L’ombre d’un août – Review TNA Impact du 4 au 25 août 2016 (Les Cahiers Du Catch)

Si la surprise n’existait pas, la vie ne serait qu’un mauvais roman sur la médiocrité.

Elie Wiesel

Plus encore qu’au début de la saison estivale, la TNA a opté pour un développement chaotique durant ces semaines aoûtiennes. Une remise à plat visant à couper court à l’hégémonie naissante de Bobby Lashley. Des atermoiements de booking qui n’ont pas profité à grand-monde en vrai.

Objectif final : rendre la TNA obsolète.

Objectif final : rendre la TNA obsolète.

Nalyse-Synthèse TNA Impact Août 2016

Résultats rapides des combats disputés durant ces quatre shows :

4 août Orlando, Floride

1-TNA King of the Mountain Championship : James Storm foudroie Eli Drake © avec un Last Call porté en plein vol. Le Cow-Boy remporte son premier titre solo depuis cinq ans.

2-Gail Kim profite de la mésentente du duo Sienna/Allie pour s’imposer dans un handicap match décrété par Maria.

3-The Broken Hardys surclassent la paire de jobbers JT Dunn/Chuck Taylor, Jeff fait tout le travail mais c’est Matt qui se charge du tombé.

4-Mahabali Shera/Grado parviennent enfin à contrecarrer les triches de The Tribunal & Al Snow.

5-Finale des BFG Playoffs : Ethan Carter III sort vainqueur d’un duel serré face à Mike Bennett avec son One Percenter en finish. Il obtient donc le title shot pour Bound for Glory.

11 août Orlando, Floride

1-Mike Bennett & Moose prennent le dessus sur Ethan Carter III & Eddie Edwards, non sans laisser poindre une mésentente.

2-Gail Kim s’impose par Roll-Up lors d’un no holds barred contre Marti Bell.

3-The Broken Hardys dominent The Tribunal. Même scénario que la semaine précédente puisque Jeff accomplit l’essentiel pendant que Matt mord Al Snow à l’extérieur.

4-TNA Heavyweight/TNA X-Division/TNA King of the Mountain Championships : Bobby Lashley, déjà double détenteur, triple la mise via un Spear sur James Storm.

18 août Orlando, Floride

1-Moose assène une Sky High Powerbomb victorieuse sur Eddie Edwards.

2-Gail Kim bat seulement Jade par DQ suite à l’intervention de Sienna. Conséquence de ce finish en demi-teinte : Maria décrète que Kim n’aura plus le droit à un match de championnat.

3-DJ Z sort vainqueur d’un 4-way placé sous le signe de la X-Division puisqu’il comprenait aussi Rockstar Spud, Mandrews et Braxton Sutter.

4-Eli Drake squashe Mahabali Shera avec son Blunt Forced Trauma !

5-The Broken Hardys poursuivent leur streak de reconquête lors d’un 4-way ladder match auquel participaient The BroMans, The Tribunal et The Helms Dynasty.

Les frères Hardy deviennent challengers numéro un pour Bound for Glory.

25 août: Turning Point Orlando, Floride

1-Mike Bennett remporte une bataille royale de dix catcheurs pour gagner le droit à un title shot la semaine suivante. Les autres concurrents étaient Eli Drake, Moose, Eddie Edwards, Mahabali Shera, Grado, Baron Dax, Basile Baracca, Robbie E et Jessie Godderz.

2-Abyss bat Brother Nero (feu Jeff Hardy) avec le Black Hole Slam au sein d’un combat placé sous le signe des interventions multiples.

3-TNA Knockouts Championship : Allie remporte le titre malgré elle lorsqu’elle retombe sur le corps inerte de Madison Rayne après avoir été assommé par Marti Bell. Jade et bien entendu Sienna © étaient les autres participantes à ce 5-way.

4-Ethan Carter III contre le Future Shock DDT de Drew Galloway avec un Roll-Up pour conserver son title shot de BFG. Arbitre spécial de la rencontre, Aron Rex (ex Damien Sandow) est agressé par Galloway à l’issue de la rencontre.

En catch comme en politique il faut se mouiller pour atteindre les sommets.

En catch comme en politique il faut se mouiller pour atteindre les sommets.

En bref

-Al Snow contre les newbies : une fin en queue-de-poisson.

