BILAN MMA 2017: Partie 2 – UFC, des poids welters aux poids mouches

C’est un secret de polichinelle : l’UFC ne traverse pas sa période la plus faste. Entre départs en retraite de grands noms ces dernières années, déclins de vieux lions encore en activité ou absence pour raisons diverses de stars actuelles, la compagnie a bouclé un exercice 2017 mitigé. Ce qui n’interdit pas d’en dresser un bilan sportif. Dossier décomposé en trois parties compte tenu des nombreuses divisions représentées. Dans ce deuxième volet un point allant de la catégorie des welters à celle des mouches.

 

Poids welters (77kg max) : L’ancienne division reine en perte de vitesse

Top 10 officiel de l’UFC

CHAMPION : Tyron Woodley (18-3-1)

1.Stephen Thompson (14-2-1)

2.Rafael Dos Anjos (28-9)

3.Colby Covington (13-1)

4.Robbie Lawler (28-12 + 1 NC)

5.Demian Maia (25-8)

6.Jorge Masvidal (32-13)

7.Darren Till (16-0-1)

8.Neil Magny (20-6)

9.Santiago Ponzinibbio (26-3)

10.Kamaru Usman (12-1)

Une année où la défense a pris le pas sur l’attaque chez les welters.

Il en faut peu pour passer du statut de division la plus intéressante du circuit à celui de reine de l’ennui, comme par exemple compter en son rang un champion se contentant du strict minimum quand il délivrait autrefois des performances stupéfiantes. Où est passé le T-Wood à la soif d’en découdre, celui qui foudroyait en un temps record des références mondiales comme Josh Koscheck, Carlos Condit ou Robbie Lawler ? Le disciple de l’American Top Team a certes défendu deux fois sa ceinture cette année, mais le calcul a cédé la place à l’audace. Prenons ce match revanche face à Stephen Thompson début mars. Censé déterminer la hiérarchie entre les deux après un match nul surprenant décrété par les juges en fin d’année 2016, ce choc s’est avéré soporifique entre un challenger enferré dans une stratégie improductive et un champion se reposant sur ses points forts. Bilan des courses : un des trois juges pointe à nouveau l’affrontement ex aequo quand les deux autres accordent la victoire à Woodley d’une courte tête.

Concernant le championnat contre Demian Maia fin juillet, la donne est différente sur le fond (large domination de T-Wood) mais aussi accablante sur la forme. Tandis que le Brésilien, roi du grappling, s’empêtre dans ses tentatives d’amenées au sol, Tyron se contente de le tenir à distance en le dominant en boxe, sans jamais chercher l’accélération qui mettra fin aux débats, sans la moindre explosivité ni variation de frappes. Sorti une nouvelle fois sous les sifflets d’une partie du public, le champion semble faire peu de cas du prochain challenger théorique désigné, à savoir Rafael Dos Anjos. Au lieu de quoi, il cède à la recherche du combat bankable, à ce titre seuls Georges Saint-Pierre et Conor McGregor ont grâce à ses yeux.

Témoin du manque de renouvellement de cette catégorie, le TUF 25 qui lui était consacré a consisté au recyclage d’anciens « pestiférés » des précédentes éditions. D’où l’absence de signification du succès de Jesse Taylor (31-15) dont la dernière prestation dans l’Octogone remontait à 2008.

Révélation

Darren Till (16-0-1 MMA, 4-0-1 UFC)

Après une année 2016 totalement blanche pour cause d’importante blessure à l’épaule, nous avons redécouvert avec plaisir ce feu follet venu de Liverpool. S’il comptait déjà un « fight of the night » dans son escarcelle (match nul avec Nicolas Dalby en octobre 2015), rien ne laissait présager une telle percée pour ce champion européen de K-1. Trois duels pour trois succès plus impressionnants les uns que les autres en 2017 : Jessin Ayari et Bojan Velickovic vaincus par décision unanime (avec tous les rounds à son actif) puis surtout le vétéran Donald Cerrone atomisé fin octobre. De quoi permettre à Till, à peine 25 ans, de faire une entrée en force dans le top 10. Au vu des échecs répétés de certains combattants classés devant lui pour décrocher la ceinture, il y a de fortes probabilités que son tour vienne rapidement.

Confirmations

Santiago Ponzinibbio (26-3 MMA, 8-2 UFC)

Ce qu’est parvenu à accomplir Santiago Ponzinibbio n’est pas un mince exploit : donner de la visibilité à l’Argentine comme terreau de MMA là où le voisin brésilien a l’habitude de truster tous les honneurs. En une poignée d’années, le membre de l’American Top Team s’est constitué un beau palmarès, à l’image donc de cette année 2017 où il a enchaîné trois victoires dont la plus marquante restera le KO express infligé à Gunnar Nelson lors de l’UFC en Écosse. Avec un cumul de six succès de rang, Ponzinibbio se rapproche des top contenders.

Colby Covington (13-1 MMA, 8-1 UFC)

Initialement vendu comme un roi des étranglements, Covington opte désormais pour les victoires par décision unanime à l’issue de dominations outrageuses. Ainsi en a-t-il été en 2017 de figures anciennes du circuit tel Dong Hyun Kim (18 combats dans l’Octogone) en juin puis Demian Maia en octobre. L’ancien challenger de Woodley a été littéralement ridiculisé, pris de vitesse au point de se contenter de plonger dans les jambes de manière répétitive. Sauf accident, Covington aura son mot à dire pour le titre en 2018.

Retour de flamme

Rafael Dos Anjos (28-9 MMA, 17-7 UFC)

Peut-on renaître en montant d’une catégorie ? Ancien champion poids légers et représentant de cette catégorie depuis 2004, Rafael Dos Anjos peut témoigner par l’affirmative. En l’espace de six mois, de mi-juin à mi-décembre, il a pris un virage porteur. Il coupe d’abord court aux ambitions de Tarec Saffiedine, puis étrangle Neil Magny en fin de 1er round, avant de dominer outrageusement Robbie Lawler sur cinq rounds. Des performances convaincantes qui lui garantissent un title shot. Reste à savoir quand voire contre qui tant les considérations mercantiles ont tendance à prendre le pas sur les sportives.

En bout de course

Robbie Lawler (28-12 + 1 NC en MMA, 13-6 UFC)

L’histoire du run victorieux 2013-2016 du Californien, un des plus anciens combattants du circuit, restera d’autant plus belle qu’il devrait s’agir de ses ultimes faits de gloire. En effet, malgré les égards de la compagnie à son endroit pour le remettre rapidement en selle, ses dernières prestations ont démontré toutes les limites de l’alliage style unidimensionnel/manque de vivacité. Tant qu’il pouvait compter sur un cardio irréprochable, Lawler arrivait encore à tenir la dragée haute à des combattants plus complets tels Rory MacDonald ou Carlos Condit. Depuis le redoutable KO subi des mains de Tyron Woodley à l’été 2016, Ruthless espérait une possibilité de reconquérir la ceinture. L’UFC l’a bien aidé dans ce sens en lui proposant cette année Donald Cerrone, lui aussi sur la pente descendante. Une victoire à la décision peu convaincante plus tard, il lui restait à franchir l’obstacle Rafael Dos Anjos pour recroiser la route de Woodley. Peine perdue puisque le Californien a été dominé dans les grandes largeurs. La retraite est-elle en vue pour cette légende ? Une chose est sûre : Ruthless ne laissera que de bons souvenirs, et restera dans l’histoire pour avoir été un des participants du premier combat UFC diffusé sur une chaîne nationale à l’été 2002.

