Avant-match TFC-Angers – Enfin la passe de deux ? (22e journée Ligue 1 2018-2019)

Enthousiasmés par une qualification à l’arrachée pour le prochain tour de Coupe de France (4-4 ap, 4-3 aux tab), les suiveurs du TFC commencent à se dire que la saison pourrait se révéler moins monotone que prévue. Dans la foulée d’un succès acquis de haute lutte à Nîmes, une victoire au Stadium devant Angers confirmerait un début de dynamique en Ligue 1.

Cinq mois. La date à laquelle il faut remonter pour trouver un succès des Violets au Stadium en Ligue 1, face au promu gardois rouge et noir qu’ils viennent justement de vaincre à nouveau lors de la phase retour. Il faut creuser tout autant pour retrouver une série de victoires en championnat (trois, de la 2e à la 4e journée), absence de continuité traduisant un parcours miné par les nuls et des lendemains qui déchantent au sortir de prestations génératrices d’espoirs. Alors, pourquoi l’effet de redoux pourrait-il durer cette fois ?

Un huitième de finale en Coupe de France, dix ans après..

Premièrement : ce club possède quelques talents enviables dans son effectif, de Max-Alain Gradel à Mathieu Dossevi en passant par Ibrahim Sangaré ou Jimmy Durmaz. Lorsque ces quatre-là tourneront simultanément à plein régime, le TFC deviendra une équipe bien difficile à vaincre. Le revenant Ivoirien, autant que l’inégal Suédois viennent d’ailleurs d’apporter des éléments de réponse lors de la réception de Lyon (2-2) comme du déplacement aux Costières (succès 1-0).

Deuxièmement : si les Violets n’ont pas fait le plein de victoires en 2019, ils le doivent davantage à des errements défensifs individuels qu’à un déséquilibre d’ensemble. La rencontre en milieu de semaine face à Reims en était le parfait exemple : trois fois les Violets ont mené au score durant le temps réglementaire, trois fois ils ont été repris sur des situations proches du gag. En attendant que la recrue Shoji se pose en patron du secteur défensif, il faut bâtir avec les quelques certitudes présentes : un manieur de chique inspiré (Gradel), un génie en devenir (Garcia), des buteurs en voie de libération (Iseka, Sanogo), des spécialistes du débordement en train d’affiner leur jeu (Dossevi, Jean) et une paire possiblement complémentaire à la récupération (Sangaré-Cahuzac).

Enfin, à présent que l’éventuelle renaissance Mbia est belle et bien enterrée, que Todibo a scellé son ambition avec le Barça, que Steven Fortes a été invité à s’étalonner du côté de Lens, il faut gommer les failles persistantes : les prestations insuffisantes de Baptiste Reynet dans les caisses pourraient-elles profiter au fidèle Mauro Goicoechea ? Christopher Jullien se démènera-t-il pour trouver une porte de sortie à sa hauteur présumée en fin de saison ? Actuellement blessé, François Moubandjé rebondira-t-il pour faire oublier une phase aller en deçà de son niveau antérieur ?

La réjouissance des Violets après la victoire à l’épreuve des tirs aux buts face à Reims.

Autant d’incertitudes ne gâchant pas la profonde réjouissance de revoir les Violets passer plus d’un tour en Coupe de France. Même de façon besogneuse, même en s’en remettant à un énième pénalty salvateur de Gradel pour égaliser dans la prolongation… Il faut remonter à la saison 2008-2009 pour trouver trace d’un huitième de finale disputée par les Violets dans l’épreuve historique du football français.

Cette saison-là, l’aventure s’était même prolongée jusqu’en demi-finales avec ce match de tous les regrets face à un Guingamp alors en Ligue 2 (1-2). Bien plus affamés, les Bretons iront au bout de la compétition et condamneront pour dix ans les espoirs violets, à peine nourris par les promesses des dirigeants quant à tenter de « faire un coup en coupe ». On exagère un peu le trait puisqu’il y eut bien une autre demi-finale au Stadium la saison suivante, en Coupe de la Ligue donc de nature moins passionnelle. L’émotion devrait être au rendez-vous du futur huitième de finale, surtout si le déplacement se réalise sur des terres nantaises marquées par la disparition d’Emiliano Sala. Dans le cas d’une virée chez l’Entente SSG, club de bas de tableau en National 1, ce serait une revanche d’un récent 1/32e de CDF, un 0-5 en faveur du TFC il y a trois ans.

Gagner sans avoir la possession, plus qu’une tendance !

Sur l’ensemble de la saison, le fait est que le TFC est plus à l’aise et rentable avec une possession de balle réduite. De quoi inciter Casanova à assumer plus clairement l’identité d’équipe de contre proposant peu de jeu à laquelle certains spécialistes l’assimilent souvent.

