Un soir de printemps 2011, un bout de nappe de restaurant déchirée, un stylo et deux jeunes hommes fougueux pétris d’idées farfelues. Tels ont été posés les principes de ce défi lancé par mon inépuisable source d’inspiration alias Denis P.
Au milieu d’une trentaine d’invités et du bordel ambiant allant avec, nous avons planché ensemble à l’élaboration de nouvelles potentielles « sorties de nulle part ». À l’origine, un flash de sa part sur des titres incongrus sans savoir sous quelle forme les matérialiser. Restait à définir ensemble des contraintes narratives et à me lancer dans la rédaction.
Je n’ai d’ailleurs pas eu le courage d’aller au terme de deux des quatre récits issus de cet exercice.