Donald Cerrone (32-10 + 1 NC en MMA, 19-7 UFC)

Impossible de ne pas apprécier le Cowboy, fidèle de l’empire Zuffa depuis son arrivée au WEC en 2007, capable de combattre à deux mois d’intervalle là où la plupart des fighters de son rang demandent des camps d’entraînement prolongés. Il livra par exemple cinq combats durant l’année 2011 quand la moyenne de ses confrères tourne à trois au mieux (souvent deux pour les champions). Ajoutons à cela la flopée de bonus obtenus, treize au total, prouvant la nature spectaculaire de ses prestations. Hélas, la magie n’opère plus. Tout démarre mal avec un TKO subi en janvier des mains de Jorge Masvidal, pourtant membre du ventre mou de la catégorie. S’ensuit cette défaite par décision dans un combat sans relief face à Robbie Lawler, au point que les juges auraient pu choisir le vainqueur à la pièce. Enfin, et surtout, il y a cette correction infligée par Darren Till en octobre. Une année sans la moindre victoire, voilà qui n’était jamais arrivé au Cowboy en douze ans de carrière. Fidèle à lui-même, il est déjà reprogrammé sur une carte mi-février pour rencontrer Yancy Medeiros, combattant au pied du top 10.

En plus d’un grand passionné de sa discipline, Cerrone restera sans aucun doute comme le plus grand « roi sans couronne » du MMA (quatre échecs lors de matchs de championnat).

Demian Maia (25-8 MMA, 19-8 UFC)

Du haut de ses 40 ans et 27 duels livrés à l’UFC, Demian Maia force le respect. Il n’aura hélas pas réussi à monter sur la dernière marche, faute à une défaillance persistante dans le striking. Lors de sa tentative de conquête du titre poids moyens en 2010, il avait dû faire face au dancing show irrespectueux d’Anderson Silva. Pour celui des welters cette année, il aura seulement dû composer avec un champion nonchalant et calculateur, abdiquant progressivement par déficit de puissance. Mais plus que la défaite face à Tyron Woodley, c’est la leçon reçue par Colby Covington dans la foulée qui semble sceller le sort du jiu-jitsuka dans le haut du pavé. Certes, l’UFC le classe encore en 5e position des prétendants, mais ses chances de nouvelle reconstruction sont bien minces.

Principaux résultats de la catégorie poids welters cette année :

– 28/01/2017 (UFC On Fox 23) Jorge Masvidal bat Donald Cerrone par TKO au 2e round.

04/03/2017 (UFC 209) Tyron Woodley bat Stephen Thompson par décision majoritaire (championnat mondial).

– 11/03/2017 (UFN 106) Alex Oliveira bat Tim Means par soumission au 2e round.

– 18/03/2017 (UFN 107) Gunnar Nelson bat Alan Jouban par soumission au 2e round.

– 22/04/2017 (UFN 108) Mike Perry bat Jake Ellenberger par KO au 2e round.

– 13/05/2017 (UFC 211) Demian Maia bat Jorge Masvidal par décision partagée.

– 03/06/2017 (UFC 212) Yancy Medeiros bat Erick Silva par TKO au 2e round.

– 17/06/2017 (UFN 111) Rafael Dos Anjos bat Tarec Saffiedine par décision unanime.

– 17/06/2017 (UFN 111) Colby Covington bat Dong Hyun Kim par décision unanime.

– 25/06/2017 (UFN 112) Tim Means bat Alex Garcia par décision unanime.

– 07/07/2017 (TUF 25 Finale) Jesse Taylor bat Dhiego Lima par soumission au 2e round (finale du TUF).

– 16/07/2017 (UFN 113) Santiago Ponzinibbio bat Gunnar Nelson par KO au 1er round.

– 22/07/2017 (UFC On Fox 25) Alex Oliveira bat Ryan Laflare par KO au 2e round.

– 29/07/2017 (UFC 214) Robbie Lawler bat Donald Cerrone par décision unanime.

29/07/2017 (UFC 214) Tyron Woodley bat Demian Maia par décision unanime (championnat mondial).

– 05/08/2017 (UFN 114) Niko Price bat Alan Jouban par TKO au 1er round.

– 09/09/2017 (UFC 215) Rafael Dos Anjos bat Neil Magny par soumission au 1er round.

– 16/09/2017 (UFN 116) Mike Perry bat Alex Reyes par KO au 1er round.

– 21/10/2017 (UFN 118) Darren Till bat Donald Cerrone par TKO au 1er round.

– 28/10/2017 (UFN 119) Colby Covington bat Demian Maia par décision unanime.

– 04/11/2017 (UFC 217) Stephen Thompson bat Jorge Masvidal par décision unanime.

– 11/11/2017 (UFN 120) Matt Brown bat Diego Sanchez par KO au 1er round.

– 19/11/2017 (UFN 121) Belal Muhammad bat Tim Means par décision partagée.

– 02/12/2017 (UFC 218) Yancy Medeiros bat Alex Oliveira par TKO au 3e round.

– 16/12/2017 (UFC On Fox 26) Santiago Ponzinibbio bat Mike Perry par décision unanime.

– 16/12/2017 (UFC On Fox 26) Rafael Dos Anjos bat Robbie Lawler par décision unanime.

– 30/12/2017 (UFC 219) Neil Magny bat Carlos Condit par décision unanime.

Principaux combats à venir de la catégorie poids welters :

– 03/02/2018 (UFN 125) Sergio Moraes vs Tim Means

– 18/02/2018 (UFN 126) Donald Cerrone vs Yancy Medeiros

– 24/02/2018 (UFC On Fox 28) Mike Perry vs Max Griffin

– 24/02/2018 (UFC On Fox 28) Ben Saunders vs Alan Jouban

Poids légers (70kg max) : De l’intérêt malgré les (grands) absents

Top 10 officiel lightweight de l’UFC

CHAMPION : Conor McGregor (21-3)

1.Tony Ferguson (champion intérimaire) (23-3)

2.Khabib Nurmagomedov (25-0)

3.Eddie Alvarez (29-5 + 1 NC)

4.Edson Barboza (19-5)

5.Justin Gaethje (18-1)

6.Dustin Poirier (22-5 + 1 NC)

7.Kevin Lee (16-3)

8.Nate Diaz (19-11)

9.Michael Chiesa (14-3)

10.Michael Johnson (17-12)

GSP, seul adversaire susceptible de faire revenir McGregor au MMA ?

