LE TFC face à l’impossible plan B – Analyse post-reprise 2017 (Fou2Foot)

Nouvelle élimination en coupe, indisponibilité des uns, méforme des autres, mercato atone, et désormais place dans le top 10 de Ligue 1 menacée, le Toulouse Football Club a entamé l’année 2017 comme il avait fini la précédente : dans le dur ! Comment expliquer cette chute à l’allure inexorable ? Quelles recettes pour remettre le club sur les bons rails ?

Dans un groupe il est bon signe que tout le monde regarde dans le même sens, enfin parait-il.

Dans un groupe il est bon signe que tout le monde regarde dans le même sens, enfin parait-il.

Cette semaine encore Pascal Dupraz était mis en avant via un reportage sur la chaîne L’Équipe. De loin cela pourrait laisser croire que l’élan créé il y a un an autour du TFC est toujours aussi vivace. Or, si la tête de gondole médiatique du club est resté à la une, les thèmes et interrogations à son sujet ont évolué. Les félicitations dithyrambiques ont laissé place à des analyses de plus en plus sévères sur l’homme et ses méthodes. Dans quelle mesure le passage à vide du club lui est-il imputable ? Serait-on déjà arrivé à la fin d’un cycle ?

Classement de Ligue 1 après 20 journées

1 AS Monaco 45 20 14 3 3 60 21 +39
2 OGC Nice 45 20 13 6 1 34 13 +21
3 Paris Saint-Germain 42 20 13 3 4 39 15 +24
4 Olympique Lyonnais 34 19 11 1 7 36 22 +14
5 EA Guingamp 30 20 8 6 6 26 22 +4
6 Olympique de Marseille 30 20 8 6 6 23 23 0
7 Stade Rennais FC 28 20 8 4 8 20 24 -4
8 AS Saint-Etienne 27 20 6 9 5 19 17 +2
9 Toulouse FC 26 20 7 5 8 22 22 0
10 Girondins de Bordeaux 26 20 6 8 6 21 27 -6
11 FC Nantes 25 20 7 4 9 14 26 -12
12 AS Nancy Lorraine 24 20 6 6 8 16 23 -7
13 Montpellier Hérault SC 23 20 5 8 7 29 32 -3
14 LOSC 22 20 6 4 10 19 26 -7
15 SM Caen 21 20 6 3 11 23 35 -12
16 Dijon FCO 20 20 4 8 8 27 30 -3
17 SC Bastia 20 20 5 5 10 17 24 -7
18 Angers SCO 20 20 5 5 10 16 25 -9
19 FC Lorient 18 20 5 3 12 23 39 -16
20 FC Metz 18 19 5 5 9 18 36 -18

Nantes : un tir cadré, un but / Braithwaite : aucun but lors de ses 22 derniers tirs

La vérité du terrain ne s’embarrasse pas des éventuelles « excentricités » mises en avant par les détracteurs de Dupraz, elle peut en revanche découler pour partie de son coaching, non sans sous-estimer les limites de l’effectif violet à sa disposition. Être tombé pour la reprise de L1 sur le FC Nantes, équipe transformée par l’arrivée de Conceiçao sur le banc (série en championnat porté à quatre victoires de rang face à Caen le mercredi suivant) ne peut constituer une excuse suffisante non plus.

Avant le derby de la Garonne à venir, Dupraz évoque le fait « d‘être envié par onze équipes de Ligue 1 », constat à valeur inestimable selon lui tant cette 9e place est à mettre en parallèle avec la situation au mois de mars l’an dernier. Comme pour rappeler encore cet exploit fondateur qui le couvre toujours (jusqu’à quand ?) d’une aura de crédibilité. Or, si une comparaison doit bien être effectuée, inutile de remonter à cette fin de saison dernière tant circonstances, effectif et ambitions ne sont plus les mêmes. C’est bien le premier quart du championnat de la saison en cours qui doit servir de valeur-étendard, de point d’appui pour identifier les raisons des succès d’alors et les confronter aux difficultés actuelles. Dans la même  conférence, le technicien violet se veut plus prompt à parler du terrain, d’un nécessaire retour de l’efficacité dans les « zones de vérité » et du retour souhaitable de la « grinta ».

