaisons débridées qu’amènent Akpa-Akpro, Regattin ou bien sûr Ben Yedder, l’impact nouveau de Ninkov, tout tend vers un onze désormais capable de monopoliser la balle. De marquer davantage, tout en encaissant beaucoup plus en retour (onze pions dans la musette en huit rencontres). Ce déplacement dans le Chaudron Vert, huit jours après une performance diurne enthousiasmante contre le PSG, avait tout d’une bonne opportunité. En vertu notamment d’un opposant diminué à tous points de vue : physiquement et moralement après sa partie improductive devant Dniepropetrovsk le jeudi, niveau effectif à sa disposition aussi puisque sa force offensive est restreinte par les absences prolongées d’Erding et Hamouma.

Ainsi Christophe Galtier avait peu renouvelé son onze de départ à trois jours d’intervalle, seuls Cohade et Perrin étaient laissés sur le banc au profit de Corgnet et F.Pogba. L’ASSE en panne de réalisme allait-elle inverser la tendance face à un visiteur lui réussissant peu (une seule victoire contre deux défaites et quatre nuls) ? Le souvenir de la dernière venue dans le Forez était particulièrement prégnant, un succès 2-1 qui avait lancé la machine après une faible récolte de trois points dans les cinq journées initiales. Pas mal de nouveaux dans la composition alignée un an plus tard, mis en couleur turquoise ci-après : Boucher/MoubandjéGrigoreVeskovac/Akpa Akpro-Doumbia-Aguilar-Trejo-Tisserand/Pesic-Ben Yedder.

TFC ASSE-TFC 05-10-2014 Pesic Lequipe

L’article qui rend enfin justice aux sans-grades.

Ajoutons que Jean-Daniel Akpa-Akpro et Abel Aguilar étaient alors blessés, Moubandjé occupait une place sur le banc de touche et n’en sortait pas, seuls deux joueurs sont donc fidèles au rendez-vous. Les explications sont multiples : partants (Abdennour, Aurier, Chantôme), blacklistés (Ahamada), blessés (Spajic, Didot) ou délaissés en faveur de leurs successeurs (Ninkov, Sylla, Braithwaite). Sur le papier le onze de départ ne provoquait guère de polémique. Pas même la présence de Pesic, pourtant supposé 3e homme de l’attaque à présent que Braithwaite est revenu de blessure. Le matin même de la rencontre, le journal l’Équipe rendait grâce aux qualités de l’international espoirs serbe, loin de le cantonner à sa maladresse apparente. Une petite victoire personnelle puisque cet article énonce à l’identique les vertus repérées par ma pomme au sujet de la recrue toulousaine.

Preuve que Saint-Étienne est un club régulier…

Le temps d’inonder les réseaux sociaux de cette analyse saisissante du célèbre quotidien sportif, il est déjà l’air de prendre place sur le canapé pour le coup d’envoi. Il s’agit du premier déplacement des violets que je suivrai dans des conditions optimums, un plat sur le feu histoire de mieux apprécier cet horaire brunch du dimanche. C’est un TFC rugueux qui résiste aux vagues stéphanoises en début de rencontre. Aucun arrêt d’anthologie de Boucher ne fut nécessaire pour tenir le 0-0 durant vingt minutes, tant les Verts se sont montrés maladroits. Chef de file de cette inefficacité, Max Gradel n’a pas réussi sa transition de milieu défensif en attaquant de circonstance. Son talent et son abattage n’est pas en cause, seule la finition lui a manqué. On pourrait pousser l’analyse jusqu’à lui attribuer le prix de Pesic du jour : frappes contrées, positions de hors-jeu, tâtonnements aux abords de la surface, centres approximatifs, Gradel était partout dans le premier quart d’heure. Et dire que la première occasion dangereuse vint finalement du TFC ! À l’origine un numéro de Ben Yedder, qui transmet à Doumbia pour une frappe trop croisée (12′). Dans la foulée, l’improbable Van Wolfswinkel est devancé par une sortie de la tête de Boucher (13′). Le public du Chaudron n’aurait guère autre chose pour se réchauffer de la part de ses favoris. Tirs hors cadre de Lemoine (18′) et Corgnet (20′) continuent de ponctuer une domination stérile, pendant que les contres visiteurs s’affinent.

TFC ASSE-TFC 05-10-2014 01

Et puis la parfaite action collective pointe à l’horizon : Akpa-Akpro impulse une accélération, sert Aguilar dans l’axe, le capitaine colombien trouve Pesic dont la déviation instantanée envoie Ben Yedder sur la route du paradis. Le petit crochet qui va bien et le petit prodige confirme son rush (22′). Quatre buts dans les quatre dernières journées pour WBY, six au total et seulement le sas d’attente de l’équipe de France Espoirs pour le moment.

