Une fin de deuxième septennat poussive – Review TNA Impact du 3 mai au 28 juillet (Les Cahiers Du Catch)

L’irrémédiable, c’est de ressentir de telle sorte qu’à toutes les extrémités règne la tempête et nulle part un maître qui commande au chaos.

Paul Klee

Voilà 14 ans naissait une petite compagnie ambitieuse, mixant les codes du catch mainstream avec le style in ring de l’indy. Elle a traversé des cycles tortueux, parfois glorieux, mais n’a jamais su coupler engouement populaire et reconnaissance critique. Elle semble désormais englué dans une zone épineuse, incapable de se redéfinir une identité propre malgré de réelles qualités. À Orlando, les zones d’ombres se sont accumulées durant ce cycle printemps/été 2016.

Et on ne parle même pas des ombres dans les habituelles segments scabreux backstage.

Et on ne parle même pas des ombres dans les habituelles segments scabreux backstage.

Nalyse-Synthèse TNA Impact Wrestling du 3 mai au 28 juillet 2016 (+ SlammiVersary)

Résultats des combats disputés lors d’Impact Wrestling ces trois derniers mois :

3 mai Orlando, Floride

1-Jeff Hardy vs Mike Bennett s’achève en no contest lorsque Bobby Lashley vient attaquer les deux opposants.

2-Abyss bat James Storm avec un Black Hole Slam et l’intervention décisive de Crazzy Steve.

3-TNA King of the Mountain Championship : Bram © sort victorieux lors d’un combat sous la stipulation propre à son titre, il comportait Eddie Edwards, Jessie Godderz, Andrew Everett et Eli Drake.

4-Bobby Lashley remporte le triple threat impliquant Jeff Hardy et Mike Bennett. The Dominator devient challenger numéro un au titre poids lourds.

10 mai Orlando, Floride

1-TNA Tag Team Championship : The Decay © conserve l’or devant Jeff Hardy & James Storm, une distraction impliquant un faux Willow sur l’écran géant fut décisive.

2-TNA Heavyweight Championship : Drew Galloway © sort vainqueur du challenge lancé inopinément par Eli Drake avec son Future Shock DDT.

3-TNA Knockouts Championship : Jade © vs Gail Kim ne donne aucun vainqueur lorsque Sienna décide de gâcher l’opposition.

4-Mahabali Shera parvient à contrer les fourberies d’Al Snow pour vaincre avec le Sky Hi.

5-Ethan Carter III inflige une correction à Rockstar Spud dans un steel cage match.

17 mai Orlando, Floride

1-Jeff Hardy s’impose face à un faux Willow. Suite à la rencontre, l’attaque d’autres hommes déguisés en Willow l’empêche de retirer le masque de son adversaire.

2-Sienna vient à bout de Velvet Sky avec un Bodybag. Cette dernière doit quitter la fédération suite à cette défaite.

3-Mike Bennett détruit Earl Hebner avec un Big Boot. Ce match faisait référence à un méfait identique d’EC3 envers l’arbitre Hall of Famer.

4-Ethan Carter III bat Tyrus dans un last man standing match.

5-La paire Eddie Edwards/DJ Z prend le dessus sur Trevor Lee/Andrew Everett.

6-TNA Heavyweight Championship : Drew Galloway © conserve sa ceinture par disqualification face à Bobby Lashley dans un lumberjack match où les « bûcherons » ont outrepassé leur rôle.

24 mai Orlando, Floride

1-Ethan Carter III gagne par DQ devant Matt Hardy suite à l’attaque de Mike Bennett.

2-Al Snow domine Grado dans un street fight grâce à l’irruption du duo français Basille Baracca/Baron Dax (anciennement Sylvester Lefort et Marcus Louis à NxT).

3-TNA X-Division Championship : Trevor Lee © conserve son bien dans un ultimate X impliquant Eddie Edwards, DJ Z et Andrew Everett.

4-Gail Kim sauve sa carrière en obtenant le tombé sur Sienna.

5-Jeff Hardy remporte un handicap ladder match face au duo Rockstar Spud/Tyrus.

31 mai Orlando, Floride

1-Bram obtient une victoire inespérée par DQ face à un Lashley s’étant muni d’une chaise.