Voici la catégorie qui aura le plus alimenté la polémique durant l’année 2017. La faute en premier lieu à un tenant du titre devenu une star planétaire au détriment du sport qui l’a fait roi. Conor McGregor a depuis longtemps fixé sa priorité : remplir son compte en banque. Établir des records sportifs, il s’en fout royalement à moins qu’ils soient compatibles avec le point précédemment mentionné. Déjà en 2016, il avait opté pour monter faire des piges en poids welters contre Nate Diaz plutôt que de défendre le titre poids plumes pris à Jose Aldo. Si l’UFC le destitue prochainement de son championnat poids légers, il deviendrait le premier détenteur multi-catégories à n’avoir réalisé aucune défense, pour le coup un record ! Pour avoir céder par le passé aux revendications de l’Irlandais, l’UFC s’est retrouvée en observatrice cocue du « combat du siècle » Mayweather/McGregor l’été dernier. La seule revanche possible serait d’arriver à attirer le champion de boxe sur le terrain du MMA, tâche à laquelle semble s’astreindre McGregor ces dernières semaines…

Pendant ce temps, il a bien fallu désigner un champion intérimaire, et là aussi la mission fut semée d’embûches à cause des désistements multiples de Khabib Nurmagomedov, toujours invaincu et candidat légitime pour confronter Tony Ferguson. Le titre échoit finalement à ce dernier début octobre avec pour victime le fringant Kevin Lee, restant alors sur cinq succès de rang. Lors du tout dernier show de l’année, Nurmagomedov réaffirme néanmoins son statut en dominant outrageusement Edson Barboza, obtenant notamment des pointages rarissimes de 30-25 ou 30-24. La mise au clair de la division est un des gros objectifs de 2018 pour l’UFC.

Face à Khabib, Barboza n’aura pas existé durant 15 minutes.

Révélation

David Teymur (7-1 MMA, 4-0 UFC)

Il a fallu zoomer au plus resserré pour trouver une graine d’espoir en poids welters. Aussi est-ce un pari osé de citer David Teymur, auteur de deux nouveaux succès après ceux acquis dans l’Octogone en 2016. Certes, il n’a vaincu aucun grand nom, mais son duel contre Lando Vannata, promu sur la carte principale de l’UFC 209 lui a valu le bonus de « fight of the night ». Tout aussi convaincant contre Drakkar Klose, le Suédois peut aussi s’appuyer sur une riche carrière en kickboxing et muay thaï pour faire valoir ses mérites.

Confirmation

Paul Felder (15-3 MMA, 7-3 UFC)

Trois matchs, trois victoires, trois finalisations sans équivoque. On peut presque se passer d’arguments pour distinguer The Irish Dragon, déjà membre de l’UFC depuis la fin de l’année 2014 et déjà récompensé par quatre bonus, dont deux cette année. Les prestations de Felder sont aussi convaincantes que ses rares défaites furent frustrantes : décision en faveur d’Edson Barboza en juillet 2015 lors du « fight of the night », décision à deux juges contre un pour Ross Pearson deux mois plus tard, TKO sur arrêt médical au cours du 3e round face à Francisco Trinaldo en septembre 2016… Autant dire que cette parfaite année 2017 le remet sur les radars, grâce notamment aux dominations de deux habitués du top 10, Stevie Ray et Charles Oliveira.

Retour de flamme

Clay Guida (34-17 MMA, 14-11 UFC)

Vieux briscard du circuit (arrivée UFC en 2006), The Carpenter était devenu ces dernières années une caricature de lui-même. Gesticulateur, sprinteur le cas échéant, Guida semblait jouer de son physique atypique plutôt que combattre. Attitude irritante dont il fut puni sévèrement en juin 2016 via un KO de l’étoile montante Brian Ortega. Remise en question ou non, Guida a d’abord opté pour repasser des plumes aux légers. Il a ensuite dominé Erik Koch, ancien grand espoir de la division, et surtout atomisé en 67 secondes le pourtant encaisseur de première Joe Lauzon. Nul n’irait jusqu’à lui prédire une ascension vers les top contenders, c’est seulement que ce petit chevelu nerveux fait partie de l’histoire et a encore de quoi écrire quelques chapitres.

En bout de course

Takanori Gomi (35-15 + 1 NC en MMA, 4-9 UFC)

Depuis combien de temps l’UFC aurait licencié le Japonais s’il n’était la star confirmée dont il a besoin pour investir le circuit asiatique ? L’ancien champion du Pride a perdu son niveau depuis belle lurette, et même son envie à en croire sa tendance à rendre les armes de plus en plus tôt. Si l’on excepte un KO retentissant face à Tyson Griffin à l’été 2010 qui laissait croire au come-back du Fireball Kid, ce ne fut qu’un lent déclin, conclu en septembre 2017 sur cinq défaites de rang (toutes au 1er round). Libre de s’engager ailleurs, Gomi accepte l’offre de la compagnie douteuse Rizin FF pour le show du 31 décembre. Mais là où Mirko Cro Cop va au Rizin pour gonfler ses statistiques, lui s’incline contre un compatriote japonais…toujours au 1er round.

Jim Miller (28-11 + 1 NC en MMA, 17-10 + 1 NC à l’UFC)

Le roi des manœuvres de soumission n’est plus. Miller avait ça en lui, ce « mojo » indescriptible lui permettant de toujours trouver une solution, il était un peu le pendant d’Antonio « Minotauro » Nogueira en poids légers. Et si son nombre important de défaites n’est dû qu’à des confrontations avec des tops (Frankie Edgar hors UFC en 2006 puis les Benson Henderson, Nate Diaz ou Donald Cerrone), cette année marque une rupture plus importante. Encore vivace et pas loin d’empocher la décision face à Dustin Poirier en février, il est nettement dominé par un Anthony Pettis sur le retour en juillet puis de nouveau hors du coup face à Francisco Trinaldo en octobre. Certes, les optimistes pointeront qu’il s’agit de trois défaites à la décision « seulement ». Rappelons toutefois que le dernier succès avant la limite de Miller remonte à un TKO sur Takanori Gomi en 2016 et pour son dernier abandon obtenu il faut revenir à avril 2014 face à Yancy Medeiros.

Diego Sanchez (27-11 MMA, 16-11 UFC)

À l’image de Gleison Tibau ou Michael Bisping, Diego Sanchez souhaite perdurer pour devenir le recordman des combats disputés dans l’Octogone. Hélas, en dehors de son arrivée fracassante via le premier Ultimate Fighter en 2005, sa carrière comporte peu de sommets (une chance au titre lightweight de BJ Penn en 2009) pour beaucoup de périodes en dents de scie. Sept fois « fight of the night » et reconnu pour son côté bagarreur, Sanchez a aussi été synonymes de victoires à la décision polémiques (Martin Kampmann en 2011, Ross Pearson en 2014) et soupçonné d’être un des petits protégés de Dana White du fait de son parcours. Ces dernières années, Sanchez se cherche, descendant un temps en poids plumes pour revenir chez les légers puis terminer en fin d’année 2017 chez les welters. Il n’a plus enchaîné deux victoires de rang depuis 2010-2011. Sa série en cours est sans équivoque : KO au 1er round par Al Iaquinta en avril, KO au 1er round par Matt Brown en novembre. À 36 ans et après avoir écumé quatre catégories durant sa carrière, il va devoir se résoudre à conclure que ce n’est pas un problème de poids.

Principaux résultats de la catégorie poids légers cette année :

– 15/01/2017 (UFN 103) Joe Lauzon bat Marcin Held par décision partagée.

– 04/02/2017 (UFN 104) James Vick bat Abel Trujillo par soumission au 3e round.

– 11/02/2017 (UFC 208) Dustin Poirier bat Jim Miller par décision majoritaire.

