TFC, Bilan des matchs allers Ligue 1 2016-2017 (Fou2Foot)

Cette saison avait tout pour marquer un semblant de révolution en terres violettes. Après un premier quart de championnat allant dans le sens d’une ambition nouvelle, la suite fut moins reluisante et la phase aller se conclut à une neutre 9e place, largement assimilable aux parcours effectués lors des années « ventre mou » d’avant 2014.

tfc-2016-2017-article-14-photo-05

Le TFC serait-il un incorrigible candidat à la normalité ? Une entité supérieure à ses composantes, au point d’annihiler toute éventuelle ambition au moment où l’on commencerait à les effleurer du doigt ? Un club dont la base vacillerait sitôt le regard porté vers les sommets ?

Il convient d’abord de clarifier la donne vis-à-vis de la déception qui domine les esprits à l’heure de ce bilan de mi-saison.

Non, assurément, le TFC n’a pas loupé sa première moitié de championnat, emmagasinant en 19 rencontres le nombre de points (26) qu’il avait obtenu à l’issue de la 30e journée en 2015-2016.

Oui, raisonnablement, le TFC peut se féliciter de son dernier marché estival : Christopher Jullien a confirmé du haut de son 1m96 sa solidité défensive entrevue en Ligue 2 autant que sa propension à scorer de la tête sur coups de pieds arrêtés (4 buts dont un en Coupe de la Ligue), Jimmy Durmaz a démontré via sa technicité et son activité débordante que son statut d’international suédois n’était pas seulement dû à la pénurie touchant actuellement la sélection nordique, Ola Toivonen a su en dépit de son incompatibilité avec Martin Braithwaite inscrire cinq buts et compenser sa lourdeur physique avec un jeu intuitif, même les plus mitigés Musavu-King, Sangaré et Edouard (respectivement 270, 172 et 551 minutes jouées) ont laissé entrevoir des raisons d’espérer. Reste le flop Jessy Pi, peu en verve dans le registre de récupérateur (suppléant le départ lourd de sens d’Étienne Didot) auquel on le destinait, sans compter blessures répétées et mésentente notoire avec Pascal Dupraz. Deux autres noms doivent être mentionnés, pas des recrues en tant que telles puisque Issiaga Sylla revient de prêt avec une légère majoration dans le registre d’ailier tandis que Lukebakio n’a jamais pu enfiler la tunique violette pour cause d’invalidation de son contrat (marasme administratif en passe de trouver un dénouement positif pour 2017).

Oui, néanmoins, le TFC peut nourrir des regrets sur certaines prestations inabouties à l’extérieur ou pour sa sempiternelle tendance à déjouer face aux promus (un point pris sur neuf possibles face à Metz, Nancy et Dijon).

Non, toutefois, l’heure n’est pas au défaitisme ou aux cris de fatalité. Il manque peu d’ingrédients pour que les performances de premier ordre passent du rang d’éclipses à celles d’habitudes.

Le mercato hivernal en dira long sur l’éventuelle différence de statut acquis par le TFC un an après le monumental camouflet (aucune recrue) en la matière.

Jessy Pi, jusqu'ici la plus grosse déception parmi les recrues de l'intersaison.

Jessy Pi, jusqu’ici la plus grosse déception parmi les recrues de l’intersaison.

Classement de Ligue 1 à l’issue des matchs allers

1 OGC Nice 44 19 13 5 1 34 13 +21
2 AS Monaco 42 19 13 3 3 56 20 +36
3 Paris Saint-Germain 39 19 12 3 4 38 15 +23
4 Olympique Lyonnais 34 18 11 1 6 34 19 +15
5 EA Guingamp 30 19 8 6 5 25 19 +6
6 Olympique de Marseille 30 19 8 6 5 22 19 +3
7 Stade Rennais FC 28 19 8 4 7 20 23 -3
8 AS Saint-Etienne 26 19 6 8 5 18 16 +2
9 Toulouse FC 26 19 7 5 7 22 21 +1
10 Girondins de Bordeaux 25 19 6 7 6 20 26 -6
11 Montpellier Hérault SC 22 19 5 7 7 28 31 -3
12 LOSC 21 19 6 3 10 18 25 -7
13 AS Nancy Lorraine 21 19 5 6 8 15 23 -8
14 SC Bastia 20 19 5 5 9 17 23 -6
15 Dijon FCO 19 19 4 7 8 26 29 -3
16 Angers SCO 19 19 5 4 10 15 24 -9
17 FC Nantes 19 18 5 4 9 12 26 -14
18 FC Metz 19 18 5 4 9 18 36 -18
19 SM Caen 18 18 5 3 10 20 32 -12
20 FC Lorient 15 19 4 3 12 20 38 -18

