TFC, la deuxième trop tardive… – Avant-match écrit TFC-OM 32e journée Ligue 1 2016-2017 (Fou2Foot)

On connaît la ritournelle. C’est quand on n’attend plus rien d’une saison du TFC qu’il signe LA victoire qui enfonce le clou des regrets. À Montpellier, les hommes de Pascal Dupraz ont retrouvé une certaine solidité, à défaut de maîtrise ou d’enthousiasme. Reste à célébrer comme il se doit le 80e anniversaire du club avec la réception de l’OM, et finir (faute de mieux) dans la première moitié de tableau.

Il jouait en rouge et blanc, il a remporté une coupe de France et un championnat de deuxième division, il a vu son existence interrompue au bout de trente ans pour une improbable fusion avec le Red Star, qu’importe : l’histoire du TFC 1937-1967 a été soudainement affiliée à son club successeur de 1970 par les dirigeants actuels. Opportunisme communicationnel et marketing pour marquer un peu plus le renouveau entamé en fin de saison dernière. Oseront-ils bientôt passer un coup de gomme sur ce parti pris, histoire de fêter en 2020 les cinquante ans du club, véritable anniversaire pour le coup ?

Le blason choisi pour les 80 ans marque surtout par sa neutralité.

L’OM, le bon choix pour faire la fête ?

Le hasard ne faisant pas toujours bien les choses, aucun match n’était programmé au Stadium à la date du 20 mars, jour de fondation du TFC premier du nom, d’où après une trêve internationale et un déplacement victorieux à Montpellier, la désignation de ce 9 avril pour fêter l’événement. La communication autour de cet anniversaire a débuté il y a plusieurs mois, avec différentes étapes telles des conférences de presse spéciales sur ce thème ou la mise en ligne de l’élection du « onze de légende ».

Les 80 ans ont aussi été prétexte à dévoiler un nouveau maillot/polo.

D’emblée on a pu s’interroger sur la pertinence d’organiser telle fête un soir de réception de l’OM, le stade étant généralement plein pour la venue des Olympiens sans qu’il y ait besoin de rajouter des paillettes. D’autant que les mauvaises langues disent (en partie à raison) que TFC-OM est le 20e match à l’extérieur de la saison. Comment célébrer son club lorsque l’on ne règne pas en maître des tribunes ? Les maillots blancs devraient de nouveau être légion en ce dimanche après-midi, au-delà du parcage visiteurs dévolue. Rappelons-nous le pitoyable 1-6 de mars 2015, lorsque les vivats de spectateurs heureux sur chaque nouveau but olympien minaient la portion minoritaire du public fidèle à la cause violette. N’aurait-il pas mieux valu caler cette célébration lors de l’ultime match de la saison pour booster la réception de Dijon, rencontre probablement dénuée d’enjeu pour le TFC ?

Le fameux « onze de légende » comprend huit joueurs emblématiques de l’ère Sadran + trois stars des années 1980, d’où la confirmation de l’esbrouffe consistant à englober le TFC 1937-1967 dans l’histoire du TFC moderne.

Les spectateurs de ce dimanche auront donc le plaisir de retrouver sur le parvis des animations de type fête foraine, un stand de maquillages, des food trucks et une boutique adaptée aux circonstances exceptionnelles. Pour l’occasion le club a concocté une bande-annonce tendance film mélancolique. Pas franchement une réussite.

Classement de Ligue 1 avant la 32e journée

1 AS Monaco 71 30 22 5 3 87 26 +61
2 Paris Saint-Germain 68 30 21 5 4 60 21 +39
3 OGC Nice 67 31 19 10 2 50 25 +25
4 Olympique Lyonnais 54 31 17 3 11 64 35 +29
5 Olympique de Marseille 47 31 13 8 10 44 38 +6
6 Girondins de Bordeaux 46 31 12 10 9 43 39 +4
7 AS Saint-Etienne 44 30 11 11 8 34 24 +10
8 EA Guingamp 41 31 11 8 12 38 39 -1
9 FC Nantes 41 31 11 8 12 30 45 -15
10 Toulouse FC 40 31 10 10 11 33 33 0
11 Stade Rennais FC 40 31 9 13 9 29 34 -5
12 Angers SCO 39 31 11 6 14 32 40 -8
13 LOSC 37 31 10 7 14 30 37 -7
14 FC Metz 35 30 9 8 13 29 56 -27
15 Montpellier Hérault SC 33 31 8 9 14 43 55 -12
16 SM Caen 32 31 9 5 17 31 52 -21
17 Dijon FCO 29 31 6 11 14 39 48 -9
18 AS Nancy Lorraine 28 31 7 7 17 21 41 -20
19 FC Lorient 28 31 8 4 19 33 61 -28
20 SC Bastia 25 31 5 10 16 24 45 -21

Encore un coup à jouer pour l’Europe ?

