Preview Cinéma 2019 – Les films les plus attendus…et les plus craints

Le moment est venu de se projeter, parfois à très court terme et parfois autour du dernier trimestre 2019. Au programme le retour sur le devant de la scène d’éminents réalisateurs (Scorsese, Tarantino, Eastwood, Night Shyamalan), des suites de saga, attendues autant que craintes, et des projets intrigants susceptibles de créer la surprise.

 

10 FILMS LES PLUS ATTENDUS DE 2019

1 THE IRISHMAN (Martin Scorsese) – Date de sortie inconnue

Quand l’une des éminences du cinéma américain opte elle aussi (dans la foulée des frères Coen) pour sortir son prochain opus sur Netflix, c’est tout le circuit de distribution du Septième Art qui tremble sur ses bases. À 76 ans, l’homme ayant su raconter des biopics (Raging Bull, Aviator, Le Loup de Wall Street) et la mafia comme personne (Mean Streets, Les Affranchis, Casino), signe un 25e long-métrage de fiction à l’allure de testament. Non seulement le sujet porte sur Frank Sheeran, syndicaliste irlandais ayant trempé avec le milieu du banditisme, mais le casting regroupe un trio d’acteurs emblématiques du cinéma scorsesien (Robert De Niro, Joe Pesci, Harvey Keitel) auquel s’ajoute le mythique Al Pacino. Ce projet remonte à plus de dix ans et statuera sur l’idée que le grand maître ait perdu la main ou pas après le mollasson Silence.

2 ONCE UPON A TIME IN HOLLYWOOD (Quentin Tarantino) – 14 août

Le nouvel Hollywood émergeant fin 60’s/début 70’s raconté par le plus cinéphile des réalisateurs américains, comment ne pas nourrir de grands espoirs ? En neuf films, Tarantino a su au-delà des hommages et références imbibés/reutilisés se créer une identité propre. Il s’attaque à du lourd avec cette production ayant pour toile de fond les meurtres de la secte de Charles Manson, dont le plus célèbre fut celui de Sharon Tate, épouse du controversé Roman Polanski. Au casting Léonardo Di Caprio, Brad Pitt, Al Pacino, Dakota Fanning, Lena Dunham ou encore les caméos annoncés d’acteurs habitués à l’univers de Tarantino (Michael Madsen, Tim Roth, Kurt Russell).

3 LA MULE (Clint Eastwood) – 23 janvier

88 ans et une productivité qui ne faiblit pas pour l’ancien cow-boy, avec une moyenne d’un film par an en tant que réalisateur. L’incompréhension/déception autour de son dernier opus (Le 15h17 pour Paris) rend les attentes autour de La mule encore plus fortes. L’émotion devrait être au rendez-vous avec cette histoire vraie d’un vieux retraité devant collaborer avec un cartel de la drogue pour éponger ses dettes, et se retrouve bientôt pris dans l’engrenage. Eastwood enfilera la double casquette en interprétant lui-même le rôle principal, entouré de Bradley Cooper, Laurence Fishburne, Andy Garcia et sa propre fille Alison Eastwood.

4 MA VIE AVEC JOHN F.DONOVAN (Xavier Dolan) – 13 mars

Pour une fois le petit prodige Canadien (déjà six films au compteur à moins de 30 ans) a pris son temps pour mettre en boite ce projet dont le tournage a débuté à l’été 2016. Il s’agira de son premier film en langue anglaise, promettant une portée méta-discursive importante puisque l’histoire est centrée sur le milieu du cinéma. Les pires rumeurs ont circulé sur la qualité du film suite aux multiples montages opérés par Dolan, choisissant par exemple de couper toutes les scènes incluant Jessica Chastain, ce qui lui valut de ne pas intégrer la compétition du dernier festival de Cannes. Devant la caméra nous retrouvons Kit Harington (le Jon Snow de Games of thrones), Nathalie Portman ou Susan Sarandon.

