TFC-Lille, dimanche crucial au Stadium (36e journée Ligue 1 2017-2018)

Après une victoire devant Angers et un nul obtenu à Caen, le Toulouse Football Club avait pris une belle option avec cinq points d’avance sur la place de barragiste. Hélas, la journée suivante a marqué les réveils simultanés de Troyes et Lille, pendant que les Violets s’inclinaient à Rennes. D’où une réception des Dogues qui vaudra chère.

Le sauveur d’hier peut-il s’avérer le fossoyeur d’aujourd’hui ? Les propos du si précieux Max-Alain Gradel à l’issue de la dernière rencontre à Rennes ne laissaient aucune nuance quant aux causes de l’échec : « Si j’avais été dans un meilleur jour, j’aurais pu faire gagner mon équipe. J’ai une grosse part de responsabilité, mais je vais faire ce qu’il y a à faire pour le prochain match. » Jugement sévère envers lui-même tant l’observateur moyen de la partie aura d’abord été interpellé par la similarité étrange des deux buts encaissés par le TFC. Des centres tendus au bord de la ligne de but n’ayant plus qu’à être poussés. Sur les images, l’absence de François Moubandjé au duel frappe autant que le manque d’autorité d’Alban Lafont dans ses interventions. Ce match, les Violets l’ont d’abord perdu à cause d’une ligne défensive ayant perdu les vertus de la saison dernière. Concernant le décidément malchanceux Gradel, dépouillé de sa montre dans le vestiaire par un intrus courant avril, la balance penche largement du côté bonus.

Écarter un poursuivant, un luxe qui ne se refuse pas ?

Et l’effet Debève dans tout ça ? Il paraît encore présent de par la dimension guerrière habitant certains membres de l’effectif, à l’image du leader d’équipage Yannick Cahuzac, à la gloire duquel un t-shirt a été conçu, mais aussi d’un Andy Delort exilé dans le couloir droit. La victoire face à un Angers faiblard n’avait pas convaincu sur le plan de la manière, on avait en revanche retenu l’engagement total mis dés le coup d’envoi. Quant au point récolté à Caen, il semble être le fruit d’un accord tacite entre les deux équipes, tant le résultat nul leur offrait une marge de sécurité importante sur les poursuivants. La pauvreté du jeu offert avait été excusé au bénéfice de cet aspect comptable.

Selon comment tourne le match contre Lille, la tentation du calcul pourra aussi faire son intrusion. En effet, au-delà de repousser les Dogues à cinq longueurs, il s’agit de se prémunir d’un dépassement par Troyes. Or, le calendrier des Aubois (voir par ailleurs) incite à l’optimisme. Aussi, peut-on envisager un nul à l’arrache face aux Lillois comme la persistance du contrôle de la situation : un point pris et surtout deux points potentiels ôtés au concurrent.

Le derby de la Garonne à Bordeaux prendrait une saveur supplémentaire, et tout se décanterait à l’ultime journée contre Guingamp. Après la réception de Valenciennes en 2008 et la nuit angevine de 2016, le TFC se confirmera-t-il en spécialiste du money time ?

En à peine quelques semaines, Yannick Cahuzac est devenu le symbole du club.

Le calendrier des équipes en lutte pour le maintien

*Matchs à domicile en écriture verte, matchs à l’extérieur en écriture rouge.

36e journée

37e journée

38e journée

SCO Angers 38 pts

Metz

Nantes

Dijon

SM Caen 37 pts

Monaco

Nice

Paris SG

RC Strasbourg 35 pts

Rennes

Lyon

Nantes

Toulouse FC 34 pts

Lille

Bordeaux

Guingamp

ESTAC Troyes 32 pts

Lyon

Montpellier

Monaco

LILLE OSC 32 pts

Toulouse

Dijon

Saint-Étienne

*Dynamique depuis mars : Strasbourg en chute libre !

1-Angers 10 pts 2-Toulouse 6 pts 3-Lille 5 pts 4-Caen 5 pts 5-Strasbourg 4 pts 6-Troyes 4 pts

– Il faut remonter au 11 février (25e journée) pour trouver trace d’une victoire du RC Strasbourg en Ligue 1. À l’époque les Alsaciens se trouvaient à une confortable 13e place et pouvait envisager une fin de saison ambitieuse puisqu’un quart de finale de Coupe de France les attendait à Chambly en fin de mois. Il est le seul club de l’Élite à ne pas avoir récolté le moindre succès durant si longue période.

– Aussi mal loti en points que les Alsaciens sur les deux derniers mois, l’ESTAC a néanmoins le mérite d’avoir interrompu sa série noire au moment essentiel, sa réception de Caen à la 35e journée. Sa chute n’en reste pas moins spectaculaire puisque les Aubois se classaient 9e du championnat début octobre et 14e à l’issue des matchs allers.

– Sensation inaboutie des dernières années, le SM Caen a récidivé avec de possibles conséquences critiques cette fois. 6e du championnat début décembre, le club a de nouveau décliné durant l’hiver et poursuivit sa série noire, au point d’être 18e sur l’ensemble des match retours.