Après une série de résultats nuls (cinq partages de points en huit matchs en février-mars) entraînant les Toulousains dans la deuxième partie de tableau pour la première fois de la saison, l’inespérée victoire à Montpellier sonne comme une bénédiction. D’autant que la manière n’y était pas, un peu comme au match aller devant le même adversaire (là aussi succès étriqué 1-0). Voilà le club phare de Haute-Garonne à l’abri d’une plus lourde chute, quasiment sauvé mathématiquement avec ce total de 40 points atteint l’an dernier à l’issue du final historique à Angers. Vu sous cet angle, le TFC a sept coups d’avance sur sa saison précédente, et à moins d’un effondrement complet son exercice 2016-2017 peut être qualifié de réussite.

L’inhabituel maillot blanc immaculé porté dimanche dernier aura rîmé avec imperméabilité.

Faut-il se satisfaire de ce constat objectif, ou s’arracher pour aller titiller un éventuel strapontin pour l’Europa League ? Avec sept points de retard sur la cinquième place, occupé par son adversaire marseillais, et six sur la sixième, promise à être elle aussi ouverte à l’Europe si la demi-finale de Coupe de France PSG-Monaco s’avère la « finale avant la lettre », l’objectif paraît sérieusement compromis. Reste à étudier le calendrier de tous les prétendants, celui-ci comprenant suffisamment de confrontations directes pour redistribuer les cartes d’ici le 20 mai prochain.

Calendrier des candidats à l’Europa League

*Matchs à domicile en gras.

*Confrontations directes en fond orange.

*La 4e place semblant de plus en plus promise à l’Olympique Lyonnais depuis la victoire à Metz en match en retard, ce tableau se concentre sur les équipes actuellement classées de la 5e à la 11e place.

Équipes/

Journée

32e 33e 34e 35e 36e 37e 38e
Marseille 47 pts Toulouse St Etienne Nancy Caen Nice Bordeaux Bastia
Bordeaux 46 pts Metz Nantes Bastia Dijon St Etienne Marseille Lorient
St-Étienne 44 pts Nantes Marseille Rennes Guingamp Bordeaux Paris Nancy
Guingamp 41 pts Paris Toulouse Lille St Etienne Dijon Nantes Metz
Nantes 41 pts St Etienne Bordeaux Caen Lorient Lyon Guingamp Lille
Toulouse 40 pts Marseille Guingamp Nice Monaco Caen Metz Dijon
Rennes 40 pts Nancy Lille St Etienne Bastia Montpellier Caen Monaco

*Les deux journées à venir seront chargées en confrontations directes, d’où de possibles neutralisations entre concurrents du TFC qui augmenteraient encore la valeur de victoires des Violets sur l’OM et/ou Guingamp.

*Le TFC entre deux eaux

Cadors d’un côté (Marseille, Nice, Monaco), équipes en difficulté de l’autre (Caen, Metz, Dijon), le tout intercalé par le seul Guingamp dans le registre club de sa dimension, le calendrier des Violets est loin d’être une sinécure. Si l’on en croit les habitudes du TFC, on peut prendre le pari qu’il gonflera son total de points devant les grosses cylindrées pour mieux finir en roue libre face aux nécessiteux.

*St Étienne, calendrier le plus costaud.

Avec la réception de Paris venant s’additionner aux cinq duels avec des concurrents directs pour l’Europe, les Verts possèdent le programme le plus lourd. On peut cependant y voir l’avantage d’être maîtres de leur destin puisqu’ils croisent notamment le fer avec les deux équipes les devançant : Marseille au Vélodrome et Bordeaux à Geoffroy-Guichard.

*Rennes, programme le plus soft sur le papier.