Le coche loupé face aux petits, vieille habitude

Les faibles écarts de points (4 de retard sur le 5e Guingamp, 4 d’avance sur le 11e Montpellier, 7 sur le premier relégable Metz) ne traduisent que partiellement le sentiment de frustration dominant à l’issue de la première phase du championnat. En effet, derrière les trois ou quatre ténors paraissant « intouchables » (bien que prenables sur un match comme l’ont prouvé les Violets), la compétition est plus ouverte que jamais, les strapontins européens loin d’être réservés aux candidats habituels tels Saint-Étienne, Bordeaux ou Marseille. À plus forte raison au vu des sept défaites toulousaines, concédées à l’exception de l’une d’elles (Rennes) contre des clubs ne jouant pas dans la même cour, face à deux candidats au podium et quatre équipes en lutte pour le maintien.

Détail des points pris par rapport au classement actuel des adversaires

Victoire Nul Défaite

1 à 5 Nice, Monaco, Paris SG, Lyon, Guingamp 9 Points : 3 victoires, 2 défaites

6 à 10 Marseille, Rennes, Saint-Étienne, Bordeaux 5 Points : 1 victoire, 2 nuls, 1 défaite

11 à 15 Montpellier, Lille, Nancy, Bastia, Dijon 7 Points : 2 victoires, 1 nul, 2 défaites

16 à 20 Angers, Nantes, Metz, Caen, Lorient 5 Points : 1 victoire, 2 nuls, 2 défaites

Une équipe différente depuis octobre

Il y eut la semaine héroïque de fin septembre, marquée par une réussite insolente (trois matchs, trois victoires), la croyance en une destinée flamboyante et l’après : une lente mais sûre redescente sur terre, avec à l’intérieur une parenthèse enchantée nommée TFC-Monaco.

Jusqu’à la réception du PSG incluse (7e journée), les Violets ne souffrirent pas/peu des effets découlant d’un jeu reposant sur un onze de départ peu modulable, demandant d’importants efforts de récupération et d’impact physique avec multitude de cartons jaunes à la clé. Les blessures, suspensions et coups de fatigues se sont depuis accumulés, obligeant Pascal Dupraz à revoir sa copie d’une semaine sur l’autre. Dès le match à Caen avec quatre modifications qui auraient pu apparaître alors comme définitives. Mais les vrais problèmes se sont accélérés dans la foulée du déplacement à Angers.

Or on ne remplace pas un Issa Diop au pied levé en défense centrale, pas plus que l’on ne déniche un meneur de jeu aussi doué qu’Oscar Trejo du jour au lendemain. Et quand une valeur sûre comme Christopher Jullien craque du côté de Rennes (14e journée) et doit purger trois matchs de suspension, c’est tout l’équilibre du bateau violet qui sombre. Étonnamment la rencontre la plus « exotique » en matière de composition (TFC-Lorient, 17e journée, absence pour raisons diverses du quatuor défensif de base) s’est soldée par une victoire.

L'équipe rêvée par La Dépêche du Midi en début de saison a peu eu l'occasion d'être alignée.

L’équipe rêvée par La Dépêche du Midi en début de saison a peu eu l’occasion d’être alignée.

Nombre de variations dans le onze de départ journée par journée

2e journée Bordeaux : 2 (Yago et Toivonen à la place de Amian et Bodiger)

3e journée Saint-Étienne : 1 (Edouard à la place de Braithwaite, blessé)

4e journée Bastia : 2 (Pi à la place de Somalia, Braithwaite de retour de blessure)

5e journée Guingamp : 2 (Bodiger à la place de Pi, Durmaz à la place de Trejo)

6e journée Lille : 1 (Edouard à la place de Braithwaite, à nouveau blessé)

7e journée Paris : 1 (Michelin à la place de Durmaz)

8e journée Caen : 4 (retours de Durmaz, Trejo et Braithwaite, Michelin remplace Yago, suspendu)