– En un sens, Lille est le plus à même d’affronter ce challenge puisque toujours dans les bas-fonds du classement depuis la 7e journée, ne sortant la tête de l’eau de la ligne de relégation qu’à la 25e journée pour y replonger aussitôt. Les changements d’entraîneur et bouleversements extrasportifs n’ont eu aucune conséquence durable. À moins que la victoire venant d’être récoltée contre Metz installe une dynamique tardive, nourrie par ce nouveau choc avec un concurrent direct. Durant les matchs retours, le LOSC n’a jamais enchaîné deux victoires.

*Calendrier : du plus favorable au plus défavorable

1-Angers 2-Toulouse 3-Lille 4-Strasbourg 5-Troyes 6-Caen

– Avec trois adversaires ne courant plus après le moindre strapontin et un nombre de points confortable, le SCO d’Angers est incontestablement le club le plus serein de cette course à la survie. Il lui reviendra de condamner mathématiquement les infimes chances restant au FC Metz (actuel 20e avec six points de retard sur la place de barragiste).

– Deux matchs à domicile, un contre un adversaire direct pouvant être écarté quasi définitivement et un face à des Guingampais ayant déjà réussi leur saison au-delà des espérances, et donc délester de visée quant à une très hypothétique 6e place. Entre les deux un derby chez le rival bordelais, sans doute sur-motivé à l’idée de le pousser en Ligue 2. Autant dire que le TFC est maître de son destin.

– Après le déplacement au Stadium, les Lillois recevront des Dijonais déjà sauvés, avant de se rendre à Geoffroy-Guichard face à des Verts en passe de se qualifier pour l’Europa League. Peut-on imaginer plus symbolique qu’un maintien des hommes de Christophe Galtier en des terres stéphanoises où il a connu tant de bons moments ?

– En plus de sa dynamique catastrophique, Strasbourg devra composer avec un déplacement chez un Rennes gourmand d’Europe, la réception d’un Lyon souhaitant conserver une 2e place si durement chipée aux Monégasques, et terminer à Nantes, un ennemi historique des 70’s mais a priori démobilisé.

– Troyes aura fort à faire avec deux déplacements de rang, puis la réception finale de Monaco, désormais soucieux de ne pas terminer 4e à défaut de récupérer la 2e place actuellement occupée par l’OL, chez qui les Aubois se rendent aussi justement. Entre les deux, le déplacement à la Mosson paraît à peine plus négociable.

– Malgré deux matchs sur trois à domicile, c’est bien le SM Caen qui décroche la timbale de la difficulté en croisant deux candidats à l’Europe, Monaco et Nice, et en terminant sur un Paris SG qui semble déjà avoir écoulé son temps de décompression du titre face à Guingamp et Amiens. Ce serait donc étonnant que le champion ne veuille pas finir sur une victoire, à défaut d’avoir battu tous les records visés.

Relégué dans le couloir droit depuis plusieurs rencontres, Andy Delort devrait reprendre place dans l’axe au vu de la suspension de Yaya Sanogo.

Les groupes pour TFC-Lille

TFC

Goicoechea-Lafont / Amian-Diop-Jullien-Moubandjé-Sylla-Yago/ Blin-Bodiger-Boisgard-Cahuzac-Durmaz-Imbula-Sangaré-Somalia / Delort-Gradel-Jean-Mubele

Suspendu : Sanogo

Non retenus par choix de l’entraîneur : S.Fortes-Michelin-Toivonen-Vidal

LILLE

Jakubech-Koffi-Maignan / Alonso-Ballo-Touré-Dabilo-Ié-Malcuit-Mendyl / Amadou-Bissouma-El Ghazi-Maia-Mendes-Soumaré / Araujo-Benzia-Mothiba-Pépé-Ponce

Blessé : Soumaoro

Non retenus par choix de l’entraîneur : Bahlouli-Enyeama-Farak-Kouamé

Classement après 35 journées

*Paris et Amiens ont un match en plus (joué le vendredi).

1

Paris Saint-Germain

92

29

5

2

108

27

+81

2

Olympique Lyonnais

72

21

9

5

79

38

+41

3

AS Monaco

71

21

9

5

79

38

+41

4

Olympique de Marseille

70

20

10

5

73

42

+31

5

AS Saint-Etienne

52

14

10

11

41

46

-5

6

Stade Rennais FC

51

14

9

12

45

42

+3

7

OGC Nice

51

14

9

12

46

46

0

8

Montpellier Hérault SC

46

10

16

9

32

31

+1

9

Girondins de Bordeaux

46

13

7

15

42

45

-3

10

FC Nantes

46

12

10

13

33

39

-6

11

EA Guingamp

46

12

10

13

43

51

-8

12

Amiens SC

42

11

9

16

34

40

-6

13

Dijon FCO

42

11

9

15

49

69

-20

14

Angers SCO

38

8

14

13

39

47

-8

15

SM Caen

37

10

7

18

25

46

-21

16

RC Strasbourg Alsace

35

8

11

16

40

62

-22

17

Toulouse FC

34

8

10

17

32

46

-14

18

ESTAC Troyes

32

9

5

21

31

52

-21

19

LOSC

32

8

8

19

36

59

-23

20

FC Metz

26

6

8

21

33

68

-35

Événement oblige, le club a concocté une de ces bande-annonces dont il a le secret. On y entraperçoit bons moments et gestes techniques de la saison. Soit à peine plus d’une minute de vidéo diront les détracteurs, mais l’heure n’est plus à l’ironie:

Conférence de presse d’avant-match de Mickaël Debève :

http://www.tfc.info/etre-presents-des-le-coup-denvoi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s