2-TNA King of the Mountain Championship : Eli Drake détrône Bram © avec en finish une Clothesline.

3-The BroMans prennent le dessus sur Rockstar Spud/Tyrus pour devenir les nouveaux challengers aux titres.

4-Jade & Gail Kim surclassent la paire Sienna/Allie, les deux représentantes de la gérante des knockouts Maria.

5-Mike Bennett profite d’une distraction de Maria pour vaincre James Storm par Roll-Up.

6-Malgré l’intervention de Bobby Lashley, Drew Galloway sort vainqueur du handicap match le confrontant aux tag team champions The Decay.

7 juin Orlando, Floride

1-Sienna assène son AK-47 à Madison Rayne pour devenir challenger numéro un des knockouts.

2-The Decay, The Tribunal (Basille Baracca & Baron Dax) & Eli Drake remportent le 10-men tag team les confrontant à The BroMans, Bram, Mahabali Shera & Grado.

3-Ethan Carter III & Gail Kim s’imposent dans match mixte face à Mike Bennett & Allie.

4-TNA X-Division Championship : Trevor Lee © surprend Eddie Edwards avec un coup de ceinture suite à l’intervention de Gregory Helms.

5-Braxton Sutter domine Kalus avec au finish son Flatliner.

6-TNA Heavyweight Championship : Drew Galloway © gagne par DQ face à Matt Hardy suite à une nouvelle attaque de Lashley.

12 juin SLAMMIVERSARY Orlando, Floride

1-TNA X-Division Championship : Eddie Edwards s’impose dans le fatal 4-way comprenant Trevor Lee ©, DJ Z et Andrew Everett. Le membre des Wolves effectue le tombé sur le tenant du titre.

2- The Tribunal (Basille Baracca & Baron Dax) profite d’une distraction d’Al Snow pour prendre le meilleur sur la paire Mahabali Shera/Grado.

3-TNA Knockouts Championship : Sienna devient la nouvelle championne dans un triple threat aux dépens de Jade © et Gail Kim. L’irruption du duo Maria/Allie ainsi que l’attaque de Marti Bell sur Jade ont abouti à ce résultat.

4-James Storm enchaîne Backbreaker/Last Call pour calmer les ardeurs de Braxton Sutter.

5-TNA King of the Mountain Championship : Eli Drake © parvient à vaincre une nouvelle fois Bram grâce au Blunt Force Trauma.

6-Malgré les agissements de Maria, Ethan Carter III brise la winning streak de Mike Bennett avec son One Percenter en manœuvre finale.

7-Jeff Hardy remporte la guerre lors du Full Metal Mayhem face à son frère Matt via une Swanton Bomb à travers une table.

8-TNA Tag Team Championship : The Decay © conserve son bien devant les BroMans.

9-TNA Heavyweight Championship : Bobby Lashley s’empare d’un 3e titre mondial dans la compagnie aux dépens de Drew Galloway ©. Il s’agissait d’un knockout or tapout match, soit une stipulation dérivée du MMA (pratique parallèle de Lashley).

14 juin Orlando, Floride

1-TNA King of the Mountain Championship : Jeff Hardy doit se contenter d’une victoire par DQ face à Eli Drake © suite à l’agression de l’arbitre par frère Matt.

2-TNA X-Division Championship : Eddie Edwards © sort victorieux du rematch guêpier face à Trevor Lee, parvenant même à assommer Gregory Helms en chemin.

3-TNA Tag Team Championship : The Decay © réussit une nouvelle défense de titre dans un 4-way comprenant BroMans, Mahabali Shera/Grado et The Tribunal.

4-TNA Heavyweight Championship : Bobby Lashley © gagne le rematch contre Drew Galloway suite à une intervention manquée d’Ethan Carter III et un Arm Triangle Choke.

21 juin Orlando, Floride

1-Drew Galloway & Ethan Carter III prennent le meilleur sur Bobby Lashley & Eli Drake.

2-Marti Bell utilise discrètement une arme pour dominer son ancienne équipière Jade.

3-TNA X-Division Championship : Mike Bennett parvient à entourlouper Eddie Edwards © pour s’emparer de la ceinture.