9e journée Monaco : 1 (Retour de Yago)

10e journée Angers : 1 (Toivonen titulaire aux dépens de Bodiger)

11e journée Lyon : 1 (Bodiger reprend place en milieu défensif)

12e journée Nantes : 2 (Sylla et Blin suspendus, Somalia et Toivonen débutent)

13e journée Metz : 3 (Diop blessé, Durmaz suspendu, Sylla et Blin reviennent, Amian complète)

14e journée Rennes : 1 (Durmaz revient, Amian sort du onze de départ)

15e journée Montpellier : 3 (Diop blessé, Jullien suspendu, Musavu-King, Michelin et Sangaré débutent)

16e journée Nice : 1 (Moubandjé blessé à son tour, Amian réapparait dans le onze)

17e journée Lorient : 3 (Yago suspendu, Veskovac intègre le onze + retour de la paire Blin-Bodiger)

18e journée Nancy : 3 (Retour des axiaux Diop-Jullien + intégration dans le onze de Doumbia)

19e journée Dijon : 3 (Amian supplétif de nouvelle absence de Diop, Bodiger et Edouard alignés d’entrée)

Classement de Ligue 1 sur le dernier trimestre 2016 (8e-19e journées)

*14e à deux points du premier relégable, voilà ce que serait le classement du TFC si le championnat avait commencé début octobre, en dépit de la prestigieuse victoire contre l’AS Monaco obtenue dans cette période.

*Si l’on prend le détail des résultats du TFC mois après mois la chute apparaît encore plus nette, notamment la faiblesse de son attaque après un mois de septembre en trompe-l’œil :

Août – 3 matchs : 5 points (4 buts marqués, 1 encaissé)

Septembre – 4 matchs : 9 points (7 buts marqués, 3 encaissés)

Octobre – 4 matchs : 4 points (4 buts marqués, 4 encaissés)

Novembre – 4 matchs : 4 points (3 buts marqués, 4 encaissés)

Décembre – 4 matchs : 4 points (4 buts marqués, 8 encaissés)

1 OGC Nice 27 12 8 3 1 22 9 +13
2 AS Monaco 26 12 8 2 2 41 11 +30
3 Paris Saint-Germain 26 12 8 2 2 23 9 +14
4 Olympique Lyonnais 24 11 8 0 3 21 10 +11
5 Olympique de Marseille 22 12 6 4 2 13 10 +3
6 EA Guingamp 19 12 5 4 3 16 12 +4
7 Stade Rennais FC 18 12 5 3 4 12 13 -1
8 LOSC 17 12 5 2 5 11 11 0
9 Montpellier Hérault SC 16 12 4 4 4 22 19 +3
10 AS Nancy 16 12 4 4 4 12 14 -2
11 AS Saint-Etienne 14 12 3 5 4 8 10 -2
12 FC Nantes 14 11 4 2 5 9 18 -9
13 Dijon FCO 12 12 2 6 4 18 19 -1
14 Toulouse FC 12 12 3 3 6 11 16 -5
15 Girondins de Bordeaux 12 12 2 6 4 9 18 -9
16 SM Caen 11 11 3 2 6 14 18 -4
17 SC Bastia 10 12 2 4 6 11 18 -7
18 Angers SCO 10 12 2 4 6 8 16 -8
19 FC Lorient 9 12 2 3 7 16 27 -11
20 FC Metz 6 11 1 3 7 9 28 -19

Classement du fairplay : 1er sur les jaunes, 18e sur 20 au général.

*Le barème de la LFP attribuant davantage de mauvais points au fil des cartons rouges reçus, le TFC s’épargne la dernière place de ce classement peu flatteur. Il n’en reste pas moins le plus mauvais élève au niveau des avertissements : 49 biscottes de couleur jaune reçues, soit une moyenne de 2,6 par match.

*Déjà douze suspensions cumulées pour l’effectif violet dont trois pour le seul Yago (son avertissement en Coupe de la Ligue à Metz se cumulera aux deux cartons dans sa série en cours en L1). Longtemps exemplaire en la matière (seulement deux jaunes), Christopher Jullien a paradoxalement subit la plus lourde peine (trois rencontres) pour son craquage dans les arrêts de jeu de Rennes-TFC. Il s’agit du seul rouge de l’ère Dupraz en 29 rencontres de L1.

