Preview UFC ON FOX 29 – Poirier-Gaethje : Une porte ouverte vers Nurmagomedov ? (ACTUMMA.COM)

Une semaine après un UFC 223 n’ayant pas répondu à toutes les attentes, un nouveau gala se présente en outsider avec une carte largement composée de fighters émergents ou en nécessité de se relancer. Pas de match de championnat au programme, mais des enjeux essentiels pour les classements dans les « petites » catégories de poids.

Quatorze combats à l’affiche, un record pour une édition sur Fox. le contraste est fort avec le show de la semaine dernière, réduit à peau de chagrin (neuf duels) à cause de blessures, conséquentes aux agissements de Conor McGregor et ses sbires. Avec seulement quatre confrontations, la carte principale ne devrait pas s’éterniser.

Poids légers : Dustin Poirier (22-5 + 1 NC) vs Justin Gaethje (18-1)

Affrontement d’envergure entre deux hommes bien ancrés dans le top 10 lightweight (#5 contre #6) et parmi les plus techniques du circuit. Poirier, dit « The Diamond » reste sur une seule défaite lors de ses huit derniers combats, un accroc inattendu devant Michael Johnson (même plus classé dans le top 15 aujourd’hui), sans quoi il aurait déjà prétendu à la ceinture de la catégorie. Hormis des failles défensives en phase de striking, ce membre éminent de l’American Top Team s’avère un « total package » moderne, capable d’activer le mode guerrier comme apte à disputer un duel d’esthètes quand les circonstances s’y prêtent. On garde en mémoire ses superbes finishs : un Mounted Triangle Armbar sur l’actuel champion des plumes Max Holloway et un D’Arce Choke sur Jonathan Brookins en 2012 ou son enchaînement électrisant provoquant le TKO face à Yancy Medeiros en 2015. Poirier est tout simplement l’antonyme de l’ennui, comme en atteste son nombre de bonus collectés : sept, dont quatre « fight of the night ». Quid de Gaethje ? La même chose ou presque. Champion ultra dominant au WSOF entre 2014 et 2016, The Highlight a connu seulement deux combats tranchés à la décision dans sa carrière, pour une majorité de succès par KO/TKO. Lutteur émérite de l’état de l’Arizona, Gaethje a parfaitement réussi sa transition vers un striking oppressant, féroce, instinctif. En l’espace de deux apparitions à l’UFC, il a déjà acquis trois bonus et laissé une trace indélébile. Sa première défaite fin 2017 contre Eddie Alvarez, intervenue au bout d’une superbe guerre de trois rounds, ne remet pas en cause sa place parmi les tops. À lui de confirmer cette intégration positive pour vaincre le syndrome voulant qu’un champion d’une autre compagnie perce rarement dans l’Octogone.

Gaethje avait réalisé des débuts fracassants face à Johnson l’an dernier.

Poids welters: Carlos Condit (30-11) vs Alex Oliveira (17-5-1 + 2 NC)

Choc d’expérimentés chez les 77 kg, avec impératif de relance à la clé. D’un côté Carlos Condit, héritier annoncé de Georges Saint-Pierre du temps où ils s’entraînaient communément à la Jackson Academy d’Albuquerque, finalement devenu son rival éphémère et aujourd’hui classé à peine #12. De l’autre Alex Oliveira, valeur sûre du « ventre mou » n’ayant jamais su passer le cap des tests importants (Donald Cerrone, Yancy Medeiros) pour entrer dans le classement. Ce rendez-vous promet un croisement des courbes en cas de nouvelle défaillance de Condit, sur une série de trois défaites de rang dont les prémisses furent la décision polémique début 2016 en faveur de Robbie Lawler pour le titre mondial. Qui sait où en serait The Natural Born Killer si une ceinture de champion était venue orner ses hanches ? Mal remis de cette notation des juges, un soir où il avait délivré un véritable récital sur le thème de la polyvalence propre aux MMA, Condit semble avoir perdu une part de son âme de combattant. Le voir être soumis en un claquement de doigts par Demian Maia faisait peine à voir. Et son incapacité à dominer Neil Magny en fin d’année dernière tendait à confirmer l’usure, psychique avant d’être physique, d’un combattant bientôt âgé de 34 ans. Un affrontement avec le « Cowboy » Brésilien Oliveira n’est pas un cadeau dans une optique de relance. L’enfant de Rio de Janeiro a notamment fourbi ses armes au Bitetti Combat (numéro 2 aurriverde après le Jungle Fight), concentrant ses atouts dans le muay thaï avant d’entamer un apprentissage du JJB (il est aujourd’hui ceinture bleue). Néanmoins, il reste avant tout focalisé sur les échanges en stand up et s’en sort plutôt bien si l’on en croit ses récentes prestations face à Will Brooks et Ryan LaFlare. Le suspense est de mise pour ce co main event.

Le Cowboy enverra-t-il Condit à la retraite ?