4-Braxton Sutter retrouve le chemin de la victoire face à Rockstar Spud avec son Flatliner.

5-Jeff Hardy détruit une nouvelle fois son frère Matt, dans le cadre d’un steel cage match.

28 juin Orlando, Floride

1-TNA Knockouts Championship : Sienna © conserve son titre devant Gail Kim grâce à une intervention d’Allie.

2-Braxton Sutter devient challenger numéro un au titre X-Division lors d’un combat impliquant six autres concurrents : Eddie Edwards, DJ Z, Mandrews, Trevor Lee, Andrew Everett et Rockstar Spud.

3-TNA X-Division Championship : Mike Bennett © profite de la fatigue de Braxton Sutter pour défendre immédiatement son titre.

4-Tyrus, Grado & Mahabali Shera obtiennent un succès devant Al Snow & The Tribunal.

5-TNA Heavyweight Championship : Bobby Lasley © défend l’or dans un triple threat comprenant Drew Galloway et Ethan Carter III, sur qui le tombé est effectué.

5 juillet Orlando, Floride

1-TNA X-Division Championship: Eddie Edwards parvient à reprendre l’or dans un Ultimate X impliquant Mike Bennett ©, Trevor Lee, Andrew Everett, Rockstar Spud, DJ Z, Braxton Sutter et Mandrews.

2-TNA King of the Mountain Championship : James Storm gagne seulement par disqualification contre Eli Drake ©, auteur d’un coup de ceinture.

3-Jade détruit Marti Bell, son ancienne alliée de Dollhouse, dans un street fight.

4-The BroMans & Raquel prennent le meilleur sur The Decay (Abyss, Crazzy Steve é Rosemary) avec un Roll-Up.

5-Matt Hardy profite de l’aide de Reby Sky pour vaincre Jeff Hardy dans un combat dit « final deletion » se déroulant dans le cadre insolite de leur campagne natale. Cette victoire permet à l’aîné de bénéficier des droits exclusifs sur le nom Hardy, « effaçant » de fait son frère.

12 juillet : Destination X Orlando, Floride

1-DJ Z devient le nouveau challenger au titre de la X-Division en remportant un ladder match comprenant Trevor Lee, Andrew Everett, Rockstar Spud, Braxton Sutter et Mandrews.

2-Bram profite de la confusion au sein de Decay pour vaincre Abyss par Roll-Up.

3-TNA Knockouts Championship : Sienna © conserve le titre une nouvelle fois grâce à l’intervention d’Allie. Il s’agissait d’un fatal 4-way incluant Gail Kim, Jade et Marti Bell.

4-DJ Z humilie Mike Bennett, vaincu par Roll-Up après que l’ensemble des catcheurs de la X-Division se soient ligués contre lui.

5-TNA Heavyweight Championship/TNA X-Division Championship : le choc promettant l’unification des titres entre Bobby Lashley © et Eddie Edwards © se conclut en no contest à cause du sabotage orchestré par Mike Bennett.

21 juillet Orlando, Floride

1-Quart de finale des BFG playoffs : Mike Bennett bat rapidement un Brother Nero (alias Jeff Hardy) hors de forme.

2-Quart de finale des BFG playoffs : Matt Hardy écarte James Storm de la course grâce au Twist of Fate, précédé d’une intervention décisive de Reby Sky avec un marteau.

3-Quart de finale des BFG playoffs : Ethan Carter III contre une phase de domination d’Eli Drake avec un Roll-Up pour le compte de trois.

4-Quart de finale des BFG playoffs : Drew Galloway complète le dernier carré en assénant un Future Shock DDT depuis la troisième corde à Bram.

5-TNA Heavyweight Championship/TNA X-Division Championship : Dans un match en cage, Bobby Lashley © prend le dessus sur Eddie Edwards © avec deux spears consécutifs. The Destroyer détient donc les deux principales ceintures individuelles de la compagnie.

28 juillet Orlando, Floride

1-Demi-finale des BFG playoffs : Ethan Carter III poursuit son parcours en disposant de Matt Hardy, suite à un coup de ceinture et un One Percenter pendant que l’arbitre empêchait l’usage d’un marteau par son adversaire.

2-Gail Kim parvient à vaincre Madison Rayne via son habituel Eat Defeat.