La solidité défensive est bien sûr en cause (voir par ailleurs), mais la balance négative penche en premier lieu vers le principal attaquant de pointe, Martin Braithwaite. Auteur d’un bilan arithmétiquement recevable de huit buts toutes compétitions confondues (dont seulement la moitié à l’issue d’une phase de jeu), le Danois est cependant muet en championnat depuis le match aller face à Nantes (12e journée) et n’a plus scoré sur action de jeu depuis la réception de Monaco (9e journée). Et pourtant la confiance du coach lui est sans cesse renouvelée, via ses titularisations et un système censé le mettre dans les meilleures dispositions. Pour la venue des Canaris, il bénéficiait par exemple d’une composition d’équipe largement orienté vers lui, seul en pointe et dénué de tâches ingrates. Pour preuve les six tirs qu’il a pu déclencher (deux cadrés), en vain. Il porte ainsi son total à 22 tirs consécutifs sans le moindre but. Ce manque d’efficacité criant l’éloigne un peu plus du prorata buts/minutes de la plupart des autres attaquants vedettes de L1 (voir article précédent :https://lecrivant.com/2016/12/28/tfc-bilan-des-matchs-allers-ligue-1-2016-2017-fou2foot). Comment expliquer ce statut de sénateur dont semble être auréolé Braithwaite ? Pourquoi la réussite insolente de Toivonen au soir d’un changement tactique audacieux face à Lorient (victoire 3-2 avec un triplé du Suédois) n’a pas provoqué une redistribution des cartes ? Quels rôles pour les jeunes recrues Edouard et Lukebakio, jusqu’ici peu performants et de toute façon voués à quitter le club rapidement ?

Au milieu de terrain, un homme s’avère le couteau suisse de l’entraîneur violet : Issiaga Sylla, testé un peu partout et donnant au final l’impression de n’être bien nulle part. À quand la remise en cause pour cet autre indéboulonnable ? À quand la prise de conscience des limites de la classe biberon toulousaine dans son ensemble ? Deux ou trois pitchouns au-dessus du lot s’incorporant au groupe professionnel oui, un effectif basé pour moitié sur eux assurément non. En témoigne la situation de l’équipe réserve, censément promise à la montée en CFA depuis plusieurs années et aujourd’hui à la lutte dans le bas du classement de son groupe de CFA 2.

Dodi Lukebakio après son tir trop croisé contre Nantes. Déjà du Braithwaite en lui.

Dodi Lukebakio après son tir trop croisé contre Nantes. Déjà du Braithwaite en lui.

Gagner une coupe, la carotte après laquelle plus personne ne court…

Censé servir de remontants entre deux matchs de L1, les coupes n’ont pas donné plus de raisons de s’enthousiasmer. Les frustrations se suivent et se ressemblent dans des compétitions où le club ne brille guère, tout en assurant chaque année les disputer avec gourmandise. Dans ce domaine aussi le feu a été allumé par le technicien Savoyard. Sans doute soucieux de laisser son empreinte définitivement au TFC, au-delà d’un maintien spectaculaire, il a affiché ses ambitions concernant les coupes : « En remporter une dans les deux ans ». La ritournelle aurait de quoi faire sourire si des clubs comme Guingamp, Lorient ou Nancy n’avaient pas disputés plus de finales sur les quinze dernières années que le TFC dans toute son existence. Alors qu’il peine à afficher un objectif clair dans un championnat répondant à des paramètres égalitaires et mesurables, le club serait en mesure de viser un trophée largement soumis aux aléas des tirages au sort et aux éventuelles défaillances des favoris en cours de route ? Hormis le PSG, éventuellement Monaco, aucune équipe française ne peut revendiquer le gain d’une coupe comme objectif majeur en début de saison. Attendre d’avoir franchi quelques tours paraît le préalable minimal à la naissance d’une telle ambition.

Ce constat a des allures sévères concernant les rencontres qui furent cruciales au club de la ville rose cette année. Après tout, les puristes de la statistique pourront arguer que le TFC est sorti des deux coupes sans perdre, une fois à l’issue d’une séance de tirs aux buts risible (Goicoechea étant le seul des 22 tireurs à échouer), une autre lors de la prolongation après avoir accroché le 1-1 au bout de 90 minutes. Manière fallacieuse de relativiser la série de défaites en cours. N’en déplaise aux clichés sur les affaires de loteries ou de matchs se jouant « à rien », une qualification s’offre surtout à celui en ayant la plus grosse envie. Metz n’a rien d’un cador insubmersible, sa suite de déconvenues en L1 en témoigne. Marseille n’est pas redevenu un géant du foot français au lendemain de son rachat, comme l’a rappelé férocement la claque retour subi face à la machine à broyer monégaque (1-4 au Vélodrome, moins de deux mois après le 0-4 en Principauté).