– 04/03/2017 (UFC 209) David Teymur bat Lando Vannata par décision unanime.

– 11/03/2017 (UFN 106) Kevin Lee bat Francisco Trinaldo par soumission au 2e round.

– 11/03/2017 (UFN 106) Edson Barboza bat Beneil Dariush par KO au 2e round.

– 18/03/2017 (UFN 107) Joseph Duffy bat Reza Madadi par décision unanime.

– 08/04/2017 (UFC 210) Charles Oliveira bat Will Brooks par soumission au 1er round.

– 08/04/2017 (UFC 210) Thiago Alves bat Patrick Côté par décision unanime.

– 22/04/2017 (UFN 108) Stevie Ray bat Joe Lauzon par décision majoritaire.

– 22/04/2017 (UFN 108) Al Iaquinta bat Diego Sanchez par KO au 1er round.

– 13/05/2017 (UFC 211) James Vick bat Marco Polo Reyes par TKO au 1er round.

– 13/05/2017 (UFC 211) Eddie Alvarez vs Dustin Poirier se finit en no contest (usage de coups de genoux à la tête par Alvarez alors que Poirier était au sol).

– 11/06/2017 (UFN 110) Dan Hooker bat Ross Pearson par KO au 2e round.

– 17/06/2017 (UFN 111) Jon Tuck bat Takanori Gomi par soumission au 1er round.

– 25/06/2017 (UFN 112) Clay Guida bat Erik Koch par décision unanime.

– 25/06/2017 (UFN 112) Kevin Lee bat Michael Chiesa par soumission au 1er round.

– 07/07/2017 (TUF 25 Finale) Justin Gaethje bat Michael Johnson par TKO au 2e round.

– 08/07/2017 (UFC 213) Anthony Pettis bat Jim Miller par décision unanime.

– 16/07/2017 (UFN 113) Paul Felder bat Stevie Ray par KO au 1er round.

– 23/09/2017 (UFN 117) Dong Hyun Kim bat Takanori Gomi par TKO au 1er round.

– 07/10/2017 (UFC 216) Beneil Dariush vs Evan Dunham se conclut en nul majoritaire.

– 07/10/2017 (UFC 216) Tony Ferguson bat Kevin Lee par soumission au 3e round (championnat mondial – interim).

– 28/10/2017 (UFN 119) Francisco Trinaldo bat Jim Miller par décision unanime.

– 11/11/2017 (UFN 120) Clay Guida bat Joe Lauzon par TKO au 1er round.

– 11/11/2017 (UFN 120) Dustin Poirier bat Anthony Pettis par TKO (blessure) au 3e round.

– 02/12/2017 (UFC 218) David Teymur bat Drakkar Klose par décision unanime.

– 02/12/2017 (UFC 218) Paul Felder bat Charles Oliveira par TKO au 2e round.

– 02/12/2017 (UFC 218) Eddie Alvarez bat Justin Gaethje par TKO au 3e round.

– 30/12/2017 (UFC 219) Dan Hooker bat Marc Diakiese par soumission au 3e round.

– 30/12/2017 (UFC 219) Khabib Nurmagomedov bat Edson Barboza par décision unanime.

Principaux combats à venir de la catégorie poids légers :

– 20/01/2018 (UFC 220) Gleison Tibau vs Islam Makhachev

– 27/01/2018 (UFC On Fox 27) Vinc Pichel vs Joaquim Silva

– 27/01/2018 (UFC On Fox 27) Bobby Green vs Erik Koch

– 27/01/2018 (UFC On Fox 27) Jordan Rinaldi vs Gregor Gillespie

– 03/02/2018 (UFN 125) Alan Patrick vs Damir Hadzovic

– 03/02/2018 (UFN 125) Michel Prazeres vs Desmond Green

– 11/02/2018 (UFC 221) Ross Pearson vs Mizuto Hirota

– 11/02/2018 (UFC 221) Jeremy Kennedy vs Alexander Volkanovski

– 11/02/2018 (UFC 221) Damien Brown vs Dong Hyun Kim

– 18/02/2018 (UFN 126) Thibault Gouti vs Sage Northcutt

– 18/02/2018 (UFN 126) James Vick vs Francisco Trinaldo

– 07/04/2018 (UFC 223) Al Iaquinta vs Paul Felder

– 07/04/2018 (UFC 223) Mairbek Taisumov vs Evan Dunham

07/04/2018 (UFC 223) Tony Ferguson vs Khabib Nurmagomedov (championnat mondial – Interim)

Poids plumes (66kg max) : Le coup de frais Holloway

Top 10 officiel featherweight de l’UFC

CHAMPION : Max Holloway (19-3)

1.Jose Aldo (26-4)

2.Frankie Edgar (22-5-1)

3.Brian Ortega (13-0 + 1 NC)

4.Josh Emmett (13-1)

5.Cub Swanson (25-8)

6.Ricardo Lamas (18-6)

7.Chan Sung Jung (15-4)

8.Yair Rodriguez (10-2)

9.Jeremy Stephens (27-14)

10.Darren Elkins (23-5)

Holloway a prouvé en 2017 qu’il n’était pas un buzz de plus.

Année riche d’enseignements chez les plumes, retombés à tort dans un certain anonymat depuis que McGregor a préféré décrocher une breloque chez les légers au lieu de privilégier l’aspect sportif. Avec le recul, Jose Aldo peut-il s’estimer heureux de n’avoir jamais eu droit à sa revanche face à l’Irlandais ? Le Brésilien terminait 2016 en passant d’intérimaire à champion à part entière, sans autre victoire que celle face à Frankie Edgar. Et pendant ce temps, peu voyaient monter la foudre Max Holloway, alors titulaire d’un score ne disant pas tout des exploits accomplis. L’année 2017 donne l’occasion au désormais champion incontesté de porter sa série de victoires consécutives à douze. Plus encore que McGregor, tombeur d’Aldo en 13 secondes fin 2015 et éternellement soupçonnable de « lucky punch », Holloway a gommé les certitudes de la légende brésilienne via une domination de deux fois trois rounds. Double coup de tonnerre comme il s’en produit rarement. Alors l’année 2018 redéfinira-t-elle encore la hiérarchie via l’émergence des Brian Ortega et Josh Emmett, ou faut-il croire aux chances de ce bon vieux Frankie Edgar (sur une série de quatre échecs en match de championnat, légers ou plumes), d’ores et déjà désigné pour le printemps. L’enjeu peut être pris sur un autre angle : Max Holloway deviendra-t-il le premier homme à vaincre le marathonien Edgar avant la limite ?

Révélation

Josh Emmett (13-1 MMA, 4-1 UFC)

S’il y a bien un top 10 qui a très peu évolué ces derniers mois, c’est celui des poids plumes. Néanmoins, c’est un énième membre de la team Alpha Male qui réussit une entrée fracassante en prenant la 4e place. Emmett a marqué la division de son empreinte, en dépit d’une courte défaite par décision contre Desmond Green en avril, qui plus est disputé en lightweight. Tout s’accélère au dernier trimestre lorsqu’il passe en poids plumes, dominant d’abord le Brésilien Felipe Arantes, installé de longue date à l’UFC, puis et surtout Ricardo Lamas, vaincu par un KO pur en fin de 1er round. Devant l’irrégularité des éternels top 10 (Lamas mais aussi Chan Sung Jung ou Cub Swanson), Emmett pourrait accéder rapidement à un title shot.