Rien de comparable avec la recrudescence des cartons rouges sous Arribagé, mais la tendance à la cartonite aigüe reste préoccupante.

Rien de comparable avec la recrudescence des cartons rouges sous Arribagé, mais la tendance à la cartonite aigüe reste préoccupante.

1 Montpellier Hérault SC 28 19 19 3 28
2 SM Caen 29 18 26 1 20
3 Paris Saint-Germain 31 19 28 1 38
4 Olympique de Marseille 32 19 29 1 22
5 OGC Nice 33 19 27 2 34
6 Stade Rennais FC 34 19 31 1 20
7 EA Guingamp 34 19 25 3 25
8 LOSC 35 19 29 2 18
9 Angers SCO 36 19 27 3 15
10 AS Monaco 39 19 33 2 56
11 AS Saint-Etienne 40 19 28 4 18
12 Olympique Lyonnais 41 18 32 3 34
13 Girondins de Bordeaux 41 19 29 4 20
14 FC Nantes 42 18 39 1 12
15 Dijon FCO 45 19 33 4 26
16 FC Lorient 45 19 33 4 20
17 AS Nancy Lorraine 48 19 42 2 15
18 Toulouse FC 52 19 49 1 22
19 FC Metz 54 18 42 4 18
20 SC Bastia 55 19 43 4 17

Détail des cartons jaunes

Steeve Yago 8 Déjà suspendu deux fois, nouvelle sanction prévue en janvier (1 carton en CDL).
Jimmy Durmaz 5 A purgé face à Metz. Nouvelle suspension au prochain avertissement.
Issiaga Sylla 4 A purgé à Nantes.
Ola Toivonen 4 A purgé pour la réception de Monaco.
Issa Diop 4 A Purgé sa suspension pour la réception d’Auxerre en CDL.
Martin Braithwaite 4 A purgé sa suspension pour la réception d’Auxerre en CDL.
Alexis Blin 3 A purgé à Nantes.
Yann Bodiger 3 A purgé face à Nancy.
Pavle Ninkov 2 Suspension à venir à cause d’un 3e avertissement reçu en Coupe de la Ligue.
Alban Lafont 2 Deux cartons espacés dans le temps, a priori sans conséquence.
Christopher Jullien 2 Malgré son rouge, il reste le défenseur le plus propre de l’effectif.
François Moubandjé 1 Souvent vanté pour sa sobriété, le Suisse confirme à ce niveau-là.
Oscar Trejo 1 Le meneur argentin a fait partie de la ribambelle d’avertis à Caen (six).
Clément Michelin 1 Titulaire face à Paris, la révélation de l’Euro U19 a pêché par moments.
Mathieu Cafaro 1 Un seul carton à Bastia (4e journée), ses cartons reçus en CFA2 mis à part.
Jessy Pi 1 Seulement averti à Bastia (4e journée).
Ibrahim Sangaré 1 Averti pour la première fois face à Montpellier.
Werlington Somalia 1 Jusque-là passé entre les gouttes, le Brésilien a été averti à Dijon.
JD Akpa-Akpro 1 Averti lors de l’ultime rencontre des matchs allers à Dijon.

Cartons rouges

Christopher Jullien 1 Premier expulsé toulousain de l’ère Dupraz, il a pris 3 matchs fermes.

Des ratios individuels insuffisants

Lors de son édition du vendredi 23 décembre, suivant l’ultime journée des matchs allers, le journal L’Équipe a publié plusieurs analyses catégorie par catégorie pour synthétiser les tendances de cette première moitié de championnat. Le TFC ne s’illustre guère dans ces données, y compris sur des points ayant longtemps été sa spécialité tels l’agressivité, symbolisée par la récupération, les tacles ou le nombre de duels gagnés. Idem au rayon créativité où la blessure d’Oscar Trejo a pesé autant que le départ d’Adrien Regattin pour ce qui est des dribbles tentés. La seule section dans laquelle le club apparaît dans le top 5 est celle des buts sur coups de pieds arrêtés, représentant un peu plus de 40 % de son total. Une statistique peu flatteuse en réalité, car traduisant elle aussi la complexité à construire des actions abouties, à développer un jeu tranchant. Pour preuve les clubs l’entourant dans ce classement particulier sont Metz, Saint-Étienne, Lille et Dijon, autant d’équipes couramment raillés pour la faiblesse du spectacle proposé.

