Review UFC 190 – Clap de fin pour les Nogueira (France Jeunes)

Non, tous les UFC organisés au Brésil n’ont pas vocation à être un plébiscite pour les stars du pays. À ce titre cette édition aoutienne aura eu des allures de marche punitive pour une des plus grandes légendes des poids lourds, un ancien champion du StrikeForce et une candidate au titre trop présomptueuse. À un an des Olympiades, ceux-là ont totalement déjouer.

UFC 190 Nogueira vs Struve 3

Résultats Complets de l’UFC 190 (1er août 2015)

Rio de Janeiro, Brésil (HSBC Arena)

Carte principale

*Ronda Rousey bat Bethe Correia par KO (1er round 0:34) et conserve le titre des poids coqs.

*Mauricio Rua bat Antonio Rogerio Nogueira par décision unanime (29-28, 29-28, 29-28) dans la catégorie des mi-lourds.

*Glaico França bat Fernando Bruno par soumission (Rear-Naked Choke, 3e round 4:46) et remporte le tournoi poids légers du TUF Brazil 4.

*Reginaldo Vieira bat Dileno Lopes par décision unanime (29-28, 30-27, 30-27) et remporte le tournoi poids coqs du TUF Brazil 4

*Stefan Struve bat Antonio Rodrigo Nogueira par décision unanime (30-27, 30-27, 30-27) dans la catégorie des lourds.

*Antonio Silva bat Soa Palelei par TKO (2e round 0:41) dans la catégorie des lourds.

*Claudia Gadelha bat Jessica Aguilar par décision unanime (30-27, 30-27, 30-27) dans la catégorie féminine des poids pailles, devenant ainsi prétendante numéro 1 au titre.

Carte préliminaire

*Demian Maia bat Neil Magny par soumission (Rear-Naked Choke, 2e round 2:52) dans la catégorie des welters.

*Patrick Cummins bat Rafael Cavalcante par TKO (3e round, 0:45) dans la catégorie mi-lourds.

*Warlley Alves bat Nordine Taleb par soumission (Guillotine Choke, 2e round 4:11) dans la catégorie des welters.

*Iuri Alcantara bat Leandro Issa par décision unanime (29-28, 29-28, 29-27) dans la catégorie poids coqs.

*Vitor Miranda bat Clint Hester par TKO (2e round 2:38) dans la catégorie poids moyens.

*Guido Cannetti bat Hugo Viana par décision unanime (29-28, 29-28, 29-28) dans la catégorie poids coqs.

Il voulait y croire le public brésilien, envers et contre tout, et surtout en dépit du bon sens. Croire en la verve d’une challenger-maison, Bethe Correia, la première à attaquer Ronda Rousey sur le terrain du trash talking, il voulait se persuader au nom d’une invincibilité de façade (9-0 pour seulement deux victoires par finalisation, et surtout aucun nom important au compteur), il voulait oublier que sa chouchou n’était même pas classée dans le top 5 féminin poids coqs avant la rencontre.

Une trentaine de secondes suffirent à lui renvoyer la réalité en pleine face. En une séquence de dirty boxing rappelant les pires UFC de la pèriode SEG (1993-2000), l’Américaine tenait sa promesse de pulvériser sa concurrente par KO. L’aspect tactique aura été le grand absent de ce main event. Aussi l’élégance d’une amenée au sol de judoka suivie d’une clé de bras aurait semblé inconvenant.

Au cumul de ses trois dernières défenses de titre, Rousey est apparu 64 secondes dans l’Octogone, une aberration ! Sans péril, nulle gloire ou prestige, or la balance est de toute évidence déséquilibrée dans une section féminine qui peine à convaincre.

UFC 190 Rousey KO Correia Gif

La déférence de Struve

Une autre division interpelle sur son niveau en ce moment, celle des poids lourds. Peu de temps après ce gala, l’ancien tenant de la catégorie, Cain Velasquez, s’est vu confirmer une revanche immédiate face à Fabricio Werdum, choix compréhensible tant derrière le top 3 voire top 5 c’est le désert. Les deux chocs du soir sont allés dans le sens du déclin : un combat balourd entre Soa Palelei et Antonio « Bigfoot » Silva, finalement conclu via striking mou par ce dernier, et surtout une opposition gênante entre Stefan Struve et Rodrigo « Minotauro » Nogueira. La grande perche hollandaise (2m12, 27 ans, déjà 33 combats pros à son actif) a négocié sans mal ce « test » devant une des icônes nationales du fight au Brésil. Big Nog a traîné ses 39 ans et son manque de compétition comme un boulet, sa lenteur et sa prévisibilité représentaient une vraie souffrance visuelle pour le fan se rappelant ses grandes années. En face, Struve a accompli le service minimum, ralentissant après chaque contre, utilisant ses jambes avec parcimonie, sachant la décision acquise. De fait les juges du combat avaient de meilleures jumelles que ceux de la soirée d’adieu de Jérome Le Banner. Les deux adversaires pouvaient se saluer dans le respect, avec une emphase particulière de Struve pour porter triomphalement une de ses anciennes idoles : « Cet homme n’est pas humain. Il n’y a pas eu moyen de le mettre KO » prétendra le vainqueurs sans convaincre l’assistance.