Un ultime handicap tag team match remporté par les faces et puis s’achève, voilà le sort de la feud de longue haleine entre le « prof » Al Snow et les présupposés freaks nouvelle génération (Mahabali Shera, Grado). Bras armé du has been grincheux, le duo frenchy Baron Dax-Basile Baracca alias The Tribunal n’a pas trop pâti de cet insuccès puisqu’il a aussitôt embrayé avec un duel contre The Hardys reconstitués, puis a même concouru à une bataille royale pour un title shot solo (allez comprendre!) lors du dernier show du mois. De quoi espérer une sortie de ce statut de bouche-trous une fois qu’une équipe face mettra la main sur les ceintures, à moins que nos deux représentants décident de se retourner contre Snow.

-Tyrus se la joue publicitaire

De mystérieux clips mettant en scène l’ancien Brodus Clay en tant que The Fixer ont été diffusés. Il est par ailleurs absent de l’Impact Zone, n’offrant guère d’indices sur la direction que prendra son personnage.

-Eli Drake dépossédé, mais loin d’être mort.

Pour une fois qu’un champion était en passe d’élever l’intérêt de la ceinture King of the Mountain, voilà qu’on le dépouille de son bien (4 août), histoire d »offrir une dernière pige glorieuse à James Storm, puis mieux garnir l’armoire à trophées de Lashley (11 août) puis supprime le dit championnat (18 août). Drake n’en a pas fini pour autant question exposition puisqu’il rebondit sur une storyline de mec frustré par la décision de la compagnie quant à mettre au placard son ancien titre. Lors d’une édition de son talk show Fact of life (25 août) il s’en prend même vertement au roster de la X-Division, qui a lui la chance de voir la ceinture remise en jeu suite à l’abandon par Lashley de ses titres secondaires (voir par ailleurs). Le « dummy yeah » button n’a pas fini de tinter qu’on se le dise !

-Où va Bram ? Kidnappé et tabassé par The Decay, son avenir dans la compagnie pose question. Alors qu’une romance avec Rosemary se profilait, l’Anglais a manifesté de la lassitude voire de la défiance face aux histoires loufoques contées par la troublante gothique. Lors de ces segments mis en scène de manière cinématographique, des flashs-back étaient censés représenter le passé de la manager. Puis les révélations se sont interrompues face à l’anxiété de Bram et le rossage subi des mains des champions par équipe. Depuis, pas de réapparition à l’écran tandis que Decay privilégie une feud avec les Broken Brothers Hardy.

-Aron Rex, première impression positive, oui mais…

Damien Sandow n’est plus, bonjour Aron Rex. Dit comme ça, on croirait une relégation. Et pourtant, l’homme qui a rendu hilare le monde du catch avec son incarnation de doublure du Miz se voit propulser d’emblée main eventer. Petit poisson du grand étang ou grand poisson du petit étang, le débat est éternel et insoluble. Pour l’heure, l’éphémère détenteur de la mallette Money in the Bank a réalisé une promo d’arrivée classique dans son efficacité (11 août) : attaques fleuries envers une « certaine » compagnie où on barre le chemin aux catcheurs méritants, ambitions affirmées quant à marquer Impact Wrestling de son empreinte… Plus tard, Rex croise intensément le regard de Lashley pour signifier son objectif, puis obtient d’arbitrer le match Ethan Carter III/Drew Galloway (25 août), débutant en fin de show une feud avec un Écossais frustré par un nouvel échec.

Prendre un nom de chien pour affirmer sa liberté, fallait oser !

Prendre un nom de chien pour affirmer sa liberté, fallait oser !

Knockouts : une storyline à plusieurs perdantes

Du côté de la division féminine tout s’est déroulé comme si le seul enjeu était la guerre d’egos entre Maria et Gail Kim. La directrice des opérations a imposé à la multiple championne un véritable parcours de la combattante pour pouvoir prétendre de nouveau à un title shot. Kim doit non seulement s’imposer, mais par pinfall ou soumission exclusivement. Ainsi la victoire par DQ devant Jade (18 août) condamne a priori le sort de la nouvelle membre du Hall of Fame floridien.

Billy Corgan, nouveau président de la compagnie en off comme à l’antenne, intervient face à l’inactivité de la tenante Sienna, lui imposant une défense face à de multiples challengeuses (25 août). Ce 5-way comprenait des concurrentes prestigieuses telles Madison Rayne ou Jade, mais c’est de l’underdog Allie que viendra le couperet. Fidèle à son rôle de charmante idiote, elle devient championne malgré elle car inconsciente au moment du tombé victorieux. Folle de joie, l’assistante de Maria déchante face au peu d’enthousiasme de sa patronne.

La suite dira si l’attribution du titre à la moins douée des knockouts était le meilleur choix pour relancer une division aux storylines plutôt maladroites ces derniers mois. Pour l’heure aucune knockout ne sort grandie des derniers événements.