Confirmation

Brian Ortega (13-0 + 1 NC en MMA, 5-0 + 1 NC à l’UFC)

Autre grand espoir de la division, le Californien Brian Ortega compte pour seul grief à son encontre un test positif pour sa première UFC à l’été 2014. Pour le reste, il stupéfie par ses prestations abouties, toutes achevées avant la décision des juges. En 2017, il réussit l’exploit d’obtenir trois bonus en l’espace de deux combats, cumulant « fight of the night » et « performance of the night » lors du main event contre Cub Swanson (Ultimate Fight Night du 9 décembre), ce choc suivant celui face à Renato Moicano à l’UFC 214, également sacré « fight of the night ». Précisons qu’Ortega s’est imposé à chaque fois par un étranglement en guillotine, finalisation devenue rare dans l’Octogone tant les backgrounds défensifs des combattants sont bien meilleurs aujourd’hui.

Retour de flamme

Myles Jury (17-2 MMA, 8-2 UFC)

Fin 2014, Jury était perçu comme un challenger imminent au championnat mondial…poids légers. Logique au vu de sa fiche alors immaculée (15-0 dont six victoires UFC). Hélas, il ne passe pas le test Donald Cerrone au début de l’année suivante, puis perd par soumission contre Charles Oliveira. S’ensuit un millésime 2016 vierge de cage, d’où des doutes légitimes quant à sa capacité à relancer la machine. Un TKO express sur Mike De La Torre et un succès convaincant devant Rick Glenn plus tard, Myles « Fury » Jury se repositionne dans cette division des 66kg découverte sur le tard. Aux portes du top 10 et plus si affinités.

En bout de course

Jose Aldo (26-4 MMA, 8-3 UFC)

Qui n’a pas souffert en voyant l’ancien roi du classement « pound-for-pound » subir à deux reprises la loi du sensationnel Max Holloway ? Au-delà des erreurs tactiques du Brésilien ayant abouti à être finalisé dans le même timing en juin et en décembre, c’est la perte manifeste de sa vigueur, de son « œil du tigre » qui a interpellé. Et que dire de ce soudain problème de cardio pour un fighter ayant emmagasiné les victoires par décision unanime sur cinq rounds (sept au cumul WEC-UFC) ? Loin de se remettre en cause, Aldo multiplie les prises de position polémiques à l’encontre de la politique de la compagnie. Au moment du partenariat exclusif conclu avec Reebok, il avait déjà menacé de partir sous d’autres cieux. Cette fois il est possible que personne ne le retienne, car on a beau chercher on ne retrouve pas les caractéristiques de l’homme resté invaincu entre 2005 et 2015. Comme si la frustration de son couac face à Conor McGregor n’était jamais retombée…

BJ Penn (16-12-2 MMA, 12-11-2 UFC)

On parle ici d’une légende de 39 ans qui a toujours suivi ses envies, un guerrier éminemment respectable qu’on ne peut soupçonner de continuer seulement pour l’argent. Aussi affirmait-il en 2014 avec une véritable conviction sa volonté d’atteindre les sommets de la division featherweight, dans le but de devenir l’unique champion de trois catégories différentes à l’UFC après ses titres acquis en légers et welters. Courageux et irréaliste à la fois tant les styles ont évolué depuis son âge d’or, constat sautant déjà aux yeux lors de sa double défaite pour le championnat lightweight contre Frankie Edgar en 2010. Penn a néanmoins remis ça contre The Answer en 2014, s’inclinant une troisième fois (TKO à la 3e reprise). Malgré sa demande de ne rencontrer que des tops, les matchmakers l’ont épargné en 2017 avec au programme Yair Rodriguez, bon gatekeeper du top 10, et surtout le très old school allemand Dennis Siver. Tandis que le premier le met KO en début de 2e round, le vieux briscard lui chipe la victoire par décision majoritaire. Étant entendu qu’un résultat positif dans ce genre de duel sans envergure n’aurait rien apporté à la carrière de la star hawaïenne, Dana White et ses matchmakers auraient tout intérêt à considérer un contrat d’ambassadeur pour ce véritable passionné de la discipline. Les analyses sur son très populaire blog seront d’autant mieux reçues.

Michael Johnson (17-13 MMA, 9-9 UFC)

Débutée par une défaite lors de la finale lightweight du TUF 12, la carrière UFC de celui qui se fait surnommer The Menace a longtemps ressemblé à des montagnes russes. Reconnu parmi les tops des 70kg entre 2011 et 2015, il croit parvenir à forcer la main de l’organisation pour un title shot suite à un KO retentissant infligé à Dustin Poirier en septembre 2016. Il n’aura cependant pas l’opportunité de se replacer dans la course des contenders. Deux mois plus tard, Khabib Nurmagomedov le finalise avec une clé Kimura.

Voulant persister malgré tout en lightweight, Johnson accueille dans l’Octogone Justin Gaethje, alors champion ultra dominateur au WSOF. Les deux délivrent un « fight of the night » au goût amer pour l’enfant de l’UFC, cédant sous une pluie de genoux en fin de 2e round. À seulement 31 ans, MJ ne veut pas lâcher et s’est décidé à basculer dans la division des plumes pour 2018. Guère plus reluisant pour le moment puisqu’il s’incline par soumission contre Darren Elkins lors du premier fight night de l’année , le 14 janvier.

Principaux résultats de la catégorie poids plumes cette année :

– 15/01/2017 (UFN 103) Yair Rodriguez bat BJ Penn par TKO au 2e round.

– 28/01/2017 (UFC On Fox 23) Jason Knight bat Alex Caceres par soumission au 2e round.

– 04/02/2017 (UFN 104) Chan Sung Jung bat Dennis Bermudez par KO au 1er round.

– 11/02/2017 (UFC 208) Rick Glenn bat Philippe Nover par décision partagée.

– 19/02/2017 (UFN 105) Gavin Tucker bat Sam Sicilia par décision unanime.

– 08/04/2017 (UFC 210) Myles Jury bat Mike De La Torre par TKO au 1er round.

– 15/04/2017 (UFC On Fox 24) Renato Moicano bat Jeremy Stephens par décision partagée.

– 22/04/2017 (UFN 108) Cub Swanson bat Artem Lobov par décision unanime.

– 13/05/2017 (UFC 211) Jason Knight bat Chas Skelly par TKO au 3e round.

– 13/05/2017 (UFC 211) Frankie Edgar bat Yair Rodriguez par TKO (arrêt médical – 2 rounds).

– 03/06/2017 (UFC 212) Max Holloway bat Jose Aldo par TKO au 3e round (championnat mondial – Unification).

– 17/06/2017 (UFN 111) Alex Caceres bat Rolando Dy par TKO (arrêt médical – 2 rounds)

– 25/06/2017 (UFN 112) Dennis Siver bat BJ Penn par décision majoritaire.

– 07/07/2017 (TUF 25 Finale) Gray Maynard bat Teruto Ishihara par décision unanime.

– 08/07/2017 (UFC 213) Cody Stamann bat Terrion Ware par décision unanime.

