TFC, vers une fin de saison apaisée… – Avant-match TFC-PSG 30e journée Ligue 1 2018-2019

By

Sans avoir accompli une phase retour particulièrement remarquable, le Toulouse Football Club pointe à une confortable 14e place et affiche dix longueurs d’avance sur la place de barragiste. Grâce notamment à une victoire impérieuse devant Guingamp et à un rééquilibrage d’ensemble dû au retour d’Ibrahim Sangaré à la récupération. À neuf journées de la fin, quels enjeux demeurent encore pour pimenter la fin de saison ?

600. Soit le nombre de rencontres à la tête du TFC que comptera le président Olivier Sadran à l’issue de la réception de l’archileader parisien. De quoi confirmer l’image de long fleuve tranquille dégagée par le club Haut-Garonnais, ancré dans l’Élite depuis 2003. Une stabilité enviée par tous les spécialistes de l’ascenseur L1/L2, mais qui ne parvient plus à masquer le profond ennui inspiré par les Violets. Alors que le maintien s’annonce déjà acquis, il faut creuser profondément pour trouver de l’intérêt à la saison en cours.

Reynet-Goicoechea, simple alternance ou tranchage définitif ?

Sportivement, l’affaire semblait entendue : l’ancien portier rémois, Baptiste Reynet, arrivait en tant que numéro un tandis que le fidèle Mauro Goicoechea se contenterait de la place de suppléant déjà attitrée sous l’ère Alban Lafont. Puis le doute s’est insinué, à mesure de prestations peu convaincantes du titulaire, de sa courte suspension mettant en avant les beaux restes de l’Argentin, puis de passages au travers manifestes, tel celui à Lyon (défaite 5-1) conduisant le coach Alain Casanova à revoir sa hiérarchie. Titulaire lors de la réception cruciale du candidat au maintien Guingampais, Goicoechea a joué un rôle dans le succés étriqué (1-0) avec quatre arrêts à son actif. De fait le bilan comptable du club lors des rares présences du portier numéro 2 est troublant : quatre matchs, seulement trois buts encaissés, et surtout deux victoires et deux nuls !

Successeur désigné d’Ali Ahamada et Zacharie Boucher lors de la saison 2015-2016, Goicoechea n’est jamais apparu comme un titulaire à part entière.

Pour trouver un flop comprenant l’Argentin, il faut aller chercher du côté de la Coupe de la Ligue avec cette piteuse élimination devant Lorient (0-1) au Stadium. Si une légère blessure met provisoirement le débat entre parenthèses, Baptiste Reynet étant assuré de garder les caisses devant le PSG ce dimanche soir, le pavé a bien été lancé dans la mare. L’ancien portier rémois abonde dans ce sens : « On attend d’un gardien qu’il soit décisif, or ce n’était pas forcément le cas sur les derniers matchs ». Revient-il au moment M ce dimanche soir pour la grand-messe de la rencontre de 21h sur laquelle seront fixés tous les projecteurs ? Gageons qu’une parade devant Kylian Mbappé ferait plus de bruit qu’une prestation réussie face à Nolan Roux ou Ronny Rodelin.

Un record difficile à battre pour Gradel !

Il est l’une des rares satisfactions permanentes de l’effectif : Max-Alain Gradel, en voie de disparition à Bournemouth en 2016-2017, est redevenu l’un des acteurs les plus attractifs de Ligue 1. Au point que de nombreux observateurs se demandent ce qu’il fait encore au TFC ! Miné par une préparation tardive et plusieurs blessures l’an dernier, il avait néanmoins porté son compteur buts à huit unités en 2400 minutes de jeu et délivré de superbes prestations lors du barrage face à l’AC Ajaccio. Cette saison il a déjà joué cent minutes de plus, pointe à dix buts, quatre passes décisives et est souvent à l’origine du danger dans la surface adverse. Il est donc devenu l’atout offensif numéro un du club, tendance qui ne devrait pas s’inverser au vu de la blessure à long terme diagnostiquée à Corentin Jean et l’efficacité toute relative de Yaya Sanogo et Leya Iseka. Face à Paris, le TFC devra aussi se passer des services de Mathieu Dossevi, touché aux adducteurs.