Un, deux, trois, ce se-ra toi qui ga-gne-ra !

Un, deux, trois, ce se-ra toi qui ga-gne-ra !

Tuer la X-Division pour mieux la relancer ?

Donner un long règne à Eddie Edwards aurait eu deux mérites : occuper la moitié des Wolves le temps que son équipier revienne de blessure d’une part, élever la valeur d’une ceinture dont la légende s’est construite avec ce type de gabarits intermédiaires de l’autre. Les Styles, Daniels, Aries ou autres Sabin resteront davantage dans les mémoires que les récemment couronnés Rockstar Spud, Tigre Uno ou Trevor Lee, réduisant la breloque à un titre secondaire de type cruiserweight. Les premiers avaient tout loisir de basculer vers le championnat mondial par la suite quand on ne peut décemment l’envisager pour les seconds. Ainsi quand Lashley jette au sol la ceinture X-Division en prétextant qu’elle n’a plus aucune valeur (édition du 18 août), il y a un fond de vérité dérangeant.

Lorsque Billy Corgan consent à mettre au rebut un titre King of the Mountain à l’histoire récente, il annonce aussitôt sa volonté de sauver le titre historique de la fédération. Pas de tournoi en vue, faiblesse du roster oblige, mais un ultimate X match début septembre.

La liste des participants (Rockstar Spud, Mandrews, DJ Z, Trevor Lee, Braxton Sutter, Andrew Everett) n’augure pas d’un nouvel âge d’or. Cependant, la compagnie ne pouvait décemment faire perdre le titre à Lashley entre les cordes. Il lui faudra renouveler ses effectifs si elle ne veut pas retomber dans ses travers.

Et quel est dans le lot le dummy qui ne disputera aucun titre ?

Et quel est dans le lot le dummy qui ne disputera aucun titre ?

James Storm en finit (pour de bon?) avec la TNA

Un dernier run de champion (secondaire), un ultime match de prestige puis un retentissant segment de départ mariant habilement le shoot et le work (18 août) : James Storm a quitté Orlando par la grande porte. Définitivement cette fois-ci ? Pour rejoindre AJ Styles ou Bobby Roode, mentionnés tous deux à l’antenne lors de son « pétage de plombs » ? Difficile de statuer avec le Cow-Boy, auteur de débuts à NxT l’an dernier pour mieux revenir sous l’égide floridienne en janvier. La storyline, plutôt flatteuse à son égard, laisse penser à un lancement de feud ou aux prémisses de heel-turn : prise de titre King of the Mountain face à Eli Drake, emphase appuyée sur sa carrière lors de segments vidéos avant son duel épique face au méga champion du moment la semaine suivante, opposition frontale avec le président Billy Corgan avec cette punchline splendide à la clé « J’ai aidé à construire cette compagnie, je peux aussi bien la détruire »… suivie d’un démontage des coins du ring avec des outils.

Sa résistance héroïque devant un Lashley qu’il est passé prés de cueillir à froid en début de combat ou son assaut du matériel façon Nexus le soir de sa suspension (kayfabe) laisse entrevoir un itinéraire tout tracé pour renforcer sa gimmick d’éternel rebelle.

Ce qui s'appelle marteler ses mots

Ce qui s’appelle marteler ses mots.

Brother Nero assume enfin son côté « broken »

Plus besoin d’une Reby Sky accompagnant son entrée au ring en lui lançant au visage qu’il est « obsolete », Jeff Hardy en est désormais convaincu. Le frère préférée des foules s’est vu confier la mission de reconquérir les titres par équipe à lui tout seul, afin de se racheter de sa blessure (jugée idiote) de 2015 ayant obligé Matt à rendre le championnat vacant. Depuis le fameux Final Deletion, l’emprise mentale de l’aîné prend un peu plus d’ampleur chaque semaine. Alors que Jeff dérouille sans passion deux jobbers début août, il se montre zélé dans sa façon de corriger The Tribunal lors de l’édition suivante, interpellant son frère quant à son degré de satisfaction. La Charismatic Enigma va jusqu’à se crasher lui-même à travers une table avec une Swanton Bomb sous les rires enjoués de son nouveau gourou. Le 18 aout, Jeff chantera gaiement son côté obsolète avant de se montrer décisif lors du 4-way ladder match désignant les prétendants tag team.