– 22/07/2017 (UFC On Fox 25) Darren Elkins bat Dennis Bermudez par décision partagée.

– 29/07/2017 (UFC 214) Brian Ortega bat Renato Moicano par soumission au 3e round.

– 29/07/2017 (UFC 214) Ricardo Lamas bat Jason Knight par TKO au 1er round.

– 09/09/2017 (UFC 215) Rick Glenn bat Gavin Tucker par décision unanime.

– 09/09/2017 (UFC 215) Jeremy Stephens bat Gilbert Melendez par décision unanime.

– 23/09/2017 (UFN 117) Teruto Ishihara bat Rolando Dy par décision unanime.

– 21/10/2017 (UFN 118) Josh Emmett bat Felipe Arantes par décision unanime.

– 21/10/2017 (UFN 118) Andre Fili bat Artem Lobov par décision unanime.

– 25/11/2017 (UFN 122) Wang Guan bat Alex Caceres par décision partagée.

02/12/2017 (UFC 218) Max Holloway © bat Jose Aldo par TKO au 3e round (championnat mondial).

– 09/12/2017 (UFN 123) Gabriel Benitez bat Jason Knight par décision unanime.

– 09/12/2017 (UFN 123) Brian Ortega bat Cub Swanson par soumission au 2e round.

– 30/12/2017 (UFC 219) Myles Jury bat Rick Glenn par décision unanime.

Principaux combats à venir de la catégorie poids plumes :

– 14/01/2018 (UFN 124) Darren Elkins bat Michael Johnson par soumission au 2e round.

– 14/01/2018 (UFN 124) Jeremy Stephens bat Doo Ho Choi par TKO au 2e round.

– 27/01/2018 (UFC On Fox 27) Dennis Bermudez vs Andre Fili

– 24/02/2018 (UFC On Fox 28) Renan Barao vs Brian Kelleher

03/03/2018 (UFC 222) Max Holloway © vs Frankie Edgar (championnat mondial)

Poids coqs (61kg max) : Quand les mâles alphas se déchirent

Top 10 officiel de l’UFC

CHAMPION : TJ Dillashaw (15-3)

1.Cody Garbrandt (11-1)

2.Dominick Cruz (22-2)

3.Raphael Assuncao (26-5)

4.Jimmie Rivera (21-1)

5.Marlon Moraes (20-5-1)

6.John Lineker (30-8)

7.Bryan Caraway (21-7)

8.John Dodson (19-9)

9.Aljamain Sterling (14-3)

10.Thomas Almeida (22-2)

Contrairement aux apparences, Garbrandt-Dillashaw n’a pas été jusqu’à la décision.

Comme l’a rappelé Antoine Simon à l’antenne de SFR SPORT, le MMA ne fait décidément pas dans le syllogisme, s’appuyant sur le résultat d’un championnat poids coqs de toute beauté. TJ Dillashaw vient de vaincre Cody Garbrandt qui avait su déjouer la stratégie de Dominick Cruz, lui-même tombeur de TJ Dillashaw quelques mois plus tôt. Ce trio constitue l’adrénaline d’une catégorie de plus en plus porteuse, sa limite à 61kg attirant aussi bien les poids plumes insatisfaits de leur rythme dans la caté d’au-dessus que les poids mouches peinant à descendre à 56kg. Riche aussi de ses oppositions de styles marqués, la division des coqs pourrait bien devenir à ce rythme la plus passionnante de l’UFC.

Attendu depuis longtemps, le Français Tom Duquesnoy a d’ailleurs appris à ses dépens l’homogénéité du « ventre mou » de cette catégorie via son revers contre un autre transfuge, Cody Stamann. Heureusement, son succès initial – avec la manière – face à Patrick Williams rééquilibre la balance pour entrevoir une compétition ouverte en 2018.

Les images valant plus que les mots en la matière, retour sur le magnifique Garbrandt-Dillashaw du 4 novembre dernier :

Révélation

Brett Johns (15-0 MMA, 3-0 UFC)

Les fidèles du circuit britannique n’ont pas été surpris par les débuts réussis du Gallois dans l’Octogone. Johns, 25 ans seulement, c’est le combattant moderne par excellence, capable de magnifier ses aptitudes en muay thaï comme en judo ou en jiu-jitsu brésilien. S’il reste timide avec ses poings (seulement 2 KO à son actif), il a prouvé savoir tenir un adversaire en respect sur trois ou cinq rounds quand il ne va pas sortir un tour de passe-passe de son chapeau, à l’image de cette soumission par Calf Slicer contre Joe Soto en décembre. L’éphémère champion du Bellator n’a rien vu venir et dû abdiquer au bout de 30 secondes. Ne reste plus qu’à passer un test en 2018 pour situer le réel niveau de The Pikey.

Confirmation

Jimmie Rivera (21-1 MMA, 5-0 UFC)

Pour une fois les chiffres impressionnent davantage que la manière. En effet, le spécialiste de karaté n’a pas spécialement fait lever les foules, via notamment les trois quart de ses victoires acquises à la décision ou ses capacités limitées au sol. Il suffit alors d’énumérer la liste de ses victimes, notamment depuis son arrivée UFC courant 2015 : Pedro Munhoz, Iuri Alcantara, Urijah Faber et au final le prodigieux Thomas Almeida pour ce qui fut le seul combat de Rivera en 2017. Peut-on parier sur un rapide title shot en faveur du Porto-Ricain ? La compagnie semble avoir répondu à la question en le classant numéro 4 de la division. Le temps de laisser se déchirer le trio leader Dillashaw/Garbrandt/Cruz et son heure viendra. Fait intéressant à souligner, son unique revers remonte à 2008 au Ring of Combat (split decision), il reste sur vingt victoires consécutives.

Retour de flamme

Raphael Assuncao (26-5 MMA, 10-2 UFC)

C’est l’histoire d’un de ces combattants fidèles à l’empire Zuffa depuis 2009 et n’ayant jamais pu disputer un titre mondial malgré des résultats éloquents. Alors qu’il restait sur trois défaites lors de ses quatre dernières joutes, Assunçao décide de descendre chez les coqs au cours de l’année 2011. Belle inspiration puisqu’il enchaîne sept succès, dont une décision serrée contre un certain TJ Dillashaw. Aussi, la compagnie impose quelques années plus tard un rematch contre celui qui vient de céder la ceinture au revenant Dominick Cruz. Dans le cadre événementiel de l’UFC 200, Assunçao ne parvient pas à récidiver, perdant tous les rounds d’après le pointage des juges.

Loin de tomber dans le syndrome de l’homme « passé prés de », le Brésilien repart conquérant en 2017 avec trois duels remportés : des décisions serrées contre Aljamain Sterling et l’ancien champion WSOF Marlon Moraes puis un KO net en début de 3e round face à Matthew Lopez. Hormis ce dernier affrontement sans relief, les opposants vaincus sont considérés comme des tops par la compagnie, assurant à Assunçao de conserver une place de choix en vue d’un title shot. 2018, enfin la bonne ?