UFC190 Nogueira-Struve image à la uneUFC 190 Nogueira vs Struve 2 

Rua s’impose sans convaincre

Little Nog avait lui aussi du pain sur la planche. Au programme du « petit » frère Nogueira, les retrouvailles avec Mauricio « Shogun » Rua, dix ans presque jour pour jour après un premier duel mythique au Pride Grand Prix. Dans un contexte de guerre de clans entre la Brazilian Top Team (les Nogueira, Ricardo Arona, Paulo Filho, Murilo Bustamante) et la Chute Boxe (les frères Rua, Wanderlei Silva, Anderson Silva), les deux hommes donnèrent tout son sens à l’opposition classique grappler vs striker. Alors sur une meilleure lancée que son aîné, Rogerio connaitra une carrière en dents de scie, force blessures à la clé, suite à sa défaite par décision unanime. Quant à Shogun il continuera sa route triomphale jusqu’à une finale époustouflante face à Arona, puis décrochera la ceinture mondiale Light Heavyweight de l’UFC en 2010. C’était avant l’ouragan Jon Jones. Depuis, l’enfant de Curitiba n’a plus enchaîné deux succès (palmarès négatif de 3-5 entre août 2011 et ce duel), subit même des contre-performances inexplicables (soumission des mains de Chael Sonnen, TKO par le vieux Dan Henderson et le modeste Ovince Saint Preux). Ce match du rachat tombait à point nommé. Et Shogun démontra par séquences un muay thaï retrouvé, beaucoup d’application notamment dans son travail de middle kicks. Plus surprenant, il posa des problèmes à Nogueira dans une séquence au sol…alors que l’expert du jiu-jitsu brésilien faillit pour sa part obtenir un KO en stand up en fin de 1er round ! Une étrange rencontre, il est vrai plaisante, mais bien bien loin du standard offert en 2005…

UFC 190 Rua vs Nogueira

Les finales du TUF sauvent la carte

Ce show nous renvoyait en jeunesse pour une autre raison : les finales de la 4e édition de The Ultimate Fighter Brazil. Initialement prévues pour un Fight Night, elle ont judicieusement trouvées place sur le pay per view de Rio. Chez les bantamweights, Reginaldo Vieira est sorti vainqueur d’un duel passionnant face à Dileno Lopes, membre de la Nova Uniao de Jose Aldo. Lorsque deux spécialistes de prises d’abandon se rencontrent, ils récitent leurs gammes. Telles ces multiples tentatives de Guillotine Choke. Mais chacun aura su résister jusqu’au coup de gong final.

UFC 190 Reginaldo Vieira trophée TUF

Chez les lightweights, Fernando Bruno n’aura pas eu le frisson de l’annonce des juges, et ce pour quatorze petites secondes. Sa défaite ne laissait aucune place au doute de toute manière : là où Glaico Franca construisait son combat avec un style volontariste, Bruno (autre membre de la Nova Uniao, décidément pas vernie) se contentait de saisies et d’un travail brouillon au sol. On comprend mieux pourquoi la fiche de ce dernier ne comporte pas le moindre KO/TKO en 18 duels pros. Aussi, l’acharnement de Franca à exécuter le Rear-Naked Choke trouva récompense en bout de course.

UFC 190 Glaico Franca Submits Bruno

Le flux de talents dont regorge la source auriverde ne se tarit pas. Ces deux nouveaux noms se rajoutent au large roster brésilien issu de la télé-réalité du fight, marchant dans les pas des Cezar Ferreira, Rony Jason et autres Warlley Alves. Ce dernier, encore invaincu, a nettement dominé le Français Nordine Taleb en préliminaire.  Autre résultat remarquable, la soumission obtenue par l’éternel Demian Maia devant la sensation Neil Magny (sept victoires de rang avant la rencontre). Comme quoi tous les anciens ne sont pas à ranger au placard. En revanche, la route UFC semble devoir s’arrêter là pour Rafael « Feijao » Cavalcante, tombeur de King Mo Lawal en son temps pour le titre Light Heavyweight du StrikeForce, complètement méconnaissable depuis son arrivée dans le monde de Zuffa. Sauf surprise, il devrait rester à quai lors du prochain voyage de l’Oncle Sam en terres brésiliennes.

UFC 190 Demian Maia vs Neil Magny 1 UFC 190 Demian Maia vs Neil Magny 2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s