La mainmise du jeu s’inverse d’autant moins suite à cette ouverture du score. Avec et toujours Gradel dans le rôle de meneur de la révolte. Loin de se contenter d’expédier des tirs hors champ, l’Ivoirien est à la baguette sur les nombreux coups francs obtenus, le danger se rapproche de plus en plus. La barre transversale tremble (32′) sur une incursion de Monnet-Paquet, reprise au premier poteau par Corgnet. Cette action succède à la sortie prématurée de Tisserand, touché aux ischio-jambiers, remplacé par Ninkov. Les violets ne sont pas seulement vernis, ils transcendent l’art de résister à un état de siège, comme en témoigne les interventions convaincantes de Moubandjé, l’un des points forts inattendus des dernières rencontres.

Le premier corner en faveur du Téf’ intervient à la 44e minute, un indicateur comme un autre de l’absence de velléités offensives des hommes de Casanova. Bien servi, Trejo frappe largement au-dessus…Autant ne pas avoir de corner à ce tarif-là. Retour aux vestiaires avec le sentiment du parfait hold-up accompli.

…zéro but jeudi, idem dimanche, qui dit mieux ?

Les carottes sont cuites. Je les assaisonne de persil, les mélange à des spaghettis et des poissons panés de marque suspecte. La garantie d’un appétit comblé en deuxième mi-temps, car ce ne sera pas le jeu proposé qui s’en chargera. Le schéma reprend à l’identique, Gradel et ses équipiers poussent de manière assez maladroite, seul un malentendu serait susceptible de leur venir en aide. Par exemple un CSC en bonne et due forme. Akpa-Akpro passe près d’exaucer ce vœu sur un centre flottant (48′). Côté visiteurs, Ben Yedder réalise de longues courses pour perforer le rideau stéphanois, mais manque de lucidité pour conclure ses assauts (55′) ou va trop vite pour ses équipiers (57′ avec Doumbia, 66′ avec Trejo). Alain Casanova ménagera l’énergie du feu follet en intégrant rapidement Martin Braithwaite (69′).

FOOTBALL : Saint Etienne vs Toulouse - Ligue 1 - 05/10/2014

Les verts combinent bien mieux depuis l’entrée du présumé génial Saint-Maximin à la place du transparent Van Wolfswinkel (58′). Sans tirs cadrés, point de salut, alors pourquoi ne pas rechercher le pénalty : on réclame la sentence suite à une faute peu évidente (61′), Gradel s’écroule en vain (75′) tandis que Lemoine trouve la main involontaire de Grigore (76′). L’expérimenté Monsieur Kalt ne tombe pas dans l’entourloupe. À force de s’impatienter, les locaux déjouent un peu plus encore, leurs 20 tirs (pour seulement 2 cadrés) et leurs 10 corners sont autant de bouteilles jetées à la mer. En face, on tente bien d’obtenir le KO, mais Pesic manque de réactivité sur deux rares contre-attaques (85′, 87′). Le sens du sacrifice de Grigore et Aguilar fait plaisir à voir dans les ultimes instants. L’affaire est dans le sac, qu’importe sa fadeur. D’ailleurs, l’absence d’après-match avec les compères de Radio Mon Pais/Fou De Foot contribue à un climat de pesanteur dans l’appartement. Encore deux heures à meubler avant que le sommet de série A Juventus/Roma me redonne une soif de ballon rond.

Mine de rien, le Tèf réalise une performance retentissante, puisque Sainté n’avait plus perdu à domicile depuis seize rencontres en Ligue 1, soit la plus longue série en cours parmi les clubs de l’élite.

Voilà comment une équipe en pleine confiance (la moitié de ses points acquis dans les trois derniers matchs) va se rendre au Vélodrome le 19 octobre pour empêcher l’OM de réaliser « le grand huit ». Le terrain phocéen s’avère largement propice à la surprise depuis 2007 : Deux victoires toulousaines, quatre nuls et un seul succès des locaux en Ligue 1, auquel il convient d’ajouter la qualification en coupe de la ligue la saison dernière (2-1). Ce sera à nouveau un dimanche, à la même heure et donnera peut-être l’occasion de réunir la team Fou de Foot à St Honest Street. Pour mesurer si cette saison enfin le TFC sera le poil à gratter du championnat, empêchant le leader d’asseoir un peu plus son emprise au sommet de l’Olympe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s