Le mysticisme autour de Matt grandit lui aussi au fil des semaines, notamment par des actes de folie telles les morsures d’un fan puis de Al Snow ou par des aptitudes occultes telle l’hypnose d’un spectateur du premier rang pour qu’il déchire sa pancarte réfutant le côté obsolète de Jeff. En lieu et place de rivalité fratricide, les Hardy Boys (appellation elle aussi vouée à disparaitre) se dirigent tout droit vers les sésames détenus par The Decay.

Les mind games entre les deux clans débutent en fin de mois, à l’appui de menaces des gothico-monsters pour faire tilter la paranoïa naturelle de Brother Matt. Objectif atteint puisque ce dernier charge aussitôt son drone de protéger Maxell d’un éventuel enlèvement. Sur le ring, les champions par équipe marquent les premiers points avec un succès d’Abyss sur Jeff au milieu d’un marasme d’interventions.

Le virage pris par les Hardy s’avère des plus audacieux. Le comportement de Jeff laissait augurer d’un heel-turn, mais il semblerait bien que ce soit Matt qui le rejoigne sur l’autre bord tant sa gimmick novatrice gagne en popularité dans la sphère catch. Le buzz orchestré autour d’un deuxième match/segment de type Final Deletion (un tag team nommé Delete or Decay fixé au 8 septembre) promet de maintenir les projecteurs braqués vers Orlando.

On avait plus vu un mec prendre autant de plaisir à se casser la gueule depuis Fight Club !

On avait plus vu un mec prendre autant de plaisir à se casser la gueule depuis Fight Club !

Le title picture toujours aussi éparpillé

Ainsi l’insatiable Lashley a cru bon de venir défier James Storm à l’issue du championnat King of the Mountain le 4 août. Pari réussi lors du « winner takes all » suivant, duel beaucoup plus serré qu’escompté : voilà The Dominator doté des trois ceintures individuelles masculines de la compagnie. Est-il guidé par une volonté de prestige ou celle de posséder l’or par pur matérialisme ? On penche pour la deuxième hypothèse lorsque au détour d’un couloir son regard se braque sur la breloque de Sienna. La TNA prête à aller au-delà de la raison ? Pas d’affrontement mixte en vue, mais un abandon pur et simple des ceintures X-Division et KOTM par Lashley, au prétexte de leur valeur relative. Dans un premier temps, le géant enjoignait la direction d’unifier ses trophées autour du seul World Heavyweight Championship, mais Billy Corgan préfère prendre acte du mépris affiché par le champion envers les ceintures secondaires pour les considérer vacantes. L’une est appelé à être remise en jeu, l’autre à être retirée de la compétition.

Le leader des Smashing Pumpkins ne s’arrête pas en si bon chemin, il punit Lashley en lui imposant une défense de titre avant même Bound For Glory (programmé le 2 octobre). Le 25 août, une bataille royale ouverte à dix hommes consacre Mike Bennett en challenger numéro un. C’est ici que le bât blesse : le même soir, Drew Galloway échoue à conquérir le spot d’Ethan Carter III pour le title shot à BFG après d’âpres négociations pour obtenir ce droit. Pour sa part Aron Rex se contente de jouer les utilités dans le rôle d’arbitre spécial alors qu’il a affiché des ambitions élevées lors de son arrivée deux semaines plus tôt. Comment justifier qu’un EC3 doive en passer par un tournoi, puis une deuxième validation, pour prétendre à la ceinture suprême quand des catcheurs présentés comme médiocres tels The Tribunal, The BroMans ou Grado se retrouvent candidats du jour au lendemain ? Certes, l’un va défier le champion sur la plus grande scène de l’année quand le vainqueur de la bataille royale se contentera de le faire en hebdo (le 4 septembre), mais banaliser ainsi les title shots ne profitent ni au tenant du titre ni à ses adversaires !

La scène du main event s’élargit à de nouveaux individus. En premier lieu Aron Rex, dont ne peut imaginer autre chose qu’une feud victorieuse contre Drew Galloway. Bientôt sera concerné aussi l’ancien footballeur US Moose, poussé par Lashley à se détourner de son allié Mike Bennett, avec lequel des tensions ont émergé tout au long du mois.

Un temps concerné, Eddie Edwards pourrait aussi revenir dans la course car non inclus dans les participants pour le championnat X-Division. Autant de perspectives ayant nui à la fluidité ou la hiérarchie du roster, si ce n’est de pointer en un sens : il y a Lashley et les autres.

Hé Bobby Tu vas finir par le balancer dans une poubelle celui-là aussi ? Le premier qui le ramasse devient champion ?

Hé Bobby Tu vas finir par le balancer dans une poubelle celui-là aussi ? Le premier qui le ramasse devient champion ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s