En bout de course

Brad Pickett (25-14 MMA, 5-9 UFC)

La retraite prise par l’Anglais kamikaze en ses terres londoniennes aura ému plus d’un amateur de MMA. Oui, Pickett ne faisait guère dans la dentelle ces dernières années, oui il n’a plus remporté un titre majeur depuis sa révélation au Cage Rage en 2005, oui il sombrait parfois dans la caricature du bagarreur pur jus alors que son background en avait fait autrefois un spécialiste des clés de bras et étranglements en guillotine… Et pourtant nul ne considérait un duel contre lui comme une formalité. Triste de le voir terminer sur une défaite par TKO après une performance brillante contre un Marlon Vera bienheureux du final. Cette ultime sortie aura été à l’image d’un parcours inégal composé de victoires inattendues (une décision unanime devant un Demetrious Johnson encore un peu green en 2010) et de revers face à des individus ne lui ayant rien de supérieur.

Renan Barao (34-5 + 1 NC en MMA, 9-4 UFC)

La terreur, purement et simplement la façon dont on présentait (légitimement) Renan Barao lors de son entrée à l’UFC en 2011. À l’image d’un Glover Teixeira en mi-lourds, cette autre sensation auriverde présentait à seulement 24 ans une impressionnante streak de 26 combats pros sans défaite, série qu’il portera à 33 en décrochant au passage la ceinture de champion intérimaire des poids coqs, requalifiée plus tard en ceinture majeure face à la longue absence de Dominick Cruz. Ainsi Barao a détruit tout ce qui bouge au moment de croiser la route de son challenger par défaut, TJ Dillashaw, au printemps 2014. Donné largement favori par les bookmakers, le Brésilien débute la rencontre confiant, avant de s’effacer face à la vivacité et les déplacements peu orthodoxes de TJ, vraisemblablement inspiré par Dominick Cruz. Le challenger enquille les rounds et stupéfie le monde du MMA en s’imposant finalement par head kick au milieu du 5e round. Depuis, nous n’avons plus revu le Barao originel… en dépit d’une revanche généreusement accordée en 2015 (nouvelle défaite par TKO). Devenu besogneux là où il était incisif, il s’incline contre des éternels « ventre mou » du circuit, tels Jeremy Stephens en 2016 et Aljamain Sterling l’année écoulée.

Principaux résultats de la catégorie poids coqs cette année :

– 28/01/2017 (UFC On Fox 23) Raphael Assuncao bat Aljamain Sterling par décision partagée.

– 04/03/2017 (UFC 209) Iuri Alcantara bat Luke Sanders par soumission au 2e round.

– 11/03/2017 (UFN 106) Joe Soto bat Rani Yahya par décision unanime.

– 18/03/2017 (UFN 107) Marlon Vera bat Brad Pickett par TKO au 3e round.

– 15/04/2017 (UFC On Fox 24) Aljamain Sterling bat Augusto Mendes par décision unanime.

– 15/04/2017 (UFC On Fox 24) Tom Duquesnoy bat Patrick Williams par TKO au 2e round.

– 22/04/2017 (UFN 108) John Dodson bat Eddie Wineland par décision unanime.

– 28/05/2017 (UFN 109) Pedro Munhoz bat Damian Stasiak par décision unanime.

– 03/06/2017 (UFC 212) Brian Kelleher bat Iuri Alcantara par soumission au 1er round.

– 03/06/2017 (UFC 212) Raphael Assuncao bat Marlon Moraes par décision partagée.

-16/07/2017 (UFN 113) Brett Johns bat Albert Morales par décision unanime.

– 22/07/2017 (UFC On Fox 25) Marlon Vera bat Brian Kelleher par soumission au 1er round.

– 22/07/2017 (UFC On Fox 25) Jimmie Rivera bat Thomas Almeida par décision unanime.

– 29/07/2017 (UFC 214) Aljamain Sterling bat Renan Barao par décision unanime.

– 07/10/2017 (UFC 216) Cody Stamann bat Tom Duquesnoy par décision partagée.

– 21/10/2017 (UFN 118) Brian Kelleher bat Damian Stasiak par TKO au 3e round.

– 28/10/2017 (UFN 119) Pedro Munhoz bat Rob Font par soumission au 1er round.

04/11/2017 (UFC 217) TJ Dillashaw bat Cody Garbrandt © par KO au 2e round (championnat mondial).

– 11/11/2017 (UFN 120) Marlon Moraes bat John Dodson par décision partagée.

-01/12/2017 (TUF 26 Finale) Brett Johns bat Joe Soto par soumission au 1er round.

– 09/12/2017 (UFN 123) Alejandro Perez bat Iuri Alcantara par décision unanime.

– 09/12/2017 (UFN 123) Marlon Moraes bat Aljamain Sterling par KO au 1er round.

– 30/12/2017 (UFC 219) Tim Elliott bat Mark De La Rosa par soumission au 2e round.

Principaux combats à venir de la catégorie poids coqs :

– 20/01/2018 (UFC 220) Thomas Almeida vs Rob Font

– 03/02/2018 (UFN 125) Iuri Alcantara vs Joe Soto

– 03/02/2018 (UFN 125) Marlon Vera vs Douglas Silva De Andrade

– 03/02/2018 (UFN 125) John Dodson vs Pedro Munhoz

– 03/03/2018 (UFC 222) Bryan Caraway vs Cody Stamann

– 03/03/2018 (UFC 222) Sean O’Malley vs Andre Soukhamthath

Poids mouches (56kg max) : Plus assez de superlatifs concernant Mighty Mouse

Top 10 officiel de l’UFC

CHAMPION : Demetrious Johnson (27-2-1)

1.Joseph Benavidez (25-4)

2.Henry Cejudo (13-2)

3.Ray Borg (11-3)

4.Jussier Formiga (20-5)

5.Sergio Pettis (16-3)

6.Wilson Reis (22-8)

7.Brandon Moreno (14-4)

8.Ben Nguyen (16-6)

9.John Moraga (18-6)

10.Dustin Ortiz (17-7)

Et de onze défenses de titre pour DJ, record absolu dans l’histoire de l’UFC !

Un enchantement sans cesse renouvelé. À défaut d’être particulièrement mise en avant par l’UFC, la plus petite des catégories masculines compte en son sein le champion le plus incontesté et charismatique de la compagnie. Subsiste quelques détracteurs pour pointer le manque de profondeur de l’étang dans lequel Mighty Mouse règne. Et Dana White saura sans doute le convaincre à terme de réaliser une petite montée chez les coqs pour nous offrir un dream match, ou plus simplement venger sa dernière défaite en date face à Dominick Cruz en octobre 2011. En bon perfectionniste, Johnson accordera au préalable une nouvelle chance à Joseph Benavidez ou Henry Cejudo (particulièrement brillant cette année). D’autant que les championnats mondiaux poids mouches nous réservent encore des surprises, sur la forme à défaut de suspense quant au résultat. La belle résistance du revenant Tim Elliott, vainqueur d’un TUF de rattrapage fin 2016, avait bluffé tout au long des 25 minutes avec à la clé un round pointé en faveur du challenger. Les candidats de 2017 n’ont pas eu l’occasion de connaître les notes des juges puisque aussi bien Wilson Reis que Ray Borg ont été terminés sur juji-gatamé. Mention spéciale à la dernière, réalisée à la volée suite à une inspiration proche de la magie.