Synthèse des statistiques collectives lors des six victoires des Violets en L1

Possession

Tirs / Tirs Cadrés

Passes Réussies

Centres

Corners

Fautes

Cartons Jaunes

Cartons Rouges

Bordeaux

50 %

13/5

86 %

17

1

10

1

0

Nîmes

58 %

10/5

84 %

18

3

16

1

0

Guingamp

44 %

4/4

76 %

13

4

13

1

1

Reims

50 %

7/3

73 %

15

3

21

5

1

Lille

43 %

6/3

74 %

17

7

18

4

0

Nîmes

45 %

10/2

76 %

12

2

12

1

0

*En six victoires en L1, une seule fois le TFC a clairement contrôlé le ballon (58 % devant Nîmes au Stadium), sans que cela se traduise forcément par davantage de danger porté devant la cage adverse.

*À titre de comparaison, les rencontres paraissant les plus accomplies sur le plan statistique se sont avérées peu rentables : 59 % de possession, 25 centres et 86 % de passes réussies pour un pâle 0-0 à Angers ; 55 % de possession, 8 tirs cadrés sur 15 tentés lors de la défaite devant Saint-Étienne (2-3) ou encore 54 % de possession peu significative lors de la rouste subie à Nantes (4-0).

Yaya Sanogo aura cadré une seule fois à Nîmes, pour le meilleur sort.

Le désaveu de certaines recrues estivales se poursuivra-t-il ?

Du quasi 100 % d’alignement des nouveaux (à l’exception de l’ignoré Mathieu Goncalves) en début de saison, nous sommes passés à une proportion moindre voire carrément infime sur les dernières rencontres. L’amélioration sensible des résultats sur les matchs concernés (dix points pris sur quinze possibles) tend à encourager des compositions d’équipe davantage axées sur des joueurs plus installés comme Sylla, Durmaz, Cahuzac ou Sanogo.

Nombre de recrues estivales dans le onze de départ en Ligue 1

*Max-Alain Gradel, signataire d’un contrat de trois ans l’été dernier, n’est pas compté dans les recrues puisque déjà toulousain sous forme de prêt la saison dernière.

OM-TFC (5)

Reynet

Bostock

M.Garcia

Dossevi

Iseka

TFC-GDB (5)

Reynet

Bostock

M.Garcia

Dossevi

Iseka

TFC-NÎMES (5)

Reynet

Bostock

M.Garcia

Dossevi

Iseka

EAG-TFC (4)

Reynet

M.Garca

Dossevi

Iseka

TFC-ASM (4)

Reynet

Bostock

M.Garcia

Dossevi

SCO-TFC (4)

Reynet

Bostock

Dossevi

Iseka

TFC-ASSE (5)

Reynet

Bostock

M.Garcia

Dossevi

Iseka

RENNES-TFC (5)

Reynet

Bostock

M.Garcia

Dossevi

Iseka

TFC-OGCN (4)

Reynet

Moreira

M.Garcia

Dossevi

FCNA-TFC (5)

Reynet

Moreira

M.Garcia

Dossevi

Mbia

TFC-MHSC (4)

Reynet

M.Garcia

Dossevi

Mbia

RCS-TFC (4)

Reynet

M.Garcia

Dossevi

Iseka

TFC-AMIENS (4)

Reynet

Moreira

M.Garcia

Iseka

PSG-TFC (5)

Reynet

Moreira

M.Garcia

Dossevi

Iseka

TFC-DIJON (4)

Reynet

Moreira

M.Garcia

Dossevi

REIMS-TFC (2)

Mbia

Iseka

CAEN-TFC (3)

Reynet

Mbia

Dossevi

LOSC-TFC (3)

Reynet

Mbia

M.Garcia

TFC-RCS (5)

Reynet

Moreira

M.Garcia

Dossevi

Bostock

TFC-OL (2)

Reynet

Moreira

NÎMES-TFC (2)

Reynet

Dossevi

*Durant l’été 2018, le quinté majeur des recrues a été aligné durant cinq matchs sur huit possibles. Depuis, on a retrouvé à deux reprises cette proportion, avec un réajustement des hommes, Bostock étant le plus souvent écarté tandis que Moreira ou Mbia prenaient leur chance en défense.

*Hasard ou non, les derniers résultats favorables, trois victoires à l’extérieur, ont été acquis avec peu de nouvelles recrues sur la pelouse au coup d’envoi : 2 à Reims, 3 à Lille et seulement 2 de nouveau à Nîmes.

