Sacré coeur

Tout le monde chante à l’unisson sous l’égide bienveillant du Sacré-cœur, les couples sourient et demandent à être photographiés, et moi et moi et moi qui pleure, prostré.

Même en me plaçant au milieu de la masse on dirait que je suis transparent, les badauds montent et descendent les marches en me heurtant continuellement. Même l’animateur en ira de son petit coup de genou à l’occasion, parti récolter la quête pour les « impôts locaux ». Chacun y va de sa petite dédicace, de son petit plaisir fugace, et moi et moi et moi qui pleure de disgrâce.

Les vendeurs de bières vont et viennent, tendant les bouteilles de plus en plus près du visage, se montrant de plus en plus agressifs dans leur façon de les proposer, je ne sais ce qui me retient de leur mettre une tannée, sans doute suis-je le seul à ne pas m’en accommoder car les autres demeurent béats devant les chanteurs de rue, et moi et moi et moi qui pleure, déçu.

Qu’importe la tonalité de la chanson, qu’importent les regards positifs alentours, qu’importe l’absence de pression d’une journée sans programme précis. Elle n’est pas là pour partager ce moment. Non, elle n’est pas là. Elle aurait pu être là, elle pourrait être là, elle aurait dû être là. À sa place au sein du monde en mouvement, plutôt que de végéter dans son bocal pas assez grand. La pluie tombe à présent, nul ne s’en méprend. Prend fin le mirage d’un novembre digne d’un printemps. Et moi et moi et moi qui pleure tant.

Publicités

Une réflexion sur “Sacré coeur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s