Révélation

Alexandre Pantoja (18-2 MMA, 2-0 UFC)

Apparu comme beaucoup de nouveaux membres de la division par le biais du TUF Tournament of Champions, le Brésilien avait néanmoins creusé son sillon sur le sol américain auparavant, décrochant deux ceintures dans des compagnies secondaires (RFA et AXS TV). De par son expérience importante, Pantoja est d’ailleurs classé #1 parmi les seize participants. Il ne justifie pas complètement son statut en s’inclinant en demi-finale, soit un combat au statut amateur n’apparaissant pas dans son palmarès. 2017 voyait donc ses débuts officiels dans l’Octogone, l’occasion de rattraper le temps perdu. Le Brésilien se contente d’une décision face à un nouveau venu, Eric Shelton, puis se montre davantage convaincant en parvenant à soumettre l’Irlandais Neil Seery, très expérimenté et auréolé d’un titre au Cage Warriors.

La montée en puissance se confirmera-t-il en ce samedi 20 janvier 2018 où il croisera un Dustin Ortiz classé dans le top 10 ?

Confirmation

Sergio Pettis (16-3 MMA, 7-3 UFC)

Désormais les rôles se sont inversés : c’est Sergio qui fait de l’ombre à son ancien champion de frère, Anthony. Qu’importe qu’il ne soit pas toujours aussi spectaculaire, Baby Pettis demeure un des combattants au background le plus diversifié de sa catégorie de prédilection. Et contrairement à la majorité du roster, il ne s’est pas encore cassé les dents sur Demetrious Johnson. Aussi, son tour semblait se profiler pour 2018 après deux victoires convaincantes devant John Moraga et Brandon Moreno. Restait à vaincre Henry Cejudo début décembre. Hélas, le spécialiste de lutte, champion Olympique à Pékin, use de ses compétences en la matière (une des rares failles dans le jeu de Pettis de surcroit) pour s’adjuger les trois rounds. Pas de quoi retirer du mérite à son adversaire, actuel #5 des contenders.

Retour de flamme

Henry Cejudo (12-2 MMA, 6-2 UFC)

De ses débuts tardifs en MMA il y a cinq ans à son come-back réussi en fin d’année écoulée, Henry Cejudo a eu plusieurs vies. Démontré plusieurs styles surtout. D’abord celui d’un puncheur insoupçonné, s’imposant par KO pour ses quatre premiers combats pros. Jamais une sinécure pour un lutteur ! Le niveau montant, nous faisions ensuite connaissance avec l’individu tenace s’assurant des victoires à la décision pour accéder à un premier title shot UFC au printemps 2016. S’il ne trouva rien à redire quant au sort infligé par Demetrious Johnson (TKO au 1er round), il prendra beaucoup moins bien son échec face à son ennemi juré, Joseph Benavidez. Les tensions préalables entre les deux coachs du TUF Tournament of Champions ont déjà révélé un Cejudo mauvais perdant et volontiers « fouille-merde ». Lors du PPV clôturant la saison, il est pénalisé d’un point à cause d’usage répété de coups de coudes horizontaux, ces fameux « 12-6 » formellement interdits par les règles unifiées du MMA. Sanction offrant une logique victoire par décision partagée à Benavidez. La fin des espoirs de rematch avec Mighty Mouse ? Pas sûr puisque l’année écoulée Cejudo s’offre deux victoires significatives face à Wilson Reis et Sergio Pettis…pendant que Benavidez doit déplorer une saison blanche pour blessures multiples.

En bout de course

Wilson Reis (22-8 MMA, 6-4 UFC)

Malgré des résultats en dents de scie, Wilson Reis avait gagné une place régulière sur le circuit américain via les tournois du Bellator FC. En dépit d’un faible striking (aucun KO obtenu en trente combats pros), il régalait par son travail de jiu-jitsuka irréprochable. À l’UFC, il n’aura vaincu aucun top en dix combats, bénéficiant d’un title shot en 2017 au seul motif que de mieux classés ont déjà subi la loi du champion Demetrious Johnson. Aussi, il n’aura guère inquiété Mighty Mouse en avril dernier, subissant dans la foulée une nouvelle finalisation à son encontre par Henry Cejudo. Au-delà de ce dernier millésime, c’est le bilan de Reis à l’UFC qui s’avère sans saveur.

Louis Smolka (11-5 MMA, 5-5 UFC)

Si jeune et déjà si dépassé. Louis Smolka, 26 ans, ne devrait échapper au licenciement au vu de sa série de quatre défaites de rang…suivant une série équivalente en nombre de victoires. Parcours on ne peut plus mitigé donc, sinon une forme de déclin devenue dure à maquiller. Dans une logique d’entrée/sortie, l’UFC l’a d’ailleurs confronté à la récente recrue Matheus Nicolau lors du dernier show de 2017. Seules les stars peuvent résister à la dictature du résultat, ce que Smolka est loin d’être.

Principaux résultats de la catégorie poids mouches cette année :

– 15/01/2017 (UFN 103) Sergio Pettis bat John Moraga par décision unanime.

– 11/02/2017(UFC 208) Wilson Reis bat Ulka Sasaki par décision unanime.

– 11/03/2017 (UFN 106) Ray Borg bat Jussier Formiga par décision unanime.

– 15/04/2017 (UFC On Fox 24) Tim Elliott bat Louis Smolka par décision unanime.

– 15/04/2017 (UFC On Fox 24) Demetrious Johnson bat Wilson Reis par soumission au 3e round (championnat mondial).

– 22/04/2017 (UFN 108) Brandon Moreno bat Dustin Ortiz par soumission au 2e round.

– 11/06/2017 (UFN 110) John Moraga bat Ashkan Mokhtarian par décision unanime.

– 11/06/2017 (UFN 110) Ben Nguyen bat Tim Elliott par soumission au 1er round.

– 17/06/2017 (UFN 111) Ulka Sasaki bat Justin Scoggins par soumission au 2e round.

– 05/08/2017 (UFN 114) Dustin Ortiz bat Hector Sandoval par KO au 1er round.

– 05/08/2017 (UFN 114) Sergio Pettis bat Brandon Moreno par décision unanime.

– 09/09/2017 (UFC 215) Henry Cejudo bat Wilson Reis par TKO au 2e round.

– 23/09/2017 (UFN 117) Jussier Formiga bat Ulka Sasaki par soumission au 1er round.

– 07/10/2017 (UFC 216) John Moraga bat Magomed Bibulatov par KO au 1er round.

– 07/10/2017 (UFC 216) Demetrious Johnson bat Ray Borg par soumission au 5e round (championnat mondial).

– 02/12/2017 (UFC 218) Henry Cejudo bat Sergio Pettis par décision unanime.

– 30/12/2017 (UFC 219) Matheus Nicolau bat Louis Smolka par décision unanime.

Principaux combats à venir de la catégorie poids mouches :

– 20/01/2018 (UFC 220) Alexandre Pantoja vs Dustin Ortiz

– 11/02/2018 (UFC 221) Jussier Formiga vs Ben Nguyen

– 18/02/2018 (UFN 126) Ray Borg vs Brandon Moreno

À SUIVRE: BILAN MMA 2017 PARTIE 3 – UFC, DU CÔTÉ DES FEMMES

Rose Namajunas a rejoint Gabriel Gonzaga et Matt Serra au rayon des plus grandes surprises de l’histoire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s