3-Moose domine aisément un certain David Star avec pour conclusion le Gamebreaker.

4-TNA X-Division Championship : Bobby Lashley © conserve son bien dans un ladder match contre DJ Z.

5-TNA Tag Team Championship : The Decay © garde une nouvelle fois l’or face aux BroMans dans un monster’s ball match.

6-Demi-finale des BFG playoffs : Mike Bennett sort Drew Galloway du tournoi au milieu de la confusion provoquée par les irruptions de Moose et Ethan Carter III.

- Mince un changement de règne passé inaperçu dans ce flot de résultats ? - Prochaine fois, une nalyse de six mois pour être en symbiose avec le bordel TNA.

– Mince un changement de règne passé inaperçu dans ce flot de résultats ?
– Prochaine fois une synthèse de six mois pour être en symbiose avec le bordel TNA !

En bref…

-Toujours pas d’exposition majeure pour la X-Division, essentiellement incarné par le pâle Trevor Lee depuis six mois. Il a cependant fini par perdre le sésame aux mains d’Eddie Edwards à SlammiVersary. Court règne pour la moitié des Wolves, puisque Mike Bennett s’arroge un match de championnat (au gré de son amitié avec le décideur Billy Corgan) et le remporte neuf jours plus tard. Si en apparence le titre retrouve de sa superbe (dix défenses durant ces dernières semaines), il n’est pas porté par des feuds bien structurées ni ne revêt une identité propre. Le passage autour de la taille de Bennett, postulant poids lourds par excellence, achève d’embrouiller le message, réduisant cette breloque à une passerelle vers le titre suprême via l’option C (voir par ailleurs). Edwards le récupère dans la foulée et se tourne aussitôt vers un challenge contre le champion poids lourds Bobby Lashley.

Le temps où le championnat X-Division faisait les main event de PPV est bien bien loin…

-L’après Eric Young s’annonçait comme un vent de liberté, push à l’appui, pour le Britannique Bram. Hélas, son règne de King of the Mountain champion a tourné court avec une défaite face à Eli Drake le 31 mai. Depuis, il vogue comme une âme en peine, au point de devenir une recrue ciblée par le clan Decay. La diabolique Rosemary multiplie les avances à son égard, et finit par le séduire. Aussi l’entraine-t-elle à ses côtés dans les bois lors du dernier Impact de juillet. Elle évoque son passé chaotique, la manière dont elle est passée de petite fille naïve à étrange créature, sur fond de frère imaginaire, chat assassiné et autres incongruités. À noter l’utilisation de séquences vidéos orientées « cinéma » à la façon de celles exploitées dans la rivalité entre les frères Hardy (voir par ailleurs).

-Le King of the Mountain Championship n’a pas encore acquis ses lettres de noblesse, souvent conservé via des défaites par disqualification par Eli Drake, détenteur de la breloque depuis l’édition d’Impact du 31 mai. L’ancien associé de Galloway dans le mouvement #Standup a le mérite de raconter une histoire cohérente de règne heel à l’appui de son talk show Fact of life, digne équivalent des émissions de Jericho ou du Miz à la WWE. L’art de Drake au micro, porté par sa parfaite incarnation du mec que l’on adore détester, tend d’ailleurs à le comparer avec Y2J. Pour l’heure son ennemi intime est James Storm dont il moque l’alcoolisme, le côté cul-terreux et la vulgarité.

-Anecdotique ? Impact Wrestling a une fois de plus changer de jour de diffusion, depuis l’épisode suivant Destination X, soit le jeudi 21 juillet, choix motivé par le transfert de SmackDown du vendredi au mardi soir. Cette édition marque le début de qualifications (playoffs) pour Bound for Glory. Il s’agit d’un mini-tournoi à élimination directe et non du système de championnat connu il y a quelques années pour désigner le challenger au titre suprême.

Impossible de recevoir un cow-boy sans lui servir un dummy.

Impossible de recevoir un cow-boy sans lui servir un dummy.