5 AVENGERS : ENDGAME (Anthony & Joe Russo) – 24 avril

La suite du passionnant Infinity War ne se sera fait attendre qu’un an, gage de fidélisation d’une armée de fans laissés sur le cul par l’audace scénaristique du dernier volet majeur du Marvel Cinematic Universe. Nous suivrons donc les pérégrinations de la moitié des super-héros encore en vie pour lancer un « plan ultime » à l’encontre de Thanos.

6 AD ASTRA (James Gray) – 22 mai

Annoncé comme un film très viscéral sur le voyage spatial, le dernier opus du rare et précieux James Gray (six long-métrages à son actif, de Little Odessa en 1994 à The Lost City of Z en 2016) s’inspire du roman Au cœur des ténèbres de Joseph Conrad. Il s’agira également d’une quête familiale puisque un fils (Brad Pitt) tentera de retrouver son père (Tommy Lee Jones).

7 X-MEN DARK PHOENIX (Simon Kinberg) – 5 juin

L’intrigue se situe dix ans après les événements s’étant déroulés dans le film Apocalypse, le clan du Professeur Xavier se déchire lorsque la télépathe Jean Grey ingère une mystérieuse et incontrôlable force cosmique. Elle devient dangereuse pour ses amis comme pour l’ensemble de la planète. Si le multi-casquette Bryan Singer (accessoirement grand fan de comics) se contentera cette fois d’un rôle de producteur, l’âme de la franchise devrait être conservée par son habituel collaborateur scénariste Simon Kinberg, passant pour la première fois derrière la caméra. Le film pâtira-t-il de l’absence de l’emblématique Wolverine ?

8 CA II (Andy Muschietti) – 18 septembre

Si les nostalgiques des 80’s ont gardé leur préférence pour la version télévisuelle de l’histoire de ce clown-tueur, beaucoup de cinéphiles ont apprécié ce coup de neuf entrepris par Andy Muschietti. Son esthétique soignée et sa mise en scène « adulte » ont placé l’histoire sur un terrain plus prestigieux. Cette seconde partie devra répondre à toutes les questions laissés en suspens dans le premier volet, si possible donner des motifs aux agissements du dit « ça ».

9 GLASS (M.Night Shyamalan) – 16 janvier

Les spectateurs de Split étaient restés hébétés devant un épilogue offrant une auto-citation d’apparence gratuite à Incassable, œuvre du même réalisateur datant de 2000. Et pourtant le caméo de Bruce Willis était pensé comme une annonce, à la façon des scènes post-générique dans les Marvel. Voici donc débarquer sur les écrans dés ce mercredi 16 janvier une tentative osée de « double suite » regroupant acteurs et univers des deux films. De quoi remettre l’auteur de Sixième Sens au sommet de l’industrie hollywoodienne ?

10 1984 (Paul Greengrass) – Date de sortie inconnue

Un projet remontant à 2014 censé aboutir cette année, ce qui serait des plus pertinents tant le totalitarisme politico-médiatique décrit par Orwell est plus que jamais d’actualité. Ce serait aussi l’occasion de rendre justice au livre, si piteusement adapté dans la version de Michael Rashford… datant justement de 1984. Peu de matière encore disponible, ce qui laisse augurer un retard dans le tournage.

 

10 FILMS « QUI FONT PEUR SUR LE PAPIER » 2019

1 TANGUY, LE RETOUR (Étienne Chatiliez) – 10 avril

Donner une suite à un film culte plus de 18 ans après le précédent ? Certains ont essayé (Les Bronzés, Trois hommes et un bébé, Les trois frères le retour), ils ont eu des problèmes. Étienne Chatiliez, quelque peu tombé dans l’oubli, saura-t-il reconquérir les foules en réunissant à nouveau André Dussollier, Sabine Azéma et Eric Berger ?

2 NICKY LARSON ET LE PARFUM DE CUPIDON (Philippe Lacheau) – 6 février

Adaptation du célèbre dessin animé japonais, lourdement censuré en son temps sur les ondes françaises. Disons que les bande-annonces disponibles depuis plusieurs mois n’incitent guère à l’optimisme.