Club partant de plus loin, le Stade Rennais a néanmoins une belle opportunité de revenir puisque opposé sur les sept dernières journées à cinq équipes censément inférieures pour une seule confrontation directe avec un potentiel européen (St Etienne) et une réception de Monaco en cerise sur le gâteau. Or le club princier, impérial depuis des mois, possède virtuellement quatre points d’avance sur son premier poursuivant vu sa différence de buts. On peut imaginer que le titre de champion puisse lui être acquis sans qu’il faille arracher un succès au Roazhen Park.

*Cravacheurs du maintien vs potentiels européens

Si un tronc commun doit être distingué entre les différents calendriers, c’est bien la proportion importante de clubs n’ayant pas assurés leur survie en L1. Bordeaux est le plus concerné puisqu’il en jouera quatre (Metz, Bastia, Dijon, Lorient) contre trois pour la plupart des autres candidats à la C3, dont le TFC (la trilogie finale Caen-Metz-Dijon). Plus ménagés sur le sujet, Nantes et Guingamp avec deux matchs seulement contre ces « assoiffés de points » tandis que St Etienne conclura sa saison par le seul déplacement à Nancy.

L’affaire Edouard-Cafaro, le retour du sulfureux

Alors que les préparatifs de la fête des 80 ans entraient dans leur phase finale, une curieuse nouvelle est venue épicer les sites d’information touchant de prés ou de loin au TFC : un témoin a porté plainte pour agression au pistolet à air comprimé, et il s’est avéré que la plaque d’immatriculation repérée renvoie à un certain Odsonne Edouard. Ni d’une ni deux, le président Olivier Sadran a déclaré mettre fin au contrat de ce jeune joueur prêté par le Paris SG. Mais l’affaire ne s’arrête pas là, puisque le pitchoun Mathieu Cafaro avoue avoir été de cette virée et même avoir été l’auteur du coup de feu « gratuit ». Le licenciement est également prononcé à son encontre. Cependant la justice civile n’est pas encore passé par là, sans compter la réaction contrastée du PSG à l’égard de la décision du club emprunteur.

Il faudra plus qu’un nouveau plan com pour faire oublier cet épisode un brin stupide.

Si les faits reprochés sont graves, la justice immédiate rendue par Olivier Sadran est sans doute aussi motivée par le manque d’implication d’Odsonne Edouard depuis son arrivée dans le groupe. Déjà des signes avant-coureurs avaient émergé depuis l’arrivée de la paire Delort/Jean en janvier. Les deux joueurs incriminés étaient réduits à jouer les utilités en CFA 2, n’ont jamais semblé capable de remettre en cause la nouvelle hiérarchie. Alors bien sûr il y a une part d’opportunisme dans cette sanction, mais comment aller sur le terrain de la morale quand la gestion d’un club demande à être aussi impitoyable que celui d’une entreprise ? Qui imagine dans une entreprise privée un CDD coupable d’une grosse boulette être renouvelé après un simple blâme ? La décision du président Sadran n’est ni juste, ni illégitime, elle s’imposait tout simplement. Et toute comparaison avec le précédent Tongo Doumbia, muni d’un bracelet électronique l’an dernier suite à une arrestation pour conduite sans permis, est vaine. Dans un souci de cohérence avec l’identité familiale revendiquée par le club, il fallait trancher. Le caractère dispensable des individus concernés a seulement facilité la donne.

Les groupes pour TFC-OM

TOULOUSE

Goicoechea-Lafont / Amian-Diop-Jullien-Moubandjé-Yago / Blin-Bodiger-Doumbia-Durmaz-Somalia-Sylla-Trejo / Braithwaite-Delort-Jean-Toivonen

Blessés : Akpa-Akpro, Michelin

Sanction disciplinaire : Cafaro, Edouard

Absents par choix de l’entraîneur : Lukebakio, Musavu-King, Ninkov, Pi, Sirieix, Veskovac, Vidal

MARSEILLE

Pelé-Samba / Bedimo-Doria-Evra-Fanni-Rolando-Sakai-Sertic / Anguissa-Cabella-M.Lopez-Payet-Sanson-Thauvin-Vainqueur / Gomis-Njie-B.Sarr

Blessés : Diaby, Machach

Absents par choix de l’entraîneur : Hubocan, Iseka, Khaoui, Rabillard, Rekik

La conférence de presse d’avant-match de Pascal Dupraz (réalisée dans des conditions déplorables) :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s