Al Snow choisit la France pour le représenter

Il continue à nous ennuyer profondément, mais au moins a-t-il servi à introduire en grande pompe un duo frenchy laissé sur le carreau par la WWE : Sylvester Lefort et Marcus Louis, ici affublés des sobriquets tout aussi ridicules Basille Baracca et Baron Dax (duo par ailleurs baptisé The Tribunal). L’éphémère clown du hardcore, Al Snow, poursuit donc son objectif consistant à éradiquer du monde du catch des freaks tels Grado ou Mahabali Shera. Ce bras armé tricolore joue plus ou moins dans le même registre qu’à NxT, celui de la prétention française doublé d’un accent caricatural massacrant allègrement la langue de Shakespeare. Rajoutez à cela de la triche systématique pour vaincre leurs adversaires et vous avez la garantie d’être hué assez vite par un public complice. Il s’agit d’ailleurs de l’aspect drôle de cette feud : la mauvaise foi du Tribunal & Snow lors de l’évocation de leurs multiples victoires, systématiquement acquises avec vice. Même face aux images, ceux qui se veulent puristes du vrai catch déclarent avoir vaincu à la loyale, dénoncent de pseudo-montages etc.

Inexplicablement rejoint par Tyrus (l’ancien Brodus Clay), suggérant de fait être lui-même un freak, la paire vise à enfin contrer cet armada nouvellement constitué. Le choc final entre les différentes parties est annoncé pour ce mois d’août.

- Bon mon petit Tyrus, on a trouvé une issue à ton inactivité. - Vraiment ? Vous me libérez de mon contrat ? - Mieux. Tu rejoins la feud Al Snow contre les bouffons. - ... - Ben quoi ? - Ptain les gars, j'ai gagné un title shot à Bound for Glory !

– Bon mon petit Tyrus, on a trouvé une issue à ton inactivité.
– Vraiment ? Vous me libérez de mon contrat ?
– Mieux. Tu rejoins la feud Al Snow contre les bouffons.
– …
– Ben quoi ?
– Ptain les gars, j’ai gagné un title shot à Bound for Glory !

Les knockouts en ballottage foutraque

Gail Kim intronisée au Hall of Fame au moment où elle décline entre les cordes, l’irruption de bimbos à l’utilité douteuse et une nouvelle destructrice (Sienna) s’emparant aussi sec du titre fraîchement remporté par l’ex-Dollhouse Jade. Au centre de ce casting des jeux de pouvoir entre Maria, gérante des knockouts, Dixie Carter et Billy Corgan, vrai-faux GM qui semble se laisser porter par le vent. À l’heure où la WWE promulgue sa division féminine, la compagnie floridienne la laisse filer dans une dangereuse roue libre. Mentionnons le « licenciement » kayfabe de Velvet Sky suite à une défaite contre Sienna, les menaces pesant sur Gail Kim quant à la rejoindre ou des matchs éclairs sans grand intérêt.

Alors qu’elle avait initialement exigé de porter la ceinture auprès de Jade, Maria (par ailleurs une heel tout à fait respectable) a choisi de déléguer la tâche à sa mercenaire Sienna, tout en pouvant compter sur une assistante dévouée en la cruche de service Allie.

Le soir de SlammiVersary, la rousse maléfique prétend, attelle à l’appui, souffrir d’une blessure au bras pour éviter un combat contre Gail Kim. Version corroborée par Billy Corgan sous couvert de radios allant dans le sens de la gérante des knockouts. Une feud hardcore s’installe en parrallèle entre les ex-Dollhouse, Jade et Marti Bell dans le courant du mois de juin. Puis Madison Rayne rejoint un clan heel déjà chargé en trahisant Gail Kim fin juillet. Autant de micro-évènements ne permettant pas de créer une ligne conductrice pour la course au titre de la division. Ainsi Sienna défend la ceinture contre l’ensemble des concurrentes, en dépit des résultats acquis au préalable. À l’image du fatal 4-way de Destination X le 12 juillet où Kim, Jade et Marti Bell étaient challengeuses sur un pied d’égalité, sans aucun build up autour du combat ou justification par des performances sportives.

Sur le papier la situation n’est pas encore désespérée, mais la sonnette d’alarme mérite d’être tirée…

Et elle n'est pas la seule !

Et elle n’est pas la seule !