*Seulement écarté pour cause de suspension à Reims, Baptiste Reynet est le plus régulier dans la team de départ parmi les nouveaux avec 20 titularisations donc, temps de jeu minoré par une expulsion prématurée devant son ancien club, Dijon. Les prestations louables de Mauro Goicoechea dans la foulée comme en Coupe de France restent une menace sérieuse.

*Manu Garcia meilleur en joker qu’en titulaire ? L’idée semble faire son chemin depuis un mois. L’Espagnol prêté par Manchester City a seulement débuté deux des six dernières rencontres de L1, se distinguant parallèlement par un but à chaque tour de Coupe de France. De quoi relancer les sempiternelles comparaisons avec l’Argentin Oscar Trejo.

*Tandis que la recrue hivernale Shoji a poussé (provisoirement ?) Moreira sur le banc lors du déplacement à Nîmes, le retour en grâce du couteau suisse Issiaga Sylla, la fin de la convalescence du métronome du milieu Ibrahim Sangaré et les prestations abouties de Corentin Jean sont susceptibles de dégager une équipe-type s’appuyant sur un effectif « ancien ».

L’ancien Lensois Bostock, symbole des limites du dernier mercato estival.

Temps de jeu global des recrues estivales

Baptiste Reynet 1714 minutes

Mathieu Dossevi 1332 minutes

Manuel Garcia 1317 minutes

Aaron Leya-Iseka 962 minutes

John Bostock 739 minutes

Steven Moreira 592 minutes

Mathieu Goncalves 0 minute

Le classement de Ligue 1 avant la 22e journée

1

Paris Saint-Germain

53

19

17

2

0

62

10

+52

2

LOSC

40

21

12

4

5

34

21

+13

3

Olympique Lyonnais

37

21

10

7

4

35

25

+10

4

AS Saint-Etienne

36

21

10

6

5

32

25

+7

5

RC Strasbourg Alsace

32

21

8

8

5

37

25

+12

6

Montpellier Hérault SC

32

20

8

8

4

26

16

+10

7

Olympique de Marseille

31

20

9

4

7

33

29

+4

8

OGC Nice

31

21

8

7

6

16

19

-3

9

Stade Rennais FC

30

21

8

6

7

29

27

+2

10

Nîmes Olympique

29

21

8

5

8

30

30

0

11

Girondins de Bordeaux

28

20

7

7

6

23

22

+1

12

Stade de Reims

28

21

6

10

5

17

20

-3

13

Toulouse FC

25

21

6

7

8

21

31

-10

14

FC Nantes

23

21

6

5

10

26

28

-2

15

Angers SCO

23

21

5

8

8

23

27

-4

16

SM Caen

18

21

3

9

9

20

29

-9

17

Amiens SC

18

21

5

3

13

18

36

-18

18

Dijon FCO

17

20

4

5

11

17

33

-16

19

AS Monaco

15

21

3

6

12

19

36

-17

20

EA Guingamp

14

21

3

5

13

16

45

-29

Les groupes pour TFC-Angers

TFC

Goicoechea-Reynet / B.Diakité-Jullien-S.Moreira-Shoji-Sylla / Bostock-Cahuzac-Dossevi-Durmaz-M.Garcia-Gradel-Sangaré-K.Sidibé / Iseka-Jean-Sanogo

Blessés : Amian, Moubandjé.

Non retenus par choix de l’entraineur : Vidal, Goncalves, Todibo, Yago, Bodiger, Mubele, El Mokeddem, Osei Yaw, Taoui.

Angers

Boucher-Butelle / Aît Nouri-Bamba-Manceau-Mouanga-Pavlovic-Thomas / Fulgini-Gomez Mancini-Mangani-Ndoye-Reine Adélaïde-Santamaria-Tait / Bahoken-El Melali-Kanga-C.Lopez.

Blessés : Capelle, Manzala, I.Traoré.

Non qualifié : Diaw

Non retenus par choix de l’entraîneur : Mandrea, Andrieu, I.Cissé, Pajot, Dore, Toure.

La conférence de presse d’avant-match d’Alain Casanova :

Le calendrier toulousain jusqu’au printemps

22e journée L1 (26/01) TFC-Angers

23e journée L1 (02/02) Monaco-TFC

1/8 Coupe de France (06/02) Nantes ou Entente SSG-TFC

24e journée L1 (09/02) TFC-Reims

25e journée L1 (16/02) Bordeaux-TFC

26e journée L1 (23/02) TFC-Caen

Éventuel 1/4 Coupe de France (27/02)

27e journée L1 (02/03) Lyon-TFC

28e journée L1 (09/03) TFC-Guingamp

29e journée L1 (16/03) Nice-TFC

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s