Lors de sa meilleure saison stéphanoise (2014-2015), en position de milieu relayeur MAG avait inscrit la bagatelle de 17 buts (4 pénaltys, 2 coups francs) en l’espace de 31 apparitions et un temps de jeu moindre à celui affiché avant la réception du PSG (2194 minutes contre 2520 déjà cette saison). Dépasser ce total paraît compliqué mais pas impossible puisque il est aussi bien le dépositaire du jeu violet que le tireur de l’ensemble des coups de pieds arrêtés. C’était dans un même contexte de pénurie offensive (malgré Erding, Saint-Maximin, Hamouma, Van Wolfswinkel, Monnet-Paquet) qu’il avait enfilé les habits de sauveur des Stéphanois, inscrvant notamment 13 réalisations lors de la phase retour.

Neuf rencontres pour nuancer le bilan des recrues estivales…

Quid des sept membres de l’effectif recrutés l’été dernier ? Évacuons le cas Mathieu Goncalves, durablement écarté par choix sportif ou raison médicale. Il demeure la grande inconnue du dernier mercato. On en sait davantage en revanche sur l’ancien Lensois John Bostock, perçu comme le pendant de Sangaré à la récupération en début de saison, puis rapidement jugé incompatible pour l’équilibre de l’entre-jeu. Si on doit mesurer la réussite sur le seul plan comptable, on peine à distinguer la moindre recrue. De Baptiste Reynet, 40 buts encaissés en 26 rencontres aux maigres rendus des joueurs à vocation offensive (4 passes décisives mais 0 but pour Manuel Garcia, 3 buts et 2 passes décisives pour Dossevi, 3 buts pour Aaron Leya Iseka), les nouveaux n’ont pas affolé les statistiques. Des belles promesses de complémentarité future ont cependant émergé entre Gradel et le duo Dossevi-Iseka, susceptible de demeurer Toulousains plusieurs années. Steven Moreira, épaulé par la recrue hivernale Gen Shoji, constitue aussi un pari sur l’avenir en vue du départ plus que probable de Christopher Jullien l’été prochain. Si brillant lors de son arrivée en 2016-2017, le géant défensif semble être déjà passé à autre chose.

Les nouveaux ont peu pesé lors de la victoire impérieuse devant Guingamp.

Nombre de recrues estivales dans le onze de départ en Ligue 1 depuis les matchs retours

* Max-Alain Gradel, signataire d’un contrat de trois ans l’été dernier, n’est pas compté dans les recrues puisque déjà toulousain sous forme de prêt la saison dernière.

** La rencontre TFC-OL, initialement prévue pour la l7e journée, figure dans cette liste puisque s’étant jouée courant janvier.

TFC-RCS (5)

Reynet

Moreira

Bostock

M.Garcia

Dossevi

TFC-OL (2)

Reynet

Moreira

NÎMES-TFC (2)

Reynet

Dossevi

TFC-ANGERS (3)

Reynet

Moreira

Dossevi

MONACO-TFC (4)

Reynet

M.Garcia

Dossevi

Iseka

TFC-REIMS (3)

Reynet

Dossevi

Iseka

BORDX-TFC (3)

Reynet

Moreira

M.Garcia

TFC-CAEN (2)

Reynet

Dossevi

LYON-TFC (2)

Reynet

Dossevi

TFC-GUINGMP (2)

M.Garcia

Dossevi

NICE-TFC (2)

M.Garcia

Dossevi

*Dossevi et Reynet sont les plus réguliers parmi la bande des nouveaux avec neuf titularisations sur onze possibles depuis janvier. Une continuité avec la phase aller puisque le gardien avait loupé une seule fois le coup d’envoi (pour cause de suspension) tandis que le milieu offensif avait été aligné quinze fois sur dix-huit dans le onze de départ.