The Decay, les rois de l’ombre

Comment se réjouir de dominer une division tombée en désuétude ? À bien des titres, la situation des tag team s’approche de celle des knockouts : pénurie de roster, booking gros sabots ou proche de l’i renfnexistant, manque de star power… Les solutions bouche-trous ont la préférence des scénaristes telles la reformation des BroMans ou les alliances sur le pouce entre un demi-Wolves et un demi-Beer Money et/ou un demi-Hardys, soit autant de talents avérés ne constituant pas une équipe pour autant. Les départs d’Eric Young et Bobby Roode à la suite des enregistrements d’avril ont laissé le champ libre au duo vampiro-gothique constitué par Abyss et Crazy Steve, sous le haut management de Rosemary, sorte de mix diabolique entre Sensationnal Sherri et Daffney (femme de David Flair époque WCW).

Leurs principaux challengers sont donc The BroMans, toujours aussi losers sympathiques, malgré l’arrivée de Raquel en coach en développement. Cette petite bombe en herbe, autrefois apparue dans un angle de séduction avec Lashley (storyline avortée sans la moindre explication), s’est surtout évertuée à détourner les deux complices de tous leurs intérêts annexes au catch, y compris leur attirance pour son joli minois. Autant de petites séquences comiques pour enfoncer leur statut face.

En eux-mêmes les combats tag team ont eu peu d’intérêt, mais la personnalité du duo de champions s’est renforcée dés le mois de mai avec une apparence modifiée pour Abyss (désormais en concordance avec ses alliés au niveau de son maquillage) et la découverte de la parole pour Crazy Steve, le tout insufflé par Rosemary dans une séquence de métamorphose 100 % nawak (elle leur a allègrement craché dans la bouche). Les monster’s ball et autres no holds barred se sont accumulés pour solidifier leur règne, mais l’intérêt dévie progressivement sur l’amourette entre Rosemary et Bram, préfigurant sans doute une jalousie prochaine de ses deux sbires. La vampirette a donc confié ses traumatismes d’enfance à son nouvel homme, laissant encore des zones d’ombres au sujet d’un frère macabre.

La scénographie a beau être différente, on pense forcément à la famille Wyatt dans cette volonté de doter un clan heel d’une dimension fantastique/mystique. Pris à l’origine pour une association de jobbers de passage, The Decay se pose désormais en leaders d’une époque troublée.

The Nobodies ou The Onlys ?

The Nobodies ou The Onlys ?

Le chemin de la reconquête pour EC3

Voilà mine de rien la bonne feud du dernier trimestre écoulé à Orlando. Alors que Bennett s’est élevé fin avril grâce à sa première victoire de référence, EC3 n’a de cesse de vouloir remettre les compteurs à zéro, au point de délaisser un temps la course à l’or. Son rival, adoubé par le GM Billy Corgan dans son initiative, lui propose de traverser « la route de la redemption », consistant à devoir confronter des adversaires emblématiques de son passé pour pouvoir obtenir revanche. EC3 retrouve ainsi Rockstat Spud dans un match en cage, Tyrus dans un last man standing puis Matt Hardy en ultime strapontin vers The Miracle. Au PPV SlammiVersary, le faux never Carter vient à bout de Bennett dans un match solide. Il peut désormais replonger dans le main event à proprement parler. Dans cette nouvelle quête, le champion déchu Drew Galloway se fait son allié autant que son rival pour couper court à l’hégémonie promise par Bobby Lashley. La tension monte lorsqu’une intervention manquée d’EC3 assure la victoire au Destroyer lors du rematch du main event de SlammiverSary (épisode du 14 juin). Drew et Ethan semblent cependant laisser de côté leurs mésentG playoffs relance l’émulation entre les deux tops faces, ne devant pas se croiser avant la finale puisque présents dans une partie de tableau différente. Mais si EC3 parvient à se qualifier pour la dernière marche (programmée pour l’édition du 4 août), Galloway échoue dans la confusion complète face à Mike Bennett en demi-finale. En cause l’irruption de Moose, ancien footballeur américain devenu associé du Miracle courant juillet. Toujours empreint de rancoeur envers sa nemesis Bennett, EC3 intervient à son tour pour équilibrer les débats, mais assène involontairement un nouveau coup décisif au détriment de l’Écossais.