3 DUMBO (Tim Burton) – 27 mars

Disney poursuit dans sa mode de recycler ses films d’animation pour les adapter en « prise de vues réelle ». Et pour consacrer le plus célèbre éléphant du paysage cinématographique, ils ont fait appel à Tim Burton. Une façon de rentrer dans le rang pour un auteur aussi populaire qu’atypique ?

4 ALADDIN (Guy Ritchie) – 22 mai

Même principe que pour le film précédent, avec cette fois Guy Ritchie aux manettes. Relancé par Le Roi Arthur, sorti en 2017, l’ancien mari de Madonna est capable du meilleur (les cultes Arnaques, crimes et botanique et Snatch) comme du pire (À la dérive, RocknRolla). Sera-t-il maître d’œuvre ou simple exécutant de l’empire Disney ?

5 GODZILLA II : ROI DES MONSTRES (Michael Dougherty) – 5 juin

En fait de suite au Godzilla sorti il y a 20 ans, il s’agit d’un crossover promettant une bataille rangée entre quatre monstres, le susnommé inclus, censés être mythologiques. On a l’impression que l’existence de ce film constitue seulement un prétexte pour relancer la franchise et créer des produits dérivés. Le dévoilement de jouets à l’effigie des monstres cinq mois avant la sortie en salles tend à la confirmer.

6 MEN IN BLACK INTERNATIONAL (F. Gary Gray) – 12 juin

Spin off inattendu des hommes en noir, rappelant les multiples déclinaisons de la série Les Experts. Dur à percevoir un intérêt ici tant tout avait été dit dés le premier volet de Barry Sonnenfeld, abandonnant d’ailleurs son bébé après avoir dirigé une trilogie poussive. Le casting change lui aussi intégralement, histoire de se distinguer un peu de la matière d’origine.

7 LES NOUVEAUX MUTANTS (Josh Boone) – 7 août

Comment va réussir à s’intercaler ce projet entre la suite des X-Men originaux et celle de Darkest Minds, portant sensiblement sur le même sujet ? Des mutants brimés par les autorités publiques alors qu’ils ne demandent qu’à appréhender/contrôler leurs pouvoirs, sans véritable meneur connu du grand public, le challenge est immense. D’autant que le projet a été retoqué en chemin pour ajouter une dimension plus sombre, ce qui signifie que la BA ci-dessous, disponible depuis fin 2017, a de grandes chances de ne pas correspondre au produit fini.

8 HOBBS & SHAW (David Leitch) – 7 août

Imaginez une saga fun ayant réussi miraculeusement à s’étendre sur neuf épisodes alors que sa trame de fond se limite à des grosses voitures et des belles nanas. Imaginez à présent un projet parallèle destiné à fouiller plus précisément les personnalités des deux héros phares, interprétés par Dwayne Johnson et Jason Statham. Et oui, en 2019 même Fast & Furious cède à la mode du prequel. Et que les fans se rassurent, le dixième opus de la série régulière est déjà dans les cartons.

9 TERMINATOR 6 (Tim Miller) – 13 novembre

Relancé par un film brillant à l’allure de fan service (Terminator Genisys en 2015), la saga s’autorise une véritable suite décomplexée. Linda Hamilton et le vieux Schwarzenneger reprennent du service pour l’occasion, reste à savoir s’ils seront au premier plan ou en simple cautions solidaires du projet ?

10 STAR WARS EPISODE IX (JJ Abrams) – 18 décembre

Évidemment la logique aurait voulu qu’un film aussi majeur soit classé dans la catégorie des plus attendus. L’apport de la saga Star Wars à la mythologie du cinéma n’est plus à démontrer. Cette dernière trilogie pose cependant problème, tiraillée par les différences de points de vue ayant opposé les cinéastes JJ Abrams (réalisateur du VII) et Rian Johnson (celui du VIII). L’un se voulant extrêmement conservateur vis-à-vis de l’héritage, quand l’autre a opté pour un radical virage. Le tout sur fond de rachat de la franchise par Disney. Ainsi Abrams revient aux commandes en devant composer avec les ingrédients disséminés par Johnson entre-temps. Entre le sauvetage des meubles ou le camouflet total, sa marge de manœuvre paraît étroite.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s