*Léger déclin pour Manuel Garcia, titulaire quinze fois entre août et noël 2018, désormais aligné moins d’un match sur deux. Au-delà de son aspect technique prometteur, le talentueux prêt accordé par Manchester City n’a pas lancé de manière éclatante la collaboration promise comme du long terme avec le club entraîné par Pep Guardiola.

Temps de jeu global des recrues estivales

Baptiste Reynet 2254 minutes

Mathieu Dossevi 1924 minutes

Manuel Garcia 1677 minutes

Aaron Leya-Iseka 1137 minutes

Steven Moreira 772 minutes

John Bostock 758 minutes

Mathieu Goncalves 0 minute

Le classement de Ligue 1 avant la 30e journée

1

Paris Saint-Germain

77

28

25

2

1

86

16

+70

2

LOSC

57

29

17

6

6

45

24

+21

3

Olympique Lyonnais

53

29

15

8

6

50

35

+15

4

Olympique de Marseille

47

29

14

5

10

45

38

+7

5

AS Saint-Etienne

46

29

13

7

9

41

34

+7

6

Stade de Reims

46

29

11

13

5

31

27

+4

7

Montpellier Hérault SC

42

29

10

12

7

40

34

+6

8

Stade Rennais FC

41

28

11

8

9

39

36

+3

9

OGC Nice

41

29

11

8

10

21

29

-8

10

RC Strasbourg Alsace

39

29

9

12

8

45

35

+10

11

Nîmes Olympique

37

28

10

7

11

40

42

-2

12

Angers SCO

36

29

8

12

9

33

33

0

13

Girondins de Bordeaux

34

29

8

10

11

28

31

-3

14

Toulouse FC

32

29

7

11

11

28

43

-15

15

FC Nantes

31

28

8

7

13

31

35

-4

16

AS Monaco

30

29

7

9

13

30

44

-14

17

Amiens SC

29

29

8

5

16

24

43

-19

18

EA Guingamp

22

29

5

7

17

19

51

-32

19

Dijon FCO

21

29

5

6

18

21

46

-25

20

SM Caen

20

29

3

11

15

23

44

-21

Les groupes pour TFC-PSG

C’est un leader diminué qui se présentera au Stadium ce soir. En plus des absents de longue date, se sont ajoutés les pépins physiques intervenus durant la pèriode consacrée aux sélections nationales. À l’image d’Angel Di Maria, touché avec l’Argentine en fin de semaine dernière. De là à imaginer reproduire la performance XXL de 2009 (fameux 4-1 du temps de Sissoko, Gignac, Carrasso, Braaten) voire celle de 2016-2017 (victoire 2-0 avec des buts de Bodiger et Durmaz), il n’y a qu’un pas. Hélas, la polémique (justifiée) sur les prix excessifs des billets pour ce match dit de «gala » a un peu tempéré les ardeurs des supporteurs violets.

TFC

Reynet-Vidal / Amian-B.Diakité-Jullien-Moreira-Moubandjé-Shoji-Sylla / Bostock-Cahuzac-Durmaz-M.Garcia-Gradel-Ngoumou-Sangaré-K.Sidibé / Iseka-Mubele-Sanogo

Blessés : Adil, Dossevi, El Mokeddem, Goicoechea, Goncalves, Jean, Taoui

PSG

Areola-Buffon / Bernat-Dagba-Kehrer-Kimpembe-Kurzawa-Marquinhos-Nsoki-T.Silva / Diaby-Nkunku-Paredes-Verratti / Choupo Moting-Mbappé

Blessés : D.Alves, Cavani, Di Maria, Draxler, Meunier, Neymar.

Conférence de presse d’avant-match d’Alain Casanova :

Publicités