La finale devrait se disputer sur fond d’interventions diverses et variées.

Mettre un jean et croire que l'on effectue un brawl non scripté...

Rien de tel que mettre un jean et croire que l’on effectue un brawl non scripté…

Hardy vs Hardy, une rallonge dispensable ?

Les feuds fratricides, réussies ou non, sont idéales sur le court terme, permettant aux deux protagonistes de solidifier leur nouveau statut puis de vaquer sur des routes séparées sans « brûler » l’un ou l’autre. La WWE s’était risquée par deux fois à briser l’entente des Hardy (fin 2001 et début 2008), sans jamais pousser le bouchon jusqu’à des affrontements de grande envergure. Cette fois le clou ne semble jamais devoir s’enfoncer. Les prémisses de la cassure fraternelle se situent au moment du heel-turn de Matt fin janvier. Plusieurs oppositions, one-on-one ou par alliés interposés ont rythmés les hebdomadaires de la TNA sans complètement accaparer les deux protagonistes. Le tournant vers une histoire plus personnelle fait suite au couronnement de Drew Galloway mi-mars et a connu son premier pic avec un street fight terminé en no contest fin avril.

Disparu de l’antenne pour quelques semaines, Matt réapparaît sous les traits d’une sorte de savant fou, gourou de lui-même, s’exprimant avec une élocution mystique, traumatisé par le brawl destructeur contre son frère, et faisant peur jusqu’à ses sbires habituels (Tyrus, Rockstar Spud voire sa propre femme). L’aîné souhaite entraîner son « brother nero » dans la folie, se joue de lui en lui envoyant de multiples agresseurs sous les traits de l’alter-ego Willow, puis le convoque en terrain rural, « là où tout a commencé », à savoir le gymnase installé sur leur maison d’enfance. Jeff se pointe au rendez-vous de son frère pour y délivrer une séquence déjà devenue culte dans la catchosphère (épisode du 31 mai), débat de salon suivi d’un brawl impromptu. Sans que l’on sache s’il est le fruit d’une stratégie délibérée de la TNA, ces segments ont créé un buzz plutôt rare autour de la comapgnie. Le jeu appuyé jusqu’à la caricature des intervenants et l’action filmée avec un filtre propre au cinéma tranchent avec les standards de la maison Orlando.

L'instant où tu réalises que tu as mis le doigt dans un engrenage et que tu ne pourras plus reculer.

L’instant où tu réalises que tu as mis le doigt dans un engrenage et que tu ne pourras plus reculer.

Les effets spéciaux utilisés dans les segments de l’épisode du 5 juillet renvoient à de piètres séries des années 1980 telles Loin de ce monde (qui a connu « La Une est à vous » me suivra) ou semble tout droit empruntés à Code Quantum ou Sliders (l’ultra kitsch hologramme de Matt projeté sur le mur, la lutte face à un drone). Par ailleurs la mise en scène ouvertement cinématographique des segments avant SlammiVersary et du Final Deletion (combat horss structure habituel où les droits sur le nom Hardy sont en jeu) font irrémédiablement penser aux artifices de la Lucha Underground, soit une rupture avec les codes de narration traditionnels du catch. Là où les grandes fédérations américaines sont longtemps restées dans une présentation « premier degré » de leur sport/spectacle (hors décodage par les smarts), ces vidéos ancrées dans un univers fictionnel offrent un discours méta assez novateur. Ainsi on peut aisément rire de la piètre qualité du combat livré entre champ et rivière par les Hardy, mais on montrera plus d’indulgence dans ce cadre-là que lors d’un duel disputé dans une arène classique. Le tout est resté suffisamment décalé pour ne pas écorner la carrière des deux légendes, cela a même permis à Matt d’expérimenter enfin son côté déluré à l’antenne. Fini d’incarner par défaut le sage des deux. Dans la foulée de son succès rural, Broken Matt détruit des accessoires propres à la Charismatic Enigma. Dans le but de marquer la procédure d’un « effacement » total, Brother Nero, arrive désormais au ring sous ce sobriquet au lieu de son nom propre. Lors des BFG playoffs, l’aîné sabote les chances d’un frère affaibli psychiquement, comme physiquement suite à l’idée saugrenue de reproduire la cascade de moto lui ayant causé une blessure au printemps 2015. En retour, Jeff l’aide si nonchalamment lors de la demi-finale face à EC3 qu’il se trouve hors course lui aussi (ultime épisode de juillet). Furieux, Matt promet de le forcer à faire table rase de tout ce qu’il a aimé, de lui apprendre à apprécier sa condition d’être effacé.