Avec davantage d’allant et sans doute des remplacements de joueurs plus judicieux (la mauvaise pioche Lukebakio pour palier à un Durmaz tranchant), le sort n’aurait pas eu à basculer dans une prolongation ou une séance interminable de pénaltys.

La seule équipe toulousaine à avoir un jour soulevée une Coupe de France...

La seule équipe toulousaine à avoir un jour soulevée une Coupe de France…

Un quatuor défensif irremplaçable ?

C’est un peu comme une sonnette d’alarme vers laquelle tout le monde aurait tourné son regard sans oser la déclencher. Au moment où tout roulait sur le terrain (jusqu’à la victoire contre Monaco à la 9e journée), il était difficile de pointer les failles inhérentes au principe d’une équipe-type figée. Toute personne insistant trop sur le nombre élevé de cartons jaunes reçus serait de même passé pour un rabat-joie. Un entraîneur qui gagne a raison, point barre. Mais pour avoir oublié que gouverner c’est prévoir, le retour de bâton est rude. Une dizaine de suspensions et une flopée de blessés plus tard, voilà un club déboussolé tant son absence de flexibilité est patent.

Détail des rencontres disputées en L1 sans un ou plusieurs membres du quatuor titulaire

*Le quatuor Moubandjé-Diop-Jullien-Yago a été aligné pour la première fois lors de la 2e journée de Ligue 1 (TFC-Bordeaux 4-1). Les variations sont donc prises en compte à partir de cette date. À noter la série en cours de huit rencontres où au moins l’un des ténors défensifs a manqué à l’appel.

*Paradoxalement, la partie contre Lorient où les quatre hommes étaient indisponibles a débouché sur une victoire. La défense expérimentale Michelin-Veskovac-King-Sylla a néanmoins concédé deux buts, il s’en est donc fallu d’un triplé inattendu de Toivonen dans un brouillard épais pour obtenir ces trois points.

8e journée Caen-TFC 1-0 : Yago suspendu.

13e journée TFC-Metz 1-2 : Diop blessé.

14e journée Rennes-TFC 1-0 : Diop blessé.

15e journée TFC-Montpellier 1-0 : Diop blessé, Jullien suspendu.

16e journée Nice-TFC 3-0 : Diop et Moubandjé blessés, Jullien suspendu.

17e journée TFC-Lorient 3-2 : Diop et Moubandjé blessés, Jullien et Yago suspendus.

18e journée TFC-Nancy 1-1 : Moubandjé blessé.

19e journée Dijon-TFC 2-0 : Moubandjé et Diop blessés.

20e journée TFC-Nantes 0-1 : Yago à la CAN.

*Bilan en 9 matchs sans au moins l’un des joueurs défensifs majeurs : 2 victoires, 1 nul, 6 défaites, soit 7 points pris sur 27 possibles, 0.8 pt/match. Cette moyenne est nettement inférieure au rythme global du club, 26 points sur 60 possibles soit 1,3 pt/match.

*Le constat est encore plus éloquent lorsqu’on confronte ces données à celles des performances accomplies lorsque le quatuor est au complet.

Dix matchs : 5 victoires, 3 nuls, 2 défaites, 18 points pris sur 30 possibles, soit 1,8 pt/match.

*Les statistiques sont bien sûr tout aussi révélatrices au niveau des buts encaissés : 9 lors des dix rencontres avec le quatuor au coup d’envoi contre 13 pour celles où ce n’était pas le cas.

*Plus étonnant, la récession se constate davantage sur le plan offensif, aspect explicable en partie par l’absence prolongée d’Oscar Trejo entre la 12e et la 19e journée. Ainsi seulement six buts ont été inscrits lors des rencontres où au moins un des ténors défensifs était absent contre seize (dont certains par la paire Jullien-Diop) lors des dix autres parties (1ère journée mise de côté).

Kelvin Amian, parachuté remplaçant attitré de Steeve Yago, jusqu'ici pour le pire.

Kelvin Amian, parachuté remplaçant attitré de Steeve Yago, jusqu’ici pour le pire.

Calendrier hivernal du TFC

21 janvier : Bordeaux-TFC; 29 janvier : TFC-Saint-Étienne

5 février : TFC-Angers; 8 février : Lorient-TFC; 11 février : TFC-Bastia; 18 février : Paris SG-TFC; 25 février : Nancy-TFC

4 mars : TFC-Lille; 11 mars : Lyon-TFC; 18 mars : TFC-Rennes

Conférence de presse de Pascal Dupraz avant Bordeaux-TFC du samedi 21 janvier 20h

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s