Poids moyens : Israel Adesanya (12-0) vs Marvin Vettori (12-3-1)

Belle promotion pour deux quasi inconnus du circuit. Et qui plus est opposition rare Néo-Zélande/Italie. À seulement 28 ans, Adesanya a un parcours stupéfiant derrière lui, de son Nigeria natal à ses participations à des shows MMA sur le continent océanien et en Chine en passant par des carrières en boxe anglaise et kickboxing. Son physique hors normes pour un poids moyens (1,90 m et allonge de 203 cm), ou encore son chapeautage en JJB par André Galvao, multi champion de l’ADCC, contribue à le classer dans les grands espoirs pour 2018. D’ailleurs, sa fiche MMA immaculée promet un futur buzz : 12 combats, 12 victoires, 12 KO/TKO. En point d’orgue ses victimes célèbres, Melvin Guillard et Rob Wilkinson. Représentant de la Botte, Vettori a essentiellement réalisé son apprentissage sur les circuits anglais et américains. Il peut compter sur des entraîneurs de renom au sein de la team Jackson Wink, notamment Rafael Cordeiro pour la partie striking et Mark Munoz pour la partie lutte. Pour l’heure il s’illustre surtout en grappling et phase au sol via deux tiers de victoires par soumission. Arrivé à l’UFC en fin d’été 2016, le natif de Trento affiche un bilan mitigé (2-1-1). Son défi de notoriété à accroître se heurte à celui de son adversaire consistant à protéger son aura d’invincibilité. De quoi relever l’intérêt de cette opposition de styles.

Après avoir collecté des titres sur le sol australien, Adesanya doit passer la vitesse supérieure.

Poids pailles femmes : Michelle Waterson (14-6) vs Cortney Casey (7-5)

Deux concurrentes au parcours en dents de scie, et pourtant membres du top 10 de la « petite » catégorie des 52 kg. Michelle Waterson, experte en boxe thaïlandaise, ancienne championne de l’Invicta, est actuellement #7. L’an dernier, elle a échoué dans un duel face à Rose Namajunas, devenue depuis l’incontestée leader de la division. The Karate Hottie a ensuite concédé une décision défavorable à Tecia Torres pour aboutir à un bilan UFC neutre (2-2). Autant dire que ses chances d’obtenir un title shot sont pour l’heure minimes. Il s’agira avant tout de se rassurer devant une Cortney Casey en proie à un licenciement vu son parcours chaotique dans l’Octogone depuis 2015 (3-4). Passée sans transition de footballeuse à combattante MMA, la régionale de l’étape (native de Mesa en Arizona), #10 de la hiérarchie, pourra miser sur un niveau d’enseignement plus poussé en jiu-jitsu brésilien, tout en comptant sur son endurance (une seule de ses cinq défaites advenue avant la limite de temps).

L’expérience de Waterson suffira-t-elle ?

Un mot sur la carte préliminaire : Yushin Okami à la relance, un choc entre victimes de Mighty Mouse et une flopée de recrues.

Les sous-thèmes des nouveaux arrivants ayant tout à prouver et des combattants établis sur la relance déteignent aussi sur la carte préliminaire. Parmi les débutants UFC de cette session, Ricky Rainey, sept combats au Bellator derrière lui dont une humiliation face à Michael « Venom » Page en 2014. Citons aussi Lauren « Princess Tiger » Mueller en catégorie poids mouches féminine (4-0 sur le circuit indépendant) qui croisera Shana Dobson, à peine plus expérimentée à ce niveau ; du côté des poids légers l’habitué du RFA Dan Moret débute face au déjà installé Gilbert Burns (8e duel à son actif dans l’Octogone).

Concernant les figures connues, Tim Boetsch a l’occasion de confirmer sa régularité à 37 ans et déjà 22 combats UFC livrés, tandis que Yushin Okami est contraint, suite à son come-back loupé devant Ovince Saint Preux en septembre dernier, de valider sa place dans la big league par une victoire. Enfin, en poids mouches, un duel qui promet des étincelles entre d’anciens challengers de Demetrious Johnson, Wilson Reis (#6) et John Moraga (#10).

Remplaçant de luxe l’an dernier, Okami aura cette fois eu tout le loisir de se préparer.

Terminons avec le rappel du programme complet de ce show.

UFC ON FOX 29 – 14 avril 2018 Glendale, Arizona (Gila River Arena)

Carte principale

Catégorie Lightweight : Dustin Poirier (22-5+1nc) vs Justin Gaethje (18-1)

Catégorie Welterweight : Carlos Condit (30-11) vs Alex Oliveira (17-5-1+2nc)

Catégorie Middleweight : Israel Adesanya (12-0) vs Marvin Vettori (12-3-1)

Catégorie Women’s Strawweight : Michelle Waterson (14-6) vs Cortney Casey (7-5)

Carte préliminaire

Catégorie Middleweight: Antonio Carlos Junior (9-2) vs Tim Boetsch (21-11)

Catégorie Welterweight : Muslim Salikhov (13-2) vs Ricky Rainey (13-4)

Catégorie Flyweight: Wilson Reis (22-8) vs John Moraga (18-6)

Catégorie Middleweight : Krzysztof Jotko (19-3) vs Brad Tavares (16-4)

Catégorie Welterweight : Gilbert Burns (12-2) vs Dan Moret (13-3)

Catégorie Women’s Flyweight : Shana Dobson (3-1) vs Lauren Mueller (4-0)

Catégorie Welterweight: Dhiego Lima (12-6) vs Yushin Okami (34-11)

Catégorie Heavyweight : Arjan Bhullar (7-0) vs Adam Wieczorek (9-1)

Catégorie Bantamweight: Matthew Lopez (10-2) vs Alejandro Perez (19-6-1)

Catégorie Bantamweight: Luke Sanders (11-2) vs Patrick Williams (8-5)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s