Cette très longue feud n’est donc pas encore terminé à l’aube des premiers épisodes du mois d’août. Elle aura eu le mérite de sortir des sentiers battus, de remettre la TNA au centre des discussions de l’IWC. L’effet à moyen terme sur la carrière des Hardy est plus dur à mesurer.

Y'en a déjà un qui pourra reprendre le rôle de Dexter.

Y’en a déjà un qui pourra reprendre le rôle de Dexter.

Une compétition poids lourds sans fil conducteur

Bobby Lashley redevient donc le visage dominant de la compagnie, comme lors du deuxième semestre 2014 et comme aussi une partie de 2015. Si les capacités « in ring » du Destroyer ne sont pas à remettre en cause, cette emphase de nouveau portée sur une figure estampillée en son temps WWE constitue un pas en arrière dans la politique sportive de la compagnie. La TNA demeure cette fédération à courte vue, incapable de construire des règnes fondateurs pour des stars non établis (à l’exception notable de Bobby Roode ou Austin Aries en leur temps, encore que stars reconnus de l’indy avant tout). Le règne de Drew Galloway s’est interrompu à SlammiVersary sans avoir pu valider l’Écossais en main eventer crédible. Depuis trois ans, les règnes poids lourds sont souvent transitionnels, la ceinture suprême détenue par des outsiders (Eric Young, Galloway) ou heels fourbes (Magnus, Matt Hardy, Ethan Carter III) pour mieux retomber dans l’escarcelle de rares figures dominantes (Angle, Lashley). Ces différents runs de champions ne racontent rien sur leurs détenteurs, sont aussitôt oubliés.

Après avoir mis provisoirement hors course Galloway et Ethan Carter III, le tenant du titre a conclu un étrange deal avec le détenteur de la X-Division Eddie Edwards : balayons l’option C consistant à rendre vacante la ceinture intermédiaire et mettons tout en jeu. Dans un premier temps saboté par Mike Bennett (12 juillet), le choc des champions se conclut au cœur d’une cage (21 juillet) à l’avantage de l’ancien leader de la ECW version 2006. Voilà Bobby en méga dominateur, facile vainqueur de DJ Z, son premier challenger X-Division, la semaine suivante. Le géant a précisé ses intentions : conquérir tous les autres titres de la fédération (pense-t-il à celui des knockouts?). S’il allait au bout de son challenge, Bobby deviendrait l’égal d’un Kurt Angle en 2007. Triomphe d’un homme sur le papier, mise à l’index de la pauvreté de tout un roster de l’autre.

Cette route à l’hégémonie Lashleyienne a été couverte d’approximations, telle la promotion accélérée (et finalement contre-productive voire dérisoire) d’un Eddie Edwards encore empêtré en midcard fin mai ou le peu de nuance dans les victoires du champion. Hors triple threat où le tombé serait porté sur un autre, on ne voit pas comment le Destroyer pourrait désormais perdre sa ceinture clean. Sorte de syndrome Brock Lesnar à l’échelle locale.

Sur le côté musculature douteuse, chacun sera libre de comparer.

Sur le côté musculature douteuse, chacun sera libre de comparer.

Par manque de suite dans les idées la TNA se condamne à revenir sans cesse à des valeurs sûres pour « vendre » son produit. Autrefois, il s’agissait de Sting et Kurt Angle, redevenant champions sans réel build up à chacun de leur retour, aujourd’hui le destin de la compagnie est entre les mains d’un Lashley courant après toutes les ceintures et de frères Hardy utilisés comme cobayes d’une forme de narration innovante. Aucune autre figure du roster ne semble se diriger vers une reconnaissance à long terme. Serait-on toujours condamné à faire du neuf avec du vieux à Dixieland ?

Ou de la crasse avec du jeune ?

Ou de la crasse avec du jeune ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s