Avant-Match Caen-TFC , se dégager vraiment de la zone rouge (Fou de Foot)

Au coup de sifflet final ce samedi soir, le TFC saura à quoi s’en tenir. S’appuyer sur un ascendant psychologique (et mathématique) par rapport aux candidats à la relégation ou devoir composer avec les incertitudes jusqu’au bout.

TFC Caen-TFC 07-02-2015 Affiche

À croire qu’Alain Casanova se joue intentionnellement des médias sportifs. Journée après journée, les onze de départ annoncés par la presse écrite et Internet diffèrent de ceux alignés au moment M. La réception de Reims la semaine dernière n’a pas fait exception. Alors qu’il n’était pas censé être dans le groupe retenu, Tongo Doumbia, débarqué la veille de Guinée Équatoriale, fut carrément titulaire ! Un autre revenant de la CAN (et revenant tout court) Steeve Yago prenait place dans l’axe défensif. La ligne offensive était une nouvelle fois revue, avec le choix audacieux d’aligner les trois attaquants dés le coup d’envoi, Ben Yedder et Pesic en pointe, Braithwaite plus en retrait.

Le 4-4-2, nouveau jonglage ou véritable système de jeu ?

Décidément le coach des violets est davantage pragmatique qu’idéologue. Le fameux 3-5-2 a beau avoir été le tube du mondial brésilien, son inadéquation à l’effectif violet a sonné son glas. Retour à un classiciste 4-4-2, schéma dominant depuis le début des années 1990. Or ce changement intervient au moment où le TFC doit faire face à une nouvelle vague d’absences. Les récentes blessures d’Aguilar et Spajic se sont ajoutées aux longues convalescences de Matheus et Roman. Enfin, le cas Dusan Veskovac, écarté pour des raisons inconnues, et l’indisponibilité d’Akpa-Akpro, toujours à la CAN pour disputer la finale avec la Côte d’Ivoire. Au moins la moitié de ces six éléments a vocation à devenir titulaire…et à évoluer dans un 4-4-2 ? Rien n’est moins sûr. D’où les doutes légitimes quant à la viabilité de ce schéma à moyen terme. Le groupe vainqueur face à Reims, a en tout cas été renouvelé pour le déplacement à Caen, à l’exception d’un Dragos Grigore suspendu. Il devrait se jouer plus que les trois points du côté du stade Michel-D’Ornano.

L’ère du « Il y a toujours plus petit que soi » est terminé

L’inquiétude des supporteurs violets est lié à des facteurs autres que l’inconstance de leur club. À une époque pas si lointaine, ce yo-yo des violets agaçait autant qu’il amusait. Il lui permettait de flirter avec les places européennes sans devoir lutter pour le maintien, de devenir cet espèce de « roi du ventre mou » raillé, à raison, par la plupart des médias sportifs. Désormais, plus aucune sécurité, notamment pour cause d’élévation du niveau moyen du championnat. Le temps des petits poucets largués comme Istres, Arles-Avignon, Ajaccio ou encore Grenoble est révolu !

Fini les cancres auxquels la descente est promise ! Le classement actuel traduit parfaitement cette tendance. Pour trouver un dernier du championnat à 21 points à l’issue de la 23e journée, il faut remonter à la saison 1999-2000 avec Montpellier. À noter qu’il s’agissait alors d’une élite resserrée à dix-huit clubs, donc plus susceptible d’être homogène.

Nul besoin d’aller aussi loin, regardons de plus près la situation des trois derniers du classement de la saison 2013-2014 à ce stade de la compétition. Le 18e (Valenciennes) possédait 18 points, le 19e (Sochaux) 15 et le 20e (Ajaccio) onze. Ces trois-là prirent l’ascenseur de manière impitoyable en mai. Quant au TFC, il occupait le 13e rang avec quatre points de plus que cette saison, soit onze unités d’avance sur le premier relégable. Autant dire un fauteuil de sénateur d’où l’on peut tranquillement voir venir. Cela permet aussi de relativiser la valeur de la saison dernière, perçue a posteriori comme excellente. Seuls une victoire et un nul s’ajoutaient à la comptabilité par rapport à la saison en cours.

11

EA Guingamp

29

23

9

2

12

27

36

-9

12

Stade de Reims

29

23

8

5

10

27

37

-10

13

LOSC Lille

28

23

7

7

9

18

20

-2

14

Toulouse FC

25

23

7

4

12

24

34

-10

15

SM Caen

24

23

6

6

11

31

35

-4

16

SC Bastia

24

23

5

9

9

22

27

-5

17

FC Lorient

24

23

7

3

13

25

32

-7

18

Evian TG FC

23

23

7

2

14

24

39

-15

19

RC Lens

22

24

5

7

12

24

32

-8

20

FC Metz

21

23

5

6

12

19

32

-13

Les pannes hivernales de Ben Yedder, explication insuffisante

Passons sur ce constat général pour nous pencher sur une interrogation individuelle.

Dix rencontres. Si l’on met de côté son pénalty en coupe de France à Bordeaux début janvier, Wissam Ben Yedder, l’attaquant-star des violets n’a plus marqué depuis début novembre (Toulouse-Metz, 13e journée). Or personne pour le suppléer en pareilles circonstances : trois petits buts inscrits en six matchs lors des matchs retours de Ligue 1, heureusement tous utiles mathématiquement (une victoire et deux nuls). Les opportunités n’ont pas manqué pour le numéro 10 du TFC, autour duquel était censé s’articuler le 3-5-2 avant une redéfinition de son rôle au fil des modifications tactiques. Or, perdre des faces à faces avec un gardien adverse ne doit à aucun système de jeu, ni à une chute de la température de quelques degrés, c’est bien la confiance qui est touchée. Ou la difficile focalisation du joueur sur les turpitudes quotidiennes d’un club moyen du championnat, quand on lui promet un pont d’or pour rejoindre de hautes cylindrées.

TFC Caen-TFC 07-02-2015 Ben Yedder perduLorsque cela se joue à la seconde de trop pour réaliser un crochet ou y aller du petit coup de rein décisif, l’invocation de la météo paraît bien désuète. Ainsi l’illustration par les statistiques (voir tableau ci-dessous) ne permet pas de trancher. Un trou noir entre décembre 2012 et avril 2013, mais une belle série (en même temps que celle de son club) en plein froid l’an dernier. Dans le même temps, son démarrage avait été poussif, un seul but lors des huit premières journées, époque où Martin Braithwaite faisait le buzz. Tout l’inverse de la saison en cours. De là à supposer que Ben Yedder serait plus dépendant des bonnes prestations de son club que l’inverse…

Répartition des buts de Ben Yedder par saisons

Été

Automne

Hiver

Printemps

Saison 2012-2013

3

6

0

6

Saison 2013-2014

1

4

6

5

Saison 2014-2015

3

4

?

?

Pour conclure, voici la bande-annonce conçue par TFC TV pour la rencontre de ce samedi 7 février.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s