Avec son jeu de tête Jullien a boosté les stats sur coups de pieds arrêtés.

Et comment mieux illustrer cette défaillance qu’en se penchant sur le ratio des tentatives de tirs, et particulièrement de ceux étant cadrés. Dans l’absolu le nombre de 180 tirs en 19 rencontres, soit environ 9 par match peut sembler acceptable. Dans le détail on totalise 57 tirs cadrés, soit moins d’un sur trois, avec une maladresse prononcée chez certains joueurs : Sylla affiche 18,7 %, Durmaz tourne à 16 %, Blin peine à 12,5 %, notons la légère amélioration de Braithwaite dans ce registre avec un cadre trouvé à environ 43 % (ses stats restent néanmoins très faibles, voir par ailleurs) tandis qu’un Oscar Trejo, devenu sélectif dans ses tentatives autant que rare sur le terrain, atteint la barre des 50 %. Critiqué pour son inconstance, Ola Toivonen peut au moins se targuer d’adresse tant il privilégie le qualitatif au quantitatif (seulement onze tirs, mais six cadrés pour cinq buts).

Ce faible nombre s’explique en partie par son positionnement au service de Braithwaite, davantage dans le rôle d’un laboureur que d’un exécuteur. Résoudre l’équation du duo offensif sera à n’en pas douter une des clés de la deuxième partie du championnat.

Statistiques de l’effectif en Ligue 1

Joueur Poste Nbr de matchs Titularisations Sorties en cours de jeu Temps de jeu (minutes) Buts Passes Décisives Tirs / Tirs Cadrés
Lafont Gardien 19 19 0 1710 0 0 0/0
Goicoechea Gardien 0 0 0 0 0 0 0/0
Vidal Gardien 0 0 0 0 0 0 0/0
Jullien Défenseur 16 16 0 1439 3 0 15/7
Sylla Défenseur 18 18 8 1387 1 1 16/3
Yago Défenseur 16 16 2 1419 0 0 1/0
Moubandjé Défenseur 15 15 2 1325 0 1 3/0
Diop Défenseur 13 13 0 1170 1 1 6/2
Michelin Défenseur 8 6 3 480 0 0 3/1
Amian Défenseur 6 4 2 336 0 0 3/0
Ninkov Défenseur 6 0 0 150 0 0 2/0
Musavu-King Défenseur 3 3 0 270 0 0 1/0
Veskovac Défenseur 1 1 0 90 0 0 0/0
Bodiger Milieu 17 13 8 1034 1 1 13/3
Durmaz Milieu 15 12 7 1024 2 0 18/3
Blin Milieu 14 14 1 1234 0 0 8/1
Somalia Milieu 14 11 2 1042 0 1 8/1
Trejo Milieu 10 9 6 812 1 3 8/4
Pi Milieu 10 1 1 220 0 1 4/1
Cafaro Milieu 4 0 0 67 0 0 0/0
Sangaré Milieu 4 2 1 172 0 0 2/1
Sirieix Milieu 3 0 0 16 0 0 0/0
Doumbia Milieu 2 2 2 123 0 0 1/0
Akpa-Akpro Milieu 2 0 0 73 0 0 0/0
Toivonen Attaquant 18 14 7 1229 5 1 11/6
Braithwaite Attaquant 16 16 3 1424 7 3 46/20
Edouard Attaquant 15 4 2 551 1 0 11/4
Lukebakio Attaquant 0 0 0 0 0 0 0/0

Comparatif statistiques Braithwaite avec autres attaquants de L1

*Prise en compte de tous les joueus à plus de cinq buts en championnat.

*Si l’on s’en tient au seul rapport matchs/buts (16/7), le bilan de l’attaquant Danois apparaît correct. Dans le détail, on s’aperçoit qu’il a marqué dans seulement cinq rencontres (deux doublés), n’a scoré que quatre fois dans le jeu (pour deux pénaltys et un coup franc), ses réalisations pesant à seulement 38 % dans le total de points acquis par le TFC (et même moins si l’on considère son doublé contre Bordeaux comme du bonus puisque Toulouse menait déjà 2-0 et s’imposera 4-1).

*Les attaquants ayant un temps de jeu comparable au sien pèsent davantage dans les résultats de leur équipe (jusqu’à 70 % pour Edinson Cavani, Bafétimbi Gomis et Ivan Santini).

*Sur les cinq joueurs du classement des buteurs ayant une influence moindre sur les résultats de leur club, deux seulement ont un ratio buts/minutes inférieure au sien : Lemar (Monaco), un toutes les 207 minutes et Briand (Guingamp), un toutes les 252 minutes. Le premier n’étant pas un attaquant de pointe, tandis que le second se trouve dans un club au style de jeu « global » lui incombant des tâches collectives prenantes.

*Le détail du ratio buts/minutes s’avère plus accablant encore puisque le Danois se situe 13e sur les 18 premiers buteurs avec une moyenne d’un but toutes les 203 minutes quand Falcao trône à un toutes les 69 minutes, Cavani toutes les 73 minutes, Lacazette toutes les 86 minutes ou Balotelli toutes les 88 minutes. Même des attaquants de second plan affichent un meilleur rapport, tels Carrillo (82), Erding (166) ou Moukandjo (170).

*Pour ce qui est du ratio tirs/buts, Braithwaite marque tous les 6,5 tirs quand le réputé très maladroit Cavani signe une nouvelle réalisation tous les 3,5 tirs, soit de manière à peine plus espacée qu’un Alexandre Lacazette à environ 1 but tous les 3 tirs (le nombre important de pénaltys accordés aux deux clubs jouant un rôle). Les autres stars offensives du championnat ne sont pas en reste, affichant une régularité supérieure au Danois. En premier lieu Radamel Falcao et son hallucinant ratio d’un but tous les 2,5 tirs, suivi de son remplaçant de luxe Guido Carrillo (environ tous les 3 tirs). Le néo-Niçois Mario Balotelli, le Monégasque Thomas Lemar, le Bastiais Enzo Crivelli ou le Lorientais Benjamin Moukandjo ne sont pas des plus maladroits non plus (environ tous les 4 tirs), Bafé Gomis, Ryad Boudebouz ou Ivan Santini s’avèrent plus besogneux tout en passant sous la barre des 5 tirs, palier excédé par Alassane Pléa (5,7) ou Famara Diedhiou (5,9) sans approcher le pâle ratio du meilleur buteur du TFC.

Avec sept buts et trois passes décisives, le Danois se situe pourtant dans ses meilleurs temps de passage depuis son arrivée au club.

Avec sept buts et trois passes décisives, le Danois se situe pourtant dans ses meilleurs temps de passage depuis son arrivée au club.

Joueur Buts Club Pénaltys Matchs Mins jouées Points rapportés But/Mins Tirs/Cadrés % Pts s/total
Cavani 18 Paris SG 5 12 1318 28 points 73 63/33 71 %
Lacazette 13 Lyon 6 9 1123 21 points 86 38/24 62 %
Falcao 11 Monaco 4 7 757 21 points 69 27/15 50 %
Plea 10 Nice 1 8 1367 20 points 136 57/23 45 %
Gomis 10 Marseille 3 9 1514 21 points 151 49/27 70 %
I.Santini 8 Caen 2 6 1305 13 points 163 38/20 72 %
Balotelli 8 Nice 2 5 702 15 points 88 33/17 34 %
Carrillo 7 Monaco 0 5 572 13 points 82 20/9 31 %
Braithwaite 7 Toulouse 2 5 1424 10 points 203 46/20 38 %
Boudebouz 7 Montpellier 2 5 1410 10 points 201 32/12 45 %
Moukandjo 7 Lorient 3 5 1192 4 points 170 29/13 27 %
Lemar 6 Monaco 0 5 1242 15 points 207 25/8 36 %
Mounie 6 Montpellier 0 6 1293 10 points 215 48/19 45 %
Crivelli 6 Bastia 0 5 1212 10 points 202 22/9 50 %
Lucas 6 Paris SG 1 6 1431 16 points 238 40/18 41 %
Diedhiou 6 Angers 1 5 1316 8 points 219 35/18 42 %
Briand 6 Guingamp 2 5 1515 8 points 252 38/14 27 %
Erding 6 Metz 3 3 999 9 points 166 42/12 47 %
Publicités

Une réflexion sur “TFC, Bilan des matchs allers Ligue 1 2016-2017 (Fou2Foot)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s